Les Fessebouqueries #495

09/05/2020 Comments off

C’est pas tout de ne pas savoir ce qui va se passer dans la vie d’après, il faut apprendre à discerner les bons et mauvais gestes, les gestes barrières qui clignotent quand le train arrive, les gestes qui distancient les pots de colle, les gestes qui tripotent les masques pour les rendre inutiles, les gestes qui caressent dans le sens du poil des intermittents, les gestes saugrenus  d’un président qui se lâche, les gestes abracadabrantesques demandés aux bambins des écoles, les gestes déplacés sur personnes déconfites… sinon, hé bien, sinon je n’aurai qu’un geste à faire, regardez l’image. Alors, bon dernier week-end finement con et, en sortant ce lundi, évitez de faire comme le bouchon de champagne qui explose en éclaboussant tout le monde !
- AR : je me suis demandé si j’allais ressortir mon vélo  et puis je me suis dit :  « si c’est pour être encore assise, non merci ! »
- NP : J’en vois déjà qui se relâchent au niveau de la distanciation physique. Du coup je vais vous donner un truc très simple pour savoir quelle est la bonne distance : si je peux te mettre une baffe c’est que tu es trop prêt.
- AG : Si on m’avais dit qu’en 2020 je m’hydraterais le dos des oreilles pour prévenir l’irritation des ficelles et qu’il y aurait dans mon entrée une poubelle à masques, franchement je serais resté en 2019.
- FP : On est censé déconfiner dans huit jours et je n’ai toujours pas fait de pain ni terminé Proust. J’ai honte.
- JNP : Je suis sorti un moment pour m’acheter du pain. Un petit enfant m’a vu avec mon masque et m’a dit : Papa !
- HD : L’économie s’effondre alors que nous ne consommons pas, que nous ne travaillons pas, alors c’est qui qui a le pouvoir ??? On pourrait peut être en tirer des leçons ??
- PR : Et maintenant, spécialement pour vous, en direct live, le spectacle tant attendu : “Le masque et la ligne 13″. Grand moment…
- PI : Ce confinement on dirait une série comme How I Met Your Mother. Au début c’est marrant, rapidement tu t’emmerdes, puis tu languis la fin, et puis finalement quand ça se termine t’as envie de te revoir les premières saisons.
- YP : J’ai essayé le cunnilingus avec un masque : ça change le goût.
- XX : Ah que c’est chouette, les cris des enfants dans le jardin des voisins ! Quand t’as retrouvé ton lance-pierres.
- CC : les gélules auto-bronzantes, ces dragibus du confinement
- P7 : Je viens de finir la lecture du protocole sanitaire définitif. Quelqu’un peut me dire ce que vont pouvoir faire les élèves (surtout en maternelle) à part se laver les mains toute la journée?
- JGP : Mon mari a débarqué avec une rose du jardin « qui sent super bon, vazy sens aussi » en plein cours avec mes terminales.
- PI : Selon notre modèle économique, les masques sont trop chers. Mais personne ne vous a demandé d’être pauvres.
- CC : Coronavirus : les intermittents du spectacle bénéficieront d’un dispositif de protection pendant les vacances, assure Franck Riester. De plus, écrivains, dessinateurs et scénaristes recevront, par la poste, tous les samedis, deux Kinder Bueno, un distributeur Pez et un cahier à spirales pour tenir leur journal intime qui sera publié, dès la fin de l’été, dans une nouvelle collection à la con qui devrait voir le jour en septembre aux éditions du Mocassin à Glande.
- NP : Quand toutes les marques vont commencer à nous filer des masques en tissu, on va en avoir 200 à la maison. Mais c’est pas grave, on les stockera avec les 350 tote bags de ces mêmes marques qu’on a gardés parce que « ça peut toujours servir »
- AS : Comme les hommes sont plus vulnérables face au Covid-19, a t-on envisagé de laisser les femmes et les enfants sortir d’abord du confinement ? Elles pourraient diriger le pays quelques semaines et on verrait, pendant que les hommes restent à la maison, cuisinent et applaudissent.
- JPT : Le maire d’Auriac nous a offert un masque lavable, paraît-il, 80 fois. 80 fois ? Mais putain, elle va durer combien de temps, cette pandémie ?
- DC : N’empêche que Sibeth Ndiaye avait raison, les gens ne savent pas se servir du masque.
- ADN : Madame, faut pas mettre le masque sous le nez. — « Mais comment vous respirez vous ? ».  Décourageant
- OB : Je sais que c’est pas politiquement correct et ça n’enlève rien à mon admiration pour tous les soignants mais j’en ai trop marre d’applaudir à 20h, j’ai l’impression d’être un chien de Pavlov. Je suis pas la seule hein ?
- MW : Ils étaient obligés de se mettre un masque noir pour aller visiter des gamins de CP ? Franchement…
- CX : Résumé de la crise : – Il y a 2 mois on croyait que les masques étaient inutiles et maintenant on sait qu’ils peuvent sauver des vies. – Il y a 2 mois on croyait que le gouvernement pouvait sauver des vies et maintenant on sait qu’il est inutile.
- OVH : Lu : Il y a tellement de toubibs à la télé que quand on appelle le 15, on tombe sur le standard de BFM.
- JPT : Lundi, je compte réaliser mon fantasme : entrer masqué dans une banque.
- MK : Les reconfinis : « Si vous n’êtes pas sages, vous serez reconfinés ! »
- CC : selon ma montre connectée, je perds plus de calories en changeant une housse de couette avec un chat sur le matelas qu’en cinquante minutes de course à pied
- PM : Vu qu’ils interdisent les plages et pas le métropolitain, propose qu’on prenne le métro en maillot de bain..
- OB : Un prof de guitare qui se dévoue pour apprendre à mon voisin plus de 2 accords svp ?
- DA : La meuf à qui j’ai refusé poliment de prêter mon briquet dans la rue par respect des gestes barrière & qui m’a traité de fils de pute en traçant sa route, me laisse un avant-goût délicieux du monde d’après
- PI : Le bracelet électronique qui te balance une décharge quand t’as dépassé les 100km c’est pas compliqué mais personne n’a de bonnes idées totalitaires dans ce pays.
- SDM : La reconnaissance vocale de mon téléphone écrit « j’ai manger des frite », mais elle sait parfaitement écrire Igor et Grichka Bogdanov…Coïncidence ?
- VI : Mamie, 102 ans, a donc passé sans encombre sa deuxième pandémie après la grippe espagnole. Elle a fêté ça aujourd’hui en buvant un verre de vin à la paille.
- AG :  Donc j’ai fait mon petit calcul : – dès lundi, on fait portnawak. – reprise d’épidémie constatée dans 17 jours (ce qui nous amène fin mai) – le gouvernement hésite et tortille du cul pendant deux semaines. On sera donc reconfinés mi-juin, pour l’été. Gardez ce tweet au chaud.
- CX : Sur Instagram tout le monde est mannequin, sur Twitter tout le monde est journaliste, sur Facebook tout le monde est philosophe et sur TikTok tout le monde est con.
- CC : Le 11 mai approche : à écouter les appréhensions mêlées de joie et d’excitation , les choix vestimentaires, capillaires, cosmétiques, les conversations pour savoir si ça va faire mal après ou si ça va être la fête, si rien ne sera plus comme avant ou non, j’ose préciser qu’il s’agit d’un déconfinement, pas d’un dépucelage savamment préparé à l’arrière d’une Fiat Punto pendant le loto des pompiers dans la saveur particulière du parfum Scorpio.

RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site et mon blog. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Le Diable à Westease.

04/05/2020 Comments off

Paru en 1947, le Diable à Westease est un polar de Vita Sackville-West, romancière, poétesse, historienne. Il paraît qu’elle adorait Agatha Christie et c’est peut-être pour cela qu’elle s’amusa à écrire ce polar d’une facture très classique. Un jeune homme qui vient de finir sa carrière d’aviateur en temps de guerre, cherche un coin tranquille où s’installer définitivement. Le village de Westease, avec ses accès difficilement carrossables (il roule en Jaguar), lui paraît l’endroit idéal, tranquille, sans commerces pour touristes car pas de tourisme ici et un pub où les gens sont d’un abord agréable. La campagne alentour est magnifique et, par chance, une maison est en vente. Parfait. Là, il fait des rencontres, celle d’un peintre habile qui le met mal à l’aise, d’emblée, sans raison objective et qui sera l’un des personnages importants de l’histoire. Un vieux numismate très érudit, bienveillant, ouvert mais ne bougeant pratiquement pas de son vaste bureau où sont rassemblés ses trésors, servi par une femme simple. Un pasteur accorte, aimé de tous, affublé d’une femme malade acariâtre qui passe son temps dans sa chambre, et leur fille, très belle jeune femme franche, directe, qui circule sur son cheval.
Roger, ce jeune homme, est écrivain, solitaire et mène une vie sobre. Il s’est acheté un chien et ne semble pas prêt à écrire un nouveau roman. Mais un beau matin, on lui annonce que le pasteur a été assassiné. Et de manière très originale, sans souffrance cependant. Bien sûr, il est plein de compassion pour sa fille, Mary, dont il n’est pas amoureux. Pour elle, il va s’associer de façon officieuse au commissaire de police venu de Bristol pour mener une enquête difficile. Mais que trouvent-ils ? Pratiquement rien. Les indices laissés par l’assassin ne les éclairent pas, et personne ne souhaite de mal au saint homme.
Un petit roman délicieusement suranné mais dont on a très envie de connaître la fin.

Le Diable à Westease de Vita Sackville-West, 1947. Traduit de l’Anglais par Micha Venaille. Aux Éditions Autrement, 205 p., 16 €.

© dominique cozette

Categories: bouquins

Neuf parfaits étrangers

04/05/2020 Comments off

De Liane Moriarty, j’avais beaucoup aimé deux romans antérieurs, Secret du mari et Petits secrets, grands mensonges. Des romans psychologiques où tout commence toujours dans la joie et la bonne humeur avant que se fissure la cuirasse de ces belles vies et que les machinations les plus viles aillent bon train. J’ai trouvé ton dernier livre au Monoprix pendant le confinement, et c’est assez rare qu’il y ait une très bonne littérature dans ce magasin. Mais il y en a.
Les Neuf parfaits étrangers vont se connaître dans un centre de remise en forme idéal, un sublime endroit perdu au cœur de l’Australie. Y viennent pour des raisons diverses une écrivaine seule, la cinquantaine, rejetée par son éditeur pour son dernier ouvrage en même temps que plaquée par un bel escroc aux femmes seules et riches. Un très jeune couple en Lamborghini, lui simple et amoureux de sa… voiture et de sa jeune femme malgré toutes les opérations plastiques qu’elle a subies pour être encore plus belle, ce qu’il déplore. Un type baraqué, un peu rond,  pas très sympa de prime abord, que la romancière associe à un serial killer, ronchon. Une autre femme seule, mère de quatre filles, que le mari a quittée pour une jolie et charmante jeune femme avec laquelle il fait un voyage de trois semaine en Europe, avec les filles. Un très beau mâle, conscient de son attractivité, sorte de super héros qui aime faire chasse aux vilains maris  pour venger leurs victimes. Et une famille composée d’un couple d’une quarantaine d’années et de leur fille qui va fêter ses vingt ans au centre et ceux de son jumeau suicidé il y a quelques temps.
Cette cure de renouveau et de pureté est fondée sur un règlement drastique. Interdit d’emporter des boissons ou de la nourriture, les livres ne sont pas conseillés et il n’y a pas de télé. Mobiles et écrans divers sont confisqués et la cure commence par plusieurs jours de silence total. Il est évidemment impossible de communiquer avec  l’extérieur. Le régime alimentaire est très strict et commence, comme le silence, par un long jeûne. Le corps est massé, assoupli, oint, etc. On y apprend à méditer, à prendre sur soi, à sortir ses failles. Mais il y aura des « activités » beaucoup plus stressantes et inattendues.
La maîtresse des lieux est une sublime femme très grande, très belle, qui a fui la Russie et dont la passion, semble-t-il, est d’offrir une transformation totale à chacun, à l’issue de ces dix jours. Mais qui est-elle ? Une perverse ? Une folle ? Une thérapeute réellement sincère ? En tout cas, rien ne peut l’atteindre ni assouplir sa discipline.
C’est un pavé assez passionnant car Liane s’y entend pour composer des portraits de personnages dont en a envie de savoir ce qu’il leur est arrivé. Elle s’y connaît aussi en ressort psychologique et en coups de théâtre, si on peut dire. Chaque chapitre s’arrête au bord de la falaise et c’est difficile de résister à la curiosité.
Malgré tout, il y a un passage assez longuet où le récit, comme les neuf curistes, ne sait se maîtriser. En fait, ce n’est pas très grave car ce qu’il se passe est bizarre, incroyable, je pourrais même dire non crédible. Mais nous sommes dans une fiction. L’histoire poursuivra son chemin un peu mieux balisé pour que, finalement, on se dise que c’est un très bon roman.

Neuf parfaits étrangers de Liane Moriarty, 2018. Traduit par Béatrice Taupeau. 2020 aux éditions Albin Michel. 510 pages, 22,90 €.

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Il est des hommes qui se perdront toujours

04/05/2020 Comments off

De Rebecca Lighieri qui écrit aussi beaucoup de romans sous le nom d’Emmanuelle Bayamack-Tam. Dans celui-ci, drôle d’ambiance ! Sale ambiance, même ! S’il est des hommes qui se perdront toujours, ils sont bien là, dans cette terrible histoire de pauvreté accompagnée maltraitance enfantine. Ça se passe dans une cité marseillaise, la cité Artaud, dont on verra que le poète a marqué de son sceau de mal vie de nombreux personnage. Le père d’abord, un jean-foutre alcoolique qui passe son temps au troquet avec ses potes, pour le plus grand soulagement de ses enfants car quand il est à la maison, les torgnoles, tortures mentales, crachats, injures et humiliations pleuvent sur les pauvres petites victimes. C’est une brute mais dès la première page, on apprend qu’il a été retrouvé sauvagement assassiné près de la décharge, là où ça deale, où il deale aussi pour pouvoir s’approvisionner. Sa femme vient d’Algérie, elle ne moufte pas sauf de rares fois où, le mari parti, elle danse et chante avec ses gosses. Ses gosses : une fille magnifique et un garçon superbe qui, bien avant leur puberté, seront traînés de castings en castings pour la gloriole paternelle (il ignore que l’argent gagné par les enfants ne va pas aux parents). Un peu plus jeune, un autre gamin dont le père ne voulait absolument pas, sortira du ventre de sa mère, avorton tragiquement handicapé et moche. Il deviendra le souffre-douleur du père mais sera tellement aimé de sa mère qu’il supportera le reste.
Ces enfants qui ne peuvent rester chez eux, vont rejoindre le camp des gens du voyage, pas loin, et s’y feront accepter d’une façon particulière pour chacun d’eux. Le narrateur y rencontre, tout gamin, la fillette qui va l’aimer comme pas possible et dont il voudrait se détacher plus tard, pour goûter d’autres choses, d’autres femmes. Mais ici, on ne plaque pas sa femme, même quand on est un gadjo. La sœur sera moins attachée au camp, d’ailleurs, elle deviendra une sacrée vedette. Quant au petit, il s’est blindé, il fait ce qu’il veut de tout le monde, on le respecte.
Mais est-ce qu’on se sort d’années de violences quand on n’a connu que ça, un père qui n’a jamais considéré ses mômes comme des êtres humains, une mère qui laissait passer de peur de s’en prendre plein la troche elle aussi ? Tout peut arriver, le pire, déjà. Quant au meilleur, c’est forcément pour les autres.
Rebecca Lighieri n’est pas une auteure mièvre. La vie qu’elle déroule est une vraie chienne de l’enfer, les gens vivent comme des moins que rien même s’ils réussissent à se créer parfois de belles fêtes, les mariages ou baptêmes roms, par exemple, la sacrée sainte famille aussi, dans laquelle se réfugient nos laissés pour compte.  Si vous aimez l’eau de rose, ce livre n’est pas pour vous.

Il est des hommes qui se perdront toujours de Rebecca Lighieri. 2020 aux éditions P.O.L. 380 p. 21 €

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #494

02/05/2020 Comments off

Encore une petite dizaine et les lions seront lâchés. Heu, lâchés comment ? Un peu, enfin pas trop, vaguement, des enfants qui vont manger sur leur pupitres, des gens qui vont avoir droit à 100 km, mais qui ? Les rouges, les verts, les oranges, ah ça, on ne sait pas, Sibeth n’a pas débriefé… mais les masques, quoi les masques, arrêtez de râler, au moins avec le masque, on verra pas la gueule que vous faites… Hum, mais on boira comment, faudra faire un trou pour la paille ? Ha la la ! C’est votre avant dernier week-end peinard, profitez-en bien, petits chamailleurs, petites chamailleuses comme dit notre bien-aimé chef de classe !

- AD : On confinue !
- CC :  Comme les bars et les restaurants resteront fermés, cela signifie qu’on pourra prendre l’apéro dans les écoles. Arrêtez de vous plaindre bordel.
- JPT : Les Américains feraient bien de se faire ligaturer le Trump.
- MAF : Oh mon dieu! Avec mon masque, mon téléphone ne me reconnaît plus!
- NA : Les députés LREM applaudissent sans raisons en plein milieu du discours. Ils ont cru qu’il était 20 heures!
- NT : Il y a beaucoup de monde dehors qui s’étonne qu’il y a beaucoup de monde dehors, je trouve.
- RR : Depuis mon arrivée dans la capitale il y a 2 ans : – Canicule – Gilets jaunes – Grève des transports – Pandémie J’ai comme l’impression de porter la poisse.
- CEMT : « Si je vois encore une seule personne danser sur du Dalida ou du Frédéric François, je confine tout le pays jusqu’en 2022. » E.Philippe.
- DI : J’ai commencé ce confinement en me disant que j’avais 5 kilos à perdre. Je tiens bon, plus que 7 !
- PSF : Je suis d’un naturel poli, c’est pourquoi j’ai répondu « non, merci » au buraliste qui m’a annoncé le prix de 6,50€ pour un masque « homologué », alors que ce que je voulais lui dire en fait, c’était « ton masque tu te le fous dans le cul et tu tasses avec une batte cloutée ».
- FS : « Un ami me dit: — T’as pas peur que ça nuise à ton taf d’afficher tes idées politiques? — Écoute, on file des palmes d’or à des mecs qui se tapent des mineurs, on élit des gars qui détournent des fonds public, je pense que les gens peuvent supporter que je sois de gauche »
- AN : Suite de la série Aide Covid et paradis fiscal. « Comment savoir si une grosse entreprise qui demandera à l’Etat de bénéficier des aides COVID n’a pas de siège fiscal ou de filiale sans activité économique réelle dans ces paradis fiscaux ? » — « Cela passera par une déclaration sur l’honneur » répond Bercy… Interdit de rire.
- JP : avec Hollande on a eu le mariage pour tous, avec Macron on aura la morgue pour tous.
- LD : L’école ne sera pas la garderie du MEDEF
- MK : Macron, Philippe, Véran, Castaner, LeMaire, Blanquer… le sale air de la peur !
- NP : Les gens qui refusez de remettre votre enfant à l’école au mois de mai, vous savez qu’il n’y aura pas plus de médicament ni de vaccin contre le COVID en septembre ? Du coup vous pensez les garder jusqu’à quand ?
- GD : J’allais chicaner un tantinet sur le fiasco des masques, avant de me rappeler que ça ferait rappliquer les Jupitériens et leurs argumentaires de séminaire de motivation, et j’ai donc préféré finir un reste de café froid.
- FB : Ma mère hier au téléphone depuis le Maroc : « Mais je ne comprend pas pourquoi tu n’achètes pas des masques en pharmacie ? Ici ça coûte quelques centimes ! » Bon mais t’arrête de me narguer parce que j’ai choisi de vivre dans ce pays du tiers monde, la France ?
- PI : Qu’est-ce que ça bouffe une ado ! Là elle vient de me dire « j’ai envie de manger mais cette fois j’ai une excuse, j’ai faim ».
- JT : Aujourd’hui ça fait exactement 3 jours que Kim Jong Un n’est pas mort.
- DA : Édouard Philippe vient quand même pas d’annoncer que je pourrai plus asseoir mon cul dans une salle de cinéma jusqu’à nouvel ordre mais qu’à l’église c’était ok ?
- FM : Après chaque utilisation, lavez votre masque en tissu 30 mn en machine à 60°, puis désinfectez la machine (cycle eau de javel), démontez la pièce par pièce et passez les au sèche cheveux. Enfin, rincez la sdb au karcher, puis allez vivre quelques jours à l’hôtel le temps que ça sèche.
- JB : L’ami du petit déjeuner, l’ami RIP Corée.
- HT : Les mecs n’ont pas été capables d’équiper tous les Français d’un morceau de papier tenu par deux élastiques pendant deux mois et ils voudraient tenter le coup avec un bracelet connecté en dix jours ? Mais d’où sortent ces gens ?
- AT : Mais arrêtons avec toutes ces cagnottes et ces aides aux soignants ! C’est une honte de devoir faire ça quand on paye des impôts ! Que l’état revoie ses priorités et alloue correctement ce qu’on lui donne, bordel !
- MT : Maintenant le problème ça va être de trouver 9 personnes qu’on a envie de revoir
- CCP : Picard hier… Une femme à la caisse demande combien de temps il faut mettre son sorbet au micro-onde pour ne pas choper de virus.
- DC : En mai fais ce qu’il te pleut !
- MK : Vivement la déclaration de Castaner, qu’on comprenne un peu ce que Philippe a dit.
- NMB : C’est mon tout premier déconfinement et je ne sais pas s’il fait venir bien habillé, offrir des fleurs ou préparer un dessert, ça me stresse.
- BG : Le conseil permanent de l’ONU (le P5) c’est: Trump, Poutine, Macron, Johnson et Xi Jinping. Quand il faut sauver monde, c’est eux qui sont aux manettes de la plus grande instance internationale. Voilà voilà.
- RDB : C’est tellement absurde d’accuser la 5G, les compteurs Linky ou les labos chinois de la création du virus. La première chose à regarder, c’est « à qui profite le crime ? », et la réponse, c’est Netflix.
- TB :  » Retrouvez dès que possible, les 1er mai joyeux, chamailleurs parfois, qui font notre nation… » (Macron). Ahahahahaha ! « Joyeux »… »Chamailleurs » en effet ! Avec des yeux crevés, des mains arrachées, des Gardes à vue ! Sacré Manu va !.
- JE : Alexandre Benalla évoque « sa tristesse » en parlant d’un « 1er mai pas comme les autres. » « Cette année je dois me contenter du punching-ball du salon, chacun doit s’adapter. »
-  DI : « Retrouver vite les 1er Mai joyeux, chamailleurs parfois. » L’an dernier, le carré officiel des syndicats à été attaqué sans raison plusieurs fois par les forces de l’ordre, le cortège noyé sous les gaz, et des manifestants matraqués pour rien dans l’enceinte d’un hôpital.
- PI : Ne dites plus bavures policières, dites chamailleries.
- NA : Mars : Les enfants sont des bombes à virus. — Avril : Les enfants portent très peu le virus. — Mai : Les enfants sont immunisés. — Juin : Un contact avec un enfant soigne un malade. — Juillet : Vaccinations à base d’extraits d’enfants.

RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site et mon blog. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Les Fessebouqueries #493

25/04/2020 Comments off

Pour une grosse semaine ce fut une grosse semaine, ça jaillit de partout comme du pétrole en surproduction qu’on ne sait plus où stocker (qui a dit dans ton c.. ?), des idée de l’enfer venues du type orange le plus yoyotant de la touffe jaune du monde, des PV castagneux en veux-tu en voilà, des masques, ah ben non, y en a toujours pas, des terribles adorateurs de beurk-gueurs, des idées casse-tête de déconfiturement, ça bouillonne, ça bouillonne, les cerveaux fondent à vue d’œil …mais reprenez-vous, aucun mâle ne vous sera fée comme dirait Peau d’Ane et le week-end sent si bon le lilas et l’alcool à brûler du BBQ du voisin ! Bisous dépostillonnés…
- CC : tous ces gens qui portent des gants jetables, je crains désormais un toucher rectal surprise à chaque fois que je sors faire les courses.
- RR : Après le désinfectant dans les poumons, Trump propose l’ablation des organes sexuels pour éradiquer le Sida.
- PI : Après tout, Trump n’a pas tort, si tu te siffles un litre de Javel, tu meurs pas du Covid19.
- NP : Rappel pour tous ceux qui croient qu’ils n’ont pas à s’inquiéter du Coronavirus parce que Dieu va les protéger : le Pape a fermé le Vatican et annulé les cérémonies publiques de Pâques. Et je crois qu’il a une ligne directe avec le boss. Mais c’est vous qui voyez.
- JH : Imagine : tu vas à un dîner de cons, tu arrives confiant et sûr de gagner avec Sibeth Ndiaye et là, ton pote se ramène avec Donald Trump…
- OK : Je propose qu’on déconfine par numéro pair et impair. C’est simple, ceux qui ont un âge impair, peuvent sortir les jours pairs s’ils habitent un numéro pair, uniquement dans les villes où l’addition des chiffres du code postal forment un nombre impair. Et inversement Et vice-versa.
- EL : Pour porter la voix des français, je déposerai lundi à l’assemblée un projet de référendum pour renommer le « télétravail » en « confiturbin ».
- FB : — Est-ce que le schmilischmiliblick a des épines ?  — Oui ! vous pensez à quoi? — A couronne à virus.
- CB : je viens d’apprendre que chauve-souris est l’anagramme exact de souche à virus !
- NMB : C’est fabuleux cette manie des Français à attendre avec impatience d’aller se faire tondre à chaque fin de privation de liberté…
- SF : Je me déconfine parce qu’il n’est pas admissible que nos anciens paient des fortunes pour entrer dans des EHPAD qui les traiteront comme des chiens.
- MK : Avec ce gouvernement, pas besoin de respirateurs, ils brassent tellement de vent !
- NP : Cette épidémie a au moins un avantage : on n’est pas près de voir débarquer la reconnaissance faciale généralisée.
- NMB : Si ça se trouve, il suffit juste de séquencer le génome de Michel Drucker pour en faire un vaccin universel contre le coronavirus. C’est pas bien compliqué bon sang!
- MA : Top 3 de ceux qui ne mentent pas  —  les enfants  —  les gens bourrés — les leggings.
- NMB : On pensera ce qu’on veut de Greta Thunberg, mais faut quand même bien avouer que depuis qu’elle a pris les choses en main pour le climat, y’a beaucoup moins d’émissions de CO2.
- PI : Je sais que vous ne préférez pas y penser, mais dans quelques semaines, à la fin du confinement, viendra inexorablement le moment de se couper les ongles des pieds pour remettre des chaussures.
- JB : Un prothésiste dentaire aurait tué au moins 18 personnes au Canada. ATTENTION, PAS D’AMALGAME.
- PR : Après la qualité de la vie, il va falloir s’intéresser à la qualité de la mort.
- NMB : Les gens qui refusent de faire vacciner leurs enfants et qui installent un anti-virus sur leurs portables… Les gens…
- JNP : Les clubs naturistes seront déconfinés à partir du 11 mai. Mais les masques resteront obligatoires.
- PD : Je suis très déçu, c’est la première fois en 20 ans que je regarde la TV le dimanche après-midi et il n’y a plus Jacques Martin.
- OVH : Ma petite-nièce, 46 cm, 2,5 k a été déconfinée au bout de 9 mois, dimanche 19/4/20 à 19h. Elle était en possession de son formulaire d’autorisation de sortie. Son cordon ombilical mesurait moins d’un kilomètre.
- OR : Quand tu apprends que tout le pays est paralysé avec à peine 6% de contaminés, tu te dis que ça doit bien faire rigoler la CGT qui peut faire beaucoup mieux avec beaucoup moins.
- RR : Cette crise sanitaire nous aura démontré qu’on peut vivre sans voiture ni coiffeur mais pas sans farine.
- GD : Plus qu’un dodo avant de retrouver ce monde où un paquet de pâtes vaut plus qu’un baril de pétrole américain.
- NMB : Ne me dites pas qu’il ne se passe rien en 2020, nous vivons en direct une époque où un masque chirurgical et un paquet de farine ont plus de valeur pour l’ensemble de l’humanité qu’un baril de pétrole.
- NP : Vu comment on bouffe et on picole pendant ce confinement cette année, on va tous passer nos vacances en graisse.
- MI : L’erreur a été d’appeler le virus Corona. Si on ‘avait appelé PSG, il serait déjà éliminé !!!
- HT : Il semble qu’on offre 35$ avec un baril de pétrole. J’en prendrai mille, s’il vous plait.
- AA : Il n’y aura pas de masques, et de toute manière, ils sont inefficaces. En revanche, pour vous protéger, vous pouvez joindre les deux mains sur le nez et la bouche pour former une protection naturelle, puis imiter le hululement de la chouette dans un périmètre de 1 km.
- JH : Peut-on déjà avoir la date de la conférence de presse qui contredira tout ce qui va être dit à 17h aujourd’hui ?
- PI : — Bonjour, un baril gratuit svp. —  Bien sûr, tenez. —  Merci. —  Attendez, vous repartez sans votre argent !
- CX : Les gens qui comparent le confinement à la prison : tant que vous êtes pas obligés de chier devant votre conjoint, ramener vos courses en les planquant dans votre cul et que Guy Georges vous attend pas sous votre douche, vous êtes invités à regarder Netflix et fermer vos gueules.
- NP : D’abord il est parti en week-end, puis il a invité sa famille chez lui et maintenant c’est le tour des potes… Soit mon voisin est tellement en avance sur son temps qu’il est déjà au mois de juin, soit c’est un gros con.
- TP : Moi aussi le MacDo me manque terriblement, mais si je dois en re-manger, ce sera dans les règles de l’art, un VRAI MacDo : sur une table collante entre les toilettes et la poubelle et avec au moins une erreur sur ma commande.
- NP : Le prix du baril de pétrole US est négatif. C’est à dire qu’on te paye pour l’acheter… En gros tu peux te payer un pétrolier avec l’argent qu’on te donne pour le pétrole que tu mets dedans… On vit vraiment un futur improbable.
- PI : Ça commence à être compliqué de stocker son pétrole, heureusement qu’il y a de la place dans la chambre du petit.
- LE : Dix masques FFP2 offerts pour tout achat d’un baril de fioul à -50 dollars !
- MK : Pas assez de gens infectés pour l’immunité collective. Y a-t-il des volontaires ?
- MK : La rentrée scolaire du 11 mai sera étalée jusqu’à début juillet
- CC : je comprends les bouchons devant le drive du MacDo, moi aussi le coca-cola coupé à l’eau avec un goût de carton me manque énormément
- OVH : — Allo, Hermès ? — Ouiii ! — Vous faites toujours des sacs en croco ? — Bien sûr Médéme ! — Vous m’achèteriez la peau de mes mains, je crois qu’elle est prête à tomber.
- CC : Profitez-en : le plein d’essence est moins cher qu’une bouteille de coca-cola et paraît-il meilleur pour les intestins.
- MK : La nicotine pour lutter contre le coronavirus : l’argument semble fumeux..
- MK : 915 000 PV : manifestement Christophe Castaner est un grand ministre !
- JC : Donc si j’ai bien compris, on va devoir faire cours en classe tout en faisant cours à distance tout en gardant nos enfants tout en ramassant les fraises.
- MP : Je viens d’entendre Castaner dire « j’en appelle à l’intelligence des Français »…  Les gens qui font 3 heures de queue pour un Big Mac en plein confinement  ! Meilleure vanne de la journée à 8h43, bien joué Cricri !
- RR : Gardez des pâtes dans les placards… en cas de seconde vague de Covid, nous ne sommes pas au bout de nos pennes …
- PM : Coronavirus : Francis Lalanne a reversé les bénéfices de son dernier album aux soignants, soit un total de 11 euros.
- BE : Ceux qui vont aux toilettes sans leur smartphone, vous faites quoi en fait ?
- PI : J’ai une pensée pour tous ces mariages prévus cet été et reportés à une date à laquelle les gens ne seront plus en couple.
- RE : Le coronavirus bientôt dans les manuels scolaires. Au sens propre.
- PI : Une belle illustration de la raison pour laquelle le monde ne changera pas : attendre 3 heures pour bouffer de la merde et le poster sur Instagram, ça fait beaucoup trop de débiles pour envisager un monde meilleur.
- TC : Si le problème du COVID c’est le postillon, on peut pas créer un médicament pour avoir la bouche pâteuse ? Et hop plus de postillons. Repasa Jf Raoult !
- PD : Coronavirus : Françaises, Français, on vous rappelle que vous êtes équipés d’un cerveau. Merci de vous en servir.
- NMB : Je préviens relativement tôt, mais le 11 mai, le premier qui répond « comme un lundi de déconfinement » à la question « comment ça va ? », je lui colle 15 jours d’arrêt maladie supplémentaires pour saignements consécutifs à une déviation malencontreuse de cloison nasale.
- NP : Je ne regardais plus le briefing de Trump mais ce soir ça va être bon : ses experts vont devoir expliquer qu’il a dit une connerie pour dissuader les gens de faire n’importe quoi MAIS sans jamais dire qu’il a dit une connerie pour ne pas le vexer.
- CEMT : Trump, c’est le seul type qui va réussir à tuer tous ses électeurs qui vont suivre ses conseils juste avant une campagne électorale.
- RR : Le meilleur moyen de contraception ne va bientôt plus être la pilule ou le stérilet mais la phrase : « Réfléchissez au prochain confinement et à l’école à la maison avant de vous reproduire ».
- DC : J’ai suivi les conseils du bon docteur Trump. J’ai vaporisé du Chanel 5 dans mes alvéoles, je me suis mise nue pour prendre une douche d’UV solaires et j’ai crié AL-ME-RI-AAAA !!!
- YC : Devant la désaffection des consommateurs confinés, pourquoi ne pas vendre les voitures en drive ?
- FC : Un espoir pour la médecine : Trump va expérimenter le Destop sur la constipation, l’acide sulfurique pour les aphtes, et le Cresyl pour toutes gastro-entérites.
- MA : Du coup les couples qui vont divorcer après le confinement, est-ce qu’on pourra dire qu’ils ont fait une crise de la quarantaine ?
- CC : On parle toujours d’un cheval pâle pour annoncer l’Apocalypse, mais ça pourrait très bien être un mec orange
- MA : Même Jean-Pierre Pernaut, le papy réac de tous les Français, gueule sur les incohérences du gouvernement. C’est dire s’ils font fort…
- MC : 10h : Bruno Le Maire annonce qu’il ne versera pas d’aides publiques aux entreprises présentes dans les paradis fiscaux.  17h : les députés LREM suppriment l’amendement qui permettait de s’en assurer.  Dire, c’est faire rire. Faire, c’est faire taire.
- CS : On sait p’t-être pas porter des masques, mais on a le droit de vote, et on saura l’utiliser !
- RR : Vous la voyez venir la canicule avec interdiction d’allumer la clim où le Covid circule ?….
- NI : Je viens de recevoir le protocole sanitaire de mon académie pour la reprise. Dedans, cette perle de déconnexion du terrain : « Si possible, attribuer à chaque utilisateur un sanitaire unique dédié pour la journée. ». Fin de la blague.
- PF : On se moque de l’Amérique de Trump, mais je vous rappelle que nous, on a un président qui, au début de l’épidémie, a demandé à sa ministre de la Santé de partir pour remplacer un mec qui s’est filmé la bite.
- NMB : Le papillon qui provoque des tornades avec son battement d’ailes, je l’imagine trop faire un petit signe de la main façon motard quand il croise un pangolin
- LE : Il faut à tout prix renvoyer les gens travailler pour construire des avions qui ne voleront pas et des voitures qui ne se vendront pas, c’est super urgent.
- SF : J’ai l’impression que les 110 milliards que Bruno Le Maire emprunte en notre nom vont davantage vers ceux qui génèrent des dividendes que vers ceux qui génèrent des emplois. Je ne savais pas que le  COVID19 était une entreprise du CAC40.
- CC : Je suis en train de lire un dossier sur les milliardaires confinés qui s’ennuient et regardent leur majordome leur beurrer leurs tartines pour passer le temps.
- DC : Ruquier arrête son émission. Où vont aller pisser ses petits roquets ?
- NMB : Derrière chaque « cordialement » se cache souvent un « vas bien te faire cuire la raie du cul avec une grille de four ». Salutations distinguées
- LE : Allez ça me gonfle tout ça. Faites vous des repas de famille au drive du MacDo et n’oubliez pas de bien jeter l’emballage dans la rivière. Je me casse quelques jours.

RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site et mon blog. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Le fils/fille d’Hemingway

23/04/2020 Comments off

En quatrième de couverture du formidable livre le Secret Hemingway de Brigitte Kernel est inscrit son début :
« Ils ont dit que j’avais tué ma mère.
Puis ils ont dit que j’avais tué mon père.
Enfin, ils ont dit que chez nous, les Hemingway, de génération en génération, tout le monde se tuait.

Ce roman est une histoire vraie, celle de Gloria, née Gregory Hemingway (1931-2001). »

Je le redis, ce livre est formidable, un vrai régal car Brigitte Kernet a le don de rendre authentique n’importe quelle scène d’une vie quelle qu’elle soit, alors une vie Hemingway ! par des détails d’action, de description, de dialogue. Je suppose qu’elle planque derrière toutes les portes pour savoir ce qui s’y passe. Et ce n’est pas rien de reconstruire une telle vie chaotique sans que ça prenne l’allure d’une bio.
Il se trouve que le troisième fils du grand Ernest, du viril Ernest, ardemment désiré … comme fille, est effectivement une fille … dans un corps d’homme. Tellement déçue, la maman, qu’elle l’habillera en fille, comme on faisait parfois, mais jusque tard. On l’appelle Gigi, on l’adore. Mais quand même. Ernest veut en faire un mâle et comme ses aînés, Gregory passera tous ses étés dans les montagnes sauvages, campant, pêchant, chassant comme un vrai trappeur. Cela ne lui convient pas trop. Il préfère la lingerie fine des maîtresses de son père. Le scandale quand on découvre sa vraie nature ! Hélas pour le jeune Gregory qui adore son père. Il ne supporte pas de lui faire de la peine. « Pour lui, longtemps, j’ai forcé l’homme en moi à sacrifier la femme ».  Toute l’histoire de ce fils est douloureuse, pris entre ses deux genres, entre ses amours. Il se marie trois fois, il a huit enfants. Sa dernière femme que son côté féminin amusait sous ses dehors virils, baraqué, poilu, finira par demander le divorce, lassée de ses scandales à répétitions.
Il a fait médecine pour deux raisons : comprendre de quoi sa mère est réellement morte, pouvoir se fournir en hormones sans rendre de comptes. Puis il a été radié à cause de ses frasques et de son alcoolisme.
Le récit n’est pas linéaire. Les saynètes sont vivantes, courtes, enlevées, entrecoupées de séquences dans la boîte gay friendly, Secret Don’t Go, tenue par une transsexuelle, sa meilleure amie qui l’aide dans ce douloureux passage d’un sexe à l’autre. Ce passage, il l’entreprendra sur le tard pour épargner sa femme et ses gosses. (Quand cette amie s’étonne que Gloria ait des enfants : « Tu as des enfants, Gloria ? Enfin je veux dire tu es mère ? » – « Je suis père », répond-elle.)
Ce qui n’empêche pas ces derniers de s’éloigner de ce drôle de père. Sa femme, même séparée, continuera à l’aimer et c’est réciproque car malgré cette délicate situation, il ne faut pas croire que Gloria rêve d’amour avec des hommes, non. Elle n’aime que le corps des femmes, elle est lesbienne, elle l’était déjà quand elle était homme.
Comme pour beaucoup de trans,  les violences verbales et les passages à tabac sont fréquents car les hommes ne les supportent pas, elle a même subi un viol épouvantable, ce fut la la seule fois où son nouveau corps fut pénétré.
Et puis, comme beaucoup d’Hemingway, elle aime l’alcool, elle en consomme plus que de raison et lors de soirées mémorables, elle s’exhibe nue dans des lieux publics (notamment au Fouquet’s) et finit par se retrouver en prison. Une prison de femmes où elle devient le souffre-douleurs d’effrayantes gorgones. Dans cet endroit peu accueillant, elle écrit une lettre, une grande lettre à son père — qui s’est tiré une balle depuis belle lurette — pour lui expliquer son cas, se soulager. Jamais Ernest n’a voulu parler de « ça », toujours il lui a reproché d’avoir tué sa mère. Gloria lui écrit qu’à sa sortie, elle ira faire la fête au Secret puis se tirera une balle, comme lui, comme son père et d’autres Hemingway. A ce moment-là,  elle meurt d’une crise cardiaque, juste avant sa sortie.
Ce livre est bourré d’anecdotes, d’états d’âmes, de douleur mais à la fois de légèreté par le style enlevé, imagé, voire pétillant de l’auteure, notamment quand Gloria parle avec son amie dans la boîte de nuit. C’est un puzzle magique qui nous fait passer d’un sentiment à l’autre mais nous attache avec chaleur et brio à ce personnage qui commença aussi mal sa vie qu’il la finit, persuadé à raison que lorsqu’on s’intéressait à lui/à elle, c’est juste parce qu’il/elle était la progéniture de l’immense, du monumental Ernest, chasseur de lions, pêcheur de baleines, buveur, hâbleur, baiseur dont les deux meilleures amies, Dietrich et Garbo, toujours fourrées chez eux à Key West, seront les modèles en élégance, en habillement, en accessoires de Gloria.
Une histoire qui prend là.

Le Secret Hemingway de Brigitte Kernel. 2020 aux éditions Flammarion. 320 pages, 19 €

PS : j’ai acheté ce livre dans une librairie du 11ème qui, sur commande, vend le livre « au guichet ». Formidable idée de beaucoup de librairies et sur Librairies.com.

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

La nana aux dreadlocks et l’homme masqué

22/04/2020 Comments off

Ce matin, pour aller faire mes courses, je traversais la place des Vosges. Sous les arcades, j’avise une femme de belle allure, svelte, vêtue d’une redingote cintrée et de leggins noirs, de grosses chaussures de sport, les chevilles nues grâce aux mini-soquettes. Elle a une belle chevelure très brune mi-longue tout en dreadlocks bien ordonnées autour d’un joli visage. Je sortais du soleil et, dans l’ombre des arcades, je n’avais pas remarqué un accessoire important près d’elle : une sorte de charrette faite d’un assemblage de trottinettes où étaient joliment amoncelés des pièces d’habillement de couleurs vives, plusieurs gourdes de métal et autres objets mal définis.
dans un élan d’empathie, je mets la main à mon sac et lui dis que je peux l’aider. Je comptais lui donner un billet.
- M’aider ?
- Oui, vous donner quelque chose car je donne plutôt aux femmes …
- (elle sourit) : Ah non, ce n’est pas la peine. Je n’ai besoin de rien.
Et là, je vois le désastre buccal : elle n’a plus que quelques dents espacées sur les mâchoires et c’est tellement dommage de voir les dégâts sur son beau physique. Je lui demande ce qui lui est arrivé, comment s »est-elle retrouvée dehors.
Elle me réponds, d’une jolie voix claire, avec les mots de quelqu’un de bonne culture, qu’elle vient de Bruxelles, qu’elle est médecin et qu’elle a décidé de s’intéresser aux personnes précaires.
- C’est courageux ! Et vous faites quoi ?
- Je regarde comment elles sont traitées. Les voitures qui n’y font pas attention, les gens aussi. Je suis avec elles, quoi.
- Mais vous faites quoi ? Vous écrivez ?
- Oui, j’ai des blogs.
- Ah, ça m’intéresse, je peux les consulter ?
- Vous savez, les blogs, ça tombe. Je suis médecin. Et si vous voulez savoir ce que j’écris, vous n’avez qu’à lire les articles de Michel Cymes. J’écris quelque chose et le lendemain, c’est Michel Cymes qui les met dans son journal.
- Vous voulez dire qu’il vous pille ?
- Oui, c’est ça, il me pille.
S’ensuivirent quelques propos dont je ne saisis pas bien le sens. Je lui ai ai souhaité une bonne journée tandis qu’elle choisissait quel foulard appliquer sur son visage.
Lorsque je suis revenue plus tard, elle avait tombé la redingote et portait un petit haut bien échancré qui mettait en valeur sa jolie silhouette…

Plus loin, un homme masqué s’efface pour me laisser entrer dans un passage. Je le remercie joyeusement et il me dit :
- C’est bizarre, quand même, ces façons de s’éviter, maintenant.
- Oui, drôle de mode, d’autant plus que je ne porte pas de masque puisqu’il n’y en a pas ! Je fais très attention !
Attendez, dit-il en ouvrant sa grande sacoche. J’y aperçois une grosse liasse de masques bleutés. Je commence par refuser, alors il me dit : je suis infirmier, ne vous inquiétez pas, ils sont propres et j’en ai beaucoup.
Merci l’infirmier. Me voici à la tête d’un deuxième masque à usage unique. Je n’oserai pas m’en servir…

 

Categories: du vrai

L’art de perdre

19/04/2020 Comments off

L’art de perdre d’Alice Zeniter fait partie des livres qu’on m’a prêtés pendant cette période sans librairies et à côté duquel je serais passée, ce qui aurait été fort dommage. Curieusement, cet excellent roman est de la même inspiration que celui dont je vous ai parlé la semaine dernière, le Pays des autres, de Laïla Slimani car ici aussi, c’est une jeune femme d’aujourd’hui qui reconstitue le parcours de ses ascendants, grands-parents, parents et parentèle collatérale venus du Maghreb. Le premier avait pour cadre le Maroc, jusqu’en 54, date de son indépendance, et pour celui-ci, c’est l’Algérie et sa guerre d’indépendance, jusqu’à nos jours.
Le grand-père, Ali, est un montagnard kabyle qui cultive ses terres dans un magnifique paysage très sauvage où personne ne passe, loin de la ville. Il renvoie sa première femme parce qu’elle est stérile puis épouse Yema,une jeune fille toute petite, alors qu’il a une stature de géant, qui lui donnera un fils. Pour commencer. Ils auront dix enfants. Mais le premier fils, Hamid, c’est le trésor d’un père musulman, c’est à lui de soutenir la famille plus tard. D’ailleurs, il sera vite de toutes les obligations administratives et plus puisque ses parents sont analphabètes. Ali ne fait pas de politique, du moins comme l’indique l’auteure, il n’a pas les éléments pour comprendre ces choses, mais il a servi dans l’armée française, aussi continue-t-il à entretenir de bonnes relations avec notre pays, au grand dam d’autres membres de la famille qui sont indépendantistes. D’où beaucoup de brouilles, des morts.
Puis vient le moment où ils sont obligés de quitter l’Algérie, en 62. La France va tellement bien s’occuper d’eux qu’ils atterrissent dans le fameux camp de Rivesaltes, un lieu immonde, sale, froid, sans aucune commodité. Hamid a sept ans, il va aller en classe. Cette très mauvaise période assez longue se terminera lorsqu’on les logera dans une HLM en Normandie, où ils ne se sentiront jamais chez eux. Yema fait ses gosses, son ménage et sort peu. Elle ne comprend pas le français. Ali est embauché à l’usine où son emploi n’évoluera jamais contrairement aux Français de souche qui eux montent en grade. Hamid va prendre ne charge toutes les tâches que les voisins ne peuvent et ne savent pas faire, étrangers non intégrés qui ne comprennent rien. Il le fait avec grâce, c’est son rôle d’aîné bien que sa sœur est capable d’en faire autant, mais on ne le lui demande pas car c’est une fille. Ils craignent tellement qu’elle se laisse entraîner à devenir comme les Françaises en pantalon qui fument et sortent. Hamid travaille bien, il ne demande qu’à sortir de ce piège qu’est leur famille fermée sur elle-même. Il fera des études qui lui ouvriront l’esprit, d’autant qu’il devient ami avec deux étudiants révolutionnaires, intellectuels de gauche.
Puis il rencontre Clarisse et tous deux vont vivre leur amour malgré leurs hésitations du début, aucun n’osant avouer cette relation « contre nature » à ses parents.
Clarisse, fille charmante, apaisante, facile à vivre, ne réussira jamais à débloquer l’intimité d’Hamid sur ce qui s’est passé aussi bien pour son père que pour lui et qui semble leur pourrir la tête. Parfois, il est question d’emmener toute la famille là-bas, revoir la maison, les monts d’oliviers, les frères et cousins restés au pays, mais à cause d’attentats ou autres événements tragiques, ils s’y refusent.
Naïma, la narratrice, la seule enfant du couple Clarisse-Hamid, éprouve beaucoup de tendresse pour sa petite grand-mère algérienne, désormais veuve, mais vu qu’aucune ne parle la langue de l’autre (Hamid s’est bien gardé de parler arabe à sa fille), Naïma ne connaîtra jamais non plus cette histoire familiale, ses malheurs, la tristesse d’avoir perdu leur paradis.
Pourtant, elle sera poussée à aller en Algérie pour un travail artistique. Là, elle est accueillie dans un groupe d’intellectuels et autres artistes qui vivent peu ou prou comme elle. Puis se rendra, avec crainte, et sans s’annoncer, dans la montagne de ses aïeux, région contrôlée dorénavant par les barbus réacs. Elle y découvrira la chaleureuse ambiance de ces gens qui vivent de façon précaire mais ne sentira pas la fibre censée vibrer quand on retrouve ses racines.
Ce livre est passionnant dans l’optique socio-ethnologique. Il est raconté de façon tellement vivante qu’on voit les scènes en les lisant. La patriarchie, l’écrasement des femmes, les événements politiques, puis l’arrachement  d’une terre qu’on révère, qu’on a bâtie, irriguée de son sang. Et la dure réalité d’une transplantation dans un pays raciste où jamais on ne trouve sa place, jusqu’à la génération présente où beaucoup ne réussissent pas à pardonner à ceux d’avant, où les histoires du passé, tenaces, impactent encore la construction de leur être.

L’art de perdre d’Alice Zeniter, 2017 aux éditions Flammarion, 510 pages. 2019 aux éditions J’ai lu.
Prix littéraire du Monde 2017, Prix des libraires de Nancy 2017, Prix Goncourt des lycéens 2017

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #492

18/04/2020 Comments off

Qu’y a-t-il de plus inquiétant qu’une claustration sans farine, qu’une pénurie de farine sans sexe, qu’une envie féroce de sexe sans masque, qu’un masque sans coiffeur pour faire les racines, qu’une racine sans Médef pour en discuter, qu’un Médef sans école pour garder les enfants, qu’une école sans Macron pour en ouvrir la porte, qu’un Macron sans bronzage pour passer à la télé ? Quoi de plus inquiétant ? Rien, si ce n’est la mort d’un immense artiste dont personne n’a le courage de rire. Bon week-end quand même dear friends, on voit la lumière au bout du tunnel et on espére que ce n’est pas une locomotive qui nous fonce dessus !
- RR : Après 1 mois sans en porter, j’ai eu beaucoup de mal à faire rentrer les boucles d’oreilles dans le trou. Du coup, je m’inquiète pour ma vie sexuelle après le déconfinement.
- DA : N’allez surtout pas croire que je regarde des pornos toute la journée par pur plaisir, c’est juste pour pouvoir me rappeler comment on fait.
- CX : C’est vraiment de la merde le coronavirus. Christophe est mort mais Castaner va bien.
- JF : Certains vous rendent deux fois orphelins : d’eux et de leur œuvre.  Merci Christophe pour les deux.
- PI : Profitez du confinement pour construire des marionettes avec de la ficelle et du papier.
- LO : Christophe est mort. R.I.P On ne saura jamais ce que voulait dire : « je lui dirai les meubles »
- SF : La dangerosité de cette crise ce n’est pas le nombre de morts. Ce n’est pas la crise économique. Ce qui est dangereux, c’est que désormais plus de 60 millions de personnes savent que l’argent de leurs impôts, de leurs taxes, de leurs charges, n’allait pas où il devait aller.
- SF : C’est quand même dingue ce virus qui se transmet entre nous mais pas entre profs et élèves
- LC : Et si après le confinement on restait tous chez nous à boire des coups, se faire à bouffer, se raconter des histoires, pendant qu’ils comptent le pognon qui va leur manquer ?.
- CC : les crottes de chien sont les nouveaux mégots, si je comprends bien.
- SM : Un confiné pourra se déconfiner, mais un confini pourra t il se déconfinir ?
- FRR : Le lundi au soleil, c’est une chose Corona jamais.
- FP : Il n’a pas précisé l’année. C’est bien le 11 mai 2020 ?
- CC : Par contre il faut y aller doucement sur l’auto-bronzant, si ça continue le président va ressembler à Christine Lagarde
- AD : C’est malin ! le 11 tombe un lundi et tous les coiffeurs sont fermés le lundi…
- BR : Avant de me prononcer, j’attends que Sibeth nous traduise le discours.
- RT : Le medef décrète la réouverture des écoles le 11 mai.
- CC : Il faudrait aussi interdire les allers-retours dans la cave à vins entre 10h et 19h.
- AP : J’ai adoré son teint hâlé, j’ai hâte qu’il se teigne en blond et qu’il laisse le vent décoiffer sa chevelure comme sait si bien le faire son homologue américain..
- FIA : À froid, le seul truc clair c’est qu’on doit rester confinés un mois de plus. Toutes les autres annonces posent plus de questions qu’elles n’apportent de réponses.
- VM : Ca va être intéressant, les gestes barrière en maternelle et en crèche.
- CC : Ok Dumbledore, t’as 10 jours pour réfléchir et 10 jours pour aménager 300 000 salles de classes, cantines, préaux et fournir du savon pour se laver les mains et des masques pour les enseignants et le personnel. Et j’oublie certainement des trucs !
- BG : Depuis un mois qu’ils sont enfermés avec eux à leur faire classe, les parents sont prêts à envoyer leurs gosses en bas âges à l’école, même si elle est bourrée d’amiante et en flammes.
- DA : Macron vient d’annoncer à la télévision que j’allais baiser le 12 mai I !
- KS : En tous cas il avait bonne mine, nous on est blancs comme des culs ….
- JO : On n’a pas de masques, on n’a pas de gels, on n’a pas de tests, on n’a pas de surblouses, mais on va aider l’Afrique.
- DX : Vous excitez pas trop sur le 11 mai hein, vous pourriez être vachement déçu•e•s.
- RV : Ça ne m’arrange pas du tout le lundi 11 mai, on sera en semaine B et j’aurai les troisièmes 3 à 8h30…
- JFP : Putain moi je pensais qu’on était en pleine crise avec des milliers de morts, j’écoute Macron et je m’aperçois qu’en fait tout va super bien ! On est super efficaces, super organisés, super réactifs ! Ouf
- PI : Pendant deux mois t’auras pas relevé ton courrier, fait tes courses déguisé en cosmonaute, désinfecté la bouteille de désinfectant, tondu le chat, pris ta douche au sanytol pour éviter le covid19. Mais le 11 mai ton gamin va ramener la morve de tout le quartier à la maison
- MI : Je suis grand mère et instit en petite section de maternelle. On me dit que ce n’est pas prudent de garder mes petits enfants mais je peux aller m’occuper d’une classe entière… Cherchez l’erreur !
- DA : Je sens que tout le monde s’embrouille. Laissez-moi clarifier les annonces de Macron: le 11 mai on commencera le déconfinement de certaines personnes, et de quelques écoles, mais ce ne sera pas obligatoire et ça dépendra du suivi des tests qu’on n’aura pas encore reçus. C’est clair?
- LI : Si ma gosse retourne à l’école le 11 mai, je lui file un duvet, des conserves et elle y reste jusqu’au vaccin. J’ai réussi à ne pas choper la saloperie pour le moment, c’est pas pour qu’elle me la refile dans 1 mois. Je suis pas chien, je lui filerai aussi une tablette de chocolat.
- STP : Rappelons que le MEDEF ne représente pas l’intérêt général mais exclusivement celui des patrons.
- EG : La reine d’Angleterre vient d’être testée grâce aux kits venus de Chine. Elle est bien enceinte.
- GD : Hâte de voir arriver dans les rayons les premières fraises avec le nouveau label « cueillies par des enseignants qui ne travaillent pas ».
- CC : actuellement il y a beaucoup plus de dépôt dans mon verre de vin rouge que sur mon compte courant.
- ES : Après Boris Johnson, le Charles-de-Gaulle… Ce virus n’épargne donc personne !
- AA : Ce 11 mai, ça vous a donné un os a ronger, la machine est repartie, il est fort quand même notre président !
- CEMT : Par mesure de sécurité sanitaire, le 14 juillet aura cette année lieu le 18 octobre.
- SA : Le confinement, c’est trop bien. Tu as faim, tu manges. Tu veux jouer, tu joues. Tu veux dormir, tu dors. Tu veux sortir, tu manges.
- JLL : Quand j’ai un doute sur l’orthographe d’un mot, j’utilise le correcteur automatique de mon téléphone. Il ne se trompe Jamaïque.
- CW : On m’informe que je peux me tailler un masque dans une « vieille » chaussette, « veuve » de préférence. Voici qui sent fort le sapin.
- CE : Si j’avais su début mars que c’était la dernière fois que j’allais au restaurant, j’aurais pris un dessert !
- MK : Tiens, 1300 morts de plus à Wuhan, retrouvés sous un meuble. On va pas chinoiser…
- CC : Tu vas voir qu’on va trouver Dupont de Ligonnès avant les masques
- OK : Si ça se trouve, pendant que tout le monde est confiné, Xavier Dupont de Ligonnès se promène peinard, avec son attestation, par sécurité.
- TT : J’ai écrit « STOP FACTURES » sur ma boîte aux lettres, on verra ce que ça donne.
- TL : J’ai acheté des petits gâteaux pas très bons pour en manger moins, résultat : je les mange quand même et ils sont pas très bons
- AL : Allez encore un mois à la maison. On va sortir, ça sera la canicule, du coup on va rentrer parce qu’il fait trop chaud dehors. Trop bien.
- PI : Tiens, le FMI et la Banque Mondiale s’inquiètent de l’argent qui manque à l’Afrique. Ça doit vouloir dire que c’est dangereux pour l’occident.
- SF : Avouez quand même que perdre un porte-avions en temps de paix c’est ballot. Il nous aura vraiment tout fait ce gouvernement
- JT : J’ai enfilé mon masque et mes gants, j’ai embrassé mes enfants et j’ai dit à ma femme: « Si je meurs en allant faire les courses, refais ta vie, tu es encore jeune et belle ». Elle m’a répondu: « Ok mais n’oublie pas de rapporter de la farine. »

RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site et mon blog. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Grand livre !

13/04/2020 Comments off

Je n’ai pas aimé la violence (gratuite ?) des romans précédents de Leïla Slimani, mais là je suis bluffée par son talent romanesque. Le Pays des autres est le premier tome de la trilogie  concernant son histoire familiale. Ce livre est superbement mené, il pétille de récits et d’anecdotes inattendues, les descriptions sont tout sauf banales, ça avance, ça bute, ça explose, ça repart, ça coule comme un torrent fougueux (excusez ce style pompier, c’est juste un essai).
L’histoire racontée ici est celle de ses grands-parents, un couple improbable composé d’une fougueuse et monumentale Alsacienne pure souche et d’un petit mais très beau Marocain engagé dans la guerre pour défendre notre pays. En 44, ils se trouvent et l’amour fait le reste. Elle accepte de le suivre dans son beau pays, le Maroc, où le père dAmine, paysan, a acquis des terres, espérance d’une vie fructueuse.
Mais déjà, le père meurt. Ils logent un certain temps chez la mère d’Amine, une Arabe pur jus, veuve, soumise à la tradition, qui élève deux plus jeunes enfants, Oscar, nationaliste qui va se heurter farouchement aux Français, et Selma, dont la beauté sera fatale.
Pendant les dix ans que durent le récit, de 45 jusqu’en 55, moment où le Maroc acquiert son indépendance, Mathilde va essayer de se faire à sa vie d’exil, le rêve effondré car la ferme est une baraque et la terre ingrate. Les femmes ont juste le droit d’obéir au mari, au grand fils, au frère. Le couple provoque de l’incompréhension, trahison d’un homme qui fraie avec l’ennemie. Mais elle s’accroche, elle ment dans ses lettres à sa sœur, enjolivant la ruine de ses espoirs. Elle aime malgré tout son mari qui travaille comme un bœuf pour améliorer les cultures mais ne comprend pas les caprices de sa femme qui aimerait tant sortir un peu de ce désert. Ils ont deux enfants dont une fillette toute menue, qui ne s’adaptera pas à l’école, tiraillée entre ses deux cultures, et sera rejetée par les autres enfants à cause de son extrême intelligence.
Ce livre va nous faire partager la vie d’un peuple rêvant d’émancipation, celle routinière des paysans, celle des jeunes filles frustrées de leurs désirs de libération, des colons ayant réussi, des jeunes filles mariées de force, de révolutionnaires… Une fresque très vivante, foisonnante même, montée cut comme un film exaltant avec ses caractères bien ciselés.

Le Pays des autres de Leïla Slimani. 2020 aux éditions Gallimard. 368 pages, 20€

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #491

11/04/2020 Comments off

Nous sommes de vrais concombres masqués sauf que si le concombre est encore accessible au pékin (ah ah) moyen, le masque fait l’objet d’un trafic insensé et d’une créativité sans borgnes. Le masque, presque unique sujet de notre ressentiment contre le Pouvoir Central, va dévaster le travail des paparazzi, il va t’arranger le portrait comme un rien, tu vas pouvoir planquer ta bouche de canard, ton irrésistible sourire, tes fossettes, ta barbe miteuse, tes dents pourries, ton persil sur incisive, ton menton en galoche ou fuyant, ton nez couperosé, épaté ou épatant mais aussi tes jolies pommettes et ta moue sensuelle. Ne parlons pas de ton bronzage gâché. Foutu masque ! Comme la culotte dissimule l’Origine du monde, le masque va cacher l’original des êtres qui fait encore notre identité. Niqabés jusqu’au trognon, nous n’aurons plus rien d’humain. Si tant est que nous en ayons encore un chouille. Bon week-end de Pâques, chères et chers confiné.e.s  et mes meilleurs œufs !
- CX : Je sais pas où ça a merdé mais on avait dit que le futur, ça serait des voitures volantes et au final on se retrouve à suivre des tutos pour se faire des masques avec des chaussettes sales.
- CEMT : Aujourd’hui, tu quittes twitter cinq minutes pour aller pisser, en revenant tu apprends que Macron a visité 12 villes, rencontré le Professeur Raoult, la Reine d’Angleterre et Jean-Claude Vandamme.
- TC : On est d’accord que le gars qui prend une augmentation pendant qu’il est confiné, c’est forcément une promotion canapé ?
- DA : Je voudrais pas vous décevoir mais après vérification, au regard de ma fine analyse sur le terrain de plouc provincial et d’après une étude Covimoov-Monkusurlacomod, c’est bien la globalité des Français qui sont de complets abrutis irresponsables, pas uniquement les Parisiens.*
- OVH : Vous allez voir que maintenant, on va s’écharper pour trouver des Niqab.
- TC : Concrètement tout est parti en couilles depuis cette histoire de « Dry January ». Que ça vous serve de leçon, plus jamais ça !
- JPT : Vivement le covid interruptus !
- OV : Je ne dis pas que Trump se trompe quand il exhorte les américains à prendre de la chloroquine en automédication. 
Je rappelle juste qu’il voulait que les pompiers de Paris utilisent des Canadairs pour éteindre l’incendie de Notre-Dame.
- RR : Si à 50 ans t’as une Rolex mais pas de machine à coudre ni d’élastique, t’as raté ta vie.
- PA : Lorsque les gosses vont reprendre l’école, je redoute ce qu’ils vont raconter à leurs profs sur leur confinement à la maison…
- CC : On passe à l’heure de confinement : vous pouvez avancer vos balances de cinq kilos.
- PI : Ça va les Daft Punk? On fait ses courses peinard ?
- RR : Comme je n’ai pas de masque et pas envie de faire l’attestation, je viens de tourner 15 minutes en rond entre les quatre murs du parking extérieur. Je suis à deux doigts d’appeler Isabelle Balkany pour qu’elle me fasse libérer.
- MA : Chouette, on a enfin réussi à charger des avions en Chine avec les masques. Il ne reste plus qu’à attendre qu’on nous rende le pilote qui était positif au Covid 19 On ne l’avait même pas testé. Pourquoi je ne suis pas surpris ?
- TH : Mon insulte préférée est désormais « Vas sucer des poignées de portes ! »
- EP : Je propose qu’on ne déconfine pas les hommes.
- TC : Après avoir testé les milles une positions sur un canapé, j’envisage d’écrire le Canap-Sutra.
- LE : Lavez vous fréquemment les mains, toussez dans votre coude et anéantissez le capitalisme.
- DA : Sibeth Ndiaye vient d’annoncer que le 1er Mai sera exceptionnellement renommé Fête du Télétravail.
- JT : On pourrait peut-être demander à l’équipe d’ouvriers chinois qui a fabriqué l’hôpital en 10 jours de venir nous aider à fabriquer des masques en papier.
- LE : Si les cons fabriquaient des masques, y en aurait pour tout le monde.
- GD : In French, we do not say « reconnaître avoir menti sur les masques », we say « réévaluer la doctrine pour équiper les Français » and I think qu’on nous prend bien pour des canetons de deux semaines.
- GD : J’essaie vaguement de comprendre pourquoi la popularité du Jupiter du Touquet remonte, mais à part que les gens sniffent leur levure et leur farine, je n’ai pas d’explication.
- UL : La 6ème puissance mondiale recherche des sacs poubelles de 120 l pour fabriquer des surblouses…
- GD : Il faut voir le positif de cette crise pour Jupiter : il n’a jamais pu autant se déplacer tranquillement partout en France.
- OB : Les gens qui relient Coronavirus et privation de liberté, profitez-en bien pour râler parce que quand vous serez intubé vous ne pourrez plus le faire.
- LE : Je rappelle que « fils de pute » n’est pas une insulte acceptable, pute c’est un métier honorable et difficile. La profession des parents ne peut être une insulte. Préférez « raclure de fosse septique » ou « sac à merde ».
- DC : En ce temps de confinement, il est sage de prendre son mâle en patience.
- SM : Dénonce tes voisins qui font du jogging, et accumule des points pour gagner un week-end à Vichy.
- VS : Quizz : Comment le gouvernement va-t-il relancer l’économie : —  En allant récupérer les 80 milliards d’euros d’évasion fiscale ? —  En défonçant le code du travail ?
- DNP : Morbihan : Des chéquiers de dix chèques de 3,5 € sont distribués aux personnes sans domicile fixe sans ressources pour s’approvisionner le temps de la crise sanitaire. Quel esprit tordu a pu imaginer un montant de 3,5 € ??????
- JT : « Noël au pangolin, Pâques dans le pétrin ». Confucius 485 av.J-C
- CEMT : « Et au bout de trois jours Jésus-Christ a ressuscité grâce à une dose de chloroquine, donc vous voyez, le traitement marche. »
- LE : Ça commence à se voir que les éditorialistes et autres philosophes de bureau de tabac ne sont pas très utiles au bien être de la population.
- HB : Liliane a fait ses valises pour de bon cette fois, c’est la fin d’une époque… A noter que le virus venait d’un pays communiste.
- MK : Pénurie de préservatifs : la situation semble très tendue
- CC : C’est quand l’allocution présidentielle ? Que je me prépare pour cette demi-finale du ni oui ni non.
- XX : Le « monde d’après », on n’a qu’à l’appeler l’e-Monde. Ça sonne bien.
-  LC : Mes soutifs doivent croire que j’suis morte.
- RP : « Papa, penses-tu que la crise sanitaire aura pour conséquence une recomposition géopolitique du capitalisme, marquée par la montée en puissance de la Chine ?  » Titouan, 14 mois.
- IT : 94% des Français n’ont pas été convaincus par le discours que Macron prononcera lundi prochain.
- PI : J’ai une pensée pour cet homme ou cette femme qui, s’il ou elle est vivant(e), se dit tous les soirs en s’endormant « c’est vrai qu’il avait un goût de chauve-souris ce pangolin ».
- CC : Ils doivent bien s’emmerder en ce moment chez bison futé.
- LR : J’ai entendu dire que Pamela Anderson était atteinte du Coronavirus mais en fait elle est juste à seins pneumatiques.
- CC : J’’ai tous mes points sur mon permis, je les échange contre des sacs de farine.

* (note pour ceux qui, comme moi, sont restés malgré tout à Paris, délaissant leur ryad, longère et autre manoir plus accueillants en cette période quasi estivale)

NOTE IMPORTANTE : Je suis harcelée de vidéos, articles  et autres bidules en MP. Les messages MP, c’est personnel. Je ne lis rien en MP qui ne soit perso et ne regarde pas les vidéos. Merci de m’épargner ce petit désagrément, restons fessebouquiens sur le fil ordinaire, ça me va bien comme ça.

RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site et mon blog. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Parlons masque…

06/04/2020 Comments off

Paraît que ça va être obligatoire. Le masque. A défaut de pouvoir m’en procurer,  je vais porter ce masque, un authentique masque de Dali qu’il a offert à ma sœur en 1966. Parfaitement ! Cette année-là, mon père m’avait filé son énorme Beaulieu, six places, moteur V8, phare au plancher et changement de vitesses au volant, rutilante, un paquebot des routes et nous partîmes à quatre blondes, cap sud, à Cadaquès exactement, avec un chèque en blanc pour la location, un petit appartement avec vue sur la plage. A peine garée, sur qui tombé-je ? Sur Simon le philosophe rencontré  au bal de la Contrescarpe du 14 juillet ! Et que me m’annonce-t-il ? Qu’il se rend illico chez le Maïtrrrre Dali himself, alors que si ça m’amuse… Et comment donc !
Me voilà partie avec un vieux jeans coupé aux genoux et un T-shirt quelconque, le truc pour conduire à l’aise quoi. Nous arrivons à Port LLigat où l’ours géant nous accueille avant que le Maîtrrre nous prie d’entrer. Il est dans le patio avec Jean-Christophe Averty auquel il est fier de montrer son dernier chef d’œuvre géniââââl : un flacon de Vim cabossé sur lequel il a collé quelques mouches en plastoc. Magnifique ! dit l’homme aux bébés passés  à la moulinette.
Introduite dans le saint des seins et des godes (la chambre des gouines en offre une affriolante collection), je suis régulièrement invitée à ses soirées où ma jeune sœur et moi-même avons l’honneur de chanter deux trois chansons à la guitare et mon harmonica en do en haut d’un petit escalier blanc.
Un soir, tard, ma sœur, pas encore habituée au champagne, attrape ce masque sur un banc, qui sert à un film en tournage, et se met à déclamer le Roi des Aulnes en allemand. Vous savez : Wer reitet so spät durch Nacht and Wind… qu’on apprenait par cœur en allemand deuxième langue. Tout s’arrête, même Wagner, tout le monde regarde cette adolescente qui déclame sans vergogne du Goethe dans le texte… le Maîtrrrre, un peu amorti dans son fauteuil Emmanuelle, s’ébroue, il est ravi, il applaudit et pour la peine,  fait cadeau du masque à sa sister.
Non seulement on n’en fait pas un plat, mais surtout on en fait une lampe : facile, deux bouts de fil de fer, deux clous et l’ampoule nue de notre chambre prend la forme d’une créature inquiétante illuminée de l’intérieur. Et l’ampoule est chaude, ça crame le masque. Bon, tant pis. Et puis on va vivre notre vie, ma sœur met le masque avec d’autres vieilleries.  Puis, quand nos parents sont morts et qu’il nous faut vider la maison, nous tombons sur le masque de Dali, tout chiffonné, patiné. Ma sœur le jette comme tout le reste. Oh mais non, le masque de Dali quand même ! Et je le récupère. Et voilà des siècles que je le trimballe de maisons en maisons dans une jolie boîte, enveloppé de papier de soie.
Aujourd’hui où il est question de masques obligatoires, je veux le lui rendre mais refuse : Encore un fouilles en plus, merci bien ! Alors bon, je vais finir par le porter, je ne dis pas qu’il est très confortable, ni très seyant, si très approprié, mais c’est le masque de Dali, quand même !
(Si vous voulez me braquer pour en tirer une fortune, il ne vaut rien, il n’est même pas signé, je me suis déjà renseignée, vous pensez !)

PS : Jamais retrouvé Simon le Philosophe par la suite à Paris, un garçon charmant. Ce premier jour, il m’a raccompagnée à l’appart et pour le remercier, je l’ai fait monter, lui ai présenté mes sœurs et la copine et nous lui avons proposé un bon café. Car les trois blondes avaient vidé la voiture et fait les courses pendant ce temps-là. Un bon café, certes, à en juger par le sourire de connaisseur de Simon. Puis l’une de nous en avale une gorgée et recrache tout, dégoûtée : on ne savait pas que l’eau du robinet était saumâtre !

Texte et photo © dominique cozette

Categories: du vrai

Les Fessebouqueries #490

04/04/2020 Comments off

Alors que vous êtes tous partis en vacances, hou, la honte !, le chien de garde Lallement répand sa rage baveuse, ouh le vilain !, et Darmanin fait la manche, hou le ballot !, après nous avoir sucré un pognon de dingue en faveur de ses chers amis, ouh la crapule ! Les masques tombent, enfin, quand il y en a, le bac chute, les balcons s’emplissent à huit heures pétantes et Paul et Mick Victor continuent de se prendre le chou sur la pandémie. Quand on parle du déconfinement, on n’en voit pas la queue, moi je vous l’dis ! Bon zweekande à vous nez en moins et des bisous solaires.

- CX : J’adore voir Macron et Philippe remercier encore et encore le personnel hospitalier après leur avoir envoyé des charges de CRS en manif. Ça me fait penser aux mecs qui tabassent leur meuf avant de leur dire « t’en vas pas bébé je t’aime ».
- PR : C’est là qu’on se rendit compte que la moitié des gens qui bossaient ne servaient à rien.
- CC : Je ne suis pas du tout préparée pour le covid-19, déjà j’ai pas vu les 18 premières saisons.
- COP : Nabilla a été nommée pour seconder Sibeth Ndiaye. C’est Marlène Shiappa qui l’a annoncé chez Hannouna !
- AV : Mon gynécologue me propose des consultations en vidéo … Ça va être compliqué quand même … Oui ? Non ?
- MA : Capillairement parlant, je prépare un hommage à Agnès Varda.
- CEMT : « Non, la Chine n’a pas falsifié les chiffres de mortalité du coronavirus, les 17 habitants du pays vont très bien. » !
- MA : Nous avons assez de recul à présent pour comprendre que Castaner aurait dû être ministre de la santé et Buzyn ministre de la défense. Les masques auraient eu de l’avance et les LBD auraient eu un retard monstrueux !
- MK : Livraison de 10000 respirateurs à la mi-mai : on retient son souffle !
- JPT : Chaque soir, pour remercier nos soignants, je prends deux couvercles de casseroles et je fais du bruit. Ok, je ressemble au lapin Duracell, mais j’assume.
- TC : Ça vous dit on fait une collecte de bouquins de cuisine pour les envoyer en Chine ? Si on peut éviter le prochain virus en leur apprenant à faire une blanquette, ça vaut le coup.
- RR : J’ai aussi lavé les sacs monoprix et nettoyé toutes mes courses avec des lingettes javellisées. Tous les articles respectent le mètre de distance. Je les rangerai demain matin après les avoir passées au four à 63 degrés. Sinon ça va.
- HD : La cagnotte de  Darmanin : En voilà une idée qu’elle est bonne !! On pourrait tous donner une partie de nos revenus à l’État pour qu’il l’utilise pour le bien de tous… on appellerait ça l’impôt ! Là Gérald tu t’es surpassé !
- RV : Une femme vient d’être ponctionnée de 135 € pour avoir coché la case « achat de première nécessité  » alors qu’elle achetait une pâtisserie. On avait pourtant demandé aux flics de faire preuve de discernement. Mais c’est vrai que s’ils faisaient preuve de discernement, ils ne seraient pas flics.
- NS : Du coup pour Pâques les gens vont rester chez œufs !
- MF : Mon mari a sorti une carte du monde, m’a donné une fléchette et m’a dit : « Lance la fléchette sur la carte et je t’emmène là où elle tombe, après la pandémie. » On va passer deux semaines derrière le frigo.
- DA : J’ai pris rendez-vous chez le coiffeur pour la sortie du confinement, il m’a bloqué un rendez-vous le 17 février 2021 sous réserve de confirmation par carte bleue & versement d’un acompte de 130€.
- OB : Pendant que Monsieur Darmanin lance un appel aux dons …. les entreprises européennes s’apprêtent à verser aux actionnaires 359 milliards d’euros de dividendes !
- TC : Allumer les lumières et se mettre au balcon en tapant des mains tous les soirs… encore quelques mois et on a résolu le problème des moustiques.
- NA : Pour Lallement, les choses sont simples : tu es frappé par un CRS ? Tu l’as mérité ! Tu es frappé par le COVID 19 ? Tu l’as mérité ! Et quand tu es frappé par la connerie, c’est que tu es préfet de police de Paris !
- DCF : « Je regrette mes propos. Les malades doivent être respectés. Je leur pardonne de nous créer des problèmes ». Lallement.
- RR : Apparemment Lallement a franchi la ligne Maginot.
- MA : La bonne nouvelle, c’est qu’on va échapper aux spectacles de fin d’année dans les écoles
- SE : Vous en êtes où de votre prise de poids pour cause de confinement? Perso, je suis passé de la taille 42 à sarouel.
- CH : on ne m’enlèvera pas de l’idée que les gamins de 7 ans qui ne sont que faiblement impactés par le coronavirus pourraient très bien faire tourner l’économie mais bien sûr les Cassandre vont encore hurler à l’esclavage infantile.
- PI : C’est presque perturbant de voir les Américains vivre quelque chose qu’on a déjà vécu.
- CEMT : —  Monsieur le Premier Ministre, excusez si ma question semble trop directe, mais est-ce que ça va ? —  Oui, ça va, merci. —  Je n’ai pas d’autre question, cette commission d’enquête sur le coronavirus est terminée.
- GP : Les Tchèques volent les masques destinés aux Italiens, les Français s’emparent de ceux prévus pour les Espagnols, les Américains rachètent cash sur les tarmacs chinois les cargaisons en partance pour la France… Elle est pas belle l’Europe ?
- CV : – Mamaaaan ? Mieux vaut que j’aie le Coronavirus ou que tu aies le Coronavirus ?
- … Confinement, dix-neuvième jour.
- CC : Du coup, si tu fais la vaisselle tous les jours pendant le confinement, tu obtiens le bac à évier ?
-  JB : J’espère que pour le déconfinement, il y aura des soldats américains sur des chars qui distribueront des chewing-gums à la chloroquine, sinon je demande à être remboursé.
- CC : Le sachiez-vous ? Il est nécessaire d’avoir une attestation pour sortir son chien, mais pas pour ramasser ses crottes. Merci d’avance.
- HD : On vit dans un monde où on en vient à regretter que Roselyne Bachelot ne soit plus ministre de la santé. C’est vous dire à quel point c’est parti en vrille.
- DS : Alors on fabrique des A 380, des Rafales, des Satellites, des Paquebots, mais un bout de tissus avec 2 élastiques on y arrive pas ?????
- JC : Nous déplorons deux disparitions tragiques consécutives à la crise du coronavirus: — l’Union européenne, définitivement ridiculisée…  — la parole politique, définitivement discréditée…
- OM : Et ce connard de voisin du 3ème qui n’a pas daigné sortir une seule fois pour applaudir à 20h sous prétexte qu’il est au « travail »… Enculé d’infirmier.
- MI : Quand je vais expliquer à mes gosses que j’ai mon bac grâce à un pangolin !
- OK : La France, l’autre pays du jogging.
- CX: Comment ça m’énerve tous ces parisiens qui prennent la route pour partir en vacances aujourd’hui. À cause de ces connards je suis obligé de partir demain pour éviter les bouchons.
- AA : Faire son pain, c’est tellement so la 1ère semaine de confinement, moi, je fais moi-même mes steaks maintenant. Il suffit d’un bœuf ou d’une vache et d’un couteau bien aiguisé. En plus, point de vue pédagogie, avec les enfants, c’est super.
- DA : Spéciale dédicace à la meuf de la résidence d’en face qui beugle tous les soirs à 19h55 « YOUHOOOUUU VOUS ÊTES TOUS LÀ ??! » de sa fenêtre avant de taper sur une casserole jusqu’à 20h12 avec ses gosses : par pitié contentez-vous de faire une bataille d’oreillers avec des parpaings.
- JB : N’oublions pas que ce confinement est aussi une grande vague d’espoir pour les boîtes de salsifis et de flageolets abandonnées depuis 1997 dans nos placards.
- CC : Femmes et hommes des milieux soignant, alimentaire, éducatif et sanitaire, n’hésitez pas à inscrire la moitié de la France dans les personnes à charge lorsque vous remplirez votre déclaration d’impôts.

RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site et mon blog. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Du tambour au tam-tam

01/04/2020 Comments off

Mais pourquoi cette image ? Ici, nous sommes au 7 rue Sainte Croix de la Bretonnerie, dans le Marais parisien où je me promène souvent. Ici, certains s’en souviennent, se tenait une belle boulangerie. Et d’un seul coup, fini ! J’y vois cet affichage, preuve s’il en est de la disparition de commerces traditionnels au profit d’une boboïsation totalement inutile.  Qui va acheter un soutif en se levant pour le tremper dans son café au lait ?
Et sous la boulangerie, qui se souvient d’un club de jazz réputé dans les années 60, appelé le Gill’s Club, labyrinthe de caves voutées puant le tabac et le salpêtre du temps de sa splendeur ? Il fut créé en 1963 par Gilles Nicolas, d’où le nom, et Jean-Claude Weill qui logeait dans les étages. Jean-Claude était guitariste et Gilles batteur de jazz.
Parallèlement, ils fondèrent le Gill’s Club de l’été, derrière Saint de Monts, dans une bourrine au toit de chaume en plein marais (le marais, encore) vendéen où défilèrent de nombreux musiciens de jazz qui tournaient sur les plages avec France Gall ou Carlos, heureux de pouvoir y faire un bœuf et « se laver les oreilles de cette variétoche de m… ».

Revenons à celui de Paris que je n’ai pas beaucoup fréquenté, étant un peu jeune à cette époque bénie du bebop, de Coltrane, Mac Coy Tyner et autres Messengers. Ce club marchait bien, surtout les vendredis ou samedis soir et rien ne laissait présager qu’il fermerait pour une raison brutale : 141 jeunes morts dans l’incendie d’un dancing à Saint Laurent du Pont, le 1er novembre 70, le bal tragique qui anticipa d’une semaine le « bal tragique à Colombey » (mort du général de Gaulle) pour lequel Hara Kiri fut immédiatement interdit à la vente, remplacé aussi sec par Charlie Hebdo.
Mais pourquoi vous assommé-je avec ces sombres histoires ? Parce que ça m’a frappée de voir qu’à la batterie de Gilles Nicolas (devenu plus tard mon ex-mari, je résume) succèderait un autre instrument de la famille des percussions : le tam-tam d’une princesse. C’est un peu maigre ? Continuons.
En 1970, donc, l’incendie ravageur du dancing où se produisait un groupe de rock tua en moins de dix minutes ces 141 malheureux jeunes, soit qu’ils furent asphyxiés par les vapeurs dégagées par le polystyrène, soit qu’ils furent brûlés vifs, d’autant qu’une boule de feu traversa l’espace quand quelques-uns réussirent à forcer une issue de secours, fermée comme toutes les autres par peur du resquillage. En dix minutes, tout fut fini. Les musiciens furent retrouvés figés sur scène, jouant probablement sans se rendre compte qu’ils étaient en train de s’asphyxier. 63 fautes furent retenues contre le gérant lors du procès. Il fit de la prison.
Après cet horrible fait divers, tous les établissements publics qui ne possédaient pas d’issues de secours durent fermer. Ainsi les caves. Donc le Gill’s club.
Gilles me raconta que pour maintenir cet établissement, ils avaient essayé de racheter la boulangerie et j’ai gobé ça, comme s’ils en avaient les moyens ! D’autant qu’en fouillant le net pour en savoir un peu plus (les protagonistes étant décédés), j’apprends que le Gill’s Club de Paris avait été repris en 1965 par un autre fou de jazz, Gérard Terronès, — plus rien à voir avec Gilles — qui y implanta le free jazz et y créa un label et qui est mort lui aussi il y a peu.
La fondatrice de Princesse tam-tam  est, elle aussi, décédée avec son mari, lors d’un attentat à Bombay qui tua 130 personnes.

Quant au Gill’s Club vendéen, il finit en flammes, ces foutues flammes, par une nuit d’hiver 72, frappé par la foudre.
Ces incendies, ces attentats, ces morts brutales bientôt effacées par une enseigne de produits pou-pou-pidou qui font rêver les femmes pour ce qu’elle leur promet et les hommes pour le désir de l’ôter au plus vite du buste de leur conquête, sans tambour ni trompette, sur la superbe couche d’un magnifique Airbnb dont les affaires, figées par le confinement, repartiront hélas dans quelques temps avec les incessants bruits de roulettes de ses petites valises taille cabine, qui passeront devant l’ex- chouette librairie gay (et pas que) au 6 de la même rue, les Mots à la bouche*, priée de plier les gaules pour laisser la place à un marchand de pompes vintage d’un docteur anglais. Ciao culture.
Qui a dit que Paris sera toujours Paris ?
(Maurice Chevalier qui honora joyeusement les seins avec Valentine et ses petits tétons et les chaussures avec ses petits petons. La boucle est-elle bouclée ?)

* la librairie va rouvrir pas loin, rue St Amboise dans le 11ème. Ouf.

Texte © dominique cozette.

Categories: kultur