Archive

Archives pour la catégorie ‘people’

Cécilia qui ?

07/12/2009 Comments off
abortion # 3

abortion # 3

Elle se serait bien appelée Cécilia, Maria, Sara, Isabel Giganel Albeniz mais le sort en décidé autrement. pourtant, elle aurait eu un destin enviable. Issue d’une riche famille ibéro-moldave, de physique agréable, d’intelligence opiniâtre, et malgré un coeur fragile, elle eût pu réussir dans le fief des fieffés de droite à savoir la fac d’Assas, qu’elle aurait désertée parfois pour faire son job de mannequin cabine. Qu’est-ce qu’un mannequin cabine ? C’est une nana grande, aux mensurations adéquates mais au visage insuffisamment attractif pour devenir top modèle. Elle en est donc réduite à défiler dans une boutique de luxe pour de riches dames qui ont la flemme d’essayer les tenues haute-couture. Vous croyez quand même pas qu’elles vont risquer de se décoiffer alors qu’une personne peut le faire à leur place ! Pas très rigolo comme job. Puis après, elle aurait fait potiche dans une émission d’un gros ponte de la TV au nom incertain, appelons-le Jean Dupont ou Jacques Martin. Qu’elle aurait épousée devant un petit bonhomme agité, maire de Neuilly qui se serait dit en la voyant : « Je la veux, je la veux, je la veux ! » Il l’aurait eue et comme il aurait aussi voulu devenir président des Français, elle lui aurait fait gravir les échelons de cette rude ambition. Refusant de devenir Première Dame de France, elle l’aurait largué pour un publicitaire assez beau garçon, pour changer. Regardant dans sa boule de verre, le Bon Dieu y a vu une chieuse de première et l’a lui a fermé la terre. Cinquante ans plus tard, les Français ont donné donc leurs voix à une femme, oui madame, très… enfin… atypique c’est le mot, très peu appréciée de la mâlitude politique, très à son aise dans l’international, les media, les meetings. Très diva, quoâ.  Enfin, hein, c’est la vie, ce qui est fait est fait !

Photo et texte © dominiquecozette

Categories: people

Michel Delon, le frère

23/11/2009 Comments off

Abortion#2

Conçu par des parents charcutiers, le garçon aurait dû se prénommer Michel. Il était attendu comme le messie après les huit fausses couches de sa mère. Il aurait été un enfant sans histoire, comme le sont les futurs assassins qui savent cacher leur jeu. Le problème, c’est le refoulement d’une jalousie maladive énorme à l’encontre de son frère Alain, son cadet de deux ans, Alain qui était le plus joli garçon qu’on ait jamais vu. Michel aurait donc suivi docilement ses études de viande pour plaire à son père qui en attendant était un enfoiré de première, il aurait repris le petit commerce qu’il aurait agrandi avec la boucherie voisine et aurait été ainsi le roi du quartier. Mais son frère Alain lui pourrissait la vie. D’abord, il l’avait plus longue (vous savez de quoi je parle), mais surtout, les filles que lui-même avait un mal fou à draguer s’enflammaient dès qu’elles voyaient Alain, puis elles n’avaient de cesse de réclamer. Bien sûr, il en profitait, couchait avec les unes et les autres en leur promettant son frère, mais ça lasse. Quand Alain entra dans le cinéma avec le succès que l’on sait, ce fut la goutte de sang qui fit déborder le boudin : un soir, très tard, Michel empoigna un couteau à désosser et lui fit la peau. Ce fut simple : il le débita et le prépara comme un cochon. Par la suite,  il se réjouit des réflexions des clients qui félicitaient son père pour ces excellentes tripes, ce succulent jambonneau, ces sublimes rillettes. Mais ce jour n’arriva jamais car Dieu, tombé amoureux par avance d’Alain, empêcha la naissance du méchant Michel qui chut dans les toilettes à la turque de la charcuterie au fond de la courette, à à peine quatre mois de développement foetal.

Texte et photo © dominiquecozette

Categories: people

Sale péripatéticienne !

20/10/2009 Comments off
Allumeuse !

Maillasse !

Un jour, il rentre du travail plus tôt et il voit sa fiancée s’adonner à des privautés avec un autre garçon. Son sang ne fait qu’un tour, il la renie. Il trouve que vraiment, ça ne se fait pas, le sexe oral avec un autre homme que celui avec qui on est, d’ailleurs il lui souhaite plein de choses moches et violentes, il a envie de lui faire des trucs qu’on ne peut pas rapporter dans un blog, lui il est fidèle, il l’aime, il ne mérite pas cela, alors comme il souffre,  il la traite de tous les noms et notamment de sale péripatéticienne. Et puis il énumère par le menu les dégâts qu’il ferait à son corps, ce n’est pas très gentil et ça fait mal d’entendre ça,  en même temps, c’est pas très futé de faire ça (je parle du sexe oral) dans l’entrée, au su et au vu de tout le monde, elle l’aurait cherché que ça aurait pas été pire. Tout le monde a dit pis que pendre de cette chanson, moi je ne sais pas trop quoi penser de tout ça et d’ailleurs personne ne me le demande. Si vous me le demandez, je dirai : Puisque vous me demandez ce que je pense de cette chanson, je vais vous dire : j’en pense que pouic ! Orelsan, il aurait dit : je m’en bats les choses. Et la jeune fille, elle aurait dit en tapant sur sa fesse (comme sur le dessin) « maillasse ».  Et je ne serais pas plus avancée !

Texte © dominiquecozette d’après la chanson Sale Pu** (sic) d’Orelsan
Dessin © dominiquecozette

Categories: people

Etre ou disparaître…

16/10/2009 Comments off
Survivants de la tribu Akuntsu, Brésil

Survivants de la tribu Akuntsu, Brésil

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il ne s’agit pas d’un trio issu de la tribu Akuntsu d’Amazonie brésilienne, mais bien de Gina Lollobrigida la bien nommée, Françoise Arnould et Bernadette Lafont en vacances en Casamance où elles ont appris à entrer dans le réseau FB, drivées par Casimir, GO web du club. Problème : leur recherche de nouveaux amis est souvent vaine puisque les personnes qu’elles ciblent, de leur génération,  ne pratiquent pas le net. Quant aux plus jeunes par elles clickées, elles n’ont pas encore répondu. Elles en sont là, avec leurs six amis, elles-mêmes donc, plus Casimir, sa femme Kadiatou qui tresse les petites nattes mais n’a pas d’ordi et Matty qui donne les cours de Shiatsu, le matin, au bord de l’Atlantique.

Blague à part, ce petit 20×20 part d’une photo parue dans Courrier International n°977, où une aide est demandée en faveur des derniers Indiens de la tribu Akuntsu menacés de disparition. Voir le site Survival
Ce petit format et dix autres seront à l’expo 111 des Arts à Lyon du 10 au 22 novembre, pour venir en aide aux enfants hospitalisés.

Texte et peinture © dominiquecozette.
L’auteur de la photo originale n’est pas mentionné sur le communiqué.


Categories: people

Les pieds de Damoclès

03/10/2009 Comments off
Un bouton sul pif !

Un bouton sul pif !

Arielle est très vénère. Elle a rencart avec Bernard-Henri chez Lipp, mais pas que lui, toute sa bande, et il l’a priée d’être parfaite. Béhache ne tolère pas le moindre bug chez une meuf, un ongle niqué et « casse-toi pauv’ conne », un poil sur le menton et « t’ar ta gueule à la télé », un cil qui pend et « qui t’y es toi ? ». Les pieds de Damoclès, ce genre. Bref, c’est pas la joie avec son bouton sul pif, pépère va encore nous faire une lévyte (inflammation de son moi), ça va dégénérer en castagne et tout Saint-Germain va rejouer la rue Gay-Lussac. C’est pas qu’elle a pas essayé de le planquer, son furoncle, mais les crèmes cache-varices et les fond de teint ciné, c’est encore pire. Elle a téléphoné à sa cops qu’est marida avec le nain – lui, il supporte tout d’elle, elle a du pot – et elle lui a demandé de demander au service image de l’Elysée (mais non, connasse, pas l’Elysée-Matignon, c’est fini, ça) si y avait pas un truc. Carla elle dit, attends, j’suis sur le pot, prout, et j’y vais, reprout. Grouille-toi, qu’elle dit Arielle, Béhache aime pas mariner. Bon. Quelques minutes après, elle a LA solution, Carla a toujours les meilleures idées de la terre. Et voilà Arielle qui se pointe chez Lipp en niqab. Mais non, c’est pas un gros mot, le niqab, c’est comme la burqa, mais en pire, tout noir, avec juste une fente pour les yeux (bien maquillés, tes beaux yeux bleus, qu’elle lui a dit, Carla). Succès, rire, baiser mouillé à travers l’étoffe. A part ça, impossible de bouffer des huîtres.

Texte et photo © dominiquecozette

Categories: people

Cancelled

15/09/2009 Comments off
mythique

toute ma vie j'ai rêvé...

C’était un pauv’ gars qu’avait un papa et une maman qui étaient bien contrariants. Car son rêve n’était pas d’voir pousser l’gâzon, mais d’être une hôtesse de l’air, donc d’avoir les fesses en l’air. Ça, c’est de l’ambition ! Mais son père trouvait que c’était peu mâle comme idéal et sa mère le mettait en garde contre les ballonnements et flatulences que ne manquent pas d’occasionner les changements d’altitude et de pressurisation. Alors, ce pauv’ gars qui s’appelait pas Armand était très malheureux et avait l’habitude, après son cours de lutte, de se jeter sur son lit, d’y déverser toutes les larmes de son corps en tapant le couvre-lit de ses petits poings teigneux ! Ses parents en avaient mal au coeur mais leur réponse était définitive : non non mon fils, tu n’iras pas danser à poil dans un avion parmi les hommes d’affaires concupiscents qui vont abuser de toi. Redoublement des pleurs. Alors, ne sachant trop quoi faire, il est devenu conseiller au sein du ministère des droits de l’homme et de l’émigration sauvage, un truc comme ça.

Dessin et texte © dominiquecozette d’après une chanson de Jacques Dutronc, vraisemblablement écrite par le lubrique Lanzmann alias patron de Lui, vous voyez le genre !

Categories: people