Archive

Archives pour la catégorie ‘fictions’

Mon chauffeur de métro

27/10/2010 Comments off

   j’ai un tuyau faramineux à vous filer si vous voyagez en métro. Le meilleur conducteur, c’est lui. Il s’appelle Denis Lavigne — déjà ce nom qui fleure bon le nectar — il écoute les Fabulous Trobadors et il me file So Foot à la fin de son service. Surtout, il est confortable : jamais un coup de patin qui t’envoie valdinguer contre la mémère effarouchée, et toujours il t’informe d’une voix posée sur le pourquoi du comment t’es en rade dans le tunnel. C’est sobre, ce n’est pas l’autre, le Tony Truand qui raconte ses conneries, je dis pas que c’est mal mais ça  lasse.
Donc, je ne voyage plus qu’avec lui, ou, quand ce n’est pas possible, qu’il est en vacances, avec Sylvette l’Antillaise à la voix chantante. Sinon, je reste à quai. J’en ai soupé des conducteurs qui font durer le signal de fermeture des portes à te casser la tête, qui cliquent vingt fois sur le micro avant de passer une annonce — ou sans en passer, les cons — hurlent dans le micro comme si on était au Stade de France ou chuchotent comme s’ils disaient une horreur. Et qui klaxonnent quand ils croisent un collègue, soit toutes les deux minutes, qui te laissent moisir  sans rien dire quand tout s’éteint (remarquez, quand je roupille, c’est pas moi que ça gêne), qui pilent, qui ne disent rien quand c’est le terminus etc etc… C’est vrai que ça restreint mes déplacement tout ça, mais vous savez quoi ? J’habite dans le métro, alors tant qu’à faire, autant choisir son tôlier, non ?

Texte et dessin © dominiquecozette

Categories: fictions

Touti rikiki maousse costo, la suite

20/10/2010 2 commentaires

Loukati lo souk !

Mais quelle peste, cette nana ! Toujours en train de gueuler. Et puis Grocradopoulo qui se laissait faire… Dix ans que ça durait ! Il faisait tout, le linge, les courses, l’aspi, le bricolage et le cunni du samedi soir. Jusqu’à ce qu’un jour, ce gros gentil rencontre un jeune et beau bonobo au rayon placoplâtre de Castorama ! Comme tous les bonobos, le jeune et beau bonobo n’était qu’amour et sexe. Il lui présenta sa croupe, qu’il avait rose et satinée. Grocradopoulo hésita un moment, un cours moment, juste pour réviser quel slip il avait mis le matin, ah ouf, un boxer. Et se mit à l’oeuvre. Avec coeur et douceur. De toute façon, dans ces magasins, y avait jamais de vendeur…
- Tu es mon premier gorille, s’amusa Bonobo. Et je t’avouerai que… c’était très bon ! Et pour toi ?
Grocradopoulo rougit sous son pelage et avoua :
- Tu es mon premier mec. Et tu vois, on m’avait toujours dit du bien des bonobos. Je confirme !
- Tu fais quoi, maintenant ?
- J’avais mon cours de langues-zoo, puis capilliculteur mais si tu veux, on peut aller manger une banane ensemble …
- T’es vraiment primitif, toi ! Mais j’aime ça. Allez, viens dans ma tribu, quand tu verras mes soeurs et mes frères, tu vas halluciner. Hé, ta grognasse, elle fait vraiment pas le poids. Mais quelle idée de t’emmerder la vie avec cette chimpy !
C’est ainsi qu’il quitta sa mégère, lui envoyant juste un SMS pour lui rappeler d’éteindre le four où rissolaient quelques ignames.
Fini Omo, les taches, les emmerdes. Chez les bonobos, on vivait à poil, les uns sur les autres, sens dessus dessous. Et l’un dans l’autre, il se sentit très heureux !

Le film Omo Micro, touti rikiki maousse costo, c’est ici.
Conception du film : Dominique Cozette et Elisabeth Bonamy. Voix de Martine Boéri et de François Jérosme. Le tournage avait eu lieu à Rome, à Cinecitta. La guenon, Peggy je crois, était « l’enfant » de deux hommes gay, ses deux mummies, qui l’avaient sauvée de je ne sais plus quoi. Ils avaient aussi une superbe orang-outang rouquine, Cristina, qu’on se repassait de bras en bras. La petite guenon, elle, était trop craintive pour les câlins. Le gros gorille était un animatronic avec un lilliputien indien dans la pelure. Mais on n’avait pas le droit de le dire aux journalistes car Lever trouvait que ça la foutait mal d’utiliser ainsi des petits hommes. Foutaises car il était très content du job. Il tournait plein de trucs dans des mini-décors sur des plateaux voisins et il avait même une mini-moto. Il allait se marier avec une toute petite dame et, nous, on s’amusait à les imaginer dans le grand duplex qu’ils pourraient tirer d’un 30 mètres carrés…

Categories: fictions

Pépé mon moko…

17/09/2010 Comments off

Voici mon grand-père. Un chouette mec. Un mec qui a fait 14-18 (il a été trépané à vif mais n’en a gardé aucune séquelle hormis sa cicatrice « en trou de balle » comme il aimait à le dire). Il a fait aussi 39-45, puis 68 puis 69. Après, il en a eu marre des chiffres, il est passé aux lettres, a fait facteur, a sonné, sonné (le facteur sonne toujours deux fois) mais n’a jamais pris Kim Basinger sur la table en formica de la cuisine. Pauline Carton a bien proposé de se sacrifier mais il a fait la sourde oreille. Mon grand-père, Ernest il s’appelait, fumait une sorte de cigare roulé sous les  aisselles qui puait un peu le cigare roulé sous les bras, et mettait régulièrement dans le chasseur français (une revue) une petite annonce pour rencontrer une « femme jolie mais belle, capable d’aimer un homme sans foi, sans coeur et sensuel ». Evidemment, il ne recevait de réponses que de détraqués, hommes ou femmes pressant leurs furoncles de haine dans des missives anonymes. Avait-il si envie/besoin d’une femme, lui qui se complaisait dans la contemplation infinie des carpes et des libellules ? Oui, c’est ainsi qu’il appelait les jolies femmes du boulevard Arago qu’il voyait passer chaque été, et repasser et encore repasser, plus lourdes des ans, plus grisonnantes et trébuchantes. Vieillir n’est pas bon pour les femmes, disait-il, et c’était là son principal défaut. Il avait le culte de la jeunesse et d’ailleurs, ma grand-mère, quand elle a eu trente ans, a été priée d’aller voir ailleurs s’il y était. Et comme il n’y était pas, aux USA où elle vola, elle s’éclata comme une dingue avec Gatsby et toute la clique, bref, elle a trouvé le bonheur, a coupé ses cheveux, a porté un costard et fricoté avec Marlène D. Je ne sais pas pourquoi je vous raconte tout ça, parce que j’ai mon expo de demain à finir, c’est pas vrai ! Il est déjà  trois heures ! Je suis une horrible procrastineuse, mais demain, vous verrez si vous venez, tout sera prêt et nickel. En principe…

Texte et photo © dominiquecozette

Categories: fictions

Le chat

08/08/2010 un commentaire

Mon mec et moi, on ne s’entend pas. Depuis le début. Ce n’est pas une histoire de désamour — bien sûr, il y aurait à épiloguer —  juste un problème de communication. Mon mari articule mal et parle bas : je l’entends mais ne comprends rien. Moi-même articule peu et manque de conviction : il ne m’écoute pas. Il y a deux mois, j’en ai eu marre de prêcher dans le désert et lui ai annoncé que je le quittais. Que je prendrais mes biens un peu plus tard. Et qu’il n’y voie rien de personnel.
Son mutisme m’a manqué terriblement, étant remaquée avec un jacasseur. Mais le mal était fait. Au bout d’un mois, téléphone. C’était lui. Il voulait savoir si je ne voyais pas d’inconvénient à ce qu’il passe à la maison prendre ses affaires.
- Tes affaires ?
- Oui, mes affaires, mes livres, mon mixer-batteur, enfin mes trucs, quoi !
- Mais… je ne suis plus à la maison. Et justement, je comptais t’appeler pour en faire autant !
- TU N’ES PLUS À LA MAISON ????
- Depuis un mois. Bah et toi ?
- Pareil.
et en choeur : Merde ! Doherty !
Nous sommes arrivés ensemble devant la maison, nous empressant d’ouvrir au plus vite la putain de porte (j’écris comme un amerlock, maintenant) et criant : Doherty ! Doherty ! Comme d’hab, il ne s’est pas précipité vers nous mais nous l’avons découvert dans la cuisine, momifié, avec plusieurs boîtes de Ronron autour de lui dont une entre les pattes. Toutes avaient été griffées et mordues, et leurs étiquettes dévorées. Pauvre Doherty ! Quelle fin atroce !
Nous sommes tombés en pleurs dans les bras l’un de l’autre. Avons enterré Doherty dans le jardin de la maison abandonnée. Avons mis un peu d’ordre, vidé la poubelle qui puait, changé les draps et les serviettes, téléphoné à nos nouveaux compagnons pour leur signifier que c’était la fin de l’histoire.
Puis nous avons entamé une croisade (lettres diverses, ouvertes ou non, dépôt de statuts d’association, groupe sur facebook…) pour inciter les professionnels de l’alimentation animale à repenser le packaging de tous leurs produits afin que nos bêtes puissent les ouvrir en cas d’urgence. Enfin, nous avons décidé de communiquer entre nous via Internet et nos écrans. Doherty ne sera pas mort pour rien.

Texte et dessin © dominiquecozette

Categories: fictions

T’es rien, terrien !

08/07/2010 Comments off

Y en a qui naissent, y en a qui crèvent, y en a qui baisent, d’autres qui se font baiser, y en a qui peignent, d’autres qui coiffent, et y en a qui rafistolent, qui raccommodent, qui rabibochent.
Y en a qui vivent, d’autres qui survivent, y en a qui nagent d’autres qui surnagent, y en a qui volent, d’autres qui survolent, y en a qui pioncent, y en a qui bouffent, d’autres qui gerbent ou qui nettoient, y en a qui râlent, y en a qui pleurent, y en a qui morflent, y en a qui chantent, d’autres qui déchantent, et  y en a qui piétinent, y en a qui poireautent, d’autres qui carottent.
Y en a qui saignent, y en a qui suent, y en a qui pissent, d’autres qui compissent ou qui conchient. y en a qui critiquent, d’autres qui tiquent
Y en a qui kiffent, y en a qui niquent, y en a qui chattent, y en a qui sniffent, y en a qui braquent, y en a qui qui glandent, y en a qui enculent, d’autres qui basculent.
Y en a qui lisent, qui philosophent, qui enjolivent, qui poétisent. Y en a qui emmerdent, y en a qui harcèlent, y en a qui violentent, y en a qui lapident. y en a qui qui jugent, y en a qui  tranchent, y en a qui condamnent et d’autres quidam qui se damnent. Et ceux qui se confessent et qui s’affaissent ?
Et y en a qui se maquillent, qui se parfument, qui se laquent, qui fuguent, qui fument, qui allument, qui disparaissent, qui changent de sexe, et y en a qui s’inquiètent, et d’autres  qui s’en foutent.
Y en a comme ça pour tous les goûts, jusqu’à plus soif.
Et puis y a moi qui ai si soif
qui remets ça puis qui fous le camp en titubant
car ça me saoûle rien que de savoir que des milliards de types bizarres font tout comme moi.

Texte et dessin © dominiquecozette

Categories: fictions

Sur la pointe des pattes.

06/06/2010 Comments off

Cela faisait cinq minutes que je regardai un pigeon marcher sur la pointe des pieds. Il ne faisait pas que marcher sur la pointe des pieds, il se pavanait. Ça se passait sur le banc rond devant la médiathèque. Je m’étais  assise pour observer son manège. Figurez-vous qu’il faisait les cent pas — cent aller, cent retour — devant son reflet dans la porte vitrée. Il ne tournait pas la tête comme nous pour se regarder vu que l’implantation de ses yeux l’autorise à voir sur les côtés. J’ai l’impression qu’il m’a repérée et qu’il s’est même rengorgé. Un pigeon qui se rengorge !
Au bout de huit minutes, il y avait sept autres personnes sur le banc rond. Toutes étaient fascinées par ce colomba unicincta, gris donc, qui se la pétait. C’était si drôle que nous rîmes sous cape (depuis la fameuse grippe aviaire nous savions  qu’il était malséant d’envoyer ses miasmes à la figure d’autrui) mais nous fûmes interrompus par l’oiseau, qui était en fait une oiselle.
« Et alors, stupides humains, vous n’avez jamais vu une pigeonne tirer parti de son charme ? On n’aurait pas le droit  de se faire liposucer le jabot, gommer le tour de l’oeil, raccourcir le bec, friser ses plumes ? Vous trouveriez ça grotesque ? Pauvres humains, que vous êtes bêtes ! Si vous saviez comme vous nous faites marrer ! »
Là-dessus, elle se remit  à plat et s’envola dans un grand éclat de rire. De retour chez moi, je compulsai ma doc et appris que ces bestioles mal aimées formaient des couples stables et que le mâle participait activement aux tâches ménagères, nourrissant même ses petits avec du lait de jabot. J’annulai illico ma séance de botox et filai mes stiletto à semelles rouges à ma femme de ménage, lui demandant juste de remercier le pigeon. Le pigeon ? s’étonna t-elle, les yeux tout ronds !

Texte et dessin © dominiquecozette

Categories: fictions

La réponse du mari à la femme d’hier (et c’est de ma faute !)

02/06/2010 Comments off

Ma  chérie,
Je sais que cette lettre te parviendra  puisque je vais essayer de la faire paraître sur le blog de Cozette. Sinon, tu me connais, je me sens capable de graisser la patte au préposé des postes pour que « ton » facteur la reçoive  et te la donne.
C’est un « coup bas » cette affaite de  » l‚eBay des cochonnes », mais je saurai retomber sur mes pieds.
C’est vrai que c’est bien  eBay, j’ai profité d’un déplacement de mon chef, au bureau, pour m’y plonger et je viens d’y  vendre  ta collection de porcelaines léguées par ta mère ainsi que la voiture, je n’en ai plus besoin pour aller au bureau ni pour aller faire des courses chez Carrefour pour nourrir  tes nains.
Et pourtant j’y suis retourné, une dernière fois, chez Carrefour, car  en lisant Métro dans le RER, j’ai vu qu’ils remboursaient l’achat d’une télé si l’équipe de France allait en finale de la Coupe du Monde. Tu soulignes ma passion pour le « télé-foot », je vais pouvoir m’y adonner, sans être dérangé par le bruit de l’aspirateur,du mixer ou des cris des enfants. Un écran LCD de 124 cm, en 3D, lunettes fournies. Je suis en train de l’essayer en suivant les finales de Roland Garros, surprenant la balle qui sort de l’écran !
Et puis je suis allé chez  But, sponsor des arbitres, et j’ai profité de la promo « 4 pour 3 » : Comme tu as vendu le salon, j’en ai profité pour remeubler et je dispose maintenant de 12 places assises, ce qui me permettra d’inviter les copains pour la Coupe qui commence  le 11 juin. 30 « soirées-pizza-bière » (j’ai acheté le distributeur Heineken avec les 12 tonneaux) car je ne suis pas le seul à avoir été abandonné par ma chérie : toutes les femmes de mes potes, abonnées à « Cozette vide sa plume » ont largué leurs mecs, et se sont toutes tirées (ou fait tirer) qui par le facteur (certainement le même que toi) , qui par le plombier ou l’électricien, et nous nous retrouvons tous, enfin, seuls.
Je n’osai espérer ces quelques semaines de vacances juste au moment de la Coupe du Monde. On n’a pas besoin de lave-linge, on  enfile le maillot des Bleus  et on se changera pour le 14 juillet, on a déjà prévu le maillot jaune pour suivre le Tour de France. Normalement on devrait retourner au boulot vers le 25 juillet, juste après l’arrivée du Tour.
Je ne voudrais pas être pessimiste, mais je ne suis pas sûr que vos mecs, qui ne pourront  suivre à la télé ni Roland Garros, ni la Coupe du Monde, ni le Tour de France, parce que vous avez la passion de l’aspirateur ou des petits plats, vont vous garder très longtemps, et quand il faudra, en plus, se taper les courses pour la rentrée des mômes, ils vont craquer et vous virer, ou bien : DEVENIR COMME NOUS .
Je voudrais terminer cette lettre en te disant que je t’aime, malgré tout — transmets à tes copines également car mes potes n’ont pas acheté d’ordinateur, ils se sont cotisé et ont acheté un mini-bus VW pour aller à la pêche dès l’ouverture — et en t’assurant que tu reviens quand tu veux, de préférence après la saison, et que, comme chantait Nougaro :« Ah tu verras, tu verras ».
PS: j’ai fait paraître l’annonce que tu m’as gentiment rédigée, et je croûle sous les réponses de nanas tarifées, très intéressées par le foot, ses joueurs et ses supporters, prêtes à venir partager nos pizzas, et plus si affinités, et de mecs qui veulent s’inscrire à notre club, suite à un récent licenciement de leur domicile conjugal. Tu es la bienvenue, mais pas avant début novembre…
je t’embrasse.

Texte © Michel Bré (un ami qui est sur facebook si vous voulez faire partie de son club des fouteux-pizza-bières)
dessin © dominiquecozette

Categories: fictions

Good girl !

01/06/2010 Comments off

Mon Chéri,
Ne t’étonne pas si tu trouves le canapé totalement recouvert de papier bulle et posé au milieu du salon, c‚est normal, une entreprise va passer le prendre pour le livrer chez son nouveau propriétaire car je l’‚ai vendu cet après-midi. Je vois déjà tes sourcils se froncer et la colère te monter au nez  mais mon amourlaisse-moi te dire que je n’ai PAS FAIT EXPRES ! Te souviens-tu quand tu m’as dit qu’en plus de tout gérer à la maison, l’entretien, les papiers divers et les trois nains que tu m’as faits  (en me disant à chaque fois que tu savais « sauter en marche ») je devais trouver un emploi ? Et bien, comme je ne trouvais pas le temps de travailler, j’ai trouvé un moyen de faire de l’argent rapidement sans sortir de chez soi ou presque : EBAY !
Au passage ne cherche plus les vieilles baskets répugnantes que tu ne voulais pas jeter, un collectionneur les as achetées, à moins que ce ne soit un fermier pour faire du fumier.
Mais revenons à EBay, c’est vraiment merveilleux de pouvoir enfin se faire un peu d’argent de poche en vendant les choses dont nous n’avons plus besoin ! Surtout depuis qu’à cause de la « crise » tu m’as supprimé mes rares sorties avec mes copines, mon rendez-vous bi-annuel chez le coiffeur et les visites chez mes parents sous prétexte que ça consomme de l’essence !
Te souviens-tu de ce très joli sac à main dont tu me demandais très inquiet, si je ne l’avais pas payé trop cher ? C’est ta collection de verres de bière qui l’a sponsorisé, je me suis dit que tu serais d’accord, toi qui ne penses jamais à mon anniversaire ou ne sais jamais quoi m’offrir !
J’ai aussi vendu la tondeuse, la perceuse, la ponceuse et le taille-haie puisque de toute façon tu ne t’en approches jamais.
Tes polars sont partis comme des petits pains, ainsi que toutes les chemises que tu ne portes plus depuis que tu as tant d’embonpoint.
Enfin tu vois, je suis de nouveau « rentable » puisque j’arrive à gagner de l’argent ! Le seul hic c’est que je me suis laissé emporter, et j’ai malheureusement aussi vendu ta chère télé (non ne cherche pas, elle n’est déjà plus là) et ton canapé adoré.
Depuis 15 ans que je te pratique, je sais qu’à ce stade de la lecture tu fulmines et cherche ta batte de baseball pour m’administrer la correction que je mérite. Ne la cherche pas plus loin, je l’ai vendue aussi et ne me cherche pas non plus : je suis partie avec le postier !Un charmant Monsieur que j’ai vu tous les matins depuis six mois que je vends sur EBAY, il adore les enfants et a déjà demandé sa mutation pour que nous nous rapprochions de chez mes parents
Je te laisse tout ce qui reste dans la maison à l’exception de l’ordinateur, dont je vais avoir besoin pour aider mes parents à se débarrasser de tout ce que tu as entassé dans leur grenier parce que le notre était trop petit.
Je te souhaite tout de même une très belle vie et si toutefois tu cherchais une autre bonne femme pour t’accompagner dans tes vieux jours, EBay a aussi une section « petites annonces ». Malheureusement, comme je ne suis plus là, tu devras la mettre en ligne tout seul, mais dans ma grande mansuétude et comme je sais que tu n’as pas l’habitude, je t’ai préparé un modèle : « Gros porc, aucune hygiène personnelle, handicapé moteur (incapable de faire fonctionner un appareil électroménager), légèrement obtus et carrément macho cherche compagne : bonne cuisinière, ménagère et économe n’aimant ni le romantisme, ni les restaurants, encore moins les activités en dehors de la cuisine et du lit conjugal. »
Je te souhaite bien du courage pour réapprendre à :
- faire cuire des pâtes,
- trouver où ils ont planqué le supermarché dans notre village,
- comprendre comment fonctionne la machine à laver.
Si je n’étais déjà comblée par l’amour de mon postier, rien que l’idée de ta tête, à poil devant la machine à laver lorsque tu auras compris que cette satanée machine ne te rend pas les habits secs, pliés et repassés, me rend folle de joie.
Adieu !
EBay change la vie !!

Texte envoyé par Michel Bré. Dessin © dominiquecozette

Categories: fictions

Critique amical

31/05/2010 un commentaire

Michel C., critique en amitiés.

Quand je me suis rendu chez mes amis T. pour un dîner à plusieurs, j’ai été interpellé par leur accueil stéréotypé. Le même que les fois précédentes, le même que partout. Pas de progrès, pas d’innovation, pas d’intention. Juste des « bises » et les manteaux qu’on embarque. Puis direction salon où se tenaient deux couples jacassant, le verre déjà servi. Une bien médiocre entrée en matière.
La table était mise avec soin, un chemin de table et un bouquet de feuillage agrémentant le tout. Une odeur venant de la cuisine, odeur de poisson, contrariait désagréablement le parfum criard d’une invitée. Les bouteilles de vin n’étaient pas débouchées mais s’avérèrent de bonne tenue et les amuse-bouche servis à l’apéritif — un grand champagne — étaient recherchés.
La soirée, sans être désagréable, manquait de piment, la maîtresse de maison ne contrôlant pas la conversation. D’ailleurs, elle s’engagea un moment sur d’épineux problèmes de société et faillit provoquer une dispute véhémente autant que stérile.  Mais le maître de céans y mit bon ordre en  relatant ses dernières sorties théâtrale de façon fort divertissante.
Quand le dessert fut avalé — une spécialité italienne de bon aloi —  je notai qu’on ne nous proposa pas de retourner au salon ni de nous servir d’autres boissons, vin, alcool, café, tisane. C’était une invite à vider les lieux.
Ces amis m’avaient habitué jadis à plus d’entrain, plus d’imprévu. Ils jouent dorénavant sur leurs acquis mais les temps ayant changé, ils  ne s’inscrivent plus dans les nouvelles tendances esthétiques, gastronomiques ou « sans-façon ». On peut dire, sans mauvais jeu de mot que je suis resté sur ma faim même si, techniquement, la soirée n’accusait aucun déficit.
Sur le livre d’or, j’inscrivis « Ce fut une belle soirée, comme d’habitude, chez des hôtes charmants », espérant que le « comme d’habitude » serait décrypté comme une invitation à réagir.

Texte et dessin © dominiquecozette

Categories: fictions

No boring subjects please

29/05/2010 un commentaire

Avant d’aller plus loin dans notre relation, si tant est que nous soyons encore ensemble dans les jours ou les mois à venir, je voudrais que tu te mettes d’accord avec moi sur quelques sujets à éviter, sachant que si tu n’es pas d’accord, ce n’est pas la peine d’ôter ton Burberry.
- ne jamais parler ou rêver mariage. J’ai déjà donné. Deux fois. Ça va.
- idem pour les mômes. J’en ai trois, ils sont adorables, les mères s’en occupent fort bien, je ne veux plus de ça chez moi.
- la grande question de la fidélité. Je ne vais pas te faire l’injure de te persuader que les hommes d’aujourd’hui n’ont plus de pulsions depuis qu’ils portent des jeans serrés ou qu’ils sont au chômage. N’essaie pas de me faire croire non plus que les filles d’aujourd’hui ont plus de libido que leurs mère et grand-mère. Biologiquement, ça ne tient pas. Point barre.
- Lire m’emmerde, les nanas qui lisent — au lit surtout — m’emmerdent. La musique classique me fait chier. Idem pour le shopping. Fais ça avec tes copines. Pour les courses courantes, il y a le e-commerce.
- Contrairement aux autres hommes, je suis resté très lié à mes ex. Te montrer jalouse d’elles serait du plus mauvais goût.
- et aussi, heu… bah où elle est ?  Coralie ! Hé Coralie !!! Où est-elle partie ! Non mais je rêve ! Pour qui elles se prennent ! Elles se barrent maintenant, comme ça, en pleine discussion… Pfff, , je comprends les mecs qui se font moines. Ou pédés. Moines pédés, tiens, ça c’est du créneau !

Ce tableau de 130 x 80 cm  à  l’Aiguillage, la galerie des Frigos, jusqu’au 12 juin. Plus de détails ici. Week-end Portes Ouvertes pour les 25 ans des Frigos : à ne pas manquer !

Peinture et texte © dominiquecozette

Categories: fictions

Oh my Gode !

27/05/2010 Comments off

Pourquoi j’ai réagi comme ça moi ? Quel plouc ! Imaginez la scène. Ça se passe dans mon entreprise, celle que j’ai créée et non pas que je préside parce que j’aurais été parachuté ici. Non. D’ailleurs c’est une petite entreprise de patrons, c’est drôle mais c’est ce qu’on fabrique, des patrons de toutes sortes, principalement d’ailes de voitures. Passons. Elle, c’est la la responsable recherche et développement. Une belle femme de disons la  quarantaine épanouie, ma maîtresse du bureau, on va dire. Elle s’est donc précipitée sur moi un soir de pot de départ d’un jeune cadre, elle était passablement éméchée et m’a entraîné dans la salle de projection, a juste allumé le moniteur (je parle de l’écran) et à sa lueur bleuté, a commencé un strip  hot (un stripote, c’est comme ça qu’on appelle nos petites séances). Mais ne mangeant pas de ce pain là, je lui ai ordonné de remettre sa feuille de vigne. Oui, c’était un pot sur le thème  du paradis, elle était une des douze Eve, il y avait une dizaine d’Adam, quelques animaux de Noé, une pomme, des concombre et autres cucurbitacées (« pas radis », ouar ouarf) et moi-même en Dieu. J’étais très impliqué dans ce rôle (mes séances de coaching avaient coûté un bras au CE) et d’une voix ample et caverneuse, lui ai asséné : « We can’t have sex, my darling, because I’m your boss, that’s why ».
- « Et subitement, ça te gêne !
- Mais c’est la première fois que je suis Dieu. Et Dieu ne nique pas ses créatures ! »
Avec le recul, j’ai pensé que c’est l’alcool qui avait parlé. Et puis non. Eve se tape le DRH qui faisait l’un des Adam, et moi je couve d’un oeil protecteur ce nouvel amour né sous le signe des ailes (de voitures). Je ne sais absolument pas pourquoi. Si, en fait. J’ai vu le rapport God/gode et n’avais plus envie d’être réifié, chosifié, déifié, godifié, défié etc. J’ai écrit ces mots dans mon cahier « psy ». Je vais mieux.

Ce tableau sera exposé à l’Aiguillage, la galerie des Frigos, jusqu’au 12 juin. Plus de détails ici.

Peinture et texte © dominiquecozette

Categories: fictions

Quand on veule, on pleutre…

26/05/2010 2 commentaires

Je ne voudrais pas être pessismiste, mais pour moi, tout est crade, tout est moche, tout est vil, tout est triste, tout est faux, tout est nul, tout est nase, tout est bidon… Moi qui suis un honnête homme, je suis effaré par la noirceur de l’âme humaine ! La mienne, déjà. Si vous connaissiez mes fantasmes, vous iriez chez l’armurier d’un coup. Et pourtant, j’ai été élevé par les Jésuites, avec les voleurs de la République — je veux dire les valeurs — mon père votait à droite (bien qu’il portât à gauche) et ma mère s’exprimait à gauche bien que très adroite. Comme dans tous les couples des mid-fifties, au fond.
Mon père était un mauvais père mais un bon maire et ma mère était la belle-soeur de Mamère qui, ne nous le cachons pas, a célébré le premier mariage gay qui s’est terminé, des années plus tard, par des entourloupettes et des impostures pas très catholiques.
Ma soeur est kiné car elle a raté médecine mais qui n’est pas kiné de nos jours après avoir loupé l’enseignement hippocratique ?
Je suis marié et malheureux car ma femme m’affame, souhaitant me voir perdre quelques précieux kilos gagnés à la sueur de ma panse du temps où j’étais critique gastro. Métier perdu depuis que je suis devenu agueusique et anosmique suite à la piqûre malveillante d’un chikungunya quand nous partîmes à la Réunion fêter nos noces de porcelaine.
Pour l’heure, je m’entraîne à me suicider car je sais que la première fois n’est pas toujours la bonne. A dire vrai, je me fais juste plaisir en imaginant leur gueule à tous quand ils verront ma cervelle encore débordante d’idées dégouliner le long des golfes clairs de ma tonsure naissante. Et comme je suis d’une lâcheté impressionnante, je vais ranger mon engin de mort dans sa boîboîte Gastine Rénette (du vrai Rohmer !) et acheter des marshmallows light.

Ce tableau est à l’Aiguillage, la galerie des Frigos, jusqu’au 12 juin. Plus de détails ici.

Peinture et texte © dominiquecozette

Categories: fictions

Débuts d’ébats

18/05/2010 Comments off

- A quoi tu penses, Chouchou ?
- A rien…
- Mon oeil ! Tu as le regard lubrique comme quand tu vas faire l’amour !
- Qu’est-ce que tu vas chercher ! T’as vu ces filles ?
- Justement ! Elles sont exactement comme tu n’avoueras jamais que tu les aimes !
- Ah ! Et elles sont censées être mon type de femmes ?
- Oui, je sais que tu aimes les fesses un peu grosses qui bougent quand elles marchent…
- N’importe quoi !
- …que tu trouves les marques de slips qui les boudinent très bandant !
- Pfff…
- …les gros seins lourds qui bringuebalent… les poils sous les bras, tout ce qui est vulgaire ! Ça t’excite, avoue !
- Hé ben oui, ça m’excite ! Les trucs lisses, maigres, polis, parfaits, glabres, tu sais quoi ? Ça me fais chier. Alors oui, toutes ces petites bonnes femmes pas très belles qui bossent là, avec leurs chairs qui débordent, leurs cheveux un peu gras, avec leur odeur de sueur, ça me bouleverse, voilà ! Et ne me dis pas que toi, quand tu vois un bûcheron mal dégrossi avec ses poils qui sortent du cou et son odeur de mâle, tu ne mouilles pas…
- Je ne te le dis pas.
- Ah.
- Ah quoi ?
- Tu penses aussi à des trucs, comme moi.
- Mais c’est toi qui m’en parles !
- C’est toi qui as commencé ! Pourquoi faut-il toujours que vous nous demandiez à quoi on pense, tout en étant convaincues qu’on ne penses qu’au cul ?
- C’est trop long comme débat, Chouchou. Je ne comprends pas bien la question.

Si vous voulez voir ce tableau en grand, il sera exposé avec tous les autres  à  l’Aiguillage, la galerie des Frigos, du 26 mai au 12 juin. Plus de détails ici.

Texte et peinture © dominiquecozette

Categories: fictions

Préluminaires

16/05/2010 un commentaire

On m’appelle monsieur Préluminaires, je ne sais pas pourquoi. J’éteins toujours pour faire l’amour, je n’allume pas de bougie ni de veilleuse, j’aime bien être dans le noir total, je ne supporterais pas qu’on me regarde en train de faire « ça ». Parce que je m’applique. Et quand je m’applique (à peindre, à écrire, à dessiner), je fais une sale tête, on me l’a dit maintes et maintes fois. Une sale tête qui évoque le sérial killer, m’a t-on dit. Comme si j’avais envie de tuer la personne avec qui je suis en cheville.
Oui, en cheville est le mot car je m’occupe en premier de ses pieds. Je suis un fétichiste du pied, entre autres. Il faut du temps pour embraser un pied. Et il y en a deux. Ensuite, je passe aux creux poplités, les chairs tendres derrière les genoux. Puis je saute aux oreille. Les oreilles, c’est complexes, extrêmement érogène et très inervé. Beaucoup de temps aussi même si je n’en fais qu’une sur les injonctions de la personne qui brûle déjà de finir.
Mais je n’en suis pas là. Il me faut la nuque et les aisselles. Les aisselles ! Un spot de choix. Bon, les classiques seins, tout le monde connaît, le nombril, puis les reins et le haut de la raie. Le haut de la raie est une spécialité régionale mise au point par monsieur Larêt sur sa maîtresse Aude. A ce qu’on dit. Ensuite on en arrive à la banlieue des parties génitales proprement dites, il y a à faire croyez moi. Disons que deux heures sont déjà passées avant que je ne m’attaque au clitoris qui, comme chacun sait, nécessite un soin exceptionnel. Très souvent, lorsque je suis sur le point de m’introduire dans la personne, la personne est profondément endormie. Alors je ressors, me lève, sors de la chambre, allume la télévision et regarde un film de Martin Scorsese ou de Claude Zidi. Ça dépend de mon humeur.

Texte et peinture © dominiquecozette

Si vous voulez voir ce tableau en grand, il sera exposé avec tous les autres  à  l’Aiguillage, la galerie des Frigos, du 26 mai au 12 juin. Plus de détails ici.

Categories: fictions

Tu veux ou tu veux pas ?

14/05/2010 Comments off

- Ce que j’aime chez toi, Seb, c’est qu’on ne s’encombre pas de séduction, ensemble. On se parle sans arrière pensée, sans frime, c’est rare avec un mec !
- Oui, Caro, notre relation est exceptionnelle, et je tiens tellement à notre amitié.
- Je t’ai dit que j’avais rencontré un mec ? Pas un mec d’un soir, non, un mec bien …
- Et… il a quoi de bien, ce mec ?
- Il a que quand on est ensemble, Cyril et moi, c’est comme nous deux. On peut parler de tout. Et même de rien. Sauf que j’ai couché avec et  au pieu, c’est une bombe !
- Je te ferais remarquer qu’on n’a jamais couché ensemble, Caro. Tu ne sais même pas comment je suis au pieu !
- Mais Sébounet, pas avec toi, on ne va pas tout gâcher, nous deux ! C’est pas le sexe qui nous attache, hein ?
- …
- Hein Seb, on est au-dessus de ça ? Non ?
- …
- Hé, tu pourrais répondre !
- Excuse-moi. C’est cette histoire d’amitié, de sexe, tout ça. J’ai plein d’amies comme toi qui me disent toutes ça. OK pour l’amitié. Mais pour le sexe, tintin !
- Quoi ? Tu as d’autres amies comme moi ? Avec qui tu ne couches pas ?
- Hélas…
- C’est dégueulasse, Seb, dégueulasse ! Comment tu as pu me faire ça à moi !
- Mais… c’est juste de l’amitié, Caro !
- Juste de l’amitié ! C’est ce qu’il y a de plus beau entre un homme et une femme. Et toi, tu vas galvauder tout ça… Alors qu’il aurait été tellement facile de coucher ensemble !
- Si tu veux, on peut le faire, là, maintenant, j’en ai très envie !
- Quoi ? Tu veux me baiser ? Mais c’est quoi ce mec ! Dis, c’est quoi, ce mec ! Y a quoi dans ta tête, hein ? Pourquoi tu ne m’as jamais rien demandé ? C’est pas compliqué, tu m’aurais dit « je veux coucher avec toi », c’est clair, ça. Et au lieu de ça, une Amitié en Majuscule, de Nobles Pensées, des Sentiments Respectueux… Non, je plaisante  !
- Moi aussi, je plaisantais !
- On se marre bien, tous les deux, Seb, hein ?
- Ouais, heu… c’est cool entre nous. Très cool…

Texte et peinture © dominiquecozette

Si vous voulez voir ce tableau en grand, il sera exposé avec tous les autres  à  l’Aiguillage, la galerie des Frigos, du 26 mai au 12 juin. Plus de détails ici.

Categories: fictions