Archive

Archives pour 12/2022

Les Beatles et moi

30/12/2022 Comments off

Oui, vous avez bien vu, sur cette photo réalisée par votre serviteuse durant l’hiver 64, deux des Beatles — et bizarrement les survivants — rue Bayard ou François 1er je ne sais plus, la rue de RTL où se déroulait l’oubliée émission Balzac 10 10 ou Balzac dix deux fois, de Jacques Garnier, Philippe Adler avec souvent la collaboration de Francis Weber. C’était pour concurrencer Salut les Copains, elle avait lieu à la même heure mais elle a fait pschitt assez rapidement. Sur Google, il n’y a presque rien. C’est en faisant un peu de ménage dans mes vieilles affaires que je suis retombée dessus. Je l’avais idéalisée, je l’imaginais plus… plus réussie.
Donc moi qui traînais à SLC très souvent, je n’ai pas résisté à l’appel de Bal 10 10, je m’y suis conviée avec culot et y ai été reçue avec gentillesse. Et un jour, ils m’ont prévenue de la venue des Beatles qui faisaient l’Olympia en vedette américaine de La Plus Belle pour Aller Danser et Trini Si j’avais un marteau Lopez (j’y était, forcément !). Les quatre garçons dans le vent ne suscitaient pas encore la folie des quelques mois plus tard, mais quand même, ils créaient l’événement. Tous leurs 45 tours se vendaient comme des petits pains, moi-même je les avais connus avant tout le monde puisque ma correspondante anglaise m’avait envoyé Love me do, leur premier 45 t. simple.
J’ai ainsi passé toute l’émission sur les grands banquettes en velours entourée de ces quatre phénomènes aux cheveux longs (!) que je ne comprenais pas vraiment. J’avais pour pratique de ne jamais demander d’autographe (j’ai fait exception pour Gene Vincent), je suis restée coite, mais j’avais apporté mon petit appareil. Et ce n’est que dehors, parmi les fans qui se pressaient dans le froid, que j’ai pu capter cette superbe photo où l’on devine Paul et Ringo. Sir Richard Starkey et sir Paul Mc Cartney. Une belle gifle à Jean-Marie Périer, non ?
En cherchant un peu plus d’infos, je découvre que les Fab Four ont donné leur tout premier concert juste avant l’Olympia, à Versailles, sorte de test qui se faisait régulièrement. (Voir lien ici)
Et une photo de cette chouette époque où on descendait direct de l’avion parmi les gens qui venaient nous accueillir. Notez que parmi cette petite foule de personnes d’âge indéterminé parfois tonsurées, ça manque de jeunes filles hystériques en larmes. Ça viendra vite.

 

Categories: people

La force des femmes et celle de Denis Mukwege

27/12/2022 Comments off

La force des femmes de Denis Mukwege (prononcer moukouégué) est le livre formidable d’un homme formidable. D’avance, je vous demande d’excuser la médiocrité de mon article qui tient au fait qu’il y a tellement de sujets, tellement de densité qu’il est très difficile d’en rendre compte. Mais je vous assure que ce livre est absolument essentiel si vous voulez en savoir plus sur l’état de la lutte contre les violences faites au femmes dans le monde entier, que ce grand  homme aborde en tentant de faire évoluer les lois et les mentalités.
Il consacre sa vie à la défense des femmes, à leur protection, à leur réparation, à leur réinsertion, c’est un profond féministe qui ne comprend pas comment des hommes peuvent infliger autant de cruauté aux femmes et aux fillettes, voire aussi aux toutes petites filles. Car la République Démocratique du Congo — qui porte très mal son nom — est l’état où le viol, comme arme de guerre, mais aussi civil, est championne, avec l’Inde.
Médecin, Mukwege s’est spécialisé dans la chirurgie gynécologique, après cinq ans d’études et de pratique en France et, malgré un poste enviable qu’on lui proposait, il a préféré retourner dans l’inconfort de son pays pour aider celles qui sont torturées sans aucune compassion. Les femmes, là-bas, ne sont pas considérées, elles peuvent mourir d’un accouchement difficile, qui s’en soucie. Même pas le mari. C’est pourquoi il a décidé de construire avec de pauvres moyens un hôpital dans un village où toutes celles qui sont blessées sont accueillies avec humanité et soignées.
Ce livre ne se limite pas aux soins et à son hôpital, il s’intéresse au sort des femmes du monde entier — un long chapitre décrit le peu de cas qu’on fait dans nos pays occidentaux des plaintes pour viol  — propose des solutions, est souvent convié à l’ONU, il y donne des conférences pour sensibiliser le monde entier au problème. Il a été couronné du prix Nobel de la Paix en 2018, ce qui a rendu sa parole plus audible.
Mais ce n’est pas tout. Mukwege veut comprendre aussi ce qu’il se passe dans la tête des tortionnaires et des hommes violents. Il consacre une bonne partie de son livre à l’étude du masculinisme, la part de l’éducation et des religions.
Il ne faut pas s’étonner que cet homme dérange. En premier dans son pays qui non seulement ne l’a jamais soutenu mais lui met des bâtons dans les roues. Par ailleurs,Trump et quelques autres dirigeants de pays totalitaires ne lui ont jamais donné leur voix pour faire avancer ses projets.
Il évoque largement aussi la non-reconnaissance des millions de femmes maltraitées, violées et tuées durant les guerres, alors qu’on s’apitoie facilement sur les grands blessés de guerre. Encore une profonde injustice.
Pour finir, ce médecin que certains pays s’arrachent, revient toujours dans son pays inconfortable car les femmes le réclament et qu’il ne peut les abandonner à leur sort. Il n’en tire rien, il ne peut pas sortit sans escorte vu qu’il a été menacé et agressé plusieurs fois. Ce livre a été achevé avant le recul du droit à l’IVG aux Etats-Unis et aussi aux crimes de guerre (viols…) perpétrés par les soldats de Poutine. On peut imaginer son découragement face au recul du respect que les hommes portent aux femmes.

La force des femmes par Denis Mukwege, 2021, traduit de l’anglais par Marie Chuvin et Laetitia Davaux. Aux éditions Gallimard. 400 pages, 20 €.

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Des Fessebouqueries de …mars 2011

17/12/2022 Comments off

Comme disait Godard, suite à des problèmes de type grec, je ne pourrai être votre obligée à cette séance de Fessebouqueries. Pour la peine et sans vergogne, je vous rejoue celles de mars 2011, un mois pas très rigolo  avec séisme et tsunami au Japon, intervention en Lybie, envol de la Girardot, de la Liz Taylor, et de maître Capello … Ils ont dû recevoir un bel accueil ! Et sur terre, érections cantonales et montée de la Marine, à coupler avec les relents nazis de Galliano, maître ès Dior, la journée de la meuf avec l’élection de la plus heu…UMPiste qui veut remettre les immigrés à la baille.Quant à Sarkozy, ça commence, les casseroles. C’est bien le mois des giboulées ! Que les participants me pardonnent, mais je n’inscrivais pas leurs initiales en ce temps-là.

- La pire phrase qu’un ministre puisse entendre de Sarkozy : « Vous avez toute ma confiance ! »
- Emu aux larmes par la lettre d’Alliot-Marie, Sarkozy envisagerait d’en faire la successeur de Guy Môquet dès la prochaine rentrée scolaire.
- Sarkozy ? Des réponses à tout et des solutions à rien.
- Si une démocratie, c’est là où on a le droit de dire qu’on est en dictature et une dictature, là où on est obligé de dire qu’on est en démocratie, où qu’on est nous exactement?????
- Moubarak porte bien son nom : c’est pas un gringalet ! C’est un peu le Mohamed Ali de la politique arabe. Si ce gars là te colle une baffe, tu te retrouves au Liban…
- A 15 ans, les Windsor sont mignons. A 25, ils commencent à ressembler à leur cheval. A 40, ils l’épousent en secondes noces.
- Au Salon du livre, j’irai cracher sur Nothomb !
- Il parait que Kadha fuit ?
- Brice Hortefeux s’est reconduit à la frontière de son ministère, sans violence.
- Annie Girardot a oublié qu’elle était morte, c’est l’avantage avec Alzheimer
- Au moins si l’armée allemande se pique de revenir à Paris, ils auront Galliano pour refaire leur uniforme.
- MAM a de la chance : dans une démocratie, elle aurait déjà été obligée de démissionner.
- Galliano, encore une facho victim…
- Demain c’est la journée de la femme, je sens que ça va me fendre le clito.
- Personnellement je suis favorable à l’égalité des sexes si le modèle standard demeure Rocco Sifreddi.
- Demain, journée de la femme, anniversaire de mon mari. Je lui offre un aspirateur.
- Profitant de la journée de la femme, Chantal Brunel, députée UMP de Seine et Marne, prouve qu’une femme peut faire jeu égal avec les hommes en matière de connerie. Remarquez, on s’en doutait déjà un peu, non ?
- La journée de la femme, la nuit de la glisse
- Et aujourd’hui sondage IFOP : Strauss Kahn 29%, —  Sarkozy 23%, —  Le Pen 21% . On a 14 mois devant nous, ça va être sympa un sondage par jour…
- Le fils de Kadhafi est sur le plateau du grand journal ! Ah non merde c’est juste Harlem désir.
- Qu’un petit Président tombe à cause d’un grand dictateur, ce serait une jolie chute.
- Entendu Bernard Accoyer à la Matinale de Canal au sujet des reports droite-gauche aux cantonales face au FN : accablant ! Non seulement les gens de l’UMP font le lit de Marine Le Pen, mais ils lui changent les draps tous les jours !
- Khadafi balance Nicolas ! Les nouvelles vont défiler ! C’est la Facherie Week !
- Le tsunami c’est peut-être un petit peu la revanche des baleines et des thons rouges.
- Je tomber sur  « les enfoirés ». Mimi Mathy en maillot de foot (short, maillot et crampons), chantant  « Ce soir on vous met ». Il serait peut-être temps d’appeler Ben Ali et Khadafi pour mettre un peu d’ordre, non?
- Le Japon est sens tsu tsou.
- C’est une aubaine que ce tsunami ait eu lieu au pays d’Hitachi, de Sony et de Toshiba : on reçoit plein d’images. Loin de moi l’intention de critiquer Haïti, mais j’étais resté un peu sur ma faim…
- Il n’y a que des crapules pour dire « j’ai confiance en la justice de mon pays »
- Je suis fasciné par l’intensité de la philosophie extrême-orientale. Regardez les Japonais : ces gens ont connu il y a trois jours une catastrophe sans précédent, et pourtant déjà ils irradient !
- Et si des Japonais venaient à chercher refuge chez nous, est ce que la brune Brunel les remettrait dans les bateaux ?
- La bonne nouvelle, si Kadhafi reprend le contrôle, c’est qu’on pourra lui livrer la centrale nucléaire promise en 2007.
- Maman, comment ça s’écrit « onvatouscrever »?
- Je ne sais pas, mon petit, regarde dans ton Becquerel.
- Youssef me regarde nouer la cravate. « Vous vous habillez toujours comme ça pour aller travailler ? »
 —  « Oui, quand j’ai des réunions » — « J’avais jamais vu en vrai, juste à la télé, dans caméra café ».
- Est ce qu’il vaut mieux un vrai dictateur qu’un faux démocrate?
- Où es-tu Manu Manu Areva ?
- Je propose de fonder un comite de soutien pour l’élection de Sarkozy à la présidence de la Jamahiriya Libyenne…tout le monde y gagne comme ca
- Premiers tirs français en Libye. Une publicité offerte par Dassault Industrie.
- Tu crois que Sarko veut rayer les Kadhafi de la carte avant qu’ils révèlent qu’il porte des talonnettes?
- Envoyer nos avions en Libye c’est bien mais je me dis qu’on devrait aussi y envoyer notre Marine nationale!
- Je suis pas lepéniste, mais c’est flippant de soutenir des révolutionnaires qui n’arrêtent pas de gueuler allah akbar… Imagine une révolution où on gueulerait Jésus est le fils du Seigneur… Putain…
- Demain les électeurs vont pouvoir saké les candidats UMP ! oups saquer.. çà y est mon mur est irradié.
- L’électricité pourrait être rétablie prochainement dans le cerveau du Président de la République.
- Sarkozy, Guéant, Hortefeux, Besson, Morano, Estrosi, Lefebvre, Ciotti, Brunel et consorts : le FN vous dit merci.
- Cranach censuré à Abou Dabi. On devrait envoyer les Rafales pour libérer l’art.
- Conversation avec ma fille : «  vous parlez du Japon à l’école ? » Elle : non, on parle de Carré V.I.P. »… (misère)
- Radioactivité : pour votre santé, jetez 5 fruits et légumes par jour.

 

Categories: Fessebouqueries

L’enfance de Neal Cassady

16/12/2022 Comments off

C’est pas tout récent, bien sûr, mais je continue à m’intéresser à toute la mouvance de la Beat Generation comme d’une famille dans laquelle je me suis invitée. Parce qu’ils se connaissent tous, ils écrivent les uns et les unes, sur les autres, même leurs femmes et leurs amoureuses s’y sont mises, je m’y sens un peu comme chez moi. Enfin, dans l’écrit s’entend. Neal Cassasy a écrit Première Jeunesse peu après sa rencontre avec Kerouac et Ginsberg, qui est le premier tiers de sa biographie et sera publié en 1971, trois ans après sa mort misérable.
Une partie du livre trace sa généalogie, ses parents, grands-parents, avec précision, je me demande comment ils ont fait. Ensuite, c’est Neal qui prend sa plume et commence à se raconter à l’âge de trois ans, quand sa mère, surchargée d’enfants relous, se sépare de son deuxième mari alcoolo, père de Neal (il s’appelle Neal d’ailleurs) et lui file le gamin. Ça ne va pas être rose, il vit dans un univers de moins que rien, de cassos, d’alcoolos et de brutes mais il s’y fait, même quand il doit ramasser son père ivre mort pour le ramener dans l’espèce de foyer si l’on peut dire, où ils vivent. Son père a fait une formation de coiffure mais est incapable de bosser, sauf parfois le samedi, quand le salon pouilleux d’à côté est plein. Ce jour-là, il ne boit pas mais on imagine qu’il tremble donc je suppose qu’il ne tient pas les ciseaux.
Le gamin vit parmi ces abrutis des bas-fonds de Denver, néanmoins, il ira à l’école, et en sortant, passera son temps dans le cinoche puant et pourri du quartier. Il est sidéré par le film « le Comte de Monte Cristo  » à tel point qu’il empruntera le livre à la bibliothèque et deviendra un lecteur invétéré. Ce qui explique qu’il écrive avec un tel brio.
Il fait des phrases très longues et plutôt alambiquées et, à la fin de texte, sa veuve explique qu’il était dingue de Proust et qu’il s’entraîner à écrire comme lui. Etonnant.
Et puis un jour, le père sera déchu de la garde et c’est un des grands frères (premiers enfants de sa mère) qui prendra la relève, un type violent et cruel. Mais ils sont toujours à la marge.
Après ce texte ont été publiés des fragments de ses écritures qui confirment son talent d’observateur mais aussi son goût très prononcé pour les digressions, c’est assez drôle car il s’en aperçoit et tente d’y mettre un frein. Il écrit sans vergogne ses conquêtes féminines, ses abus de toutes sortes, ses innombrables vols de voiture. Un vraie curiosité pour qui aime ce personnage et ses amis. C’est mi-cocasse et mi-tragique mais très instructif sur cette période de la nouvelle conquête de l’ouest.

Première Jeunesse de Neal Cassady (The First Third), traduit par Gérard Guégan, après une préface du très important libraire-éditeur qu’était Lawrence Ferlinghetti. Edition 10/18. 310 pages. (Photo de la couv : Allen Ginsberg).

Texte © dominique cozette

 

Categories: bouquins

Un pur délice, ce petit ouvrage

16/12/2022 Comments off

J’avais eu l’occasion de faire connaissance avec Clémentine Mélois qui est, en plus d’autrice, une plasticienne, dans une expo de St Germain des Prés où elle exposait des fausses couvertures de livres. C’était bien réalisé mais j’avais déjà vu sur les réseaux ce concept satirique, du coup bon. Mais on vient de m’offrir ce petit ouvrage intitulé Dehors, la tempête, expression tirée de Mythologies de Roland Barthes. Ceci donne le ton du livre qui est une sorte d’ode à la littérature ou à la pensée littéraire ou à la pensée tout court. C’est extrêmement plaisant à lire, ce sont des petits chapitres où Clémentine Mélois évoque, par exemple, ce qui pourrait être encore merveilleux pour nous, de nos jours, et pourquoi nous avons perdu le sens de l’émerveillement, non seulement de celui de nos ancêtres (qui n’en revenaient pas que l’on pût griller ensemble deux poissons venus de deux régions maritimes éloignées), mais aussi de notre enfance avec ses petits rêves que, plus tard nous ne réaliserons pas (par ex. manger un paquet de chamallows avant de dîner, ne pas me brosser les dents, de regarder cinq films d’affilée…).
Un autre chapitre sur des questions saugrenues : est-ce que Pablo Neruda laissait de côté la croûte de sa pizza, est-ce que Saint John Perse mâchouillait le bout de ses styles. Ou un autre sur les gens dans le même train qu’elle et ce qu’elle dit sur eux, tout ça avec un humour d’une belle finesse. Ou aussi des questions plus personnelles avec comment elle organise sa bibliothèque et comment « lui » le fait. Elle cite une liste de phrases de la vie moderne qu’aucune personne n’aurait comprises il y a des décennies (j’ai bloqué un troll sur Insta. Il a je ne sais combien de followers…) et nous fait découvrir le journal d’un amiral du 17ème siècle, Samuel Pepys qui il décrit des choses ordinaires pour lui mais qui nous sont inimaginables.
Il y a des tas de petites pensées qui la traversent et qui nous interpellent sinon en appellent d’autres, aussi personnelles, venant de nous. Des remarques. Et un chapitre très drôle consacré à la définition de l’art par des gens d’esprit.
Enfin (mais je résume, c’est plus riche que ça), un chapitre extraordinairement bien écrit sur les fameuses réunions interminables et inutiles dans les entreprises qui les prennent très au sérieux alors que finalement, ça ressemble plutôt à une mascarade. De son seul point de vue puisque les autres croient dur comme fer à leur importance.
Pour finir, sachez que Clémentine Mélois fait partie de l’Oulipo, quand même, qu’elle écrit beaucoup pour les enfants et qu’elle passe aussi à la radio. En tout cas, si vous devez faire un tout petit cadeau pas cher pour noël à quelqu’un qui aime la langue française, précipitez-vous sur ce petit poche !

Dehors, la tempête par Clémentine Mélois, 2020 chez Points. 6,30 €

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #610

10/12/2022 Comments off

Pendant que Paul Bismuth est tranquillement assis au chaud dans son tribunal habituel, tchoum, pendant que des milliardaires jouent à la baballe tchoum dans un stade réfrigéré, je n’arrête pas d’éternuer et mon pif ressemble plus à celui de Depardieu mâtiné Robert tchoum Dalban — en plus turgescent et rubescent bien sûr —  tchoum qu’à un mignon petit nénez à la parisienne, et c’est alors que je me mets à déplorer la pauvreté de mes perles d’actu tchoum tchoum tchoum en cette semaine pourtant assez féconde avec tout plein d’histoires de satyres, tchoum, de fusils, de mecs bourrés, cette fois c’est moins les chasseurs qu’un député, une vraie tache, tchoum et cette pauvre Céline qui souffre tant et pluche. C’est pas une bonne période pour rire ? Je ne sais pas, je ne peux que mettre quels petits trucs au frais pour l’apéro du tchoum soir qui nous consolera de nos tchoum profondes blessures… Tchin tchoum dear tchoum friends tchoum. (photo triplée de Bruce Gilden)

- IB : Réforme des retraites : Emmanuel Macron annonce La gratuité du préservatif en pharmacie pour tous à partir de 70 ans.
- SA : Céline Dion souffre d’une maladie neurologique appelée « syndrome de la personne raide ». C’est la troisième célébrité a souffrir de cette pathologie après Elisabeth Borne et Rocco Siffredi.
- MC : Au Qatar, la femme ne va au football qu’avec la permission de son mari. Ici au Portugal, le mari ne va au football qu’avec la permission de la femme, mais personne n’en parle !
- DT : Ici, on craint d’avoir des coupures de courant, alors qu’à des milliers de kilomètres, les iraniennes rêvent de coupures de Coran.
- BV : Assise seule dans un troquet depuis dix minutes, les deux mecs sur la banquette en face me fixent avec insistance. J’ai 49 balais, j’ai perdu l’habitude. Je ne sais pas si je dois m’agacer ou me dire que je ne suis pas totalement périmée. Puis je réalise que je suis juste sous la télé.
- DB : E. Borne, qui est née en avril 1961, veut que sa reforme des retraites s’applique à partir de ceux nés au 2ème semestre 1961 : un pur hasard, sûrement…
- DT : Johnny Hallyday, Jean d’Ormesson, 5 ans déjà. Les derniers mots de Johnny Hallyday : j’endors mes sons. Les derniers mots de Jean d’Ormesson : je suis triste Hallyday de quitter ce monde.
- SA : Comme quoi, Youtube a bien détrôné la télé. Norman n’a mis que quelques années pour être en garde à vue. PPDA, ça fait plus de 40 ans qu’il attend la sienne.
- SA : Le youteubeur Norman ?
- CV : Je n’arrive toujours pas à comprendre le besoin de milliers de supporters abrutis dont l’équipe vient de gagner un match, de brailler dans le métro et de klaxonner sur les Champs Elysées. En sortant du Rond-point ce soir, j’ai essayé d’organiser une contre-manif avec ma sœur en criant : « Caubère ! Caubère ! Mesguich ! Alleeez ! Alleeeez ! Louis Jouvet ! Victor Hugo ! Ruy Blas ! Gérard Philipe !!! » Malheureusement, je n’ai pas eu le succès que je méritais, une fois de plus.
- SA : C’est pas pour défendre Norman Thavaud, mais il a seulement 6 plaintes pour 12 millions d’abonnés.
- TV : J’ai remarqué que sur les réseaux sociaux, les chasseurs ne disent pas « TUER » mais « PRÉLEVER ». La peur des mots. Et parfois ils prélèvent aussi des cyclistes ou des promeneurs. Parce qu’il est nécessaire de prélever des cyclistes pour la régulation de l’espèce.
- CC : « Damien Abad nommé président du groupe d’amitié France-Liban à l’Assemblée nationale ». Euh ils nous ont fait quoi, les Libanais ? Je veux dire y a des gens biens dans la Macronie ? C’est quoi les critères ? La teub et son usage ?
- LO : On tousse son café en apprenant que Francky Vincent vient d’être fait Chevalier des Arts et des Lettres, et puis on se souvient qu’Éric Dupond-Moretti est Garde des Sceaux.  Il y a une forme de cohérence.
- CEMT : « Au début, j’ai pris du 49-3 une fois pour goûter, c’est un ami Espagnol qui m’a conseillée, et puis ça a été l’escalade, j’en ai pris tout le temps devant toute l’Assemblée Nationale et si je n’en prends pas, je suis en manque, touchez pas à cette saloperie les enfants. » (Elisabeth Borne)
- PA : Mon fils a commandé un train électrique pour Noël. Je pense lui offrir le 27 décembre pour l’habituer aux retards de la SNCF, ou bien ne rien lui offrir pour l’habituer aux annulations des trains en raison des grèves… Qu’en pensez-vous ?
- JD : Novlangue macroniste : « on assume » = on vous emmerde.  « pas de tabou » = on va dezinguer vos acquis sociaux. « courage politique » = J’ai été élu grâce aux riches, je leur renvoie l’ascenseur.
- PI : Comme chaque Noël je sens que je vais dépenser beaucoup trop d’argent pour un jouet qui sera cassé très vite, mais au moins, cette fois je pourrai dire « héhé, comme Elon Musk avec Twitter ».
- DC : Maintenant que les cafés ont arrêté de chauffer la rue, on se caille les miches en se baladant dans Paris.
- NP : Je vous préviens : si Ciotti gagne avec 51% des voix, je mets une option sur « Eric Ciotti l’emporte d’un cheveu. » Compris ?
- DC : Le député Aurélien Taché (par le gros rouge ?) totalement saoul, viré d’un théâtre, aurait confondu langue de bois et gueule de bois. Quelle tache !
- MK : Son « projet » capote et il distribue des préservatifs : c’est le « en même temps »de Macron.
- CD : Bonne nouvelle pour les Libanaises. Damien Abad nommé président du groupe d’amitié franco-libanais.

MERCI À VOUS QUI ME SUIVEZ ET PARTAGEZ MES FESSEBOUQUERIES…
RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les initiales sont celles des auteurs, ou les premières lettres de leur pseudo. Illustration ou montage d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site, mon blog, mon Insta. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Les Fessebouqueries #609

03/12/2022 Comments off

Y aurait-il comme un petit coup de mou dans la production hep dromadaire de mes fournisseuses/seurs d’humour ? Ou serait-ce que l’actu serait aussi plombante que la gueule du mec moche d’extrême-droite qui commence par Z comme zéro sur les unes des merdias, je ne sais pas mais ces Fessebouqueries aussi courtes qu’une mini du temps de Mary Quant arrangeront ceux qui sont pressés d’aller acheter leur victuailles de fête car si t’as pas de foie gras à noël, t’as raté ton réveillon et ton tonton radin mais gourmand va encore piquer une crise. En même temps, nous nous gavons encore de foot, du jeu de mille Borne rebaptisé jeu du 49.3 tandis que les antifas ont perdu la guerre de la Fnac mais de toute façon, si on n’a plus de courant, comment qu’on jouera ? On verra. On verre à… boire pour l’apéro de ce WE, alors tchin tchin, dear friends and CU. See you, si tu préfères. Soon.

- NP : J’ai hâte de devoir annoncer à mon boulot que je prends ma matinée parce que l’école est fermée et que je dois garder ma fille, dans une maison sans électricité, vu qu’on est à côté de l’école…
- CC : Pour être heureux portez du mascara très cher ça vous passera l’envie de pleurer.
- ES : Macron invité par Biden : il va encore en faire des Washingtonnes…
- MLR : Je me demande comment les gens réagiraient si des femmes se mettaient à hurler en direct comme le font les commentateurs de foot. On les traiterait d’hystériques, de folles et on leur dirait d’aller consulter, sûrement.
- AS : Élisabeth Borne va planter un arbre à Matignon, comme le veut la tradition. Il fera 49,3 cm de diamètre, elle y tient.
- NP : Tu es un ancien si tu as connu l’époque où la FNAC était un magasin culturel, pas un supermarché où les sèche-cheveux Dyson côtoient les paires de chaussettes.
- LF : Chers adhérents, chers clients, nous vous donnons rdv à 14h à la FNAC des Halles pour une masterclass exceptionnelle d’Alain Soral.
- NW : Le jeu « Antifa » déjà épuisé sur le site du fabricant en moins de 12h grâce à la censure de la Fnac. Merci aux fafs pour ce bel effet Streisand. Il reste des exemplaires dans les librairies indépendantes !
- DC : Y aura-t-il du foie gras pour Noël, ma mère ?
- NR : La France, ce pays où :  — le président de la République ne sait pas ce qu’on lui reproche dans l’affaire McKinsey  — le ministre de l’Économie ne sait pas ce que sont les superprofits  — le porte-parole du gouvernement ne sait pas ce qu’est une dérive ou « un abus »…
- BB : La Fnac qui se met à dos 80% de sa clientèle à un mois de Noël pour faire plaisir à l’extrême-droite : je l’avais pas vu venir !
- ACM : Je pense que le boycott de la Fnac sera aussi efficace que celui de la coupe du monde de football.
- ES : La ligne politique de Macron en ce moment : « Où suis-je, où vais-je, dans quel état j’RER ? »
- OR : Il y a neuf ans, j’étais de gauche. Mais aujourd’hui, je suis plus proche de la retraite que de la gauche.
- TRP : Je viens de penser à un concept incroyable et révolutionnaire ! Ça consisterait à installer des petites lumières orange sur les voitures dans le but d’indiquer, en clignotant, aux autres (voitures, piétons, vélos) son intention de tourner à droite ou à gauche. Qu’en pensez-vous ?
- LI : L’école de mes enfants est zéro déchet. L’école fournit des collations. Mes enfants reviennent à la maison avec les emballages de leurs collations parce que leur école est zéro déchet.
- FA : A ceux qui nous rappellent sans cesse l’origine chrétienne de la France, je rappelle que le Christ était du Proche-Orient, qu’il était circoncis et ne mangeait pas de porc.
- DE : Je me demande si c’est déjà arrivé qu’un berger du Larzac plaque tout pour devenir assistant comptable à Paris.
- AM : Caroline Cayeux a « oublié » de déclarer l’équivalent de 245 ans de SMIC net, y’a pas de problème.
- TI : C’est fou ce que les légumes prennent comme place dans le bac à bières.
- GD : Et un énorme cœur avec les mains sur cette voiture auto-école garée, tous feux éteints, sur la piste cyclable*. (*On n’a pas le fessier sorti des arbrisseaux épineux de la famille des rosacées.)
- CC : Mon correcteur a écrit after-shave au lieu d’after-eight sur la liste de courses, mais en fait pas d’angoisse ça avait le même goût à la fin.

MERCI À VOUS QUI ME SUIVEZ ET PARTAGEZ MES FESSEBOUQUERIES…
RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les initiales sont celles des auteurs, ou les premières lettres de leur pseudo. Illustration ou montage d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site, mon blog, mon Insta. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries