Archive

Archives pour 11/2021

Un gros gros gros morceau.

27/11/2021 Aucun commentaire

Ce livre s’adresse à un public maniaque du détail, maniaquissime même, celui qui décortique le crabe non seulement avec la fourchette adéquate, mais ensuite avec la fourchette à bulots, puis la pince à épiler et l’aiguille de cordonnier, puis qui casse tout ce qui est dur pour vérifier qu’il ne reste aucune chair mangeable planquée dans un rabicoin. Et qui vérifie dans les assiettes des autres, puis dans tout le tas de restes avant de mettre à la poubelle.
Je parle du dernier livre de Philippe Jaenada, Au printemps des monstres, sur un fait divers qui avait fait grand bruit en 1964 : un gamin de 11 ans retrouvé dans un bois, assassiné. Jaenada est déjà revenu (La serpe, La petite femelle...) sur certains faits divers de façon maniaco-obsessionnelle pour que l’on comprenne tout, tout, tout de l’affaire et de son contexte. Il farfouille et fouine partout, cuisine (avec tact néanmoins) les personnes encore vivantes, les voisins, les témoins sans importance, les maîtresses et amants, les ex-ex-ex. Tout, je vous dis.
Le gamin de onze ans, Luc Taron, a fait une fugue sous le nez de sa mère et on a retrouvé son corps le lendemain matin, la bouche et le nez empli de terre du sol d’une forêt. Pas de trace de lutte, de violence, d’agression sexuelle. L’enquête se met en branle. C’est alors qu’un homme, Lucien Léger, inonde les médias de lettres et de coups de fil pour s’accuser, signant l’étrangleur. Le gamin n’a pas été étranglé mais le sinistre scripteur donne des détails que seul l’assassin peut connaître. On finit par l’arrêter, il avoue. Mais dit ne pas comprendre pourquoi il a fait ça et, lors de la reconstitution, est incapable de refaire les gestes. Il est envoyé en prison et nargue les caméras en saluant. Remue-ménage évidemment dans les médias, horrible personnage, monstre etc…
Mais selon un livre paru plus tard, l’enquête est criblée d’oublis, d’erreurs, de contresens, de contradictions… Léger se met à réclamer une révision du procès car il se dit innocent et raconte que c’est un de ses « amis » (un homme mystérieux) qui a tué accidentellement l’enfant mais que lui ne peut pas dénoncer. Une histoire très compliquée s’ensuit que même l’avocat ne veut pas suivre. Personne pour tenter de croire à cette nouvelle version des faits. Et pourtant…
Jaenada, à la suite des auteurs du livre qui l’a inspiré, est parti à la chasse de TOUS les indices. Effectivement, lorsque l’étrangleur est apparu, toutes les recherches connexes ont été abandonnées. A tord car il y avait du matos, et quel matos. A débrouiller. Rien que les parents qui sont très loin d’être des victimes, le père qui trempe dans des arnaques et autres combines très louches, la mère qui se faisait sauter par des mecs vieux et moches pour améliorer l’ordinaire ou payer son gigolo, les « amis » de l’assassin, truands qui ont possiblement tué un petit garçon un an avant (très médiatisé aussi)…
Jaenada va passer trois années denses à retrouver toutes les moindres personnes citées dans les énormes dossiers de l’affaire et, si elles sont mortes, leurs relations. A tout vérifier dans diverses archives, des mairies, des registres, à retrouver des courriers, des commerces, des maisons, des PV, des dossiers médicaux, administratifs, professionnels… C’est énorme. C’est passionnant mais aussi parfois lassant. Ses portraits sont d’une richesse incommensurable, jusqu’à parfois l’indigestion…
C’est un document d’une densité extraordinaire, lourd, épais, avec de grandes pages remplies de texte, sans dialogues, sans paragraphes souvent. Mais c’est aussi formidable. Ça dépend de votre degré de patience. (J’ai du sauter une dizaine de pages, seulement, c’est rien.) La jolie femme sur la couverture est la femme du présumé assassin, une petite bonne femme à l’enfance douloureuse, très vite psychiatrisée. Le dernier chapitre lui est consacré.
Ah, j’oubliais : Lucien Léger a battu le record de durée d’emprisonnement : 41 ans ! Il a vécu peu d’années ensuite mais n’a jamais trahi celui qui lui avait promis de prouver qu’il n’était pas l’assassin.

Au printemps des monstres de Philippe Jaenada, 2021 aux éditions Miallet-Barrault. 750 pages, 23 €

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Occasions manquées, road-trip réussi !

27/11/2021 Aucun commentaire

Les Occasions manquées de Lucy Fricke est un roman allemand qui met en scènes deux femmes de la quarantaine, vieilles potes déjantées dont une, la narratrice, n’a pas grande motivation à vivre, se fait sauter sans suite par des losers n’attend rien du lendemain. Sa copine Martha, qui, elle, n’arrive pas à avoir un bébé, l’appelle car son père est en phase terminale d’une maladie pénible, puante et salissante  lui a demandé de l’accompagner en Suisse pour un départ assisté. Mais Martha, traumatisé par un accident, ne conduit plus. C’est pourquoi elle supplie Betty de prendre le volant de la Volkswagen pourrie du papa pénible à trimballer. Un père qui s’était vite tiré du couple parental et ne donnait plus de nouvelles jusqu’à ces derniers temps où sa fille a dû le prendre en charge. Quelle rigolade, n’est-ce pas ? Donc les aléas d’un voyage mal préparé et déprimant.
Devant l’établissement censé faire voyager chez les anges, papa n’est pas inscrit. Il voulait tout simplement que sa fille continue le périple jusqu’en Italie, les Lacs, où le premier amour du vieux vit. Il ne rêve plus que de cela avant le grand saut. Impossible de rebrousser chemin, alors oui, il faut y aller. heureusement, le pépé sera accueilli par la vieille lady qui tient un gite. Pas pour très longtemps d’ailleurs. Et c’est là que Betty décide de retrouver la trace de son deuxième beau-père, tromboniste, dans une île des Cyclades. Un homme formidable selon elle et ses souvenirs puisque lui aussi s’est éclipsé subitement lorsqu’elle avait douze ans, un monstre de méchanceté selon les ragots qu’elle recueille par hasard dans ce trip incertain où tout va de travers.
Rien n’est prévisible ni pour elles, les filles, ni pour nous, les lectrices/teurs. C’est très plaisant à lire sur la plage, ah oui, non, c’est fini l’été, mais dans le train, le métro et le pieu. L’ayant fini il y a quelques jours, je n’ai plus les détails en tête mais c’est un bon conseil que m’a donné la libraire en me dirigeant vers cet ouvrage. Un ouvrage composé en Rongel corps 11,5 sur un interligne de 14 points, un remake d’une typo inventée en 1770 par Francisco Rongel, est-il écrit sur la dernière page.

Les Occasions manquées de Lucy Fricke (2018 en VO : Töchter). 2021 aux Editions le Quartanier. Traduit pas Isabelle Liber. 280 pages, 20 €.

Texte © dominique cozette

 

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #563

27/11/2021 Aucun commentaire

Tout nu et tout bronzé, v’là le nouveau variant Covid en direct d’Afrique du sud. On l’a appelé Nu. C’est chaud, comme actu pour finir la semaine, non ? comme si on n’avait pas assez à faire avec les quéquettes people à arrosage automatique …  Bon, vous reprendrez bien une p’tite douche ? Heu, moyennement envie, vous savez avec toutes ces histoires, on ne sait plus s’il faut la prendre masqué.e, avec une culotte en zinc et une capote en marbre. Regardez notre bon premier ministre prudent qui fait tellement gaffe, paf ! le covid lui fonce dessus, pas le temps de dire ouf ! Même pas pu aller à la Guadeloupe pour se changer les idées, le pauvre chou. Alors un p’tit verre de Cristalline pour se remettre ? Vous savez, l’eau qui emboutit le crâne des footeux en plein match ! Mais quelle violence, on dirait du Zemmour ! Cette fois encore, pas beaucoup de femmes dans tout ça, même Bachelot est partie avec l’eau du bain. Que d’eau, que d’eau, mais que d’eau ! Couvrez-vous bien et des bises à toustes…

- DC : Il paraîtrait que le gel Ushuaïa contiendrait quelques gouttes de semence de Nicolas H. Une analyse est en cours.
- NP : Juste une question : proposer à une femme un boulot à TF1 en échange d’une relation sexuelle, c’est plus ou moins grave que de proposer à une femme un logement en échange d’une relation sexuelle ? C’est pas pour moi c’est pour un ami ministre de l’Intérieur.
- JT : Abasourdi par le reportage Envoyé Spécial sur Hulot, plus jamais j’achète un gel douche Ushuaïa.
- SW : Nicolas Hulot se plaint d’être la cible d’un tribunal médiatique. En même temps, c’est le seul tribunal autorisé à se pencher sur les frasques de ce fdp.
- OK : *toc toc toc* – C’est qui ? – C’est Nu, le variant sud-africain.
- ES : Ceux qui veulent se lancer dans le concours de vannes pourries sur le variant Nu, je vous préviens, vous pouvez tout de suite aller vous rhabiller.
- JB : Ô temps ! suspends ton vol venant d’Afrique australe.
- GD : On n’est pas bien, là, avec ce nouveau variant dont les courbes ne rentrent même plus dans les graphes ?
- OM : J´ai regardé Ushuaïa sur France 2 ce soir… Et ben ça a mal vieilli.
- MK : Il me semble préférer et de loin le Hulot de Tati. Au moins celui-ci ne salope pas l’idée écologiste…
- JPT : Il, Elle ou Iel ? Encore un débat douloureux pour le cul des mouches.
- MT : Le pronom iel s’avère un excellent révélateur de vieux cons et ça, c’est drôlement pratique, non?
- DC : Travail au noir : un tableau de Soulages adjugé à plus de 20 M$ !
- CEMT : Il y a un joueur de football qui s’est pris une bouteille d’eau sur la tête et tout d’un coup, non seulement le reste du monde n’existe plus, mais en plus il ne se passe plus rien d’autre en France, fascinant.
- JO : Allo les médias, les Pandora Papers vous en parlez quand ? Ce sont quand même 11 300 milliards qui manquent au budget des états.
- EL : Je rigole pas, Porsche a déposé un brevet pour des faux pots d’échappement avec des hauts-parleurs pour que les voitures électriques fassent vroum vroum.
- ES : Mario Vargas Llosa entre à l’Académie française. Ce qui prouve bien que l’Académie Française, c’est pas le Pérou.
- SF : Jean-Michel Aulas était à deux doigts de porter plainte contre Dimitri Payet pour avoir porté un violent coup de tête à une bouteille de Cristalline qui se baladait tranquillement sur la pelouse du Parc.
- ECC : Techniquement, le lancer de bouteille d’hier soir sur Payet est quand même fabuleux de précision.
- NA : – Suite à l’incident sur Dimitri Payet durant OMOL, la bouteille Cristaline sera invitée dans TPMP demain soir sur C8.
- NMB : J’ai rien compris, il joue dans quelle équipe Chris Taline ?
- OM : Eh oh doucement, nous aussi on a nos idiots au rugby ! Mais en général, ils sont sur le terrain.
- RdB : Si j’ai bien compris, le wokisme c’est tout ce qui remet en cause le droit de l’homme blanc cis à se curer les dents avec des os humains ?
- MA : Jean Castex, qui a postillonné sans masque en serrant des louches toute la semaine, fait la morale à la Guadeloupe en les traitant d’irresponsables. Quinze minutes après, on apprend qu’il est positif au Covid malgré ses deux doses. Quinquennat de la bouffonnerie…
- OK : Oh un clustex ! (C’est comme un cluster, mais avec Jean Castex)
- OM : Une pensée émue pour l’agent de la CPAM qui, en une matinée, doit appeler une vingtaine de maires, plusieurs ministres, le premier ministre belge, le gouverneur de la Banque de France, Christine Lagarde et Emmanuel Macron pour leur dire qu´ils sont cas contacts…
- GD : Du coup, j’imagine que le Premier ministre, qui n’a pas du tout respecté les gestes barrière, ne sera pas à la conférence demain pour nous rappeler de bien respecter les gestes barrières ?
- JT : Arrêtez de critiquer les chasseurs, vous ne seriez peut-être pas mieux qu’eux si vous étiez des abrutis alcooliques !
- ES : Flambée de violence en Guadeloupe et en Martinique : ça devient vraiment l’anarchipel !
- GB : Tout mon soutien à Stéphane Richard qui n’a bénéficié que de 20 minutes dans la matinale la plus écoutée de France pour crier toute l’injustice d’une condamnation pour avoir contribué à verser frauduleusement à peine 404 millions d’euros de deniers publics en étant haut fonctionnnaire.
- SW : Les Français sont un peuple étrange. Ils se font enculer tous les jours sur l’essence, le gaz, l’électricité, le tabac, les impôts, la TVA etc… Mais, c’est sur une dose gratuite de vaccin qu’ils s’indignent.
- MK : Le Covid a du bon. On apprend l’existence d’une Brigitte Klinkert, qui plus est ministre. Testée positive.
- CC : En cinq ans, Hanouna aura plus fait pour la propagation des idées d’extrême-droite que la mafia Le Pen en 50 ans.
- MK : Au fait, en parlant de Roselyne Bachelot, ils ont retrouvé son corps depuis l’temps ?
- SS : On m’a demandé si j’allais utiliser le pronom « iel », j’ai répondu «noui »
- ZM : D’après une enquête en cours , il semblerait que le réchauffement climatique soit essentiellement actif dans le caleçon de Nicolas Hulot.
- AM : Enfin on a réussi à trouver quelque chose de positif dans Jean Castex.
- YB : Si même Philippe de Villiers, qui manifestement n’a jamais vraiment eu peur de paraitre ridicule, ne veut plus soutenir Zemmour par peur de ternir son image, que faut-il en conclure ?
- JPT : PPDA, Hulot, l’Archevêque de Paris : hé, les mecs, ça devient trop risqué de harceler les femmes. Alors mon conseil : devenez homo. On a rarement vu un homo se plaindre d’avoir été victime d’attouchements, de harcèlement ou de propositions sexuelles saugrenues.
- JS : Je rappelle que pour respecter les gestes barrière, il suffit de bien regarder comment se comporte Jean Castex et de faire tout le contraire.
- GD : Victime (de harcèlement scolaire de groupe au collège), il m’a fallu du temps et un gros travail sur moi-même pour oser y apposer ce mot et en parler. On m’a demandé pourquoi j’avais gardé tout ça. Parce que c’est difficile de rouvrir un sac de douleurs. Même pour le vider.
- OK : Quelqu’un sait si pendant le black friday, on peut trouver des hommes ou des femmes politiques intéressants, qui fonctionnent correctement, pas chers et efficaces ?
- MN : Le pire dans cette histoire de paternité de Zemmour, ce n’est pas tant qu’il devienne à nouveau papa, c’est de savoir qu’il a une activité sexuelle. Il y a des images mentales intrusives dont on se passerait bien, j’vous jure.
- NMB : Je rappelle à l’Afrique du Sud qu’ils ont déjà produit un variant l’année dernière, merci de laisser une chance aux autres pays de
développer le leur.
- OM :  Les scientifiques ont refusé de baptiser le nouveau variant « Xi » pour ne pas vexer Xi Jinping mais l´ont baptisé « Omicron » sans s’inquiéter de vexer Macron…
- BR : Y’avait du connard à la pelle pour se plaindre du coût des 100 gendarmes mobilisés pour la fausse fugue de la fille de 13 ans, par contre pour les centaines de CRS qui protègent Zemmour on les entend plus là.
- LC : Les mecs qui font les péages d’autoroute, ils calculent la taille d’un bras pour prendre le ticket…et puis ils te rajoutent 10cm pour le challenge.

MERCI À VOUS QUI ME SUIVEZ ET PARTAGEZ MES FESSEBOUQUERIES…
RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les initiales sont celles des auteurs, ou les premières lettres de leur pseudo. Illustration ou montage d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site, mon blog, mon Insta. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Les Fessebouqueries #562

20/11/2021 Aucun commentaire

Semaine imbibée de Beaujolpif quand on réalise quelles sont nos principales préoccupations : une soi-disant chômeuse qui en fait travaillait d’arrache-pied pour son mari, le salaire de labeur quoi, un soi-disant aventurier qui trichait grave en dévorant des Uber, un hurle-uber-lu quoi, un un soi-disant inspecteur-des-travaux-finis qui change le bleu de notre drapeau armé d’un nuancier Pantone, un prèz-bleu quoi, des soi-disant grammairiens qui mettent iel au dico alors que mon correcteur d’ortho le recale, iel est nase çui-ci, une championne de tennis violée disparue, soi-disant disparue disent les soi-disant innocents, et, cerise sur le gâteux (excusez-moi, je ne peux pas m’en empêcher), le président d’une soi-disant énorme puissance victime d’un sondage très intrusif, sans une seul querelle intestine autour du siège provisoirement occupé par une lady. Ainsi va le monde mais les week-ends sont là pour nous en battre l’œil.  Gaffe encore, le virus frappe aussi les plus jeunes, j’en suis témoin. Tchin quand même, friends.

- JCS  : L’avocat de Penelope Fillon : « elle pouvait ouvrir jusqu’à trente enveloppes par jour ! »
- SØ : Pénélope Fillon accusée d’avoir perçu près d’un million d’euros de salaire sans avoir travaillé : Ah, on a enfin trouvé un de ces chômeurs qui gagne plus à la maison qu’en travaillant.
- DC : Un million d’euros pour aller chercher le courrier de François au fond du parc ! (C’est vrai qu’il est immense, qu’il est peuplé de loups, de satyres, de serial killers et d’animaux gluants).
- RR : Je ne sais pas ce qui est le plus traumatisant : passer une coloscopie ou savoir que le monde entier sait que ton trou de balle a un souci.
- ES : Coloscopie de Joe Biden : j’espère qu’il n’a pas chopé des Zemmouroïdes…
- CEMT : Emmanuel Macron : « Mes chers compatriotes, pour lutter contre le COVID, la crise climatique, l’état des hôpitaux et de l’école, régler la situation des étudiants et des chômeurs, j’ai décidé de changer la couleur bleue du drapeau français, normalement ça devrait tout résoudre. »
- MN : J’apprends qu’il y a un gars de Koh-Lanta qui s’est fait éliminer parce qu’il s’était fait livrer un steak-frites. À un moment donné, tu fais une émission de survie dans une zone Uber-eats, ils s’attendent à quoi les mecs de la prod ?
- LT : Si une diarrhée est un flux brutal de selles liquides, et une logorrhée un flux rapide et incontrôlé de paroles, alors je propose qu’on baptise « Bollorrhée » le flux médiatique haineux en continu de certaines chaînes de TV et stations de radio.
- CEMT : Blanquer avait le choix entre empêcher « iel » d’entrer dans le Petit Robert et empêcher le COVID d’entrer à l’école, il a pris ce qui était à sa portée.
- FE : Mon pull : – 20% coton – 80% poils de chat.
- DB : Une amie m’a récemment initié au pouvoir des pierres : c’est très intéressant ! Et l’impact qu’elles peuvent avoir sur votre vie est tout à fait surprenant ! Cependant, je n’ai pas été très surpris de constater que celle qui est la plus efficace pour éloigner les importuns, ça reste le pavé.
- NMB : Je n’ai pas encore parfaitement compris le concept du wokisme, mais par contre, ça peut faire 158 points au Scrabble en mot compte triple.
- NP : Les gens qui refusez le vaccin « parce qu’on sait pas ce qu’il y a dedans » mais qui allez boire du beaujolais nouveau demain, concentrez vous un peu.
- CEMT : Nouvelle polémique alors que Jean Castex lèche maintenant le visage de ses interlocuteurs pour leur dire bonjour.
- NMB : A partir de demain, la France sera divisée en deux catégories : celle qui a complètement perdu le goût et l’odorat, et celle qui trouve un subtil arôme de banane-cassis-fioul domestique au Beaujolais nouveau.
- RS : Je vous raconte comment j’ai rencontré ma femme. C’était à la poste pour acheter des timbres, y avait des dizaines de gens. Je l’ai vue, ce fut le coup de foudre, on a fondé une famille, acheté une maison, fait des voyages… et maintenant, y a plus que deux personnes devant nous.
- GD : Près de 8 Français sur 10 se disent heureux. Les 2 qui restent sont sur Twitter.
- OB : Reste à savoir quand le dictionnaire va s’appeler La Petite Roberte.
- RR : Tous les non vaccinés seront obligés de boire un litre de Beaujolais nouveau. Pas de piqûre mais de la piquette !
- OR : Quand tu apprends que Joe Biden va subir une coloscopie, tu te demandes jusqu’où on va pousser la transparence… Heu… oui, juste la transparence, hein !
- BD : Joe Biden en coloscopie… On est vraiment en période de sondages !
- DS : Une présidente des USA pendant la coloscopie de Biden ? Ça troue le cul, non ?
- KL : Kamala Harris va subir un frottis et va transférer temporairement ses pouvoirs à Steven Gerrard Larcher.
- NMB : Bon écoutez, moi je propose qu’on dise « iel » si ça se réfère au masculin et « ielle » si ça se réfère au féminin, comme ça tout le monde est content, fin du débat, de rien, ça me fait plaisir.
- CEMT : Emmanuel Macron : « Je voudrais rassurer mes électeurs, c’est l’Autriche qui est reconfinée et bien entendu pas l’aut’riche. »
- GD : Merci aux pauvres de faire un peu moins de bruit, on a des soucis de dictionnaire à régler.
- MH : Madame, avec votre gratin dauphinois d’hier soir, vous m’épatâtes !
- DA : C’est bon j’ai bu mon traditionnel verre annuel de Beaujolais nouveau, avec le reste de la bouteille je vais décaper le four, faire les cuivres, détartrer ma Senseo, polir mes pierres de Lune et me décolorer les cheveux.
- OM : Quand on aura retrouvé Peng Shuai, ce serait bien qu´on se mobilise aussi pour retrouver les tennismen français.
- SH : Des élèves m’ont demandé si Roméo et Juliette était une histoire pédocriminelle puisqu’elle a 13 ans et lui 21. Elles m’ont dit que si elles étaient profs de français, elles ne l’enseigneraient pas. Vous êtes pas prêt•es pour la nouvelle génération ? Elle va tout casser.
- OB : J’ai raté l’allocution de Macron mais d’après vos commentaires, lui aussi.
- BR : Le crime parfait en France c’est : tu butes un gars et ensuite tu dis que t’es chasseur et que t’es bouleversé et que le risque zéro n’existe pas et ça passe crème
- AN : Travailler dans l’éducation nationale, c’est comme un mauvais mariage. Rien ne va, on ne s’entend plus mais on reste pour les gosses.
- GD : Rien de tel qu’une bonne chasse aux pauvres pour ressouder le pays.
- IB : ceux qui se plaignent du litre de sans plomb 98 à 1,80€ oubliez pas qu’une bouteille de 75cl de Château Margaux 2016 c’est 780€ soit 1040€ le litre, donc bon vos faux problèmes ça va bien deux minutes.

MERCI À VOUS QUI ME SUIVEZ ET PARTAGEZ MES FESSEBOUQUERIES…
RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les initiales sont celles des auteurs, ou les premières lettres de leur pseudo. Illustration ou montage d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site, mon blog, mon Insta. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Apeirogon, quel souffle !

11/11/2021 Comments off

Apeirogon : c’est une figure géométrique au nombre infini de côtés. Apeirogon, c’est aussi le titre du livre incroyable de Colum McCann composé de mille chapitres-paragraphes, la plupart assez courts, pour évoquer son thème central : la mort dans des attentats de deux fillettes, l’une d’Israël, l’autre de Palestine. Et autour, un patchwork d’événements plus ou moins proches, souvent très lointains de ce drame que trame l’auteur pour nous expliquer des centaines de choses qui font que cette horreur improbable ait pu avoir lieu. On en apprend, des choses. En premier lieu sur les oiseaux migrateurs dont le couloir passe par le ciel de ces pays. Plusieurs petits chapitres nous montre le vol de ces animaux, leur façon de se positionner en triangle pour économiser de l’énergie, la chasse que certains leur font, les lance-pierres qui les atteint. Car les pierres font partie de l’arsenal des armes utilisées par les gens d’ici. Et la balle qui a atteint une des fillettes. Ou un éclat d’obus, pour l’autre.
On assiste aussi, bizarrement, au dernier dîner de Mitterrand, celui des ortolans, quelques jours avant sa mort. Puis la visite de la Croix-Rouge dans un camp d’extermination, autorisée par les nazis qui vont le rendre joli et acceptable. Et plus loin, la mort dans les chambres à gaz du musicien qui a merveilleusement joué ce jour là. Il y a aussi cet équilibriste qui tend des fils entre des montagnes et des monuments, qui marche à des hauteurs vertigineuses, qui, un jour, a traversé la vallée entre les deux pays ennemis pour y porter un message de paix, mais il y a eu comme un raté avec la colombe qui ne voulait pas s’envoler, gaguesque. McCann raconte, ailleurs, la composition « muette » de John Cage, un morceau en trois mouvements totalement silencieux. Le rapport avec le livre en est le titre qui est le prénom d’une des deux fillettes disparues.
L’auteur donne des détails sur un nombre incroyable de choses, d’événements, sur des origines, des sources. On a l’impression parfois de scroller un réseau intelligent où chaque anecdote est savoureuse, brillante, instructive. mais toujours revient à la mort des fillettes et surtout à leurs pères, unis plus tard dans un association pour que cessent ces ignominies, ces guerres, les tueries d’innocentes victimes. Les pères portent la bonne parole avec d’autres parents ayant perdu un fils ou une fille, racontant leur cauchemar et tentant d’empêcher des vengeances assassines. Conférences plus ou moins bien acceptées dans certains pays.
Au milieu du livre, au chapitre 500, il existe un long chapitre 1001 où le père d’une fillette explique, lors de sa conférence, son chemin de croix pour savoir où était sa fille, morte ou pas, introuvable, puis l’effondrement. C’est comme un film, on y décrypte toutes les images et sensations terribles du père. De même pour l’autre récit, l’autre père. Ils sont réels, ce qu’on apprend est vrai, la mort des fillettes et tout ce qui contribue à les commémorer pareil. Puis les « petits » chapitre reprennent, avec une numération de 500 à 1.
Moi qui n’y connais pas grand chose dans le conflit israélo-palestinien, j’ai appris énormément de choses, de façon fragmentée et d’autant plus accessible. Chaque épisode est illustrée à hauteur d’homme, de personnes qui souffrent, ou pas, de gens qui vivent. La vie des gens, anecdotique et tellement précieuse. Le cauchemar des check-points où règne l’arbitraire d’une arrestation. Le langage des plantes entre elles pour communiquer, le « cri » des fleurs quand on les coupe, ces recherches acoustiques d’une incroyable finesse utilisée justement dans les check-points pour traquer les moindres sons…
Ce livre est une mine, il m’a passionnée, je l’ai fait durer le plus longtemps possible pour m’en repaître encore et encore. C’est magnifique, ne vous privez pas de cet immense plaisir.

Apeirogon de Colum McCann, 2020. Editions Belfond, traduit par Clément Baude. 510 pages, 23 €.
(Prix du meilleur livre étranger et prix des lectrices de Elle, entre autres.)

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #561

06/11/2021 Comments off

Pardonnez-moi d’insérer une femme, et quelle femme, dans cette image magnifiquement symbolique de la Cop26, il y en a tellement peu dans l’actu de la semaine, des femmes ! Donc le climat et ses décideurs venus en Ecosse dans 400 jets privés, c’est sympa, ça fait une balade, Glasgow, rien que le nom, on ne peut que se satisfaire d’un réchauffement par là-bas, pas comme à la chasse où s’en fout bien, un p’tit coup de gnôle et hop, pan pan dans la lune du lapin ou la tempe du pékin qui ose passer à ce moment-là ! Car tout ça ne mérite pas la prison, encore moins le bracelet électro, très tendance chez nos politiques qui vont finir par ringardiser ceux qui n’en portent pas… Comme celles qui ne portent pas le hijab, nouveau symbole de la liberté chez les meufs, tiens donc, d’après le Conseil de l’Europe. Et comme culotte, je mets quoi ? Trève de Trevi, sachons savourer les doux moments de notre petite vie lors de la trêve du week-end. Bon enjoy à toustes !

- TVDB : C’est bon, on peut arrêter de se faire du mouron pour le climat, les chefs d’état ont pris le problème à bras-le-corps et viennent carrément de jeter une pièce dans une fontaine.
- VC : Résumé de la cop 26 : des vieux monsieur s’étant rendu en jet privé à une petite réunion sur le changement climatique ont promis la neutralité carbone pour quand ils seront morts et ont jeté une pièce dans une fontaine, et vous pouvez désormais calculer votre propre bilan Co2.
- OR : Mardi soir Macron annoncera officiellement qu’il ne rallumera pas la flamme du Soldat Inconnu le 11 novembre parce que ça coûterait trop cher avec la hausse du gaz et du carburant.
- OB : Peu d’hommes pensent mais beaucoup arrière-pensent.
- KS : Je viens de découvrir qu’au Québec, « mansplainer » se dit « penispliquer » et je pleure de rire.
- PA : Des fois j’ai peur que mes publications soient merdiques… Et puis, quand j’entends les discours de nos hommes politiques, je me dis que j’ai encore de la marge.
- NMB : J’ai décidé de rester à l’heure d’été, vu ce que le soleil a branlé en juillet et en août cette année , il me doit largement une heure supplémentaire chaque jour cet hiver, c’est pas négociable.
- HT : Prendre une balle de chasse dans la gorge au volant de sa voiture et se retrouver entre la vie et la mort, ce n’est pas la faute des chasseurs. C’est la faute à pas de chance.*
- GD : Une bien belle matinée, remplie de soleil, de café et de menaces de représailles physiques des chasseurs.
- GB : Merci de bien vouloir dorénavant vous munir également d’un rapporteur pour calculer les différents angles de ricochets possibles lors d’une balade à proximité d’une zone de chasse.
- GD : Une pensée pour les ruraux qui craignent chaque jour de prendre une balle perdue de la part de ces citadins, débarqués en SUV à la campagne pour calmer leurs pulsions de frustrés.
- CEMT : Emmanuel Macron : « Pour les animaux qui sentent que leur espèce est menacée, j’ai décidé de mettre en place un numéro vert. »
- PA : Je crois que le prochain défi des autorités sanitaires va être d’expliquer qu’il faut changer de masque toutes les trois heures à des types qui changent de slip une fois par semaine.
- BDC : Je déclare la saison des pyjamas en polaire associés à des chaussettes de ski officiellement ouverte.
- NMH :  — Encore deux accidents de chasse récemment  — Ouais, mais bon, on n’a pas idée de circuler un samedi sur une route de Bretagne ou de se balader sur un sentier en Haute-Savoie. Faut interdire les promeneurs et les automobilistes imprudents qui dérangent les chasseurs !  — OK…
- PV : Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de ma compagne, alors je vais lui faire une vraie surprise, en lui offrant un hijab à porter quotidiennement pour se sentir plus libre, comme le recommande le conseil de l’Europe… Elle va kiffer, c’est sûr !
- DC : Avant de m’habiller, j’attends que le Conseil de l’Europe me dise si je dois mettre une culotte de mémère en coton ou un string coupe-fesses en nylon.
- NN : Insécurité, baisse du pouvoir d’achat, massacre des services de santé, manque de moyens en milieu éducatif et scolaire…? Non non malheureux! Parlons du hijab il n’y a rien plus important à l’heure actuelle.
- EN : Liberté et hijab dans la même phrase, c’est un peu un oxymore non ?
- EF : —  Le saviez-vous ? On active 14 muscles en ouvrant une bouteille de vin.  —  J’adore le sport.
- BD : Incroyable cette cabale des juges contre Sarkozy qui s’entêtent, par esprit de vengeance, à tenter de le condamner pour les crimes dont il est coupable.
- DC : La bonne nouvelle concernant Benalla, c’est que c’est pas nous qui paierons ses repas en zonzon.
- AB : Merci à Patrice Laffont qui réclame un SMIC à 10 000€. La campagne présidentielle prend enfin bonne tournure. Je crois que nous savons à présent autour de qui peut se faire l’union de la gauche.
- GB : Quelqu’un sait ce qu’il y avait comme propositions dans les COP 24 et COP 25 ?
- RR : Si vous ne croyez pas au don d’ubiquité, venez faire un tour dans les groupes Whatsapp de la famille… ma mère est partout.
- EL : Jeff Bezos : il émet 50 millions de tonnes de CO2 par an avec Amazon, livre en avion, ne paie pas d’impôts et construit une fusée pour se balader. Jeff Bezos  also : il est invité à parler à la COP26.
- DC : Après des pièces de monnaie dans la fontaine de Trevi pour avoir de la chance face au dérèglement climatique, l’un des plus puissant dirigeant de la planète en appelle à Dieu pour sauver la planète… Et ce sont les écologistes qui sont irrationnels et obscurantistes ?
- JB** : God bless you all and may God save the planet.
- CT : Michael Bloomberg*** possède 6 avions, 3 hélicos, 11 maisons, 42 voitures. Mais il pense que vous devriez utiliser les transports en commun pour sauver le climat. Voilà le vrai visage des milliardaires qui se bousculent à la COP26.
- ES : Crise des pêcheurs : pour régler le différend entre la France et la Grande Bretagne, faut-il envoyer l’Armée du Chalut ?
- OB : À quel moment les Français sont passés des chrysanthèmes à « Tiens, si nos gosses se déguisaient et bouffaient des bonbons sur le dos des morts ? ». Je déteste Halloween.
- DSF : Urgent: Benalla est également interdit pour 5 ans de porter ou de détenir un pistolet à eau.
- JMA : Alexandre Benalla condamné à trois ans de prison dont un ferme… sous bracelet électronique. je ne sais pas si c’est sévère ou complaisant mais il faudrait arrêter de parler de prison ferme ! La justice devient ridicule.
- HS : Justice. Dans un communiqué rédigé à la main, la Fédération nationale des délinquants électro-sensibles demande un moratoire sur l’usage du bracelet électronique.
- PI : Je me suis fait tatouer mon CV sur le cul et je fais le poirier à poil place de la concorde en espérant qu’un influenceur LinkedIn me remarque, priez pour que je trouve un stage les amis.
- DC : Vous allez voir que le bracelet électronique va être du dernier chic.
- GD : Dans le fracas du monde, il nous reste heureusement le vol lent des montgolfières, méduses multicolores flottant dans le ciel.
- PI : Moi à mon cerveau : 1 heure du matin tu te lèves dans cinq heures allez dors. Cerveau à moi : ok mais si on met de la confiture dans de l’huile bouillante est-ce que ça fait de la confriture ?

* Le conducteur est mort
**  = Jo Biden
*** : Sa fortune est estimée à 59 milliards USD (2021) d’après Forbes.

MERCI À VOUS QUI ME SUIVEZ ET PARTAGEZ MES FESSEBOUQUERIES…
RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les initiales sont celles des auteurs, ou les premières lettres de leur pseudo. Illustration ou montage d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site, mon blog, mon Insta. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Tout savoir sur les énergies et le climat

04/11/2021 Comments off

Le monde sans fin est une imposante BD de 200 pages issue de la rencontre entre un éminent spécialiste des questions énergétiques, Jean-Marc Jancovici, et un auteur majeur de la bande dessinée, Christophe Blain, qui traite des énergies et du climat, sujet tellement préoccupant de nos jours. Cette BD met en scène de façon très drôle le dessinateur qui pose des questions naïves auxquelles répond le scientifique de la façon la plus complète possible tout en restant très simple à comprendre.

Jean-Marc Jancovici : « Cela faisait longtemps que me trottait dans la tête l’envie de « sortir » de l’essai classique – genre où j’ai fait quelques tentatives – pour faire bénéficier le message d’un talent artistique (pas le mien ! quand je dessine une vache on dirait un chien ; je suis incapable de faire un accord à la guitare et je chante comme une casserole) pour le rendre plus accessible. Et donc quand Christophe Blain, que je connaissais évidemment de nom, m’a contacté pour me demander si j’étais tenté par une BD, j’ai du hésiter un quart (un dixième ?) de seconde avant de répondre par l’affirmative avec un enthousiasme de gamin à qui on demande s’il veut aller jouer dehors. Après 2 ans de gestation, quelques fous rires et quelques coups de stress, le bébé est donc là : 1,4 kilos et 196 pages (en couleurs s’il vous plait). J’espère évidemment que cet album permettra de toucher des gens qui n’ont jamais lu d’essai sur le sujet, et jamais vu une conférence de votre serviteur. »

Une somme passionnante sur les questions qu’on se pose sur les énergies fossiles ou renouvelables, les EPR, le charbon, les éoliennes, les fausses infos sur les produits/énergies qui se disent « verts », et la réaction de la nature, représentée ici par une immense femme gironde pleine de cheveux.
Un livre absolument nécessaire. Pensez à l’inscrire dans votre liste de cadeaux de… noël (arghhhh tout ce gâchis en énergies pour un nombre incalculable d’objets qui finiront souvent à la poubelle)

Le Monde sans fin de Jean-Marc Jancovici et Christophe Blain, 2021 aux Editions Dargaud, 196 pages, 27 €.

Categories: bouquins