Archive

Archives pour 08/2020

Les Fessebouqueries #508

08/08/2020 Aucun commentaire

 

Dans ce contexte de canicule où même le ministre responsable de notre peau nous conseille de faire gaffe, le prèz est parti distribuer sa bonne parole — ferme (-la) et autoritaire — aux Beyroutiens comme s’ils ne savaient pas déjà qu’ils étaient dans la mouise, les pauvres. Même Ghosn  qui a perdu sa baraque, takavoir. Mais trêve de raillerie, nous on a le numéro vert, on a les masques, on a les vacances, on a les insultes, la seule chose qui nous manque, c’est un bon vieux roi pourri qui fuirait pour malversations, mais ça, ça ne risque pas puisqu’un certain 4 août d’il y a longtemps, on a abolit les privilèges…Tous, je vous dis. Allez, cheres lecteurices, bon week-end  et buvez !
- MK : Le Liban n’étant pas à une catastrophe près, Macron a pris la route de Beyrouth…
- MG : Zorro est arrivé ! Au Liban, il va tout réparer ! Comme en France, voyez ! Gardez-le si vous en voulez !
- OB : Donald Trump ferme la frontière au Mexique, il ferme TikTok. Avec un peu de chance, le prochain truc qu’il ferme, c’est sa gueule.
- HM : Le saviez-vous ? Un corps non lavé correctement depuis trois jours sent la saucisse de volaille. Ou alors, c’est juste moi.
- LO : « Explosions à Beyrouth : la police disperse à coup de gaz lacrymogènes des manifestants anti-gouvernementaux » Ah bah là on voit vraiment que Macron est passé, voyez.
- CB : Prendre du poids m’engourdit : Mon corps centkilose.
- KA : Je regarde bfmtv et il y le feu en Ardèche, le journaliste qui est sur place avec un riverain lui demande, il y a le feu, pouvait vous me dire ce que vous voyez ? Le riverain répond, bé des flammes et de la fumée.
- NP : Il n’y a qu’une seule différence entre les enfants de couples homos et les enfants de couples hétéros : TOUS les enfants de couples homos ont été désirés, ce qui est loin d’être le cas pour les autres. Alors vos discours sur le bien de l’enfant…
- PE : — « Trump: Il y a un fléau qui est en train de tuer notre jeunesse et il faut agir tout de suite » —  Conseiller : « Totalement d’accord, on supprime les armes?! » —  Trump : « On supprime Tik Tok ! »
- JC : Se lever, acheter des tomates farineuses, de la mozza en plastoc et du rosé en cubi chez Super U, se prendre du sable dans la gueule à la plage, le soir regarder un téléfilm FR3 sur un écran de 13 cm dans un T2 à la Grande Motte…et se dire qu’on bosse toute l’année pour ça !
- OVH : Ce soir sur France 2, un film de Lelouch avec deux acteurs disparus : Johnny Hallyday et l’avocat pénaliste Eric Dupond Moretti.
- ES : Quand tu veux faire merci de la main à la voiture qui te laisse traverser, et que tu tiens avec les deux premiers doigts ton tel et avec les deux derniers ta pièce de 1 euro pour la boulangerie et que tu réalises que tu viens de lui faire un doigt d honneur à la place.
- CC : J’imagine un de mes collègues me traitant de « salope ménopausée »…  je pense qu’il serait toujours en train de ramasser ses couilles sur le lino. Je me réjouis de ne jamais avoir eu à côtoyer ce style de babouins et je ne comprends pas le niveau de ces mecs. Complexe de petite bite ? Pardon pour le nombre d’organes sexuels évoqués vulgairement dans ce tweet.
- ADS : Macron parle de la crise terrible que le Liban traverse, de la proportionnelle si nécessaire pour une vie politique équilibrée et juste, de la corruption qui ronge le Liban mais se rend-il compte qu’il décrit la situation de la France, situation qu’il ne cesse d’aggraver ?!
- PI : Est-ce que j’ai essayé de chasser une mouche avec la main qui tenait la tasse de café chaud ? Bien sûr que non je ne suis pas débile.
- LO : J’ai mis en place 2h d’auxiliaires de vie/jour pour ma mère qui vit loin de moi. Ce matin, 1ère fois, ma mère a fait le ménage avant son arrivée pour qu’elle « trouve la maison propre quand même ». Après 30min elle lui a sorti : « bon ben on va vous libérer merci d’être passée »
- ES : Ça y est, Macron est apparemment devenu Président du Liban, la nouvelle vient d’être confirmée par son allié du MoDem, Francois Beyrouth.
- ES : Le soir du 31 décembre, il faudra songer à remercier Benjamin Griveaux de nous avoir procuré le seul et unique moment de détente de cette année 2020.
- GA : Juan Carlos part donc en exil sans sa femme. Quel génie.
- JB : Pense-t-on sérieusement que le Liban a besoin de la présence d’Emmanuel Macron au lendemain de la catastrophe ?
- DC : Macron a grillé Bernard-Henri Lévy sur la scène libanaise… Ça décoiffe !
- AR : Vous vous souvenez quand le président libanais est venu à Toulouse après l’explosion de l’usine AZF en 2001 pour exiger des réformes ? Moi ça ne me dit rien…
- PN : Macron au Liban, il va proposer un numéro vert ? une commission ?
- IN : Un grenelle du nitrate d’ammonium. Un moratoire sur la maison de Ghosn.
- EB : Ne buvez surtout pas l’eau du robinet de Paris ! Les équipes d’Hidalgo ont trafiqué la mémoire de l’eau pour récupérer toutes vos données personnelles et écouter vos conversations. Personne n’en parle mais c’est vrai.
- FR : Un ciel sans avions, des routes sans camions, des océans sans super-cargos, une vie simple et un commerce local. Voilà la grande trouille du patronat : que nous vivions mieux, que la planète respire.
- AD : « Il y a 3 ans ma fille disait qu’elle ne serait jamais sur Instagram, maintenant elle a 50 000 followers et veut lâcher le lycée pour faire des storys sur les Ouïgours. Je ne sais plus quoi faire ».  Entendu à une terrasse du Cap Ferret
- GD : (Il était grand temps que quelqu’un vienne faire la leçon aux Libanais sur ces histoires de traversée de rue, de pognon de dingue et de gens qui ne sont rien.)
- FT : Très mauvaise semaine pour le Liban: après avoir subi une explosion catastrophique et les supputations de Meyer Habib et Jean Messiha, voilà à présent que Macron débarque chez eux pour les traiter comme une colonie. Il ne manque plus que les sauterelles est on est bon, là.
- RDB : Olivier Véran : Face à la canicule, « les règles c’est chercher la fraîcheur à tout prix ». J’attends avec impatience l’hiver prochain pour qu’il nous dise de mettre un pull.
- JMA : On a du mal à imaginer un chef d’Etat étranger venir en France, si une catastrophe s’y produisait, et promettre d’y revenir pour voir si les choses avancent. Je me demande ce que nous lui répondrions.
- ADS : Si pour certains la pédophilie est « juste » une préférence sexuelle, est-ce que je peux considérer si je les enterre vivants, que c’est « seulement » du jardinage ?!
- RP : J’ai appelé le n° vert mis en place par le gouvernement pour la canicule : ça marche pas, j’ai toujours aussi chaud.
- EG : Explosions à Beyrouth : la police disperse à coup de gaz lacrymogènes des manifestants anti-gouvernementaux. Ah oui, c’est vrai, Macron est passé hier donner des conseils.
- DC : La maison de Carlos Ghosn a été complètement détruite. Je me demande si Macron va le ramener dans sa mallette diplomatique. Ou dans son étui à pipeau…
- CC : Vous vous rendez compte, il fait très chaud en plein été !
- OB : Arrêtez de vous plaindre de la chaleur. Il y a des pays où les gens n’ont même pas de numéro vert !
- NP : Quelqu’un sait s’il y a un moyen de garder la lumière du frigo allumée quand la porte est fermée ? Parce que niveau température je suis bien mais c’est un peu sombre.
- JCA : Si j’ai bien compris, manifester pour la liberté de ne pas porter le masque, c’est manifester pour la liberté de tuer les vieux, les diabétiques, les obèses et …
- CC : Cette nuit, je fus le buffet à volonté d’un moustique.
- PL :  » Macron à la foule libanaise : Je comprends votre colère ». La dernière fois que je l’ai entendu dire ça, il a envoyé des hordes de CRS matraquer les manifestants. A la place des Libanais, je n’en mènerais pas large…

NOTA :  Mon tout nouveau livre « La fois où j’ai failli tuer la reine des yéyés » (où j’ai d’ailleurs failli tout réussir mais hélas) est en signature le 15 août à la librairie Colophon à Grignan. Sinon, à commander chez votre libraire (distribution Hachette). Voir ce qu’il raconte sur mon blog ici.

RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les initiales sont celles des auteurs, ou les premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site et mon blog. Merci d’avance.

 

Categories: Fessebouqueries

De beaux lendemains

07/08/2020 Aucun commentaire

Vous allez me dire : encore un écrivain américain et un livre pas très récent dont on a tiré un film.  Je vous répondrai oui. De beaux lendemains de Russel Banks est un très très bon roman qui se situe dans une petite bourgade du nord de l’état de New-York, paysage souvent enneigé lors des saisons fraîches. Ici, tout le monde se connaît, tout le monde se fréquente, mais aussi certains ont leur petit ou grand secret. Un jour comme un autre, Dolorès, au volant de son car scolaire, fait son ramassage d’enfants de tous niveaux, une bonne variété d’enfants, les renfrognés, les chahuteurs, les sages. Le père des jumeaux suit le car comme chaque matin pour répondre aux signes de ses enfants à l’arrière du car. Il ne fait pas trop attention, pensant à ses séances de baise très discrètes avec la femme de son ami lorsque le car fait une embardée, dévale dans le décor et s’abîme dans un plan d’eau. Plusieurs enfants meurent, une ado de 14 ans est gravement blessée et ne pourra plus marcher, la conductrice est sauve. C’est la consternation, évidemment. Le traumatisme.
L’accident et son dénouement vont  être exposés par quatre intervenants qui ont chacun leur propre histoire. D’abord (et à la fin) la conductrice, une femme appréciée dont le mari est en fauteuil roulant, qui se sent forcément coupable bien qu’elle roulât à une vitesse normale. Puis Billy, le père des jumeaux qui suivait le car, veuf et qui ne se remet pas de la mort de sa femme après un cancer, alors qui se défoule en couchant avec cette voisine, et qui boit aussi pour oublier. Il boira d’autant plus que ses jumeaux sont morts dans l’accident. Puis un grand avocat qui tente de grouper plusieurs victimes afin de porter plainte contre un responsable, car pour lui, l’accident n’existe pas, tout cela est forcément dû à une défaillance :  barrières de sécurité pas assez solides, plan d’eau qui aurait dû être asséché, freins du car etc…. Enfin, mais précédant la deuxième intervention de la conductrice, la jeune fille de 14 ans, paralysée du bas du corps, dont on apprend que son père ne cessait d’abuser d’elle. Pour l’avocat, cette jeune fille est son atout majeur, elle ne manquera pas d’émouvoir les juges ou les jurés. Sauf que son témoignage sera réellement inattendu.
Passionnant car très dense, très riches en anecdotes et très fouillé sur les causes possibles d’un accident quel qu’il soit. Et toujours intéressant de voir comment vivent les gens dans ces petits bleds proches de la nature.

De beaux lendemains de Russel Banks (The sweet hereafter 1991). Aux éditions Babel, traduction de Christine Le Bœuf. 336 pages.

Texte © dominique cozette

 

Categories: bouquins

Une saison ardente

07/08/2020 Aucun commentaire

Je pioche Une saison ardente de Richard Ford dans une pile de vieux livres et m’enthousiasme pour cette histoire simple racontée par un garçon de 17 ans. Peu à peu, je me souviens en avoir vu le très bon film ce qui me conforte dans ma progression. Oh, ce n’est pas un gros roman ! Le père, un brave type à l’américaine, est brutalement viré de son emploi précaire au golf sur un prétexte bidon. Puis, au lieu de se remettre en chasse d’un job, il traîne, n’a plus goût à rien. Nous sommes dans le Montana dans les années 60, un énorme incendie progresse dans les montagnes un peu plus loin. La mère, une femme charmante, ne semble pas affectée par la situation, elle-même travaille. Pour elle tout va s’arranger. Le garçon, être solitaire et paisible, se pose des questions. Quand soudain, le père décide d’aller au feu au grand dam de son épouse qui trouve cela hyper dangereux, certains en sont morts. Le garçon se retrouve seul avec sa mère qui lui pose souvent des questions existentielles sur la vie, l’amour, l’avenir. Lui répond toujours dans le sens du poil. Puis apparaît un monsieur, riche mais discret, plus âgé, pas très séduisant. Il boîte. Alors le fils se met à observer les rapports que cet homme entretient avec sa mère. Il va lui offrir un travail plus adapté et va aider le garçon à se présenter dans une bonne université. En fait, sa mère succombe et même semble très amoureuse, sans se cacher de son fils et même en cherchant son approbation. Puis le père revient du feu…
Ce qui est bizarre dans le récit, ce sont les dialogues. Rien n’est attendu, les questions comme les réponses sont surprenantes sous couvert de banalités familiales. La mère, le père et le monsieur ne cessent d’essayer de savoir ce que pense le jeune homme sur ceci ou cela, des choses auxquelles un jeune ne saurait répondre, et semblent se contenter de ses réponses souvent complaisantes. Et si elles ne le sont pas, c’est tant pis pour lui, car « c’est comme ça ». C’est extrêmement plaisant d’assister à ce petit mélodrame familial comme vu d’un trou de souris. Le dénouement en est plutôt surprenant.
Film et casting au top. Voir bande annonce ici.

Une saison ardente de Richard Ford, 1990. Wildlife, traduit par Marie-Odile Fortier-Masek. Editions de l’Olivier, 220 pages. 95 francs ! Ou en poche à Points, 9,10 €.

texte © dominique cozette.

Categories: bouquins

Du Mars Club à la prison.

02/08/2020 Aucun commentaire

Le Mars Club de Rachel Kushner a reçu le prix Medicis étranger. Ça m’a incitée à le lire et je ne le regrette pas, malgré la noirceur du sujet. En fait, non, j’adore les romans glauques. Celui-ci se passe entre le San Francisco des années 80, mais le SF côté triste, les bars louches, les trafics de toutes sortes, les mauvais coups. Le Mars Club est un bar à strip-tease plutôt nase où bossait notre héroïne, Romy (sa mère avait adoré un film avec Romy Schneider), ce n’était pas réellement un bar à putes quoique. Les travailleuses avaient pour missions de faire cracher le max de fric aux glandus qui les regardaient danser sur l’estrade et pouvaient les toucher. Manque de chance, un de ces types s’est entichée d’elle et ne pouvait plus se passer de la voir. Il a fini par la suivre, l’appeler au téléphone, la harceler constamment. Elle a déménagé sans laisser d’adresse mais un jour, elle l’a vu sur son perron. Hors d’elle, elle l’a frappé, il en est mort. Un brave homme handicapé tué par une strip-teaseuse aux moeurs légères, que croyez vous qu’il arriva ? Mal défendue, elle fut condamnée à deux perpètes. Ce qui veut dire, aux Etats-Unis, aucune sortie possible. Je finis ma phrase du début : ça se passe entre SF et les prisons de femmes où l’on croise de drôles de phénomènes, écrasées par leur destin de pauvres filles, de personnes trans-genre très mal vus dans cet univers, des dominantes épouvantables, des tarées aussi. Romy prend des cours de littérature avec un homme qui s’intéresse aux personnes incarcérées, plus tard elle essaierai de le convaincre d’adopter son fils, d’abord gardé par sa mère de Romy qui meut dans un accident. Mais il lui apprendra le pire : elle a été déchue de ses droits parentaux et ne pourra jamais plus savoir ce qu’il devient.
La trame n’est pas le plus important du roman. Le plus intéressant, c’est la matière que Rachel Kushner injecte dans l’histoire, des tas de choses qu’on ignore, une somme d’infos considérable sur la vie de ces femmes, des considérations, des anecdotes, des analyses psy, des souvenirs, des chapitres dédiés aux drôles de vies de ses personnages secondaires. Ça fourmille d’idées, de digressions, de faits divers, c’est extrêmement vivant et sans pathos car même si l’on y côtoie des condamnées dans le couloir de la mort, elles semblent avoir la pêche et possèdent une belle rage de survivre. Un talent féroce !

 

Le Mars Club de Rachel Kushner, (The Mars Room), 2018 chez Stock, traduit par Sylvie Schneiter. Le Livre de Poche, 480 pages, 8,70 €.

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #507

01/08/2020 Aucun commentaire

Ainsi fond, fond, fond la banquise. Et les petites marionnettes qui nous dominent aussi. Comme ce petit monsieur qui s’étouffe rien que de penser que certains pensent que des flics pourraient étouffer des gens et la justice étouffer l’affaire ! Heureusement qu’on a le Fou du Puy pour distraire six mille fous qui peut-être un jour s’étoufferont de s’être agglutinés sans protection, on ne leur souhaite pas bien sûr, ça ferait des lecteurs en moins pour le fantastique livre que Sarkozy a rédigé au Cap Homme-de-Couleur. Arrêtons là tout cynisme et réjouissons-nous que 66% des automobilistes ne jettent pas leurs saloperies par la vitre et surtout que Trump décide d’interdire un réseau social djeun, marquant par là, en toute transparence, qu’il entre dans une certaine idée de la dictature à la chinoise. Tik-tok-tik-tok, y quelqu’un dans sa tête ? Dear friends, que la canicule — qui veut dire petite chienne, oui oui — vous aide à passer un joyeux week-end aqueux. Ah que oui !
- CC : Une gare française, trop petite pour le trafic d’été, voyageurs masqués, gamins hurlants, coca sans bulles et ados en pleine séance d’enregistrement tik tok au milieu des quais qui sentent la sueur scorpio et le vomi de la veille. Ils voulaient relancer le tourisme, ils ont relancé la dépression nerveuse.
- CV : Darmanin « s’étouffe » quand il entend les mots « violence policière ». Bien bien bien…Écoute ça, Gérard : VIOLENCE POLICIÈRE ! VIOLENCE POLICIÈRE ! VIOLENCE POLICIÈRE ! VIOLENCE POLICIÈRE ! VIOLENCE POLICIÈRE ! VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE VIOLENCE POLICIÈRE !!!! J’espère que ça marche aussi quand il les lit. Sous vos applaudissements.
- ET :  Je déteste entendre un moustique quand je suis sur le trône. Et je déteste encore plus quand je ne l’entends plus…
- CC : D’après un sondage Vinci dans Le Parisien, 1 français sur 3 interrogés admet jeter ses déchets par les fenêtres de sa voiture. 15% pensent que les impôts qu’ils payent servent à ramasser. J’essaye d’obtenir la nationalité japonaise mais je comprends qu’ils ne me la donnent pas.
- LPH : Mon aversion pour Raoult et sa mégalomanie m’aura mis à distance de tant de proches, d’amis, que l’auguste mériterait amplement d’être consacré Grand Pape de la distanciation sociale !
- CC : J’aime bien les pastilles Vichy, j’ai l’impression de suçoter un cale-porte.
- RR : Défendre toutes les femmes ne revient pas à accuser tous les hommes.
- PD : Darmanin accusé de viol a renouvelé sa confiance en Lallement qui a fait applaudir, au conseil de Paris, Girard, qui a financé et protégé le pédo-criminel Matzneff. Heureusement qu’ils sont là pour nous expliquer que fumer un joint, c’est mal, et c’est 200 balles d’amende.
- OM : Puy du Fou, jamais vu une reconstitution historique du moyen-âge aussi fidèle : tu assistes à un tournoi et puis tu crèves de la peste noire version 2020.
- RDB : Puy du Fou ! Vous vous souvenez quand on s’est tous confinés 2 mois pour 4000 cathos réunis dans une salle des fêtes ? Qu’est-ce qu’on a ri.
- LPH : D’après les dernières études, il semblerait que l’hydroxychloroquine soit très efficace au Scrabble
- CU : 100% des réfractaires au masque seraient encore plus hostiles à l’intubation (selon un sondage).
- RN : J’entends sur toutes les chaînes un seul titre dans l’actualité : l’incendie de la cathédrale de Nantes. Le Conseil européen où se joue accessoirement l’avenir de la plupart des pays de l’Europe du sud ( dont la France ), apparemment tout le monde s’en fout!
- LP : Est-ce ce que, quand une cathédrale brûle, ca sent le basilic ?
- OA : Il y a 25 ans, oui, on pouvait parler à tout le monde, on pouvait fumer au resto, boire des coups jusqu’à pas d’heure, et rentrer en voiture avec plus de 0,5g d’alcool. On était tellement euphoriques qu’on a élu Chirac parce qu’il était sympa aux guignols. La belle époque.
- RV : La chaîne américaine Fox vient d’inventer un système qui permet de palier l’absence de spectateurs dans les stades en les remplaçant par des hologrammes. Je suggère qu’on leur prête celui de Mélenchon dont on ne sait plus quoi faire. 60.000 Mélenchon à chaque match, quelle apothéose pour une fin de carrière !
JH : Le plus ironique avec cette nomination des secrétaires d’État, c’est qu’on aura appris qu’il existait un secrétariat d’État chargé de la lutte contre la pauvreté seulement au moment où il a été supprimé.
- LR : Je viens de voir un reportage sur les vacances apprenantes, j’suis pas persuadée que ça vaille le coup par rapport aux vacances rien foutantes.
- FT : Parfois, il est difficile de contester la simple évidence : pour voter Macron en étant fonctionnaire, il faut être vraiment, vraiment, vraiment con.
- SC : La Sibérie brûle, la banquise fond deux fois plus vite que d’ordinaire mais pas d’inquiétude, notre Premier ministre veut une écologie de terrain qui ne stigmatise pas les automobilistes
- CU : Découvrons Nathalie Avy-Elimas, nouvelle secrétaire d’État à l’Éducation prioritaire : « Le mariage homosexuel NON. On est en train de déchirer quelque chose de précieux. »
- MK : Une nouvelle indemnité pour les flics, une ! Sûr qu’ils seront bien obéissants…
- DC : Gisèle Halimi partie… les mamies que je suis peuvent lui dire merci !
- NP : Sarkozy qui met en garde Macron contre l’arrogance c’est un peu comme si Zemmour traitait quelqu’un de raciste…
- RP : 139 euros indique la machine à Carte Bleue. Le client devant moi sursaute. « Oui c’est votre pâtisserie + 135 euros car vous portez pas de masque » lui répond sans sourire le boulanger. Persuadé que sa technique marquera les esprits.
- MN : Tu sais comment on appelle la femelle du gnou ? La rtule.
- ES : Sarkozy étant mouillé dans de nombreuses affaires, son nouveau livre aurait dû s’intituler « Le temps des trempettes »…
- GB : Quand Sarkozy devient ta caution morale, c’est qu’il est déjà trop tard.
- AML : Question : pensez vous qu’un gars terrorisé à la vue d’une femme en mini jupe serait capable de satisfaire 72 vierges?
- JB : Le dernier livre de Nicolas Sarkozy, « le temps des tempêtes », est une contrepèterie qui donne « Le pet détend, t’aimes ». Coïncidence ? Je ne pense pas.
- AP : Breaking news : Jean Castex est plus jeune que Brad Pitt.
- PR : Je suis assez content qu’il y ait des travaux importants dans l’appartement au dessus du mien. Ça me maintient dans un état d’éveil et de saine résilience au milieu de cette chaleur estivale.
- SCT : On en parle du type dans le métro qui baisse son masque pour se ronger les ongles et qui empoigne la barre avant de descendre ?
- JB : Selon les conclusions de l’enquête du parquet de Tourcoing, George Floyd serait mort étouffé en entendant l’expression « violences policières ».
- NP : En gros, le Viagra pour les vieux mecs qui bandent mou oui, la PMA pour les femmes qui veulent un enfant non… Comme d’habitude quoi.
- RR : Excusez mon absence, j’admirais les fourmis qui s’entraident à porter un gros morceau de pain alors que toi tu crèves, seule, la bouche ouverte, à descendre ta valise du TGV.
- FT : Ce qui est magique, avec le macronisme, c’est qu’il n’y a jamais aucune limite dans la nullité. On disait « impossible de faire pire que Castaner au Ministère de l’Intérieur », et regardez sur quelles bases part Darmanin…
- RS : Le saviez-vous ? Un crayon à papier classique peut tracer une ligne d’environ 50 km de long. Ça ne sert à rien de le savoir mais ça fait toujours plaisir…
- PR : Juste une question. Avec tout le pognon investi dans le capitalisme, si on le mettait ailleurs, dans le socialisme, le pipibingo, l’anarcho économie, ou autre, on gagnerait plus ou moinse ? Ça serait plus rentable ?
- IMM : « Il ne faut pas dire : on vit les étés les plus chauds de ces dernières décennies ». Il faut dire : « on vit les étés les plus froids des prochaines décennies ».
- RR : 09h00, l’eau de la piscine est à 30 degrés. Je vais bientôt pouvoir y jeter les spaghettis.
- ES : – Il a fait une chaleur étouffante aujourd’hui… – Oui, une chaleur de violences policières…
- DA : Mais quelle bonne idée de débarquer à Paris pour un WE en amoureux par 40°C ! Je transpire déjà du slip, suis aussi glamour qu’un reblochon au soleil, les seuls câlins que je suis prêt à faire, c’est à un ventilateur et je refuse de sortir sauf éventuellement dans les catacombes.
- DC : Macron est à 50% d’op fav (je parle comme Lou Doillon) et Castex à 56%. Ce qui fait 106% à eux deux. C’est possible, ça ?
- GB : « Deux policiers condamnés pour violences sur un migrant (Le Monde) ». Je vous rappelle que c’est strictement impossible puisque les « violences policières » n’existent pas et sont le fait d’élucubrations d’un lectorat boboïde insularisé.
- KA : Demain il va faire 39 degrés dans le Gard, si quelqu’un me cherche, je serai au rayon surgelé d’Auchan Avignon, entre les crevettes et les pizzas Marie.
- LG : Vous avez remarqué que les gens avec de beaux nez, de belles bouches et de beaux mentons font BEAUCOUP MOINS LES MALINS depuis quelques temps ?
- PI :  — Ma fille : c’est de la mozza. — Moi : c’est un œuf poché — Ma fille : c’est de la mozza. —  Moi : c’est un œuf poché. —Ma fille coupant l’œuf poché : papa il y a du jaune d’œuf dans la mozza. L’adolescence.
- PD : RABATS-TOI CONNARD ! ET TON CLIGNOTANT PUTAIN ! 10€ LE SANDWICH TRIANGLE !?!? Faites pas attention, je m’entraîne avant d’emprunter l’autoroute du soleil.
- BTO : Coucou les motards en tee shirt/short….vous savez que dans tous les cas c’est le bitume qui gagne? La bise….
- RDB :  Donald Trump annonce l’interdiction imminente de TikTok  Même South Park et les Simpsons l’avaient pas vue venir celle-là.
- PI : Vous savez comment on appelle un régime qui censure un réseau social ? Bien sûr que vous savez.
- OB : Les gens qui bronzent façon tartine grillée, vous voulez séduire qui, à part l’ami Ricoré ?
- PO : Alan Parker, Fame des années 80.

NOTA :  Si vous aimez l’esprit des Fessebouqueries, vous êtes sur le point d’apprécier mon tout nouveau livre « La fois où j’ai failli tuer la reine des yéyés » ou toute une vie de ratages, la mienne. A commander chez votre libraire (distribution Hachette).

RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les initiales sont celles des auteurs, ou les premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site et mon blog. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries