Archive

Archives pour 10/2019

Les Fessebouqueries #466

19/10/2019 Aucun commentaire

Cette semaine, une vague gigantesque de radicalisations nous est tombée dessus : la radic du voile qui dévoile la grande incertitude de tous sur ce qu’il est bon de penser sur ce bout de tissu sans passer pour un(e) islamophone racistofacho, un gauchiste comme une otariste, une féministe en tôle errante, un goût roux,  j’arrête là. La radic de la police qui n’a pas calculé qu’elle arrosait ceux qui sont censés tenir la lance, je parle des hommes qui pètent le feu. La radic d’une chaîne télé qui laisse son antenne à un  type que même les annonceurs  trouvent qu’il pue trop pour lui filer de la pub. Et la radic de la justice qui en rajoute en sanctionnant un pauvre bienfaiteur de l’humanité levalloisienne. La radic d’un fromage… voir ci-dessous. Et quelques peccadilles comme garniture. Que ceci ne vous prive pas d’un bon week-end, dear friends !
- CV : Pour attirer l’attention des politiques et du gouvernement, les chômeurs et précaires annoncent qu’ils vont porter le voile.
- BVA : En France il n’y a plus que deux saisons. La saison du voile, et la saison du burkini. Ça saoule grave.
- MK : France-Turquie ce soir : de quoi se foot du sort des Kurdes qu’Erdogan massacre.
- OVH : Les Républicains grimpent à l’échelle de Jacob.
- MK : LDB hier à la manif parisienne : pompier bon oeil !
- FC : « Notre maison brûle et nous envoyons les CRS. »
- CR : Les pompiers, si vous voulez manifester, prenez exemple sur la SNCF et les chauffeurs routiers, pas gazés eux :  vous arrêtez le boulot, basta …personne au feu …
- JPT : Quand Zemmour passe dans une émission, on devrait publier un avis de déchet.
- BS : Je donnerais bien mon avis sur Zemmour, malheureusement je n’ai pas les compétences d’un proctologue.
- PE : Hommage de la préfecture de Paris aux pompiers en colère, avec la mise en route de l’arrosage automatique sur leur passage. La semaine prochaine, lors de leur manifestation respective, les infirmières seront anesthésiées, et les professeurs essuieront des jets de craie et des coups de règle en fer.
- PE : Je pense à la tristesse des enfants quand on leur dira que le Père Noël ne peut plus faire de sorties scolaires…
- TB : Comment peut-on faire subir des violences policières à ceux dont la devise est « Sauver ou Périr » ?
- JB : Selon la police de Glasgow, l’accord sur le Brexit a enfin été trouvé
- GD : Les plus pauvres s’appauvrissent, les plus riches s’enrichissent, les services publics agonisent, les gueux se maravent : le plan jupitérien se déroule pour l’instant sans accroc.
- RR : Le suspens est total : une maman voilée va-t-elle accompagner la sortie du Royaume-Uni ?
- TC : Fleuriste : « C’est pour quelqu’un en particulier » ?  —  Non je vais choisir quelqu’un au pif dans la rue, ducon !
- GD : Ne me dites pas que les pompiers ne l’ont pas quand même un peu cherché, avec leurs beaux uniformes et leurs gros camions rouges qui font pin-pon ?
- NP : Ça se vend toujours aussi bien, les petits pains, ou pas ? C’est pour savoir si on doit mettre à jour l’expression et dire « ça se vend comme des guides de développement personnel écrits en deux heures par des gens dont la vie ne fait pas vraiment rêver, en fait ».
- DA : J’ai voulu proposer une balade à vélo à mon ami mais il a annulé la sortie sous prétexte qu’une des roues était voilée et qu’il avait un soucis avec les pédales. Islamophobe de merde. Et homophobe de surcroît.
- CC : Faut arrêter de faire des trous dans la tête des gens. C’est complètement délirant le nombre de personnes qui ont perdu un œil, des mains parce qu’ils manifestent. Tout ça dirigé par des petits mecs en costard qui jamais au grand jamais n’ont eu à défendre leurs droits.
- OK : « JE SUIS XAVIER DUPONT DE LIGONNÈS ! » aurait crié Balkany.
- FC : Isabelle Balkany condamnée 2 fois à 4 ans fermes,10 ans d’inéligibilité, repart du tribunal faire sa campagne dans l’auto de la Mairie
- DC : Balkany, ou tel qui riad vendredi, dimanche pleurerad…
- CC : vu l’épaisseur de la croûte du saint-nectaire, peut-on dire qu’il s’agit d’un fromage en voie de radicalisation ?
- OK : Elle est prévue à quelle heure demain la marche blanche pour les Balkany ?
- CC : L’avocat d’Isabelle Balkany nous dépeint sa cliente comme un mélange de Jeanne d’Arc, de Cosette, voire de Heidi à Levallois. Je ne suis pas sûr que ce soit si productif que ça pour sa cliente tellement ça fait foutage de la République.
- TC : Le chat de ma collègue de boulot a chié en plein milieu de son lit parce que : « on lui a changé sa pâté pour des croquettes ». Cherchez pas, je sais en quoi se réincarnent les gilets jaunes.
- NR : Faudra quand même un jour voter une loi autorisant les Français à inscrire les Balkany comme personnes à charge sur leurs déclarations de revenus…
- PR : Je ne sais pas ce qu’ils ont tous avec les foulards, fichus et autres colifichets de filles. Ça les excite visiblement.
- DA : Pardon aux milliers d’usagers mais je ne fais absolument pas la grève du sexe, j’ai juste exercé mon droit de retrait.
- PR : Bon, et en même temps, je propose de supprimer la retraite ET le voile. Gagnant gagnant. Ça passe ?

FESSEBOUQUERIES RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

1’49″ de tuerie

14/10/2019 Aucun commentaire

Une minute quarante-neuf secondes, le titre du livre de Riss, est le temps que les deux terroristes ont mis pour assassiner les collègues de Riss à Charlie Hebdo le 15 janvier 2015. Assassiner un (notre) journal, assassiner notre pensée, assassiner notre liberté de penser. Riss est rescapé, il a eu l’épaule pulvérisée par le tir d’une balle. Il a frôlé sa mort, il a subi celle de ses très chers amis, sa famille presque puisqu’il vivait à Charlie depuis vingt-quatre ans. Riss commence par dire qu’ « il est impossible d’écrire quoi que ce soit ». Le mots manquent, et même l’empathie la plus énorme qui ne pourra jamais faire ressentir à quelqu’un d’autre ce que lui-même a ressenti, et ressent encore, et qui est différent de ce que les quelques autres rescapés ont ressenti. C’est une expérience intime qui ne peut se partager.
Ce matin-là, Riss a fermé les yeux pour justement ne pas voir la mort de ses amis, la déchéance de leurs corps baignant dans le sang, il a refusé d’avoir cette image obscène de ce qu’ils n’étaient plus. Riss est traumatisé, comment ne pas l’être, il a été terrorisé de penser que les terroristes puissent le retrouver pour l’achever. A l’hosto, il n’a plus voulu savoir, au jour le jour, ce qui se passait : il demandait à ce qu’on lui « raconte » en différé de 24 heures l’actualité, principalement liée à l’affaire. Il n’a pas salué la mémoire de ses amis, n’a pas vu l’énormité de la vague d’indignation mondiale qu’elle a soulevée et son cortège inimaginable de sympathie du 11 janvier puisqu’il était immobilisé.
Ce qu’il a vu, plus tard, ou vécu plutôt, lorsqu’il est revenu au journal hébergé par Libé, c’est la lâcheté de beaucoup qui se disaient rescapés alors qu’ils n’étaient pas au journal, de ceux qui prétendaient vouloir diriger ce nouveau magazine devenu très riche, demander à ce qu’on partage la galette, trouvaient suspecte la destinée de cet argent… Dans ce témoignage de bassesse où il ne cite aucun nom, on sent dans quelle détresse il a été plongé sans ses compagnons de route, avec les opportunistes qui tiraient la couverture à eux et même continuaient à le massacrer.
Au début du livre, Riss ne parle pas de l’attentat, il tourne autour, c’est trop dur, alors il s’en approche par ronds concentriques, il nous parle de la mort de son grand-père, il nous parle des morts lorsqu’il travaillait dans une petite morgue. Il retrace sa vie et celle des morts de Charlie, puis en vient, doucement, à ces même pas deux minutes d’horreur. Puis, essaie de comprendre, de tout comprendre, questionne. Ce livre est poignant, bien sûr, de plus, il donne à réfléchir sur beaucoup de problèmes, politiques évidemment, sur la religion, sur le traitement de l’actualité dans la presse… Et sur la persistance de la douleur.

Une minute quarante-neuf secondes de Riss, 20219, aux éditions Actes Sud & Les Echappés. 314 pages, 21 €.

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #465

12/10/2019 Aucun commentaire


Vite, vite, je me dépêche avant que l’on découvre que c’est un fake et que mes Fessebouqueries sont obsolètes, donc voici les dernières news de la semaine, un festival soit dit en passant : un papa qui n’aime pas sa famille retrouvé en train de jouer de la cornemuse au nez et à la barbe des  services castaneriens… Enfin, me direz-vous, l’important fut qu’on ait retrouvé Fillon dans toute la splendeur de son escroquerie car oui, il est beaucoup plus fort en semeur de merde manisfestante que ce pauvre petit Macron. Pour le reste, on retient son souffle à Rouen, au Japon et surtout du côté des Kurdes. Tout ça n’est pas joli-joli, mais que votre WE soit plus beau que tout !
- MD : Bientôt on va apprendre que Xavier Dupont de Ligonnès était secrétaire au Ministère de l’intérieur !!!
- PE : A la vitesse où l’info se précise, on est passé de « Dupont de Ligonnes arrêté en Ecosse» à « un homme soupçonné d’être Dupont de Ligonnes arrêté en Ecosse ».
 D’ici quelques heures, on va pouvoir lire « un homme de Garges les Gonnesses a été en Ecosse », et en fin de soirée, « Dupont de Nemours rachète la Corse ».
- RV : Incroyable ! Porté disparu depuis des années, après avoir éliminé tous ses proches, on a enfin retrouvé François Fillon !
- NP : Je trouve ça cool qu’on ait retrouvé Xavier Dupont de Ligonnes. Du coup j’ai à nouveau bon espoir qu’un jour on retrouve le respect et le coffre fort de Benalla.
- JPT : J’espère que le résultat des analyses de Rouen sera catastrophique. Sinon, tous ces gens qui vont être déçus !
- AB: Fillon sort du coma et déclare : « Macron est un petit joueur. » Oui, François, à part les Balkany, Cahuzac, Pinocchio Sarkozy et toi, personne ne joue aussi bien avec l’argent public. Rends l’argent.
- CC : j’ai lu la composition d’une canette de Redbull, finalement je vais boire mon shampoing, c’est plus prudent
- MK : Erdogan : au criminel, au fou ! Faut d’urgence lui ligaturer le Trump !
- NP : Oui Oui les kurdes on sait que vous vous faites massacrer. Mais repassez demain, ce soir on peut pas, on a Xavier Dupont de Ligonnès.
- MK : Comment combattre le terrorisme islamique en suçant le Qatar et l’Arabie Saoudite ?
- OM : Suite à l’incendie en cours à Villeurbanne, Christophe Castaner est catégorique : « il ne présente aucun risque pour les habitants de Rouen ».
- GD : Je ne voudrais pas gâcher cette chouette petite ambiance vespérale, mais Donald Trump reproche donc aux Kurdes de ne pas avoir aidé les Américains lors du débarquement en Normandie.
- OB : Le mec enterre sa famille sous sa terrasse et prend un prénom portugais. Carré.
- NP : Pour qui sonne le Glasgow ?
- DT : Mon épicier a eu cette phrase énigmatique :
« Il ne faut pas prendre les choses Allah les gère »
- OVH : Grâce à Trump, il n’y a pas de coups de pied aux kurdes qui se perdent.
- VS : Si ce n’est pas Dupont de Ligonnès, j’ai 5 ans d’études sémiologiques devant moi sur l’usage du conditionnel dans les médias
- DA : Le plus préoccupant dans cette dérive n’est pas sur l’histoire Dupont De Ligonnès elle-même, fait divers marquant mais anecdotique, mais la démonstration que les media ne sont plus que des robinets à diffuser tout ce qui passe à leur portée, sans vérification, analyse, enquête.
- MH : Ce n’est donc plus du tout sûr que la personne arrêtée hier soir en Écosse soit Dupont De Ligonnès. Ça va se jouer à kilt ou double.
- CC : On a donc retrouvé Dupont de Ligonnès  avant la gauche française
- PI : Si t’as le seum, relativise. T’y arrives pas ? Alors pense aux supporters qui restaient au Japon pour France Angleterre et qui sont bloqués dans un pays qui va se manger un typhon de compet. Ça va mieux ?
- JB : Xavier Dupont de Ligonnès arrêté, c’est donc le coffre d’Alexandre Benalla qui récupère le titre de champion de France de cache-cache.
- TA : Bientôt on va apprendre que Xavier Dupont De Ligonnes a accumulé 100000 miles sur Air France tellement il a voyagé
- GD : Le retour politique de François Fillon, cet événement aussi enthousiasmant qu’une infection urinaire en pleine fête de la bière.
- OK : Si ça se trouve, tout ça c’est un coup des Ecossais pour échapper au Brexit, quitter le Royaume Uni et rester dans l’Union Européenne.
- RC : Juste comme ça, on est sûr que l’avion duquel est descendu Xavier Dupont de Ligonnès, c’était pas le vol MH370 de la Malaysia Airlines ?
- SF : On attend la confirmation de Christophe Castaner sur l’arrestation de Xavier Dupont De Ligonnès. Nan, j’rigole
- GD : À l’avenir, chacun se rappellera ce qu’il faisait précisément le jour où Xavier Dupont de Ligonnès n’a pas été arrêté à Glasgow.
- CD : Donc, à Roissy, on t’emmerde quand tes baleines de soutien gorge font sonner le bazar mais Dupont de Ligonnès embarque sans problèmes.
- PI : A lire aussi « de Ligonnès aurait voté Mélenchon, le vote qui aurait pu tout changer »
- IT : Nous exigeons la démission immédiate du ministre qui sera nommé à la place de Castaner.
- OVH : Xavier Dupont de Ligonnès arrêté à Glasgow. Il a été suspecté dès qu’on a constaté qu’il portait un slip sous son kilt.
- PE : mon rêve c’est qu’un homme sublime me jette sauvagement sur le lit, et qu’il fasse le ménage pendant que je fais la sieste !

FESSEBOUQUERIES RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Le nouveau Karine Tuil, waouh…

10/10/2019 Aucun commentaire

Les derniers romains de Karine Tuil, L’Insouciance et L’Invention de nos vies, m’ont secouée à un point tel que je me suis ruée sur celui-ci,  les Choses humaines. Ses titres sont toujours assez vagues, va savoir de quoi ça parle. Le point commun c’est que ce dont ça parle est extrêmement documenté, on s’y croit et on en apprend beaucoup. Ici, il s’agit d’une histoire de viol, ou pas, qui va déchirer la vie de plusieurs personnes dont la réussite n’était plus à faire. Le puissant Jean Farel, venu de rien et étant le journaliste politique le plus aimé, le plus coté, a eu un fils adoré mais qu’il n’a pas très bien traité, avec une femme plus jeune, Claire, essayiste féministe. Leur couple marche bien parce que chacun y mène sa vie à sa guise. Jean en aime une autre depuis longtemps ce qui n’empêche pas des aventures avec les jeunes et jolies, et Claire s’en fiche, jusqu’à ce qu’elle tombe en amour avec un prof au chômage, juif, marié à une juive extrêmement rigoureuse qui élève leurs deux filles selon des principes hyper stricts. L’amour physique et l’attirance fait que Claire et Adam quittent leurs conjoints pour vivre ensemble. Le grand fils de Claire et Jean, Alexandre, fait de très brillantes études à la prestigieuse université de Stanford, Californie, il est promis à un avenir incroyable.
Mais un soir, Mila la juive pudique et Alexandre venu à Paris pour assister à la remise de la Légion d’Honneur de son père, sont plus ou moins obligés de se rendre ensemble à une grande fête estudiantine snob de fils et filles de… , un milieu que Mila ignore. Une sorte de bizutage a lieu et Alexandre y prend part, un peu contre son gré, pour faire comme tout le monde. L’épreuve, une relation sexuelle avec retour de la petite culotte, se fera sur Mila qu’il aura incitée à boire et à fumer… Tandis qu’ailleurs, le père, grisé, se sera laissé aller à coucher avec sa très jeune stagiaire, grande fan de lui,  qui disparaît ensuite.
Au matin, la police a envahi l’appartement de Jean pour une perquisition. Mais qui a violé qui ? Et y a-t-il eu vraiment viol ? Tout le corps du livre est consacré à la recherche de la vérité sous forme d’interrogatoires très précis, très dérangeants, nous emmenant jusqu’au procès deux ans plus tard. Les protagonistes de cette histoire sont essorés, leurs carrières menacées ou liquidées, leurs amours saccagées… C’est vertigineux, addictif, violent. Tout le monde n’est ni tout blanc ni tout noir, on en arrive à se poser la question : qu’est-ce réellement qu’un viol, précisément, chacun des deux contributeurs exposant sa version qui n’est évidemment pas celle de l’autre, et si les deux sont de bonne fois, existe-t-il réellement un coupable et une  victime, les nuances de gris ne sont pas assez nettes pour en définir les contours.
Livre palpitant et qui interroge sur les relations sexuelles, la frontière entre ce qu’on peut et ce qu’on ne doit pas faire, la responsabilité de ce qu’on nomme aujourd’hui la culture du viol où l’homme se doit (se devait) d’être un conquérant fier et viril. Passionnant.
Ici, Karine Tuil parle de son livre.

Les Choses humaines par Karine Tuil, 2019 aux éditions Gallimard. 346 pages, 21 €

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #464

05/10/2019 Comments off

Cette semaine, on a encore une petite queue de Chirac si j’ose dire, oui j’ose, mais surtout beaucoup de fumées sombres autour d’une usine chimique qui n’a présenté aucun danger lors des combustions de divers produits mis à part les résidus de Jeanne d’Arc qui flottaient encore dans l’air, et d’autres brouillards autour d’un flic qui se serait fait passer pour un simple flic en assassinant ses collègues à la mode daesh, pauvres flics qui venaient juste de manifester pour montrer comment c’était dur ce métier. Mais je ne vous gâcherais pas votre week-end en vous parlant de pénibilité … de courses, ménage et autres obligations craignos car je n’adore pas ce mot qui donne le sentiment que tout ça est pénible ! Bonne nuit blanche munis de votre pébroque, dearest friends !
- MK : Grave malaise dans la police : les flics en sont à couteaux tirés
- PB : Maux de tête, vomissements, des centaines d’habitants de Rouen encore très inquiets après leur réaction au discours nauséabond d’Éric Zemmour sur LCI
- MK : Rouen. L’amiante était sur le bûcher de Jeanne d’Arc : de l’amiante religieuse !
- PA : La retraite à 62, 64, 65 ans… Et pourquoi pas à 69 ? Quitte à se faire baiser, autant choisir la position !
- SF : Les professionnels de santé et les établissements de santé sont les premiers fraudeurs à la Sécurité Sociale selon une enquête de l’Assurance Maladie. C’est vrai qu’on ne connait pas de médecin en Gilet Jaune.
- JPT : Pour le personnel soignant et les urgentistes, je réclame la liberté de panser !
- NP : Ce qui serait drôle ce serait que des Gilets Jaunes se déguisent en flic en civil et aillent foutre le bordel dans la manif. Histoire de changer un peu.
- PA :  L’Islam progresse… … Faut pas se voiler la face !
- MK : Sodomies gouvernementales ? Ayez le réflexe Lubrizol, le lubrifiant sans irritation
- JB : « JE PENSE, DONC JE SUIE ». 
Descartes, de passage à Rouen
- LC : Ce matin, comme il ne restait pas assez de lait, j’ai coupé le chocolat des enfants avec un peu d’eau et ils n’ont rien remarqué… Je crois que je suis passée à côté d’une belle carrière de dealer.
- GD : Je peux me tromper – ça arrive – mais ces manteaux sur les dos des petits chiens en promenade n’annoncent clairement rien de bon.
- SA : Hier soir, dans le métro, un mec hurlait au tel « T’es sérieux là ? Non mais t’es sérieux là ? T’es sérieux ? T’es sérieux là ? » Ce qui est très frustrant, c’est que tu ne sais pas si on lui a dit « je me suis tapé ta meuf » ou « j’ai fini les brocolis dans le frigo ».
- GB : — Proc’ de Nice : « J’ai menti pour ne pas embarrasser le pdt »  — Affaire Benalla : parjures devant le Sénat  — Castaner : ment sur la Pité-Salpétrière  — Sibeth N’Diaye : « J’assume de mentir pour protéger le pdt »  — Gouvernement : « mais pourquoi personne ne nous croit pour Rouen »?
- OM : On n’avait jamais vu autant de parisiens faire la queue pour voir Jacques Chirac. Sauf peut-être à l’époque où il distribuait des emplois fictifs à la Mairie de Paris.
- FT : Une usine seveso c’est dangereux. Sauf quand ça brûle. J’ai un peu l’impression qu’on se fout de notre gueule.
- MK : Attaque au couteau chez la police : pas de trace de dioxyne ni d’amiante
- LI :  8000 m2 de toiture composée d’amiante partent en fumée, aucune trace d’amiante dans l’air. Tu prends ta Clio 1.6 l, t’es responsable de la fonte des glaciers, des feux de forêt et la disparition du tigre de Sumatra.
- MC : Arrêtez de critiquer le bilan de Macron car c’est le seul où l’on voit disparaître une usine de produits chimiques !!! Et sans risques pour le peuple !
- HD : On à la police la plus forte du monde. 
Quand tu entends à la TV que le maniaque au couteau de céramiste  » était inconnu des services renseignements et travaillait…pour les services de renseignements » …
tu hésites entre rire et larmes.
- RV : Agression à la préfecture de Police. Il faudrait que les flics pensent à se faire protéger par des flics.
- HT : Le gars voulait un interprète en langues des signes pour progresser dans sa carrière… Ses voisins l’ont entendu crier Allahabad Akbar en langue des signes à 3h du mat.
- EM : « Moi j’adore pas le mot de pénibilité, parce que ça donne le sentiment que le travail serait pénible » (EM = Emmanuel Macron)
- RdB : C’est alors qu’au risque de faire un faux-pli à son costume impeccablement repassé, Jupiter leva sa douce main aux ongles parfaitement manucurés et déclara : « Moi j’adore pas le mot de pénibilité, parce que ça donne le sentiment que le travail serait pénible. »
- MC : “J’adore pas le concept de salaire parce que ça donne le sentiment qu’on ne travaille pas pour le plaisir”
- DA : Y a pas un artiste plasticien français qui voudrait faire une teub géante de 12 mètres qu’on offrirait aux États-Unis pour qu’ils l’installent devant la Maison Blanche histoire de se marrer un peu nous aussi ?

FESSEBOUQUERIES RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries