Accueil > bouquins > Ça raconte Sarah

Ça raconte Sarah

Pauline Delabroy-Allard, pour son premier livre, s’offre le luxe d’être éditée par Minuit. Et c’est mérité, ce roman est une bombe. Elle éclate par fragmentations sans jamais cesser de te toucher. Pas de répit. C’est aussi le principe de cette histoire d’amour : pas de répit…
Ça raconte Sarah c’est la rencontre de deux femmes, jusque là hétéro, qui sont d’abord séduites sur un mode amical et très vite, tombent follement amoureuses. C’est la première fois pour chacune d’adorer une femme. Elles n’en peuvent plus. Celle qui raconte menait sa petite vie simple de prof et mère d’une fillette qu’elle partage plus ou moins avec le père. Sarah, c’est le tsunami qui débarque, l’embarque, la noie dans un tourbillon d’inextinguible passion. Elle est premier violon d’un quatuor, très souvent en tournée au province ou à l’étranger. Loin l’une de l’autre, elles deviennent folles, elles sont complètement obnubilées, habitées, manipulées par ce besoin de l’autre. Rien d’autre n’existe, ou du moins n’a d’importance. Cette passion dévorante finit pas être invivable, terrifiante, impossible.
Et puis Sarah a un cancer du sein qui la tue. On l’apprend dès le début. Que va devenir la narratrice ? C’est l’objet de la deuxième partie du roman, tout aussi dense, intenable, invivable que l’amour. C’est l’horreur, la fuite en avant, la perdition, l’horreur. Mais raconté avec une telle urgence, comme l’amour, qu’on est sonné. Ce qu’elle vit, c’est comme un cancer, impossible à soigner, rien ne peut plus exister après Sarah, même si Sarah avait rompu avec elle avant sa maladie. Loin de tout, ayant coupé les ponts, tous les ponts, comment peut-on s’en sortir lorsqu’on est atteint une affection aussi sauvage ?
Très très fort !

Ça raconte Sarah par Pauline Delabroy-Allard. 2018 aux éditions de Minuit. 190 pages, 15 €

texte © dominique cozette

Categories: bouquins
  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks