Accueil > bouquins > Sexe & rage, pas trop finalement

Sexe & rage, pas trop finalement

20/11/2018

Eva Babitz fut une égérie californienne issue d’un milieu bohème et artie. Filleule de Stravinsky, elle connut sa prime notoriété grâce à une photo d’elle à poil jouant aux échecs avec Marcel Duchamp. Comme je suis sympa, je vous offre la photo à la fin de l’article, ça vaut le coup d’œil ! En France, un premier livre d’elle est sorti il y a peu, très chouette, une compil de chroniques très vivantes, très people et très classe au niveau de l’écriture, cinglante et drôle – comme pour ce livre – intitulé Jours tranquilles, brèves rencontres, écrit dans les années 70. Sexe & Rage publié en 79 conte la vie dévergondée d’une jeune fille surfeuse, qui n’a peur de rien et pense qu’on n’est sur terre que pour s’amuser. Le sous-titre intérieur est d’ailleurs Conseils aux jeunes demoiselles avides de prendre du bon temps. Elle tombe amoureuse de charmants bellâtres, ou richissimes dandies ou gays lurons et fait la fête sans arrêt. Parfois, elle envoie un texte à un magazine, c’est comme ça qu’elle est repérée par THE agent littéraire de New-York qui la harcèle pour qu’elle écrive enfin son livre et surtout qu’elle vienne à New-York. Mais elle traîne, elle boit, le temps passe, elle s’envoie en l’air, se drogue et perd sa fraîcheur physique à 28 ans. Néanmoins, elle envoie ses bouts d’écrits à l’agent qui lui dégotte un éditeur qui raffole d’elle. Sans la connaître. Elle va finalement à New-York, stoppe net l’alcool et le reste. Mais Los Angeles lui manque terriblement.
Ce n’est pas tant l’histoire qui passionne que sa façon de l’exprimer. Outre une écriture habile et souvent hilarante, elle pratique le name-dropping et étale la culture qu’il fait bon d’étaler ses années-là : littérature marginale ou française, Paris, musiciens de jazz etc. C’est assez chic et snob mais elle est tellement désabusée que ça n’a pas d’importance. Quant au sexe, il est plutôt discret et la rage fugace. Si vous aimez ce que représente la mythologie défonce, bitures et bringues à L.A dans les seventies, ce livre est pour vous. Une petite citation en bonus : « Elle avait entendu dire qu’un artiste, c’était n’importe quel blanc de plus de 25 ans, sans mutuelle »

Sexe & rage de Eve Babitz, 1979 pour la version originelle. Traduit pas Jakuta Alikavazovic, 2018 aux Editions du Seuil. 240 pages, 20 €

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins
Les commentaires sont fermés.