Archive

Archives pour 10/2018

L’Arabe du futur 4 à lire d’urgence !

16/10/2018 Aucun commentaire

Riad Sattouf nous raconte la suite de son enfance dans ce quatrième tome, mais pas la fin car il nous laisse sur un suspense insoutenable, un très lourd épisode familial. Mais avant que ça n’arrive, on voit la fissure entre ses deux cultures se creuser irrémédiablement. Pour ceux qui ne connaissent pas : Riad est le fils d’une Bretonne libérée et d’un Syrien universitaire « moderne ». Ils se sont rencontrés au resto U de la Sorbonne, se sont mariés et ont fait trois garçons. Le hic, c’est que les deux cultures sont difficilement compatibles. Voir les tomes précédents. Mais en plus, le garçon est tout blond, angélique, rien d’un Syrien donc une risée pour ses cousins quand ils vont là-bas.
Dans ce tome 4, l’écartèlement s’intensifie. La mère suit parfois son mari dans leur « trou » syrien où elle s’ennuie comme un rat mort et Riad, qui a perdu l’usage de l’arabe, régresse de deux classes. De plus il se fait traiter de juif et maltraiter. Sa mère ne veut plus vivre ici. Revenus en Bretagne, le père travaillant comme prof en Arabie Saoudite, le garçon retrouve une bonne classe mais se fait traiter de pédé. Il a une voix haut perchée, une silhouette malingre, pas confiance en lui bien sûr. Ne parlons pas de son nom qui provoque des quolibets humiliants. Aucun ami. Toujours seul. Heureusement qu’il dessine. D’un côté, son grand-père breton le pousse à regarder le cul des filles, de l’autre son père, devenant de plus en plus religieux, voit d’un très mauvais œil la vie occidentale avec toutes ces femmes indécentes, dont la sienne qu’il tente de faire surveiller par son fils tellement il devient con. Quand elle tombe malade, elle ne l’en informe pas de peur de le voir revenir.
Tout est dur pour ce pauvre gosse, l’adolescence ingrate avec son acné, les attaques et la haine que lui prodiguent les autres. Bien que s’étant fait faire une coupe à la Tom Cruise pour lui ressembler, il ne suscite aucun intérêt de la part des filles. C’est un amoureux frustré. Son père au téléphone le charge du poids de la religion, le stresse avec des obligations de résultats alors que sa mère se débat avec le peu de fric qu’il envoie. Son père est raciste, pour la peine de mort, sexiste, intolérant. Quand il débarque en France, ou qu’eux vont en Syrie pour voir leur famille, ce sont des scènes et des violences verbales sans fin entre sa mère et son père. Jusqu’à ce qu’un événement tragique arrive.
Mais il y a beaucoup d’humour aussi. Ce livre très épais est poignant et irrésistible. Formidable, même. A lire absolument et à faire lire aux enfants.

L’Arabe du futur 4 de Riad Sattouf aux éditions Allary. 2018. 280 pages. 25,90 €

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Oh, les joyeuses birkinades !

14/10/2018 Aucun commentaire

Quel phénomène, cette nana ! Vous n’avez sans doute pas échappé à quelques promos sur son journal intime, donc vous savez de quoi il retourne. Ah, vous ne savez pas ? Ce sont des fragments du journal qu’elle a commencé à 11 ans et stoppé lors de la mort de Kate. Elle l’a écrit en anglais et traduit elle-même en français. Ce n’est pas Proust, c’est du Birkin. Elle écrit comme elle cause, avec accent, tournures de phrases bizarres, mignonneries mais surtout beaucoup de franc-parler, si ça peut se dire pour une Anglaise, qui frôle parfois l’indécence.
Une vie extravagante, où rien ne se censure malgré une éducation très soignée, son daddy chéri la destinait à être une deb et trouver le mari à 18 ans. C’est elle qui l’a trouvé, petite oie blanche complexée face à John Barry, ce grand séducteur (le mot est faible) riche et célèbre qui ne célèbrera pas beaucoup son adorable épouse, lui préférant d’autres romances. Il la rend tellement malheureuse ! Elle s’ennuie tellement ! Elle divorce très vite, leur fille Kate a trois mois ! Puis après, c’est Serge, on connaît l’histoire, mais racontée autrement, ça prend une autre tournure. C’est que le tendre Serge a parfois la main lourde et le verbe assassin. Que de scènes et de violences parfois. Mais elle l’aime tellement ! Et puis les sorties insensées qui se finissent fréquemment dans un bain de … vomi. Ah oui, ça gerbe énormément, du côté de chez eux, même les petites, quand elles sont malades, ou en voiture. Et ça pleure énormément, et ça « rigole » sans arrêt. Les sentiments sont de sortie à toutes les pages.
Chez Serge, c’est pas le paradis. Pas le droit d’aller dans le salon, ne rien toucher de ses affaires à lui, tabou total, alors, Jane et ses filles restent dans la cuisine à regarder la télé. Jane négocie un »boudoir » pour avoir un coin à elle. C’est dingue ! Douze ans passés chez lui, elle n’a jamais été chez elle. C’est pour cela qu’elle a acheté une petite baraque en Normandie.
Il y a des passages très touchants, très tendres lorsqu’elle fait les portraits détaillés de ses filles, très nuancés, très profonds. Et bien d’autres pages délicates sur ses amitiés, ses parents, son frère et sa sœur.
En fait,  un livre comme celui-ci ne se raconte pas, il faut le lire si Jane et Serge vous intéressent. La fin du volume, c’est une sorte de Jules et Jim où Jane oscille entre Serge et Doillon qui bave devant elle. Elle réussit à faire qu’ils deviennent amis, ils se revoient plus tard, lorsqu’elle a Lou et lui Lulu avec Bambou. Elle annonce tout ceci à la fin du livre, mais ça sera raconté dans le tome 2.
En attendant, en voilà une qui n’a pas froid aux yeux pour publier des choses aussi personnelles, voire honteuses. Pour notre plus grande curiosité. Sacrée Jane b. !

Munkey Diaries de Jane Birkin, 2018 aux éditions Fayard. 352 pages. 22,50 €.

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #412

13/10/2018 Aucun commentaire

D’après el papa di Roma, la France serait envahie de tueurs en série. Mon Dieu ! On comprend mieux pourquoi Macron cherche son chef des flics avec une telle minutie, entrer dans le ventre des femmes demande effectivement beaucoup de doigté. Ce que Ruffin ne se targue pas de posséder pas plus que de langue de bois ! Bon, à part ça, tout va bien, la patrie de la samba s’en bat les yocs de la gauche et il fait chaud pour la saison : vive le réchauffement, enfourchons notre trottinette  !

- AB : Le pape compare l’avortement au recours à un « tueur à gages » : il faut croire que sa longue expérience de femme enceinte plaide pour lui
- DC : Les curés pédophiles ne sont pas des tueurs à gages, leurs jeunes partenaires ne sont pas fécondables !
- NP : Si avorter c’est comme avoir recours à un tueur à gages alors la masturbation masculine c’est carrément du génocide.
- EC : c’est vrai que quand on privilégie les rapports sexuels avec des enfants prépubères, la question de l’avortement se pose moins.
- JB : Ils mettent tellement de temps à trouver le nouveau ministre de l’intérieur que j’ai l’impression qu’ils ont ciblé Xavier Dupond de Ligonès.
- OM : Ok le remaniement tarde à venir, mais vous croyez que c’est facile de bien choisir les Ministres qui vont démissionner dans 3 mois ?
- MB : ON RECHERCHE UN MINISTRE DE L’INTÉRIEUR, TICKETS RESTO, CHEQUES VACANCES RTT ET PRIME DE CRÈCHE SVP C’EST URGENT
- ACD : Quand tu caresses le front d’un ado les yeux fermés, tu peux lire « je suis puceau  » en braille.
- OK : On a appris récemment que pour certains, Kev Adams est le Tom Cruise français. Aujourd’hui, on découvre que Cyril Hanouna est l’héritier de Michel Polac. Vivement qu’on m’explique que Booba est le nouveau Charles Aznavour.
- CC : Je suis au bord de la mer, j’ai mis un coquillage sur mon oreille, il m’a dit « t’es débile pourquoi tu veux entendre la mer dans un coquillage alors qu’elle est juste à côté » et ensuite il m’a pincée.
- RR : 7 jours pour créer un gouvernement. Ce n’est plus Jupiter mais Dieu le Père.
- AB : Une transition écologique ne suffira pas, il faut une cassure nette qui implique de renoncer à une partie de notre consommation. – Ah non, mon frigo, mon ordi, mon ventilo, mon phone, le chauffage, ma télé, ma bagnoooole !!
- JT : L’homme est un loup pour l’homme, surtout quand il a une trottinette électrique.
- VS : Vegans = Terroristes. Bouchers = Artistes. Ok tout est normal.
- ME : Arrêtez de vous attaquer à l’homéopathie. Elle ne vous a jamais rien fait.
- VS : Lundi, la presse s’affole sur les conclusions du GIEC sur le climat. Mardi, la presse fera la propagande du modèle de développement basé sur la croissance.
- RR : Je vais laisser mes charentaises sous le ficus… Si ça se trouve demain matin y aura le nouveau gouvernement dedans.
- PP : Pardonnez mon absence, mais sous prétexte que je suis payé pour, on en profite parfois pour me faire travailler.
- PLG : Je vous rappelle que le principe d’un remaniement ministériel c’est de prendre dans le gouvernement les gens dont on a pas voulu la première fois.
- VS : La civilisation est au bord du collapsus et les journalistes nous occupent en se demandant si Castaner va mettre des chaussettes bleus ou rouges avec ses grolles blanches
- PR : Ils veulent des ministres avec un casier vierge, mais ils les choisissent parmi les politiques. Cherchez l’erreur.
- MB : François Ruffin c’est un peu notre Élise Lucet de l’Assemblée Nationale
- NP : Il va quand même falloir qu’il se décide à un moment ou un autre : ça fait une semaine qu’Aurore Bergé vit dans ses cartons et que les déménageurs dorment dans le camion en bas de chez elle.
- MB : Si le Brésil se met aussi à élire un taré, la liste des pays où je n’irai pas continuera de s’agrandir et ça, c’est bon pour mon empreinte carbone. EXCUSEZ-MOI D’ÊTRE POSITIF HEIN.

Et un petit bonus hygiénique offert par la SNCF :
- CC : Ayant voyagé dans quatre trains différents aujourd’hui, je vous assure que l’espoir n’est pas mort, une chose nous rassemble encore : le manque d’hygiène. Une dizaine de voisin(e)s, à dix heures du matin comme à six heures du soir, visiblement, le coup de savon ça passe au-dessus de tout le monde, et je trouve ça rassurant de savoir qu’on a encore des petits trucs en commun qui vont au-delà des préjugés. Soyons sales ensemble, et vive le pince-nez, vive jacques mayol.

FESSEBOUQUERIES  RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Les Fessebouqueries # 411

06/10/2018 Aucun commentaire

Une semaine d’actu 100% mâle parti : Aznavour parti trop tôt, Collomb parti d’en rire, JM lePen parti si peu passé, Zemmour parti cul lié, Valls tiré, parti, Macron partiniquais et l’Aquarius parti remise… Ah, mais si, pardon il y a une femme ! Et quelle femme ! Une ourse… Ah… Bah oui, chères amies, nous ne faisons pas le poids dans notre (qué)quête de parité. Tâchons de reprendre du poil de la bête, que diablesse !

- DT : Hommage militaire pour Charles Aznavour ? l’armée nie.
- HV : On lui a demandé de chanter à ses funérailles, il a refusé parce que c’était gratos
- NP : Comme quoi on peut s’appeler Shahnourh Varinag Aznavourian et ne pas être une insulte à la République. Mais je dis ça…
- FIA :  Nous prendre Charles et nous laisser Jean-Marie, c’est du foutage de gueule.
- GB : Je vous rappelle que dans l’ordre croissant d’atteinte à la dignité du président un doigt d’honneur compte moins qu’un « Hey Manu » qui lui même compte moins qu’être chômeur.
- OM : Emmanuel Macron restera dans l’histoire comme le Président qui a enterré les monstres sacrés du XXe siècle : Johnny, Aznavour, le PS…
- NP : Franchement Charles Aznavour qui meurt en pleine polémique sur la photo de Macron aux Antilles avec les deux jeunes… Vous croyez vraiment que c’est une coïncidence ?
- DJ : Dans le métro ce matin on a repéré un mec qui n’écoutait pas Aznavour. On l’a foutu dehors manu militari en lui crachant dessus pour lui apprendre le respect
- RV : Charles Aznavour a passé la dernière soirée de sa vie en compagnie de Michel Leeb. Comment survivre à cela ?
- CC : Tu rentres dans une station de métro et tout d’un coup l’odeur des bouses de vaches de ton village, c’est du Chanel.
- RR : En fait Drucker c’est pas un animateur télé, c’est un croque-mort.
- HK : Vends place Aznavour , Dijon Carré VIP 11 décembre valeur 150€, bradée 10 € !!!!!!
- JL : Johnny, Aznavour, on dira ce qu’on voudra c’est quand même sous Macron que le nombre d’exilés fiscaux a été considérablement réduit.
- OM : Peut-on être Ministre de l’intérieur quand on veut être à l’extérieur ? Vous avez 4h.
- SF :  —Pourquoi tu ne veux pas que je démissionne? —Tu es le seul à ne pas connaitre Benalla.
- PE : Hommage national à Gérard Collomb vendredi aux Invalides. Aznavour chantera pour l’occasion.
- JPT : A 40 ans à peine, Macron a déjà des problèmes de Collomb. A quand la prostate ?
- RR : Arrestation de Faïd, libération de Collomb… Ce n’est plus un remaniement c’est un échange de prisonniers.
- PE : Édouard Philippe ministre de l’intérieur. La peur a changé de camp.
- OK : Némo, le chien de Macron aurait présenté sa démission.
- MI : Finalement Macron avait raison, il n’est ni à gauche, ni à droite, il est complètement à l’ouest.
- OL : Sur une échelle de “je change une ampoule dans mon bain” à “je me déguise en burka pour ne pas me faire repérer par la police quand je suis ennemi public numéro 1”, quel fin stratège es-tu ?
- RR : Collomb de retour à Lyon, c’est comme le cancer du même nom : une récidive.
- DT : Le 4 Octobre, nous fêtons Saint-François-d’Assise. «Pourquoi SAINT FRANÇOIS D’ASSISE n’est- il pas enterré au Père Lachaise ?»
- JB : François Hollande propose de supprimer le poste de premier ministre. Encore un hommage émouvant à Manuel Valls.
- OK : Après la réintroduction d’une ourse dans le Béarn, on attend avec impatience la réintroduction du Collomb dans le Lyonnais.
- OM : C’est chiant ces périodes de latence entre une boulette de Macron et un mort célèbre.
- DA : Au vue des tarifs appliqués, je propose qu’on renomme les cinémas Pathé « Foie gras ».
- KM : Vous rigolerez moins quand vous retrouverez Gérard Collomb devant vous à la caisse du supermarché le samedi matin.
- ACD : La France irait mieux si elle n’avait pas un président qui se plaint des gens qui se plaignent.
- JT : Dieu s’il te plaît, prends Éric Zemmour et laisse-nous Jean-Marie Le Pen, il est moins dangereux.
- GD : Et surtout qu’aucun pays européen ne se presse pour donner un pavillon à l’Aquarius, ce serait dommage de prendre une décision humaniste.

FESSEBOUQUERIES  RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries