Accueil > bouquins > Saleté de bouquin, celui de David Wahl

Saleté de bouquin, celui de David Wahl

30/07/2018

David Wahl est comédien de théatre, et écrivain. Cet opuscule, le quatrième de la série, s’appelle le sale discours ou géographie des déchets pour tenter de distinguer au mieux ce qui est propre de ce qui ne l’est pas. En fait, c’est une causerie, un texte pour raconter sur scène comment, au fil des siècles, notre conception de la saleté a changé. C’est extrêmement drôle car très étonnant mais parfaitement historique. C’est succinct mais brillamment illustré par des croyances de médecins de l’époque mais au vu de ce qui se passe aujourd’hui sur ce qui est tolérable ou nom pour la santé de l’espèce humaine, rien ne nous étonne. Sauf qu’aujourd’hui on en sait beaucoup.
Je résume le début pour donner le ton : ça se passe au XIIème siècle, au temps où le saleté régnait dans Paris puisqu’on jetait tout dans la rue, y compros les déjections humaines, que les animaux y vivaient. Le roi énorme Louis le Gros avait un fils superbe, Philippe qu’il vénérait. Mais au cours d’une chasse, un gros porc buta dans les jambes du cheval de Philippe. Il tomba, le cheval affolé le piétina et il mourut. De rage et de chagrin, Louis le gros décréta que le porcus diabolicus était un terroriste de l’enfer. Il prit une mesure qui tient toujours : interdire aux porcs de circuler librement. Les cochons qui mangeaient leur propre merde dégoûtaient tout le monde. Mais on s’aperçût que la vie était encore plus putride sans les porcs car ceux-ci la nettoyaient en s’empiffrant d’immondices.
Autres pages surprenantes : quand l’eau était considérée comme un élément qui empoisonnait le corps, donc surtout, ne pas en boire, ne pas la toucher. Vous imaginer la crasse des gens ? C’était ça qui les protégeait. A une autre époque, les odeurs, toutes, étaient nocives. Il ne fallait plus respirer les fleurs, la campagne était bien plus dangereuse que la ville/
C’est tout petit livre joli écrit gros mais dense en informations. Et qui fait réfléchir. A l’heure où on  se croit propre, on est vraiment des pourritures en produisant autant de déchets (dont nucléaires).
« Je suis bien peinée de le reconnaître, mais Platon s’est affreusement planté. L’homme n’a vraiment rien d’un porc. Le porc est sale et nettoie. L’homme est propre et salit. »
Ce texte est extra, ça donne envie de lire les trois premiers et surtout de voir David Wahl les raconter sur scène. Et aussi de l’offrir a des amis qui ont encore un peu d’esprit. Pour en savoir plus, son site ici.

Le sale discours ou géographie des déchets pour tenter de distinguer au mieux ce qui est propre de ce qui ne l’est pas de David Wahl aux éditions Premier Parallèle. 2018. 80 pages. 10 €

Texte © dominiquecozette

Categories: bouquins
Les commentaires sont fermés.