Accueil > bouquins > L’amour après l’horreur.

L’amour après l’horreur.

Ce petit bout femme immense revient nous parler de la vie, de l’amour donc dans son nouveau livre l’amour après. L’amour, comment ça peut être après les cauchemars des camps où, petit bourgeon, son corps mis à nu par les SS, s’est desséché pour longtemps. Marceline Loridan-Ivens, du nom de ses deux maris, se raconte sans ambages comme le ferait une gamine qui n’a peur de rien. Ouvrant sa valise d’amour, là où elle gardait lettres, photos, petits mots, tickets, qu’elle a trimballée partout sans jamais l’ouvrir pendant des décennies, elle y (re)découvre, en fumant des petits joints, la fille libre qu’elle continue d’être, celle qui décide de ne jamais se soumettre à personne et va se dévergonder à Saint-Germain des Prés. Elle est belle, tonique, drôle, sans tabous, elle plaît, les hommes tombent comme des mouches.
Une lettre qu’elle retranscrit, que je trouve formidable, dont j’envie l’amour de l’expéditeur qui écrit avec une telle finesse sur celle qui ne veut pas de lui…et qui signe  : Georges Perec ! Rien que ça. Et d’autres, connus, pas connus, oubliés souvent, un « vieux » de 40 ans qu’elle fuit parce qu’il a su y faire et trouver le petit nerf sensible de son sexe, ça la chavire et lui fait peur… son premier mari, un brave type dans le bâtiment qu’elle ne suit pas dans sa trajectoire, puis l’amour de sa vie, le grand et magnifique cinéaste Joris Ivens, de 30 ans son aîné, libre comme elle, amoureux, tolérant, qui admet le très jeune amant avec qui elle vit une longue passion, le mari protecteur, avec qui elle travaillera autour du monde, jusqu’à sa mort.
Dans le livre il y a bien sûr les amitiés qui se sont soudées à Auschwitz ou Birkenau, dont Simone Veil mais aussi d’autre filles déportées qui s’amusent comme elle avec les bandes de jeunes, qui parfois sombrent dans des vies de merde ou se marient et font des enfants. Mais aucune de celles retrouvées n’a voulu répondre sur la question de l’amour après.
Quant à Marceline, elle vieillit bien, l’esprit affûtée, la langue verte, la soif de profiter encore du cadeau qu’est la vie quand on a failli la lui voler.
Elle cite Oscar Wilde : « le drame de la vieillesse, ce n’est pas qu’on se fait vieux, c’est qu’on reste jeune. ». Ça lui va comme un gant.

Ce livre est formidable !!!

L’amour après de Marceline Loridan-Ivens (avec Judith Perrignon), 2018 aux éditions Grasset. 160 pages, 16 €.

Texte © dominique cozette

 

Categories: bouquins
  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks