Accueil > du vrai > La liberté d’importuner ? Et celle de ne pas l’être ?

La liberté d’importuner ? Et celle de ne pas l’être ?

J’ai bien sûr lu l’article du Monde « laisser aux homme la liberté d’importuner les femmes« , qui n’aurait rien de polémique s’il était le fait d’une personne, un coup de gueule quoi, mais il s’agit de la prise de position d’une pluralité de femmes, d’une sorte d’injonction à ne pas adhérer au mouvement actuel de libération de la parole des femmes venu de différentes nations. Elles citent tout ce qu’on a entendu dire ces dernières semaines sur le féminisme pur et dur, « puritain », qui nous renverrait vers des censures allant des peintures de Schiele, au licenciement d’un homme parce qu’il a effleuré le genou d’une femme. Ce qui, à ma connaissance, ne s’est pas passé en France.
Il va de soi qu’une femme « évoluée », qui tient une grande place dans la société et les medias, qui ne prend pas le métro quand il est bondé, qui n’est pas soumise à un petit chefaillon vaguement lubrique, qui n’a pas peur de perdre son salaire, qui n’a personne pour la protéger, qui voit une menace quand un relou l’importune et qui, si elle n’y répond pas fortement, clairement, féministement, peut entraîner sa responsabilité lors d’un « dérapage » subséquent, il va donc de soi que ces signataires ne sont, en vérité, que peu importunées. Ça reste un jeu de séduction*  comme il est dit dans l’article : « ils n’ont eu pour seul tort que d’avoir touché un genou, tenté de voler un baiser, parlé de choses « intimes » lors d’un dîner professionnel ou d’avoir envoyé des messages à connotation sexuelle à une femme chez qui l’attirance n’était pas réciproque. »
La tribune est clairement le credo de femmes libres, indépendantes, sans complexes, ayant appris à se défendre. Il est dit aussi : « une femme peut, dans la même journée, diriger une équipe professionnelle et jouir d’être l’objet sexuel d’un homme, sans être une « salope » ni une vile complice du patriarcat ». Pourquoi n’ont-elles pas écrit : « une femme peut, dans la même journée, faire des ménages, travailler à la caisse chez Auchan, être au chômage (bon, allez : être graphiste, infirmière, exploitante agricole) et jouir d’être l’objet sexuel d’un homme, sans être une « salope » ni une vile complice du patriarcat ». Ça aurait marché aussi, le ridicule en plus, car qui dénie le droit de jouissance entre adultes consentants ? Il n’y a pas de camera dans les lieux privés ou coquins, que je sache.
Ce coup media me rappelle la tribune  qu’avaient signée les « 343 salauds pour le droit à la prostitution », qu’ils ont regrettée ensuite, après mûre réflexion.
Pour être claire, de mon point de vue, il n’y a aucun sens à « assurer aux hommes la liberté d’importuner » :  ceux qui savent le faire continueront (on a vu leurs réactions navrantes lors de l’affaire DSK), les autres resteront sobres et corrects. Il n’y a aucun sens à demander aux femmes (et aux législateurs) d’être plus cool : quand on t’emmerde (ça veut dire quand on t’importune, en poli), ça t’énerve, ce n’est pas excitant, ça peut te faire peur, ça peut aussi te faire craquer pour que cesse la pression (ce qui arrive souvent, bien sûr sans que la femme y prenne du plaisir).
Je propose donc une idée : que celles qui sont pour la liberté des hommes à les importuner portent un badge. Et qu’elles fichent la paix aux autres qui n’ont pas envie de ça.

* Etre importunée par des hommes n’est pas un jeu pour tout le monde. Je parle en connaissance de cause et confirme qu’on peut très bien être séduite et conquise par des hommes sans qu’ils n’aient besoin de nous importuner. C’est très simple, ça s’appelle le respect. Par ailleurs, je n’ai pas souvenir d’avoir cédé à un homme qui m’importunait. Mais c’est personnel.

Texte et illustration © dominique cozette

Categories: du vrai
  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks