Archive

Archives pour 11/2017

Le (mahousse) dossier M.

19/11/2017 Aucun commentaire

Livre énorme, presque 900 pages, 998 grammes, alors que ses premiers étaient si minces. Grégoire Bouillier a décidé de TOUT raconter, tout décortiquer, sur sa rencontre avec M, une stagiaire de sa boîte dont il tombe éperdument amoureux. Le dossier M (livre 1) est donc un dossier dans lequel il consigne tout ce qui concerne M, ses goûts, son physique, ses SMS, ses qualités et défauts, caractéristiques….
Mais avant, il nous explique qu’il était avec S et qu’il doit rompre avec elle, faire table rase. Il digresse sans cesse sur des tas de sujets presque toujours intéressants avant de revenir à cette décision de rompre avec S. S, on le devine, c’est Sophie Calle, qu’il avait rencontrée lors de son anniversaire (à elle), cela conté  dans un bref récit : l’invité mystère. Il raconte les dîners chochottes, les courtisans, les petits plats rares, où il s’ennuie profondément, quelques détails intimes emprunts de goujaterie. Bref, il finit par lui envoyer un mail, le fameux mail (qui se termine par « prenez soin de vous » et qui a donné lieu à un superbe travail de l’artiste. Mais ce n’est pas dans le livre).
Le livre commence sur un pan de la vie de Picasso avec le suicide de son ami pour raison sentimentale. Puis Grégoire Bouillier nous ouvre les portes de sa vie par le récit du suicide de son ami Julien qui s’est pendu avec la ceinture de son pantalon à la poignée de sa fenêtre. Pour raison sentimentale aussi. Parce que la femme de Julien est venue un soir se faire prendre voluptueusement par Grégoire Bouillier. Les détails de la pendaison, cest énorme, c’est pourri, ça le mine. Grégoire Bouillier culpabilisera longtemps et cela restera le fil rouge du dossier.
Il nous renvoie à son héros d’enfance formateur, Zorro, de longues pages sur son influence… puis introduit son héroïne-choc d’amour total découverte dans le film Love Story, Ali Mc Graw. Il nous raconte Ali Mac Graw, ses films, son mariage avec Steve Mc Queen, le divorce… Nous remet longuement Dallas en mémoire.
Donc il rencontre M., stagiaire dans la boîte où il bosse et paf, c’est le choc de sa vie. car c’est elle. Qu’il cherche depuis des siècles. L’unique. The femme. Hélas, elle est fiancée (vous avez dit fiancée ?) et va se marier dans quelques mois. N’empêche. Grégoire Bouillier tente de la séduire, elle est beaucoup plus jeune, il connaît des ficelles. Il arrive à l’emmener faire la fête, mais pas plus. Et damned supplémentaire, il apprend qu’elle fait partie d’une famille richissime auprès de laquelle il passera forcément par un miteux.
Elle joue aussi avec lui, se laisse faire jusqu’à la limite qu’elle s’est fixé, donc rien. Sauf un baiser, une nuit, qui la fait perdre conscience, comater. Mais c’est le fiancé qui viendra la chercher à l’hosto. Puis une autre fois, où ils jouent aux cons chez lui et où il manque de la prendre sauvagement. N’est-elle pas venue, avec du champagne, pour ça ? Il ne le fait pas et le regrettera longtemps. Un jour enfin où elle se donne à lui mais les SMS qu’elle envoie lui arrivent avec tellement de retard, 14 heures, qu’il est trop tard. C’est foutu, elle fera sa vie sans lui, lui sans elle, il n’a que ses yeux pour pleurer et sa plume pour écrire.
Car sur cet argument très mince, il va nous tenir la jambe, fort agréablement, sur divers sujets qui alimentent les choses de sa vie, déni d’amour, hasards, malchances etc. Il ne nous oblige pas à tout lire, d’ailleurs j’en saute un peu parfois car les histoires de Zorro, son héros fondateur, me soulent un peu et l’interaction de la mort de sa mère avec l’analyse de la musique de Wagner, passionnante, sur France Culture, a ses limites quand on veut désespérément connaître la suite du dossier M. C’est parce que je suis dans une période pressée, je ne dis pas en été, langoureusement étalée sur la plage…
Donc un pavé plein d’enseignements, c’est vrai, il m’a appris des choses que je ne connaissais pas, il m’a invité dans des conversations dont il déversait le trop plein sur un site dévolu au dossier. Oui, il ne voulait pas trop charger la bête !
A lire vraiment si vous aimez vagabonder dans les méandres d’un esprit fécond en apartés, en analyses, en suppositions, en supputations, en hypothèses, en plans sur la comète, en possibilités… C’est très très plaisant. Il a obtenu d’ailleurs le prix décembre.
Sinon, je ne vois pas ce qu’il racontera dans le livre 2 car apparemment, l’histoire est finie, la messe est dite. Nous verrons.

Grégoire Bouillier. Le dossier M. (Livre 1). 2017 aux éditions Flammarion. 873 pages, 24,50 €.

Texte © dominique cozette

 

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #384

18/11/2017 Aucun commentaire

What’s new, pussy cat, comme l’aimait à dire Weinstein en recevant les belles actrices dans sa suite royale ? Pas grand chose, mes ami(e)s. Un beau trio de malpoli-tiques qui quittent le métier pour faire des choses beaucoup plus valorisantes, j’ai cité monsieur sourcils à poux, monsieur voix de slip et madame l’insoumise du monsieur qui à 600 000 voix près bref… Sinon, le bourre-pif annuel au goût de banane, la poupée mammaire qui s’escrime à prendre le voile et notre Ah que Johnny, entre la vie et la vie, et que c’est pas un concert du poumon qui te va nous le niquer, merde quoi !
- NP : Tu sais que tu es arrivé en Bretagne quand le réseau Free est tellement lent que tu te demandes si tu ne vas pas envoyer un télégramme.
- DA : Courageusement infiltrée dans l’enfer petit bourgeois de l’oligarchie, Raquel Garrido décide finalement de retourner sa veste lorsqu’elle s’aperçoit qu’elle est doublée de soie..
- DC : Raquel Garrido se retire de la politique pour faire de la télé. Ardisson Mélenchon même cons bas ? Je pose la question.
- JMA : Il semblerait que Raquel Garrido quitte plus rapidement la politique qu’elle ne s’acquitte de ses cotisations sociales ou rende son HLM
- LB : Quand Raquel Garrido invente l’auto-dégagisme – là je dis : respect ! Et j’espère que Nadine Morano, Eric Ciotti, Gérard Filoche (..) et tout le bureau politique du FN en prendront de la graine.
- JT : Troi bvouteilles de bojolé nouvaeu que je boi, je ne compren tojour pas ce que vous lui tourvez.
- NP : Je trouve ça vraiment admirable que Raquel Garrido abandonne la politique pour se consacrer à son métier d’avocat et défendre les salariés d’I Télé et de Canal opprimés par Bollo… Hein ? Nooon ?
- LI : Métro, ligne 10. Une dame hurle dans son téléphone. Sur ses genoux, ouvert, le dernier Fred Vargas. Au bout d’un moment, agacée, je me penche vers elle et lui murmure : « si vous ne baissez pas d’un ton, je vous dis qui est le coupable ». Ça lui a coupé le sifflet.
- NP : Il va mieux. Il est mourant.Il va mieux. Il est mourant. Il va mieux. Il est mourant… L’état de santé de Johnny, on dirait l’état de l’indépendance de la Catalogne.
- DC : François Bon-a-rien arrête la politique. On va regretter de ne plus ouïr sa bonne vieille voix de slip, le soir, au fond des bois !
- LO : J’ai vraiment peur pour Johnny Hallyday parce qu’entre les hommages TV et vos tweets préparés depuis juin 2015, je sens que ça va être terrible.
- ACD : Si je grossis, c’est pour que mon chéri puisse arrondir ses faims de moi.
- JPT : Le seul endroit où j’accepte de m’incliner devant un poilu, c’est dans un sauna !
- PI : Il fait tellement froid que je viens de croiser les gamins de Veronique Courjault en train de faire du vélo au parc.
- AO : Je viens de craquer un PEL et vendre un rein pour payer l’IRCEC. Adieu.
- DC : Mattéi va lancer une Barbie voilée. Quand on voit ce que deviennent ces poupées dans les mains des petites filles, mises à nu, torturées, démembrées, décapitées, on ne peut que souhaiter à cette Barbie d’être seulement lapidée.
- NP : Il paraît qu’après les mauvais chiffres de ses audiences Europe 1 va changer de nom pour s’appeler Europe 0,5.
- RdB : Si j’ai bien compris ça fait 60 piges que Barbie est princesse, mannequin, danseuse, nurse, infirmière, hôtesse de l’air et blonde à gros seins, mais le jour où elle est escrimeuse voilée c’est sexiste. Bien bien.
- RR : Succulente ce midi cette banane avec un arrière-goût « Beaujolais nouveau ».
- OL : Fillon confirme tourner la page de la politique.Reste à savoir combien il va payer Pénélope pour tourner une page ?
- DC : Baroin et Fillon arrêtent tous les deux la politique. C’est ce qui s’appelle gracieusement « faire d’une paire de couilles ». Celle que, vraisemblablement, ils partageaient il y a peu…

BONUS : MA VIE DE MERDE par OVH :
Mes chaussettes me coupent la circulation au niveau des genoux, mes boots m’écrasent les doigts de pieds et me serrent à la cheville, mon jean m’entrave les cuisses, ma ceinture me comprime la taille, mes seins sont roulés en boule dans dans mon soutif à coques rigides , mon pull à col roulé m’étrangle, mes lunettes me blessent derrière les oreilles, mon catogan me tire la peau du crâne … vivement ce soir que je me couche dans mon pyjama qui me gratte.

Illustration © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Les Fessebouqueries #383

11/11/2017 Aucun commentaire

En ce jour de 11/11, onze dit que c’est bien un temps de 11/11 avec toute sa clique de petits et grands emmerdements, ou pas, dont onze fera une raison 1-2-C-4. Ça commence par 280. WTF 280 ? C’est le nombre de mots dorénavant autorisés pour écrire son tweet. Foin des chiffres avec ces paradise papers florissants — à moins qu’on leur rajoute des milliards de zéros —, ces prix littéraires virilement gagnés, ces tueries sanglantes, ces marchés de noël clinquants et ce ruissellement promis dont on attendra en vain qu’il nous dégouline dessus ! Tout ce qui ruissellera sur nos hâves peaux (de balle), ce sont nos larmes amères baignées de crachin, crachats, grésil et autres précipitations glaçantes d’une fin d’année damnée de l’enfer…

- LC : Moi je trouve. Enfin quand je dis moi c’est moi et certainement d’autres personnes, que le plus dur. Enfin quand je dis plus dur c’est pas non plus un calvaire. Le plus dur avec Twitter (le réseau social)et ses Tweets à 280 caractères c’est d’être synthétique. C’est que mon avis.
- JPT : Une fois de plus, on frémit en pensant au nombre de morts qu’aurait pu faire cette nouvelle tuerie au Texas si la Constitution n’autorisait pas les Américains à posséder des armes pour se défendre !
- EP : C’est terrible cette pénurie de beurre, au supermarché il n’y a plus que 31 références sur les 48 habituelles, j’ai été obligé de changer de marque.
- OM : TOTAL, vous ne viendrez plus chez nous par hasard (surtout si vous êtes contrôleur fiscal) !
- DC : Dassault compromis dans « Paradise Papers » ? Je suis effondrée ! Un mec si probe ! La fierté de la droite !!! La no-netteté personnifiée !!!
- FB : Le marché de Noël des Champs-Elysées, seul endroit au monde où acheter du saucisson corse fabriqué en Chine et vendu par des auvergnats.
- NP : Je suis d’accord avec Trump : les malades mentaux ne devraient pas avoir accès aux armes automatiques. Ni aux codes nucléaires d’ailleurs.
- CC : y a des gens qui planquent des milliards à l’étranger et toi t’es là, comme un débile, à sourire de satisfaction quand tu trouves deux euros dans la poche d’un jean sale
- RG : Les mêmes qui te disent que le droit du travail est trop compliqué utilisent les pires montages pour échapper à la TVA.
- EM : « Bon, ok, on va pas pouvoir fermer de centrales nucléaires, par contre on va les repeindre en vert, ça devrait suffire. » Nicolas Hulot
- NP : 150e anniversaire de la naissance de Marie Curie. Une femme brillante et radieuse. Surtout sur la fin.
- CDB : La Catalogne est donc en train de devenir une blague belge.
- PG : J’ai rien contre le progrès, mais nous au moins on avait les boitier de CD ! Va gratter ton pare-brise avec une clé USB toi !
- JM : Il a raison Trump, le problème c’est pas les armes, le problème c’est les individus qui sortent de chez eux sans gilet pare-balles.
- JS : Il doit y avoir un micro-climat aux îles Caïmans. Quand il pleut ici, ça ruisselle là-bas.
- NP : Le marché de Noël sur les Champs c’était quand même le meilleur endroit pour acheter des produits artisanaux typique de l’Asie du Sud Est.
- OM : Et c’est en me baladant avec mes Nike et mon t-shirt Dior, écoutant du Shakira sur mon iPod, que je me suis demandé si j’étais pas un peu complice de fraude fiscale…
- SD : Mon banquier m’a appelé car je suis à découvert il m’a demandé comment je comptais régulariser j’ai répondu « j’attends que ça ruisselle »
- CE : Au conseiller MAIF qui signe « sentiments mutualistes », dois-je répondre « sentiments cotisants » ? Je ne connais pas les codes.
- NP : Je n’aime pas dire du mal mais Marie Curie c’est quand même une physicienne polonaise venue en France voler le travail de nos chercheurs.
- JF : C’est dingue le nombre de gens malpolis qui te parlent à table alors que tu es en train de regarder ton téléphone.
- SC : La vulgarité a ses raisons que la raison s’en bat les couilles.
- NP : Conducteur parisien : personne capable de s’énerver et de klaxonner parce que la voiture devant lui laisse passer un véhicule de pompiers.
- IZ : Le Prix Décembre en novembre. Le Prix Médicis à 13h30. Bonjour la ponctualité.
- CH : Si 280 caractères c’est trop long à lire, vous allez avoir une sacrée surprise en ouvrant un livre
- ME : Le permis de conduire aux États-Unis coûte environ $60… Quand je dis le prix du permis en France, les américains sont en mode “OH MY GOSH”. Puis quand je leur dis qu’on peut aller à l’université pour 5€ et en plus on reçoit de l’argent chaque mois, ça rigole beaucoup moins.
- FO : On dira ce qu’on veut sur Hollande mais je vous rappelle quand même que sous Hollande, le 11 novembre tombait un jour de semaine.
- RR : Actuellement sur whatsapp avec ma mère … je vais tenter de lui faire croire qu’au bout de 280 caractères, son forfait mensuel double.
- IZ : Top 3 des conséquences que vont avoir les Paradise Papers :
-
-
-
- JB : À ce qui paraît, effacer un acteur, Spacey difficile que ça.
- NA : —  Qu’est-ce qui vous arrive ? —  J’ai mal à la tête depuis que Twitter est passé à 280 caracteres j’y arrive plus docteur —  Restez à 140 —  non je veux être comme tout le monde —  Dites vous que Morano y arrive —  Snifffffff merci enfoncez moi en plus
- JPT : Encore un scandale sexuel à Hollywood : Tom Cruise aurait touché sa femme !
- OK : Ça y est, il y a déjà les décorations de Noël 2018 dans la rue. C’est vraiment du grand n’importe quoi.
- OM : RT si toi aussi tu trouves que ce 11 novembre qui tombe un jour où on n’était déjà pas censé travailler, c’est un gros manque de respect à nos chers poilus.
- NA : Le 11 novembre qui tombe un samedi, encore une réforme pour les patrons, MACRON DÉMISSION.
- OM : Mais finalement, quelqu’un a déjà vu un mec trottiner avec une trottinette ?

Illustration © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

L’immense poésie de Claire Morgan

04/11/2017 Comments off

Elle est Irlandaise, jeune, talentueuse. Claire Morgan est née en 1980 et a connu le succès très vite à travers l’Europe. Son travail Perpetually at the Centre est superbe, se prévalant d’une préoccupation écologiste pointue, la place que laisse l’homme dans la nature fragile dont ses œuvres rendent si bien compte. Le paradoxe, c’est qu’elle est aussi taxidermiste. Animaux morts, natures mortes, déchets de ses travaux de naturalisation, os, sang, dans ses tableaux et installations.
Ses installations sont monumentales, sublimes, presque à la limite du diaphane parfois (pas de résultat sur photo, donc), faites de minces fils géométriques où sont accrochés des fragments de plastique, des graines volatiles de pissenlit (celles qui volent quand on souffle dessus). Certaines composent des mots à la limite du visible qu’on essaie de déchiffrer.
J’ai rarement vu une exposition aussi poétique !

 

 

 

 

 

Il y a aussi des dessins et des peintures étranges.
Galerie Karsten Greve, 5 rue Debelleyme 75003. jusqu’au 23 déc. Lien ici

Texte et photos © dominique cozette

 

Categories: kultur

Les Fessebouqueries #382

04/11/2017 Comments off

Soit que l’actu ne se prête pas à un humour débridé, soit que la plume de ma tante soit restée sur le bureau de mon oncle en ces tristouilles festivités jaunissantes et mortifères, il n’en reste pas moins que cette phrase est lourdingue pour signifier que les Fessebouqueries les plus courtes ne sont pas toujours les pires. Ni les meilleures. A vous de juger, mais sachez être cléments, marauds qui faites peut-être partie d’une assoce de mâles fêteurs…
- JC : Le changement d’heure, c’est un peu le « jetlag » du pauvre.
- JPT : J’exprime tout mon soutien à Tatrique Ramadan.
- JC : UN SEUL HÊTRE VOUS MANQUE ET TOUS LES PEUPLIERS
- DC : On ne dit plus violer une femme, on dit faire Ramadan.
- OVH : Question. Le robot qui a obtenu la nationalité saoudienne aura-t-il le droit au regroupement familial ?
- HL : « A partir de 11h44, vendredi, les femmes travaillent gratuitement ». Cool, j’ai justement plein de ménage à faire à la maison !
- AB : Abdelkader Merah : verdict ce jeudi. Sa haineuse marâtre pense qu’il s’en tirera avec une amende pour port illégal de cerveau.
- JB : Afin d’éviter d’être rattrapé par des histoires vieilles de plus de 30 ans, je tiens d’emblée à préciser que j’ai régulièrement réclamé, jour et nuit et de façon insistante, à ce qu’une femme me montre ses seins, mais c’était dans le cadre d’un allaitement et j’avais quelques jours à peine.
- OM : Curieux ces gens qui menacent de mort ceux qui font de l’humour sur leur religion mais pas ceux qui la salissent en assassinant en son nom.
- LD : Dieu  — j’ai deux choses à vous donner. Qui veut pisser debout ? Adam  —  moi. Dieu se retourne vers Ève — donc toi t’auras l’orgasme multiple.
- HL : Résumons les nouvelles conditions d’entrée à la Fac : Tout le monde a le droit d’y rentrer, sauf toi.
- DP : C’est fou ce qu’il y a comme jurés d’assises sur Facebook.
- CI : De toute façon la Toussaint est une fête créée à défunts commerciales
- MC : « Nan mais il ressemblait vachement à un sanglier avec son tablier, son chapeau de paille et son sécateur monsieur le juge ! »
- RDB : Je dis pas que l’été est loin, je dis juste qu’en m’épilant les jambes je suis tombée nez à nez avec un chevreuil.

Illustration © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries