Archive

Archives pour 11/2015

Les Fessebouqueries #280

28/11/2015 Comments off

La semaine aurait mérité d’être plus calme eu égard aux victimes des attentats mais non, pas possible avec ce fâcheux esprit de contradiction des Français, les propos fachos de certains fâcheux, les fâcheries entre partis, sans parler des crèches de nonoël et des propos de jojohnny. Alors, gardons notre humour et continuons à activer nos zygomatiques !
- RR : Bonjour à ceux qui ont l’humour à offrir en partage …
- LM : Marre de ces attentats qui me font ressentir des trucs bizarres comme la compassion et l’empathie. Laissez-moi détester mon prochain, bordel.
- NP : Ils veulent plus d’armée, plus de police, plus de profs, plus d’infirmières mais ils veulent moins d’impôts. Bref, les français.
- JS : Dans 20 ans : -C’était quand les attentats de Daesh à Paris déjà ? -Ben, juste avant la troisième guerre mondiale.
- HD : Être chez le dentiste est la seule excuse valable pour ouvrir sa gueule quand on fait un amalgame.
- NP : J’aime bien les marchés de Noël. Ça permet de découvrir l’artisanat local de l’Asie du sud-est.
- JS : Bachar, Erdogan, PKK, Daesh, Russie, France, US, Iran, Arabie Saoudite, Qatar… quelqu’un fait un tableau avec qui baise qui ? Je comprend plus.
- NA : BHL demande aux terroristes d’espacer les attentats, il ne peut pas se rendre partout en même temps pour être sur la photo.
- DS : Karim Benzema se défend d’avoir craché pendant la marseillaise : « je m’ai juste mouché avec la bouche »
- JS : « Johnny Hallyday : Si je n’étais pas chanteur, j’irais combattre » Tout pareil que Johnny, si j’avais pas piscine ce matin, j’irais combattre
- LY : Johnny Hallyday : « Si je n’étais pas chanteur, j’irais combattre » Et s’il n’était pas résident suisse, il paierait ses impôts en France.
- LJ : Vous vous méprenez pour Johnny Hallyday. C’est pas en Syrie qu’il veut combattre, c’est en cirrhose.
- DS : Sarkozy : « nous avons trop attendu pour donner les moyens à la police ». T’as surtout pas attendu pour leur en retirer, mec
- NA : François Hollande commande un rapport à Jawad pour régler le problème de logements en France.
- PD : Quel est le con qui a discrètement déplacé la frontière aérienne entre la Syrie et la Turquie ?
- LC : -On chante pas la Marseillaise. -Pourquoi ? -On est Corse et on veut l’indépendance. -OK donc plus d’aides de l’État ? – Allons enfants !!!
- EC  : Entendu ce matin à Levallois « Isabelle, je pense qu’on va encore l’avoir dans le cul pour la galette cette année »
- PR : Entendant mes amis dire et redire que la religion musulmane n’est pas l’intégrisme, je me revois dans la jungle de Calais, tenter d’expliquer aux réfugiés que tous les Français ne sont pas d’immondes salauds. Je comprends très bien le malaise.
- BL : Dans le contexte actuel, le fait que le ministre de l’Intérieur belge se nomme « Jambon » ne peut-il être considéré comme une provoc’ inutile?
- KB : S’ils veulent vraiment servir à quelque chose les kamikazes : qu’ils aillent dans les Alpes déclencher des avalanches.
- NA : Je ne veux pas créer de polémique mais ils font quoi les trois héros Américains du Thalys depuis une semaine ?
- CV devait emmener Marlon chez le pédiatre mais il a le nez qui coule tellement qu’elle se demande si elle ne devrait pas plutôt consulter un plombier.
- NP : Un journaliste belge c’est quelqu’un qui ne dit rien même quand il sait tout. Un journaliste français c’est l’inverse.
- DJ : Alliée de la Turquie dans l’OTAN, la France veut l’appui de la Russie contre l’EI soutenu par la Turquie qui a abattu un avion russe.
- WM : La Turquie attaque la Russie qui attaque les rebelles qui attaquent Bachar qui attaque Daech qui attaque France qui veut la coalition. Sinon ça va ?
- OK : Sarkozy a installé une crèche dans le hall du siège de LR. Il a aussi prévu de nettoyer l’étable au karcher et d’expulser les rois mages !
- OM : D’abord Saint-Denis puis Molenbeek et maintenant Roubaix… Putain mais on va partir en vacances où maintenant ?!
- KB : Je viens de lire la timeline de Nicolas Sarkozy. J’ai l’impression qu’il a oublié qu’il a gouverné 5 ans et qu’aucun proche n’ose lui dire
- SP : Les electeurs FN me font penser aux Djhiadistes qui meurent en martyr pour 70 vierges ! Plus le mensonge est gros , plus il passe !
- OK : Une idée pour mettre tout le monde d’accord : on installe des crèches de Noël, où Marie portera une burka et Joseph des papillotes. Non ?
- CV : ne voudrait pas faire de mauvais esprit, mais elle ne peut s’empêcher de voir une relation entre l’instauration de l’état policier et le retour de la grippe aviaire.
Elle espère que les poulets qui perquisitionnent à tort et à travers sont vaccinés.
- SP : J’ai essayé de lire le Coran mais j’ai vite laissé tomber. Je crois que c’est écrit à l’envers par un médecin généraliste.
- OV : Ça fait plaisir à voir tous ces maires de droite qui insistent pour héberger une femme voilée et son bébé né d’une GPA dans leurs mairies.
- KA : Et je ne te parle même pas des trois barbus transportant des substances illicites.
- LM : J’espère que les Belges vont au moins réussir à choper un mec qui a déjà fraudé dans le métro, sinon c’est la honte.
- CC : concert d’Ibrahim Maalouf, le calme avant la trompette
- OK : Etat d’urgence : afin de faciliter l’enquête des policiers concernant les terroristes, tous les crimes et délits sont désormais interdits.
- DS : J’ai pris les noms de mes voisins qui n’ont pas mis le petit drapeau français à la fenêtre… Ils feront moins les marioles à la libération.

Illustration © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici.

Categories: Fessebouqueries

Pour les mohicans, le cow-boy s’appelle Val.

23/11/2015 Comments off

Denis Robert est un de mes héros préférés. Son courage dans sa lutte contre Clearstream qu’il a fini par gagner après 10 ans de misères, saisies, pressions, mensonges, procès etc… m’a bluffée. Et ses livres, je les déguste.
Voici le dernier, un récit, Mohicans. C’est quoi ça ? Les derniers des Mohicans de l’épopée Hara-Kiri/ Charlie. Un jour, Denis Robert s’est pris de nostalgie en constatant que les jeunes journalistes ne savaient pas qui était Cavanna, au pire le confondaient avec Kavannagh, l’humoriste canadien.  Ignoraient  que l’auteur des Ritals, avec son pote Choron, avait créé l’organe de presse le plus subversif, le plus fort de notre (de ma) génération. Aucun journal ne ressemble à ce qu’a été le journal bête et méchant — interdit plusieurs fois —  aucun dessinateur de presse aujourd’hui ne peut dénier l’influence de cette bande de purs farfelus plus ou moins anars dans leur inspiration.
Moi qui ai connu la naissance de cette feuille jubilatoire, à la quelle je n’ai pas toujours adhéré car il faut bien dire que l’humour potache ou misogyne n’est pas ma tasse, ça me désole tout autant.
C’est ça, la nostalgie de Denis Robert, affligé par ce qu’est devenue cette entreprise qui a toujours   défendu bel et ongles la liberté d’expression, puis dévastée par des imposteurs, des vautours, des charognard (c’est moi qui dis ça, pas Denis Robert), des gens sans vergogne qui ont sucé le sang de ces créateurs de génie pour ensuite écraser leur coquille vide. Ces gens qui, à force de faire le tour des plateaux télé ont fini par s’approprier ce qui a été créé, alors qu’ils n’étaient même pas nés. Ces arrivistes, petits marquis, suceurs de potentats pour devenir potentats.
Denis Robert, qui a réalisé un film sur Cavanna juste avant sa mort trouve ça injuste. Cavanna, super écrivain, bricoleur de génie, gentil géant gaulois,  et Choron, un peu plus filou, un peu plus marlou, qui s’est sabré tout seul, escroqués par des profiteurs !!! Comme ça arrive tout le temps, notez. Parce qu’ils sont des poètes, qu’ils ont l’esprit ailleurs que dans la raie du porte-monnaie, parce qu’en signant des papiers à la con, ils font confiance à un avocat qui se prétend leur ami. Et qui joue double jeu.
Denis Robert est un écrivain de confiance. Il cite ses sources, il explique pourquoi, il raconte par le menu, il donne des liens pour qu’on puisse vérifier. C’est un journaliste de fond. C’est pourquoi son livre est passionnant. C’est pourquoi celui qui se sera élevé sur les cadavres des moribonds, en se faisant un pognon fou, terriblement obscène (ah, mais bien sûr, pas illégal…), on ne peut pas lui pardonner. Pourtant, c’était un comique à ses débuts. Un drôle. Beaucoup moins drôle lorsqu’il a pris la tête du journal (un patron assez pourri, avec sa garde-chiourme, ses interdictions, ses humiliations qui a viré Siné, ne l’oublions pas). Et encore moins drôle lorsqu’il a dirigé France Inter. Et vous savez quoi ? C’est Cabu, le gentil, qui a fait rentrer ce loup dans la bergerie.
Denis Robert n’aura jamais réussi à comprendre comment le gentil Cabu (et bien d’autres) a pu se rallier aveuglément à Val contre ses amis. Et pourquoi tous (à part Charb et Riss qui étaient actionnaires) lui ont laissé la plus grosse part du gâteau.
Et surtout pourquoi  Cavanna s’est laissé faire, ne gagnant plus que des nèfles, une maigre pitance limite charité en se faisant tondre (il touchait 0,44% sur les ventes contre 60% pour Val. Cherchez l’horreur).
Val vient de sortir aussi un bouquin sur Charlie. A votre avis, qui, de Denis Robert ou de Philippe Val voit-on tourner en boucle sur les plateaux ?
A la fin de l’article en lien ici 6 minutes de radio avec d’une côté Denis Robert et de l’autre Philippe Val.

Texte © dominique cozette.

Mohicans de Denis Robert aux éditions Julliard. 2015. 303 pages, 19,50 €

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #279

21/11/2015 Comments off

Sale semaine. La guerre, les attentats, les morts, on morfle tous. Chacun a sa vision des choses, son avis, son explication, tout le monde devient ministre de l’intérieur, chef de guerre, politologue, daeshlologue, spécialiste en tas de choses. En même temps, les fleurs, les bougies, les textes, les odes, les chansons, les prières, tout est bon pour adoucir la peine. Et très très modestement, ces petites drôleries glanées ça et là sur le net.

- SV : La guerre, faut pas s’y fier.
- FV : Si vous cherchez un appart, Daeschbnb, ça a l’air rapide! pose peu de question en plus…
- CL : Toi le touriste qui tente de profiter de l’état d’urgence pour rester à gauche dans les Escalators, sache que les parisiens ne lâchent rien.
- OVH : Une kamikaze se fait exploser à Saint-Denis. Sans aucun doute, l’une des premières à pulvériser le plafond de verre qui empêche la femme d’être l’égale de l’homme.
- OV : Les terroristes de Daesh ont fait une grosse erreur en tuant un chien policier : maintenant Brigitte Bardot va les traquer jusque dans les chiottes.
- OVH : Le chien abattu à Saint-Denis était un Malinois. Encore la filière belge.
- OV : Tu sais que quelque chose ne tourne pas rond quand les supporters dans un stade de foot se comportent plus dignement que les députés à l’Assemblé Nationale.
- DC : Très joli lapsus de François Hollande dans son discours des Maires de France tout à l’heure : « les attentats qui ont ensangloté Paris »… ce mot me plaît.
- PD : Entendu à Bordeaux : « Stopper Daesh, alors qu’on arrive même pas à arrêter Balkany… »
- MAF  : Chez le coiffeur ma voisine a de grosses préoccupations : elle a des cochenilles sur ses hortensias et des aleurodes sur ses pélargoniums. Je me demande si je ne devrais pas l’adresser a une cellule psychologique.
- RR  : Et là le drame. Ces tarés fanatiques s’envoient en l’air et tombent sur Jeanne la Pucelle.
- LY : En une semaine, on est passé de Benzema fait chanter Valbuena à la France fait chanter l’Angleterre.
- HDD : L’opposition veut refaire de la politique. Pas de souci, on s’était arrêté où vendredi ? Ah oui, Guéant condamné, financement libyen avéré.
- DT : Les salafistes de Daesh prônent le retour vers le passé. Ils risquent fort d’y rencontrer Rase Poutine.
- LC : Parfois je me dis que la France a changé pour jamais. Puis je vois qu’on perd encore en foot et ça me rassure.
- AdN : Mes 5 chats ont fait une minute de silence en mémoire de Diesel la chienne policière. Ensuite, elles se sont jetées sur les croquettes, la vie continue.
- AB : au risque de paraitre d une mesquinerie crasse en ces heures douloureuses, me vient une question. Serait ce de bon ton de demander que les 600 millions nécessaires aux nouvelles mesures sécuritaires soient payées par les marchands d’ armes et les compagnies pétrolières ? merci de votre attention
- GD : François Hollande était surnommé Flamby.
A la suite de son discours à Versailles, tout le monde s est levé.
Et si nous l’appellions Danette ?
- HW : Mesure du gouvernement : Sarkozy devra porter un dentier électronique pour l’empêcher de dire des conneries .
- LC : Wauquiez propose d’interdire la vente de ceinture d’explosifs en France. J’ai une pensée pour ses parents qui se demandent où ils ont merdé.
- HDD : Choquée que l’on vérifie la véracité de ses propos, Marine Le Pen n’accordera désormais d’interview qu’à David Pujadas
- MG : Entendu hier : « Si boire de l’alcool c’est résister, Depardieu c’est Jean Moulin ».
- PD : rumeur Le gouvernement envisagerait d’incarcérer préventivement le réchauffement climatique.
- FR : Pour Noël, pensez à offrir un puzzle Abdelhamid Abaaoud (2000 pièces).
- PdJ : Nous vivons une époque où prêcher dans le désert n’est plus sans conséquences.
- LY : Je suis conseiller communal à Molenbeek et je souhaite que notre commune ne soit plus associée à l’image des Balkany. C’est déjà assez dur
- SP : Je vais quand je veux devant les Juges, je quitte la radio si on me prouve que je mens et je vire ceux de mon parti qui veulent ma place. Je suis ?
- CL :  » nous sommes en guerre  » et nous en sommes le fournisseur officiel.

Illustration © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici.

Categories: Fessebouqueries

Robillard, fabricant d’armes brut

20/11/2015 Comments off

Hier, nous nous sommes rués au vernissage de l’expo d’André Robillard, une des plus importantes figures de l’art brut. J’avais envie de le voir, de lui parler, c’est drôle cette espèce de fan-attitude qui me vient pour certaines personnes. Mais il le vaut, c’est un être génial, un artiste simple, un bonhomme aux petits plaisirs immenses. Il vient d’avoir 84 ans.

Sur le boulevard Saint-Germain, je repère tout de suite sa petite tronche de cacahuète et je me précipite sur lui comme une ado pré-pubère sur Justin Bieber. Il est minuscule, tout fin, on a l’impression qu’il peut s’envoler au vent mauvais. Il porte une casquette US (« c’est quoi ces plantes ? Des auriers ? Il parle de la branche de laurier brodée dessus. Il a des façon de dire les mots assez rigolote.). Puis il rentre, il y a encore peu de monde, s’assoit à l’immense table centrale. Il échange avec une femme (impassible, alors qu’il est si drôle) qu’il connait depuis 20 ans. Chaque fois qu’ils évoquent une relation, il cite son adresse complète. Il adore papoter, se raconter, il a un verre dans la main qu’il ne pense pas à vider. Il n’a pas l’air de réaliser qu’il est un artiste si important, s’étonne encore que Dubuffet ait pu s’intéresser à lui, parle de la photo d’eux deux qu’il a affichée dans son atelier à l’hosto. Il me raconte que deux personnes s’occupent de lui, son secrétariat en quelque sorte. Il demande quand a lieu son vernissage.

Il a quand même toute sa tête, celle qu’il avait enfant lorsqu’il a intégré, à l’âge de 9 ans, l’hôpital psychiatrique (il dit sichiatric) près d’Orléans. « J’étais un peu nerveux, je cassais des chaises, alors mon père m’a emmené là pour que j’apprenne à lire et à compter ». Là, il n’a pas fait grand chose avant la trentaine où on lui a confié des travaux simples. C’est alors qu’il s’est mis à récupérer des tas d’objets et qu’il a fabriqué des armes « pour tuer la misère ». Une armada. Grâce à Dubuffet, il a été reconnu et a été exposé au musée de Lausanne, le musée de l’art brut. De là, son aura a rayonné dans le monde.

Il n’a plus jamais arrêté d’accumuler, de scotcher, de peindre, de découper. Il dessine aussi, c’est superbe. Et il joue de l’accordéon et de l’harmonica. Des films ont été réalisés sur lui, c’est ainsi que je suis tombée en amour avec ce petit être touchant et créatif.
J’ai eu du mal à choisir parmi les pistolets, il sont tous plus beaux les uns que les autres.  Ils possèdent tous une boîte de Ninas servant de chargeur, et dans chacune d’elles, il a glissé des petits trucs personnels, paraît-il. Réservés à la personne qui aura l’objet. Je saurai fin décembre ce qu’il y a caché.
Très intéressé par l’univers, il fabrique planètes, spoutniks, fusées et engins interplanétaires. Ses cosmonautes géants sont de bien beaux personnages. Quant à ses magnifiques kalach’, elles ne feraient pas de mal à une note de musique. Sacré Dédé ! C’est bientôt la sainte André, il en est tout content.

André Robillard expose à la galerie-librairie Nicaise (lien ici ), 145 bd Saint Germain 75006 . Jusqu’au 31 décembre.

Texte © dominique cozette. Photos © catalogue et L.S

Categories: kultur

Brigitte Giraud et son petit héros

16/11/2015 Comments off

Le dernier opus de Brigitte Giraud, Nous serons des héros, met en en scène un jeune garçon, Olivio, qui vit entre son père et sa mère au Portugal. Puis on lui raconte que son père est parti travailler loin. En fait, il est emprisonné par le gouvernement Salazar puis exécuté, comme opposant au régime. Le garçon l’apprendra plus tard. Pour l’instant, il s’agit de fuir avec sa mère et un tout petit chat, en France, du côté de Lyon, chez sa soeur qui vit en couple. L’installation, provisoire et précaire, s’étire car, sans papiers, elle ne peut pas travailler. C’est pesant pour tout le monde.
Ça s’arrange enfin quand sa mère rencontre un homme. Elle se remet à vivre, à sourire, à exister. Ils s’installent chez lui, Olivio aura sa chambre, mais le chat est interdit, il doit rester dehors. Ce beau-père, rapatrié d’Algérie, plein d’amertume auprès de son ex-femme qui a le pouvoir sur lui puisqu’elle a la garde de son fils, n’aime pas Olivio. Il le brime de façon discrète, non violente mais pénible. Il est parfois violent aussi lorsqu’il boit et la mère le craint. Elle n’ose pas intervenir lorsqu’il est injuste.
Olivio s’est fait un ami à l’école, Ahmed, un rapatrié algérien mais n’a pas le droit de le recevoir. Olivio n’a pas d’autres amis parce qu’il ne fait le le poids, pas assez sportif, casse-cou.
En 74, c’est la révolution des œillets au Portugal. D’un seul coup, la mère devient plus forte, cesse de s’effacer. Elle demande à l’homme de passer les vacances au Portugal l’été suivant, mais il ne veut pas, son garçon ne peut pas être loin de sa mère. Olivio va y aller avec sa tante et son oncle. Il va découvrir enfin les lieux de son père, mais, curieusement, il ne ressent rien. Rien de ce qu’il espérait ne se produit dans son pays. Il va revenir à Lyon, plus fort, mieux armé, et décide de ne plus se plier aux exigences d’un homme qui ne l’aime pas.
Ce n’est pas un livre à suspense mais plutôt à ambiance. On s’attache à ce gamin qui n’est pas martyrisé mais lourdement méprisé. Ses relations avec Ahmed sont assez équivoques, c’est son seul ami. Le livre se termine brutalement, on aurait aimé une page de plus. C’est un récit âpre et bien construit, qui ne gnangnantise pas sur l’enfance.

Nous serons des héros de Brigitte Giraud aux éditions Stock. 2015. 197 p. 17,50 €.

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #278

14/11/2015 Comments off

Les Fessebouqueries sont en deuil mais elles sont là, modestement. N’évoqueront pas ces terribles attentats, mais les arnaques républicaines comme savent les perpétrer ceux qui se targuent d’en être, des républicains. Mais aussi le sang contaminé du boeuf dans l’assiette, le monsieur en slip qui roule sa pelle aux braconniers et la bactéricide le Pen qui pose un deuxième lapin à la laxiste, je veux dire à la justice.

- EPI : Tu sais que quelque chose est allé trop loin quand tu te retrouves à suivre une recette qui demande du sel de l’Himalaya. Et que t’en as.
- DT : Pécresse veut lancer le plan « Lycée sans drogue ». Le plan LSD, en somme. Bien joué.
- OM : – Ne mange pas ce steak, c’est cancérigène ! – Merci, tu m’as sauvé la vie. – C’est normal. Allons boire un verre de RoundUp pour fêter ça !
- EN : Entendu aux infos: « Onzième mort à Marseille depuis le début de l’année ».
Ca doit être le onze de l’OM.
- OM : On notera au passage que c’était beaucoup moins compliqué pour un poilu que pour un homosexuel de donner son sang.
- MW : Et tu crois, qu’en ne bougeant pas chez toi, derrière ta porte, lumières éteintes, que le pompier et son calendrier ne vont y voir que du feu ?
- JMC : Cambadélis a vendu 450 exemplaire de son bouquin. Freinant ainsi de façon spectaculaire le déboisement de la planète, il fait un grand pas vers les écologistes. Espérons que ceux-ci entendront ce génial message subliminal aux régionales.
- OK : L’acteur de Massacre à la tronçonneuse, Gunnar Hansen, est mort. Dans le prochain remake il sera remplacé par un mec en slip avec une pelle.
- OVH : Laurent Fabius se plaint que l’on ait perforé la rondelle de sa précieuse sphère privée lors de conversations qu’il aurait eues avec un tiers qui était sur écoute. Et après ça, il va râler parce que Thomas, recherché par tous les casinos américains, ne téléphone plus pour dire bonjour à papa.
- OK: Guéant condamné AVEC SURSIS … parce que c’est la Journée De La Gentillesse ?
- FO : Ça va trop loin, un moustique m’a demandé cette nuit si j’étais gay et si j’avais eu des relations dans l’année avant de me piquer.
- OK : Comme Darty et la FNAC, les magasins H&M et Castorama pourraient se rapprocher afin de vendre à la fois des slips et des pelles.
- ZJ : EXCLU : l’agence antidopage s’apprête à publier des déclarations choc! Il y a aurait un sport totalement propre. Ok, ok, c’est le curling…
- OM : « Béziers : alcoolisée au volant, la mamie défonce la pizzeria. » Vu le nombre de kebabs qu’il y a à Béziers, c’est quand même pas de bol…
- DS : Je viens de croiser un moustique avec un tomahawk… Putain, l’été indien, ça plaisante pas.
- JdlC : En cete graive des médessin, Monsieur BA, marabout à St Denis vous ressoit sans rdv. 17ème étage paurte goche.
- CdA : Pour avoir volé 420 000 €, Claude Guéant a été condamné à une amende de 75 000 €. Racaille, ça rapporte.
- FR : Margarine Le Pen qui a encore refusé de se rendre à une convocation judiciaire craint de contaminer la Justice avec ses bactéries haineuses.
- FR : Bras droit condamné (Guéant), bras gauche amputé (Bygmalion), qui tiendra la quéquette de Sarkozy quand Carla n’est pas là ?
- DJ : 10 ans après ses affaires, Guéant privé de fonction publique.5 semaines après la chemise arrachée, 4 salariés d’AirFrance virés. Justice
- CC : « Les yeux dans les yeux, je vous le répète : JE-NE-CONNAIS-PAS-CLAUDE-GUEANT » (Nicolas Sarkozy)

Illustration empruntée à la ligue des Droits de l’Homme.

Categories: Fessebouqueries

Crans-Montana, attention, poudreuse !

12/11/2015 Comments off

Monica Sabolo raconte la jeunesse dorée que ses parents ont connue puisqu’ils y ont passé leurs vacances, été et hiver, dans cette station sulfureuse des années glorieuses, celles où le fric n’est pas l’important quand on en a plein et où rien ne semble d’ailleurs important. Crans-Montana, lieu de rencontre entre jeunes nantis, snobs, méprisants mais méprisés aussi par plus snobs qu’eux. Quel drame. C’est le portrait de trois filles divines, les trois C, Claudia, Charlie, Chris, qu’aucun de la bande des garçons n’osent aborder, écrasés par la nonchalance classieuse des Italiens de Milan, de purs mecs irradiant leur micro-société.
Un superbe autre Italien, le fils du traiteur, fait aussi des ravages dans le cœur des femmes et, curieusement, dans l’estime des play-boys puisque tout le monde l’accueille à bras ouverts lorsqu’il débarque dans les boîtes et les fêtes. C’est une sorte de lien entre tout ce petit monde qui se jalouse, s’épie, s’ignore, se sépare puis se retrouve, les mêmes, pour les vacances.
Les trois C ont du mal à grandir, la vie de folie qu’elles mènent ne leur aura rien appris, l’une d’elles se fera tristement engrosser et, plus tard, son sosie de fille voudra demander aux deux C rescapées de l’accident qui a tué la mère, demander si elle a un jour été aimée d’elle. Les années 80 prendront la suite avec sa flamboyance, ses excès, ses indécences, dans les mêmes lieux…avec plus d’alcool, de fric, de poudre, d’esbrouffe.
L’histoire — un peu complexe vu le nombre de personnages — n’est pas l’essentiel. C’est le feeling, le ressenti, les ambiances, l’impalpable qui sont brillantissimes dans ce livre des jeunesses perdues, des rêves jamais vécus, des rancœurs mal digérés. Une petite photo, à la fin, où l’on voit des amis des parents de l’auteure dans la boîte. Comme si elle était nostalgique pour avoir loupé quelque chose de terriblement excitant et que ce livre lui permettrait de combler le retard de sa naissance. Vu comme ça, c’est réussi.

Crans-Montana par Monica Sabolo, 2015, aux éditions jclattès. 250 pages, 19 €.

Texte © dominique cozette

 

Categories: bouquins

Un livre à l’eau de rose, la bonne

09/11/2015 Comments off

L’Islandaise Audur Ava Olafsdottir (j’ai simplifié au niveau des petites barres ou accents sur les lettres !) nous tient en suspens avec une histoire toute simple et toute charmante dans son dernier opus traduit en français : rosa candida. Oui, bon, c’est du latin mais on ne le perd pas en se plongeant dans ce récit car, pour une fois, les prénoms sont sexués. La fille s’appelle Anna, la petite fille Flora Sol.
Le héros est un jeune homme orphelin d’une mère aimée, qui vit harmonieusement avec son père et partage ses week-ends avec son jumeau (faux), sorte d’autiste sage.
Un soir de fête, il couche avec Anna et l’histoire s’arrêterait là si Anna venait lui annoncer, dans pathos, qu’elle est enceinte. C’est une petite fille tout ce qu’il y a de chouette, qui fait ses nuits et sourit tout le temps. Le jeune homme lui rend parfois visite. Sans plus. Puis il décide de ne pas faire les études que son père lui préconise. Il adore les jardins et les fleurs alors il part dans un autre pays s’occuper du jardin célèbre d’un monastère dont personne ne s’occupe. A part le fait qu’il n’a pas l’occasion de la moindre sexualité, il s’adapte à merveille et, avec le moine cinéphile, dévore des cassettes en VO sans sous-titres chaque soir. La façon qu’a trouvée le moine d’apprendre la vie.
Puis un jour, Anna se pointe avec la petite qui a 9 mois. Elle demande au garçon de la garder un mois le temps qu’elle rédige son mémoire sur la génétique. Et elle reste chez lui, finalement. Et entre eux se tissent des liens dont il ne sait pas quoi penser. C’est toute l’histoire du livre. C’est joliment écrit, le jeune père se prend les pieds dans ses sentiments et son désir, la petite fille, surdouée, nous enchante et Anna, dans ses livres, regarde tout ça distraitement. Que pense-t-elle ?
Beaucoup de questions sur la vie, l’amour, la mort, la religion jalonnent le livre qui n’est en fait qu’une longue interrogation sur le sens des choses. Mais c’est  ce n’est pour autant pas une prise de tête, chacun peut y cueillir sa fleur.
Un livre tendre comme ça, ça fait du bien, c’est moi qui vous le dis.

Rosa Candida de Audur Ava Olafsdottir chez Zulma.  2010 pour la traduction française, 2007 pour la VO. 264 p. 8,95 €

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #277

07/11/2015 Comments off

Qu’est-ce qui a fait pleurer les blondes, cette semaine douce et printanière ? Une sextape aussi palpitante que l’accouplement du tenon et de la mortaise, l’ex-président à talonnettes qui se prend tellement pour Jésus qu’il finira les bras en croix, le don du sang pour les gays qui se demandent s’ils le sont encore au bout d’une année sans sexe et, cerise sur le gâteau, notre ministre du travail qui connaît son dossier CDD sur le bout des doigts, comme disait un ami lépreux au stade final. Ça rassure, tout ça.
- OB : Quand je pense que les américains tuent tout le monde avec des flingues, alors qu’il suffit d’un saucisson.
- CC : je reviens du Cantal, c’est le paradis sur terre : de la viande rouge et pas de café starbucks
- ER : Je plains le gars qui a été chargé par une juge de géolocaliser Nicolas Sarkozy et qui est maintenant épileptique.
- NP : Donc en France on peut très bien être homo et donner son sang. Faut juste pas être un homo sexuel.
- DO : Rebondissement extraordinaire dans l’affaire de la sextape de Mathieu Valbuena Le nom de N. Sarkozy n’est pas encore apparu dans le dossier
- FIA : J’ai Alzheimer et Gilles de la Tourette : je sais plus où j’ai rangé mes fils de pute.
- JPT : Air Cocaïne : pour voyager sur nos lignes, un billet de 1 dollar soigneusement roulé suffit.
- NP : Sarkozy qui critique l’affaiblissement de l’autorité de l’état c’est un peu comme si Marc Dutroux critiquait la pédophilie.
- OV : Il faut avoir le courage de reconnaître qu’Hitler n’a pas fait que des mauvaises choses : par exemple c’est lui qui a tué Hitler.
- OK : URGENT: Béziers : Un homme qui venait de mettre un tshirt « I love kebab » à sécher à sa fenêtre vient d’être abattu par la police municipale.
- OK : Sarkozy veut créer des places en prison. Dans les quartiers VIP ?
- EM : Rappelons que tant que Michel Platini ne lui a pas apporté son soutien, Karim Benzema est présumé innocent.
- FIA : 12 mois d’abstinence pour pouvoir donner son sang. Après on te file plus un sandwich mais une bite.
- ACD : Il faut quand même admettre que les moustiques sont beaucoup moins cons que les humains quand il s’agit de don de sang.
- SP : Moi aussi j’en ai marre de l’acharnement de Sarkozy ……à se retrouver mêlé à toutes les affaires depuis 2012
- OB : – On baise ? – Pas cette année, j’ai un don du sang.
- FR : Le décès de l’académicien René Girard libère un fauteuil pour le filozof Jean Roucas, futur ministre de la Culture du FN.
- CC : les gays ne peuvent pas donner leur sang, par contre les électeurs du fn ont le droit de donner leur avis
- DP : Amis gays, nos nouvelles ceintures de chasteté en kevlar sont dotées de microprocesseurs contrôlés par le ministère de la santé. Elle s’ouvrent automatiquement au bout d’un an.
- FR : OFFICIEL Novembre 2015 : Nicolas Sarkozy est désormais moins populaire que l’herpès et la redevance audiovisuelle.
- RR : Il paraît que la sextape de Valbuena tient sur une clé USB 8 Minibit.
- PM : une question de Lucette au standard : « si ceux qui baisent ne peuvent pas donner leur sang , les branleurs pourront ils donner leur sperme?  »
- OM : « Un ver solitaire retrouvé dans le cerveau d’un américain. » Quoi ? On a retrouvé quelque chose dans le cerveau d’un américain…?
- ADN : Je me demande si je peux parler de la ministre du travail qui ne connait pas son travail. J’y travaille
- DC : La ministre du travail ne sait pas qu’elle est en CDD. Elle n’a pas lu son contrat de travail. Elle ne sait même pas de quoi elle est ministre. Mais c’est pas grave, nous la payons aussi pour ça, pour nous payer sa gueule…
- HDD : Il paraîtrait que Maud Fontenoy est clito sceptique

Et un beau bonus de LH sur le beau métier de ministre :
Salut à tous !
Arrêtez donc de vous moquer de notre Ministre du Travail qui ne savait pas combien de fois on peut renouveler un CDD …merde, comment voulez vous qu’elle le sache…. alors qu’elle ne sait déjà pas ce qu’est un CDD !
Parce que je viens de l’avoir au téléphone et la pauvrette a cru que Bourdin parlait du dernier CD de Dédé …bon, ça arrive quoi !
 Alors, hein, c’est facile de se moquer ! Bande de méchants, va…
C’était comme pour Fleur Pellerin Tout le monde lui reprochait en tant que Ministre de la Culture de ne même pas avoir lu Modiano, auteur Français primé par le Nobel de littérature – elle a pas le temps de lire la pauvre chérie… oui, bon, pour une Ministre de la Culture, c’est un peu embêtant, il est vrai …mais bon, c’est pas bien grave, n’est ce pas ? Elle sait qui sont Zahia et Nabilla, c’est déjà pas mal ! ( Oui elle a le temps de regarder la télé….ouf ! )
Bon, sinon, moi j’ai envoyé ma candidature pour devenir Ministre des Sports au fait…ben quoi ? 
C’est pas mal quand même !
Tu gagnes bien : 
- l’indemnité de base 11 029,35 €
- l’indemnité de résidence 330,88 €
- l’indemnité de fonction non imposable 2 757,33 €
Et en plus il y a des avantages ! Tu as un logement de fonction, tu ne paies pas les billets de train pour les déplacements personnels ou professionnels, tu disposes d’une voiture de fonction avec son chauffeur et tu bénéficies de voyages gratuits en avion partout dans le monde !
Trop cool !
Hein ? Vous dites quoi ? J’y connais rien en sport ? Oui c’est vrai…
Mais ça semble pas un critère nécessaire de toute façon. :-)
Bonne journée à tous !

Illustration © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici.

Categories: Fessebouqueries

Les 14 voyages de Mauvignier

05/11/2015 Comments off

Dans son dernier roman, Autour du monde, Laurent Mauvignier nous embarque en fait dans la tête des gens de chacun de ses récits qui pourraient être des nouvelles mais qu’il s’ingénie à relier entre elles. Le prétexte fallacieux du tsunami japonais n’a pas cet effet papillon attendu, non, c’est juste que tout ce qui arrive de lourd, de tragique, de complexe aux différents héros se passe à ce moment-là. Parfois, le tsunami joue un rôle dans l’histoire, la première où un type embarque une nana tatouée et pleine de cicatrices, sorte de punk adulte et succombera à la vague. Pas elle. Parfois, ce sont juste des images à la télé qui touchent plus ou moins les gens notamment les derniers, en voyage à l’étranger, qui cherchent à cacher à la fillette la catastrophe car sa mamie habite là.
Pour tout le reste, il y a l’Afrique, la Californie, Moscou, les Bahamas et ce qui m’a impressionnée dans de livre, c’est la puissance d’évocation des sentiments des personnages, de leurs implication et questionnements dans ce qu’ils vivent, de leur profondeur. On a l’impression que Mauvignier tient un scalpel et qu’il dissèque jusqu’à la moelle de l’os ce qu’il se passe en eux. Et pourtant, je ne suis pas fana des nouvelles, je les fuis même car je n’ai pas la sensation de m’attacher aux personnage. Ce qui n’est pas le cas ici. Leurs reliefs sont tellement détaillés qu’on a envie de tout savoir, de tout connaître sur leur histoire. Et d’une pirouette, d’un prénom, Mauvignier nous envoie vers quelqu’un d’autre. Rien de forcément palpitant à première vue mais qui le devient petit à petit comme sur une photo lentement dévoilée. Très bel exercice.

Autour du monde de Laurent Mauvignier, 2014 aux Editions de Minuit. 372 pages, 19,50 €

texte © dominique cozette

Categories: bouquins