Accueil > bouquins > Echapper, avec Duroy

Echapper, avec Duroy

29/01/2015

C’est rare que je vous fasse part de mes lectures quand elles ne m’ont pas emballée. C’est vrai que ce bouquin ne m’a plus que dans sa seconde moitié. Lionel Duroy est un écrivain de l’intime dont j’attends fébrilement les nouveaux récits. Ses histoires d’amour ou de famille ou de séparation, ou même d’enfants (même si la démarche est contestable) subtilement autopsiées me passionnent.
Or, que me raconte-t-il dans Echapper dont la presse a d’ailleurs assez peu parlé ? Un voyage dans le nord de l’Allemagne pour retrouver le contenu d’un livre qui l’avait bouleversé : il y était question d’un peintre, Emil Nolde en fait mais sous un autre nom, interdit de peindre par les nazis qui trouvaient sa peinture « dégénérée ». Comment il s’en sort, comment il vit, comment il essaie de se remettre de la mort de sa femme adorée, comment une jeunette de 50 ans de moins tombe amoureuse de lui jusqu’à l’épouser. Tout ça dans un environnement de neige, de vent, de nature, de tempêtes dont Duroy veut absolument s’imprégner.
Donc pendant plus de la moitié du roman, je m’ennuie. Déçue, déçue je suis. Je peste !
Puis apparaît une jeune femme, une maison abandonnée et la possibilité d’une histoire. Puis l’histoire. Qui s’entremêle avec celle de Nolde car la jeune femme (mariée), en plus d’être peintre, garde le petit musée Nolde où l’écrivain va pouvoir s’abreuver des bribes de la vie de l’artiste mondialement reconnu. Et de bribes d’un amour impossible. Avec une fin totalement inattendue et franchement parfaite.

Echapper, de Lionel Duroy, aux éditions Julliard, 2014. 280 p. 18,50 €.

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins
Les commentaires sont fermés.