Accueil > bouquins > Soumission … ou pas !

Soumission … ou pas !

15/01/2015

J’ai lu ce livre juste avant les sanglantes tueries de la semaine passée, je n’avais plus trop envie d’en parler. D’ailleurs, Houellebecq himself a arrêté sa promo et est allé se mettre au vert. Il a perdu un ami, l’économiste Bernard Maris, et semble être comme tous les Charlie, vidé.
A part ça, j’aime bien les bouquins de Houellebecq, il y a toujours du bon à prendre, malgré l’image navrante qu’il donne des femmes, uniquement dans un rôle sexuel si elles sont suffisamment jeunes et bandantes car la chair se fait vieille et le désir pendant.
Soumission
n’est pas le roman sulfureux dont se repaissent les médias toujours à la recherche de scandale, de gerbe et de vomissures. Il n’ y a pas d’apologie de l’islam si ce n’est la commodité pour le narrateur (et l’auteur ?) de pouvoir pratiquer la polygamie, une jeune pour le sexe et une vieille (40 ans, âge canonique) pour la bouffe.
Ce monsieur, François, vit solitaire et désabusé dans sa tour du quartier chinois, prof de conf à la Sorbonne, sujet Huysmans dont les références abondent, n’oublions pas que Houellebecq est un intello. Le thème de l’accession au pouvoir de la Fraternité Musulmane n’apparaît qu’au deuxième tiers du bouquin. Sinon, les putes pour la galipette (triste en général), les plats à réchauffer et des petites élèves à sauter, l’ennui, la télé. La seule fille qu’il aimait, sa jeune élève juive, est partie avec ses parents en Israël et va certainement « rencontrer quelqu’un ».
Privé de travail, car non musulman, mais rémunéré — c’est le Qatar qui arrose — il s’enquiquine jusqu’à ce qu’une sorte de gourou lui vante les mérites de l’islam, le confort qu’il offre aux hommes notamment dans leur domination sur les femmes. S’il accepte de se convertir, le héros retrouve son poste, doublement payé, un bel appart de fonction et deux femmes, de fonction oserais-je. Voilà un pitch possible, le mien.
C’est sûr qu’après ce qu’il vient de se passer, après la fantastique marche citoyenne pour la défense de nos droits, cette preuve qu’un sursaut républicain est toujours possible, il est difficile de faire avaler la passivité de la population — à part les frontistes — lors de l’accession au pouvoir de la « fraternité musulmane », et notamment le retrait des femmes de la vie sociale qui ne mouftent pas.
Ce livre est en même temps que pathétique, assez amusant, j’aime bien l’écriture de Houellebecq, que voulez-vous. Je trouve cela distrayant. Pourtant, sa misogynie récurrente, tellement flagrante ici, devrait me le faire détester. En même temps, il est tellement désabusé, apathique, dépenaillé que ça m’enlève tout sens critique.

Soumission de Michel Houellebecq aux éditions Flammarion. 2015. 300 pages, 21 €.

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins
Les commentaires sont fermés.