Accueil > du vrai > Le jour où j’ai trouvé un diams

Le jour où j’ai trouvé un diams

28/08/2014

On se disait qu’on se paierait un voyage en Californie, ou qu’on changerait la voiture, ou qu’on referait la salle de bain. Oui, je sais, c’est assez petit-bras comme envie mais je n’ai aucune notion du prix d’un gros diamant.  Un gros diamant éclatant trouvé dans les cailloux par mon époux qui adore passer le râteau dans le jardin.
Dimanche à l’apéro du village, le vieux bijoutier retraité l’a examiné à l’œil presque nu puisque chaussé de lunettes. Cherchant à savoir si la monture était en or blanc ou en argent. Il trouvait que le sertissage n’était pas tout à fait assez top pour un gros diamant comme ça, mais trop top pour un faux.
On ne sait jamais, ce n’est pas impossible, mais ne rêvez pas, nous a-t-il conseillé. Venez me voir chez moi, cette semaine !
Alors je l’ai rangé en attendant de savoir.
Donc une nouvelle voiture plus le voyage plus les travaux, peut-être. Ou encore plus. Et les enfants avec leur toit à refaire ! On verra bien.
Lundi, c’était branle-bas de combat à la maison, les amis qui repartent à Paris, les enfants et leurs kids aussi, à tout boucler, ne rien oublier et à conduire à la gare. Et divers autres tâches.
Hier à Avignon, les bijoutiers étaient fermés à l’heure où nous sommes passés.
Alors aujourd’hui, nous sommes allés chez ce modeste bijoutier qui, avec un appareil tout bête, peut diagnostiquer la chose.
C’est un vrai, a-t-il lancé, après avoir piqué mon diamant de sa petite électrode. Il parlait de celui que j’avais au doigt, un petit, bague de ma GM puis de ma mère. Vous voyez, ça marche bien, cet appareil. Regardez, ça marche aussi avec cette aigue-marine. Et puis aussi cette petite pierre.
Bref, l’appareil était en état de marche. J’avais ma grosse pierre dans la main et pas trop envie de savoir si c’en était ou pas. J’aime bien espérer. Je n’aime pas être déçue.
Alors il l’a prise dans ses vieux doigts noueux, a planté la petite aiguille sur la pierre. Un mouvement de faible amplitude s’est produit sur le vu-mètre. Trop petite amplitude. Il a répété l’examen trois fois pour être sûr : c’était juste un très beau zircon, très finement ouvragé, très lumineux. Mais un diamant, point.
Samedi, mon mec amène la vieille caisse chez Leclerc Centre Auto pour changer les amortisseurs.
Mais en tout cas, c’est de l’or, a-t-il précisé à l’aide d’un autre bidule.
On n’aura pas tout perdu.
Il a ajouté le petit embout en or pour que la boucle d’oreille tienne.
Mon époux, qui est un bon bricoleur, s’apprête à me percer le lobe avec une mèche de deux. Mais je me tâte : le lobe gauche ou le lobe droit ?

Texte et illustration © dominique cozette

Categories: du vrai
Les commentaires sont fermés.