Accueil > caustic > On a retrouvé la petite Céline

On a retrouvé la petite Céline

10/11/2013

Le soulagement est au rendez-vous : la police a retrouvé la trace de la petite Céline, disparue depuis plusieurs mois. Elle avait échappé à la vigilance de ses nurses anglaises dans les jardins de Bagatelle, nurses contre lesquelles le papa de Céline, Louis VMH, a porté plainte, arguant du fait qu’elles usaient trop de leurs portables durant les sorties, ce qui les détournaient de leur mission : veiller sur l’enfant.
Mais aujourd’hui, en attendant son retour à la demeure paternelle où le champagne Moët coule à flot pour célébrer la nouvelle, il confie à la presse être extrêmement satisfait du travail de la police française (car monsieur Louis VMH. vit désormais en Belgique).
Comme on le voit sur cette photo prise au moment de sa libération, la petite Céline semble avoir été bien traitée en fonction de son niveau de vie. Elle porte une tunique tissée main par des petites mains tunisiennes d’une valeur de 6500 euros, des colifichets en or issus des meilleures joailleries d’Orient, d’une valeur estimée à 250 000 euros et un collant en latex terminée par des boots, d’une grande marque allemande. Sa valisette ressemble à celles que son père fabrique mais elle est en faux veau, la petite Céline ne supportant pas la cruauté envers les jeunes animaux.
En revanche, on peut s’inquiéter de l’état physique de la fillette. Elle est très amaigrie, elle a perdu une dizaine de kilos, ce que les ravisseurs expliquent par le fait que la fillette était très difficile à nourrir, ayant de tels goûts de luxe qu’ils n’avaient pas les moyens de se procurer les ingrédients qu’elle réclamait. Ils ont pris soin de la mettre sous perfusion afin d’éviter l’irréparable.
Les personnes chargées des négociations ont confirmé que Céline était extrêmement bien traitée. Il n’y a qu’à voir les soins esthétiques visibles sur ce cliché. D’ailleurs, elle a exigé de conserver le superbe matelas pneumatique orange métal sur lequel elle jouait dans la piscine à débordement. Les ravisseurs n’ont pas eu le coeur de s’y opposer.
Cette pénible histoire, qui a tenu la sphère médiatique et les réseaux sociaux en haleine pendant plusieurs mois, sera vite oubliée par la fillette qui a elle-même annoncé à son père qu’elle ne voulait plus jamais jouer dans les jardins de Bagatelle où il y a trop de cailleras (sic). Son père, Louis VMH, n’a fait aucun commentaire.

Categories: caustic
Les commentaires sont fermés.