Accueil > bouquins > L’étrange Amigorena

L’étrange Amigorena

29/04/2013

J’avais écrit un article (voir ici) en 2011 sur cet auteur, appâtée par les titres de ses bouquins autobiographiques. Beaucoup de choses m’avaient séduite sur ce que j’avais lu de Santiago Amigorena mais en fait ses livres n’ont pas vraiment rempli leurs promesses auprès de mon âme avide.
Je tombe sur le dernier, 1978, écrit en 2011,  où sont narrées ses souvenirs de lycée, lorsqu’il a débarqué à Paris, exilé politique et fort d’un bagage littéraire énorme. Mais l’histoire de cette année particulière est narrée, non par lui, mais par le premier garçon auquel il s’est adressé en classe et dont il est devenu ami, à l’intérieur de leur petite bande.
Amigorena est un type au physique éblouissant, très grand, à l’épaisse chevelure d’une blondeur flamboyante qui attire inévitablement les regards. Dans sa vraie vie de scénariste talentueux, il est (ou a été) l’époux de Julie Gayet et  le père de ses deux fils.(Pour les curieux)
De plus, il a un mental très original, d’une culture insensée et d’une forme d’esprit inattendue. Bref, un personnage à part dès sa jeunesse.
Le tordu, c’est d’avoir décalé la narration de sa biographie, de l’avoir fait raconter (et valoriser) par un autre, un mec  normal et même, d’après lui, aussi con qu’un autre avec, pour intérêts essentiels, les filles, le flipper et les joints. Rien que de très ordinaire donc. Mais là où je le trouve vicieux, l’auteur, c’est qu’il se donne le beau rôle. Tout est écrit à sa gloire, son attrait physique et ses performances intellectuelles. Franchement, il ne se mouche pas du coude.

Or, à la fin du livre, lorsqu’il est reparti vers d’autres cieux, j’apprends par son épilogue que tout ceci n’est qu’une fiction dans la fiction, à savoir que le vrai Santiago Amigorena a décidé d’écrire une sorte d’oeuvre unitaire où il prendrait pour sujet la vie d’un héros éponyme, de son enfance à ses derniers jours. Qu’en plus, 1978 n’a pas été écrit par lui mais par un faux Amigorena qui lui aurait envoyé le manuscrit. Très très chelou, cette mise en abyme…
Je suis donc allée sur le Web et ai trouvé cet excellent article où Amigorena explique lui-même la genèse de son travail. C’est ici.*
En dehors de ça, 1978 est écrit de façon très normale mais reste une lecture distrayante et amusante pour qui a envie de se souvenir de ses années lycée (mixte).
* Le prof de maths qui s’appelle Sarkozy, oui bon….

1978 de Santiago H. Amigorena. Editions P.O.L. 2011. 280 pages, 16 €

texte © dominique cozette

Categories: bouquins
Les commentaires sont fermés.