Accueil > bouquins > La première chose, sont-ce les seins ?

La première chose, sont-ce les seins ?

22/03/2013

C’est ce que suggère la première ligne du nouvel opus de Grégoire Delacourt dans la première chose qu’on regarde : « Arthur Dreyfuss aimait les gros seins ». La suite prouve qu’il sait aussi regarder d’autres choses.
Incroyable casting pour ce livre d’action amoureuse filmé dans un lieu de brumes où vivent les blondes ! Celle qui occupe l’écran est une star planétaire, Scarlett Johansson, qui vient chercher refuge chez le jeune et beau garagiste d’un bled de la Somme, dont on tombe amoureuses car franchement quand on est une femme…
La bande-son va nous illustrer tout ça pour que le rêve s’y incarne, et si Céline Dion n’est pas notre tasse de thé, on y croise aussi Bach, Barbara, Piaf et d’autres que je ne connais pas. Scarlett nous fait la grâce de s’exprimer dans un joli français avec accent, jusqu’à ce qu’elle devienne Jeanine.
Dans ce film-livre, tous les détails de tout complètent le décor puisque décrits avec précision : les mensurations, les dates de naissance et de mort, les kilomètres, les marques des choses, les caractéristiques techniques, les nombres d’habitants, les réalisateurs ou acteurs des films , les symptômes des maladies, plus plein de  noms connus et inconnus et de références de toutes sortes. Et en cerise sur le gâteau : de la poésie.
Dans cet univers s’écrit la brève et intense passion de deux paumés cabossés issus de quatre paumés cabossés — la vie n’est pas rose en baie de Somme, surtout quand on est d’une indicible beauté comme Jeanine, sosie de la femme la plus belle du monde, et que rien d’autre que ses seins, son visage, ses jambes, sa gloire n’intéressent l’humanité. A part notre jeune héros qui voit l’intérieur des gens comme l’intérieur des machines qu’il sait déchiffrer, démonter, réparer.
Il y a du vent, de la pluie, des étangs, des mères brisées, des gens de peu, de la Ricorée, eh oui, on est chez Grégoire-la-France-du-Nord-Delacourt.
Mais il y a aussi des très grands sentiments, et le bonheur, enfin, à portée de coeur, de main, de vie. Si ce n’est qu’on saura, assez vite, que tout ça finira mal. On a beau se dire mais non, j’ai mal compris, c’est juste pour mettre du suspense qu’il nous prévient, force est de constater que l’unhappy end s’approche à vitesse grand V pour briser ce fol amour qu’ils méritaient pourtant de savourer. Pour une connerie, en plus. Une connerie qu’il n’a même pas imprimée dans son cerveau saturé d’émotion(s).

Pour finir de lire ce roman comme on regarde un film, vous pouvezvaller voir les images qui l’illustrent dans le site de l’auteur, ici. Grégoire n’est pas publicitaire pour rien !

La première chose qu’on regarde, de Grégoire Delacourt aux édtions JCLattès,  mars 2013. 264 pages, 17 euros.

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins
  1. 23/03/2013 à 05:04 | #1

    Une chose que je regarde : l’écriture. La tienne est belle et vraie, et bien agréable.

Les commentaires sont fermés.