Accueil > people > Dans les yeux de Johnny

Dans les yeux de Johnny

06/02/2013

On peut toujours dire ce qu’on veut de Johnny, il a écrit un bouquin édifiant. Une bio eddy-fiente, comme dit son pote Schmoll. C’est un monstre, ce mec, c’est le seul chanteur connu qui utilise la double négation lorsqu’il est interviewé. Ecoutez-le et vous verrez.
Je viens de lire son livre, celui qu’il a écrit avec l’écrivaine là, mais si, celle qui était avec Patriiiiiiiiiiiiiiiiick ! le joueur de poker et j’en suis encore complètement retournée !
Si vous allez chez  votre libraire habituel ou même un autre, c’est le même prix partout grâce à Jack Lang, précipitez-vous sur le livre de Johnny, allez à la page 70 et lisez  jusqu’à la page 155. Et c’est vous qui serez édifié car il y raconte notre histoire éternelle et inoubliable avec une sensibilité qu’on attend peu d’un rocker décadent, un homme de sa trempe qui a tout connu.
Il y décrit avec force détails le platane du boulevard Auguste Blanqui dans le 13ème et son écorce « pittoresque » (voir la photo ci-dessous), il y raconte le bruit du métro aérien qui venait interrompre nos confidences, il se souvient de ce pull à losanges qui m’a coûté la peau des yeux et que je lui avais offert pour qu’il n’attrape pas froid dans le studio où il enregistrait et dont la clim, mal réglée, lui collait des angines, pull qui l’a accompagné lors de sa randonnée en Harley avec les Hell’s qui l’ont d’abord traité de tapette avant de le mettre en pièces (le pull) pour cirer leurs boots. Il en aurait pleuré.
Il évoque avec émotion nos soirées riches et interminables au Bilboquet, rue Saint-Benoît où nous buvions comme des pompiers et nous fumions comme des trous — notre expression préférée car il n’a jamais touché une cigarette ni un verre d’alcool fort — et on se faisait lourder par l’équipe de ménage qui débarquait chaque matin à 14 heures. Il raconte comment je lui limais les ongles façon Elvis, et s’émerveille encore du petit porte-flacon de Tabasco en argent qui ne le quittait jamais et qu’on avait trouvé ensemble chez un  antiquaire de Ryom.
Et puis nos routes se sont séparées par un beau jour de mai, on ne sait pas comment ni pourquoi, le Pim’s sûrement et son lot d’effets secondaires, bref, un jour, j’ai compris que lui et moi c’était fini lorsque Philippe (Léotard) m’appela pour me prévenir que Johnny lui avait piqué Nathalie. Nathalie B. Je lui dis que c’était sa faute, il n’avait qu’à picoler moins, savoir être sobre et modéré comme Johnny car c’est la chose qui l’a tout de suite fait craquer, Nat, sa sobriété.

Bref, je suis toute émoustillée de voir que notre histoire est restée l’une des plus importantes de sa pauvre vie et je vous conseille vivement ce livre qui restera, j’en suis sûre, la marque d’une époque, de notre époque.

Texte © dominique cozette. Photo © Cyril Morange

Categories: people
Les commentaires sont fermés.