Accueil > fictions > Palpez-moi ça !

Palpez-moi ça !

03/01/2013

J’étais dans un bon restaurant mi-gastronomique, mi-gastro-entérique avec un jeune homme louche comme un bol de caviar et riche de naïveté enfantine, qui goûtait les premiers escargots de sa courte vie. Il y mettait du coeur et de la bonne volonté, d’autant plus qu’il avait été élevé au pays de Galles. Après dégustation enthousiaste du gastéropode, fallait voir comme il t’introduisait une mouillette dans la coquille afin d’en extraire le plus de sauce possible.
- Ben dis-donc, lui fis-je, on peut dire que votre émotion est palpable !
- est quoi ?
- palpable !
- palpable ? Vous voulez dire visible, peut-être ?
- Oui, voilà. Mais la mode journalistique, aujourd’hui, c’est de dire palpable.
- Mais palpable, ça veut bien dire touchable du doigt, non ?
- Oui mais ça veut dire aussi : évident. Et aujourd’hui, tous les commentateurs utilisent ce mot. Dès qu’un drame se produit dans le monde, attentat, carnage, exaction,  l’émotion est toujours palpable.
- C’est noté, dit-il en suçant ses doigts. J’adore manger avec vous, j’en apprends tous les jours, ajouta t-il en aspirant bruyamment le reste de beurre persillé enfoui au fin fond de la spirale.
- Ecoutez, Harry, on ne dit pas manger, on dit déjeuner ou dîner. Manger, ça fait plouc. Et on ne fait pas ce que vous faites, là. C’est parfaitement grossier, vous savez !
- Oh mais dites-donc, ça devient pénible de bouffer avec vous. Vous êtes une casse-couilles de première et je dis ça sans avoir besoin de me les palper. Fuck, quoi !
Là, j’explose de rire car c’était l’effet recherché : le faire sortir de ses gonds. D’abord interloqué, il reprends son petit minois d’effronté avant de parler la bouche pleine :
- Oh, je suis soulagé ! J’ai cru que vous n’étiez pas prête de me réinviter à baffrer (sic) !
- Harry, pour la dernière fois : pas PRÈS de. Comme si on disait : pas près de Paris. Car ça, c’est rédhibitoire, mon petit. Si vous continuez à commettre cette erreur, je peux vous assurer que je ne suis pas prête à passer l’éponge.
- Je ne comprends rien à votre langue, dit Harry, mais je trouve que, malgré tout, vos seins sont très palpables !
Il tendit ses doigts luisants de graisse vers mon buste épanoui de reconnaissance.
- Ah, on s’essuie les mains avant, petit bougre !
Bien heureusement, j’étais prête à tout, tout près de flancher dans ce boui-boui où j’avais eu la prudence de réserver un salon privé.

Dessin et texte © dominique cozette

 

Categories: fictions
  1. Michèle
    05/01/2013 à 09:31 | #1

    Ah! L’escargot dans son beurre, c’est de la gastronomie « culte », un mot qu’il faudrait lui apprendre à servir à tout bout de champ s’il veut devenir journaliste. Quant à vos seins, j’espère qu’ils sont comme ceux de cette vieille dame dans sa prime jeunesse, qui évoquait les siens, de seins, disant : « quand j’étais jeune, j’avais les seins comme des soucoupes ». Elle voulait dire par là, qu’on aurait pu y poser des tasses sans que celles-ci ne tombent (par exemple à la fin du repas, quand on sert le café). Elle en attestait d’un geste des deux mains, paumes en l’air comme si celles-ci avaient soutenu je ne sais quoi….

Les commentaires sont fermés.