Accueil > fictions > Le jour où je suis sortie de mon contexte.

Le jour où je suis sortie de mon contexte.

04/10/2012

Je commençais ma carrière de future députée, j’apprenais à manier la rhétorique, à détourner les sujets, à affûter la langue de bois, à noyer le poisson, utilisant parfois des éléments de langage, usant grossièrement de mauvaise foi et d’éhontés mensonges tout en accumulant d’infidèles followers.  Bref, je suivais mon petit bonhomme de chemin politique quand soudain, le dérapage : la sortie de contexte ! Quelqu’un me prit à partie, m’agressa, me postillonna dans le nez :
- q’vous foutez là ?
- vous voyez, je creuse mon sillon …
- balivernes ! C’est pas vot’ sillon !
- j’ai juste glissé  !
- sachez-le, ma chère, z’êtes dans mon contexte à moi !
- ???
- Vous êtes sortie grave du vôtre. Et ici, c’est le mien.
- Ah.
- Ben oui. Y a pas de « ah » qui tienne !
- Bon. Ben je vais retourner dans le mien, alors . C’est par où ?
- Je me marre !
- …
- Je me marre ! C’est trop facile, comprenez ? Vous sortez de votre contexte et après vous prenez l’air con ! « Ah, j’savais pas, c’est comment qu’on fait pour revenir » ? Pathétique, ma pauvre !
- OK, OK, m’énervé-je. Je fais quoi là, hein ?
- Rien, y a plus rien à faire. Quand t’es sortie, t’es sortie. C’est fini. Ça s’répare pas. On ne revient pas. Terminé.
- C’est pas la mort…
- C’est juste astigmatisant !  Ça peut être estrêment négatif ! R’gardez les autres politicards ! Z’aiment pas que ça leur arrive ! Perdent des points parfois ! Des élections ! Alors si vous voulez un conseil, dégagez, hop  ! Allez, bien le bonjour !
Je fis demi-tour et m’éloignais de lui, l’air décontracté.  Quand je l’entendis hurler :
- Et la parenthèse, c’est moi qui va la fermer, la parenthèse ?
- Vous savez quoi ? haussé-je le ton,  je vous tacle et vous retacle et bien profond en plus. Au plaisir, cher ami !
Je claquai la parenthèse avec fracas — quelques guillemets se brisèrent —  et retournai hashtaguer dans le timeline des twittos anonymes. Non mais !

Texte et dessin © dominique cozette

Categories: fictions
Les commentaires sont fermés.