Accueil > caustic > C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule #4

C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule #4

30/08/2012

Sujet du jour : ça pue des pieds.
Je ne dis pas ça, chers amis de Fessebouc pour vos sublimes photos de pieds de l’été ci-jointes qui reflètent une hygiène podale très pointue mais plutôt parce que franchement, le service public en la personne de monsieur Pflimlin — merci pour les postillons automatiques — au sujet de la non diffusion en direct des épreuves des Jeux Paralympiques, ça frôle le pied de nez taille 48 fillette.
Ce matin, monsieur Pflimlin — merci pour les postillons automatiques — s’est targué face aux critiques de nombreux auditeurs lui reprochant de ne pas les diffuser en direct, s’est targué d’avoir fait beaucoup d’efforts pour, beaucoup d’efforts de, beaucoup d’efforts dans le but de… bref monsieur Pflimlin — merci pour les postillons automatiques — a bossé comme un malade, c’est dingue, pour qu’on parle des Jeux Paralympiques sur son antenne, la preuve le magazine de l’après-midi. C’est cela oui…
Le monsieur face à lui, Cohen je crois, lui rétorque fort à propos que s’il a fait des efforts, hé bien ça n’aboutit pas à la diffusion des JP en direct et que c’est bien dommage.
Et tout le monde pense  que s’il y a des personnes qui ont fait vraiment fait une tonne d’efforts, c’est bien tous ces sportifs courageux, opiniâtres et joyeux. Oui, ça mériterait bien quelques directs. Moindre des choses, valeur d’exemple etc.
Alors monsieur Pflimlin — merci pour les postillons automatiques — a une réponse qui sent un peu le grunge (le grunge en anglais, c’est les crottes qui se trouvent entre les doigts de pieds), il dit que malheureusement il ne peut rien faire parce comprenez-vous, ça risquerait de bouleverser la grille de la rentrée qui est déjà en place. Figurez-vous que monsieur Pflimlin — merci pour les postillons automatiques — ne savait pas jusqu’à ce matin qu’il existait des Jeux Paralympiques fin août à Londres avec la Reine qui les honore de sa présence. Donc forcément, il ne les a pas prévus dans sa grille de rentrée monsieur Pflimlin — merci pour les postillons automatiques — pour qui gouverner ce n’est pas prévoir, sinon, s’il l’avait calculé, oh il aurait peut-être fait un petit direct, enfin, c’est pas sûr, mais il nous jure que c’est vraiment pas de sa faute.
Et puis c’est vrai que les programmes du service public sont tellement formidables que mettre des gens qui puent la sueur et qui n’ont même pas de pieds souvent, ça aurait pas été terrible pour sa grille de rentrée à monsieur Pflimlin — merci pour les postillons automatiques —.
Moi, je trouve que ça mériterait bien un petit direct du droit ou du gauche, ça dépend quelle main il reste au paralympique pour réagir,  et un bon coup de pied oc pour ceux qui en ont encore, un pied. Je suppose que monsieur Pflimlin — merci pour les postillons automatiques — dispose d’un cul pour accuser réception de ce mouvement d’humeur !

Texte © dominique cozette. Photos © amis facebook

Categories: caustic
Les commentaires sont fermés.