Accueil > caustic > Oui, j’ai couché souvent par politesse, par lâcheté, par flemme

Oui, j’ai couché souvent par politesse, par lâcheté, par flemme

05/08/2012

J’ai couché par politesse avec des hommes qui avaient pris la peine de me faire plaisir en m’offrant une belle soirée, un beau cadeau, en étant gentils, galants, attentionnés. Ils avaient fait ça dans ce but, et je le savais implicitement et ils savaient que je le savais, c’était un marché et ne pas en honorer les termes aurait fait de moi une imposteur (tiens, ça n’a pas de féminin !).
J’ai couché par lâcheté aussi, pour ne pas avoir à me battre si la pression devenait trop forte, ou risquer la violence, des coups, des insultes, quelque chose dont je ne serais pas sortie indemne.
J’ai couché bien souvent par flemme car dire non à son partenaire quand on n’en a pas envie est source de débats inépuisables, d’argumentations désagréables auxquelles on ne pense pas par ailleurs. Quand on se refuse à lui, l’homme se sent blessé dans son amour-propre de mâle et il est difficile de suturer cette blessure par des considérations ordinaires et légitimes comme une défaillance  d’hormones. Rejeter la « faute » sur la mécanique interne équivaut à reconnaître l’humiliation machiste de l’infériorité des femmes soumises à « ça ». Alors, il reste la fatigue, le mal de crâne, le mal au bide, les règles mais ça fait tellement cliché !
J’ai couché plus qu’à mon tour par habitude, parce que c’est samedi, parce qu’il fait froid/chaud, parce que les enfants sont en vacances, parce qu’il n’y a rien à la télé, parce qu’on a bu, parce que ça se fait…
Bien sûr, j’ai aussi refusé de coucher. Bien souvent. Plusieurs fois, ça m’a valu de me retrouver dans la nuit à la recherche d’un taxi, faisant du stop puis rentrant avec un livreur de lait. Ça m’a valu aussi quelque luttes physiques assez éprouvantes, des altercations usantes, des menaces pénibles, du mépris aussi. Parfois rien,  et au mieux, de la compréhension.
Vous pouvez me dire : t’avais qu’à pas aller avec tous ces hommes.
Je pourrais vous répondre : c’est d’un seul homme qu’il s’agit, le père de mes enfants, l’homme qui m’a choisie et qui m’aime. Un homme amoureux, jaloux, primaire, possessif et ardent.
Je pourrais ajouter qu’heureusement, la majorité des fois où j’ai couché avec un homme, c’était par pur plaisir.
Mais faut-il croire vraiment tout ce que racontent les femmes ?

Texte et peinture © dominique cozette

Categories: caustic
Les commentaires sont fermés.