Accueil > kultur > Mr Nobody, c’est quelqu’un !

Mr Nobody, c’est quelqu’un !

02/11/2011

J’avais complètement zappé ce film de Jaco van Dormael, celui-là même qui avait fait le Huitième jour — rien à voir d’ailleurs — et qui s’appelle Mr Nobody, réalisé dans plusieurs pays, le rendant américain. C’est la version longue que j’ai vue en DVD, deux heures 30 de bonheur sur le thème des choix de la vie, un peu comme l’avait suggéré Smoking/ No smoking, mais en plus travaillé.
Le pitch : avant de naître, on sait tout, puis on oublie tout. Sauf que Nemo, le jeune héros, se souvient de pans d’avenir et peut anticiper des événements lourds comme l’accident de son père. Ou ce qu’il adviendra de lui s’il choisit de rester avec son père ou courir vers sa mère lors de leur séparation, aventures qui se compliquent lorsqu’il s’agit de déterminer  laquelle de ses trois petites copines d’école il sera le plus heureux. Entre différentes options qui s’interpénètrent façon puzzle, et qu’il semble vivre réellement, on atteint  le bout de sa vie où il a 120 ans, est présenté comme dernier mortel de la terre, épié et dépouillé de ses souvenirs comme un serpent de sa mue.
Ce film est un enchantement permanent car il créé de de la surprise à chaque scène et, comme dans les rêves , il condense, déplace et trafique l’existence, le cours du temps,  les amours, de façon jouissive et inattendue. Le choix des Nemo, enfant, ado, jeune homme, homme et vieillard est parfait, la transformation est vraisemblable, il en est de même des autres personnages. Les principaux acteurs sont Jared Leto (requiem for a dream) et Diane Kruger (inglorious bastards). Ils ont tous un bleu de l’oeil fascinant, et à vrai dire, l’image est super travaillée, les trucages formidables, destruction et reconstruction du réel, navigation dans le temps, et montage. La bande-son dégage aussi. Bon, si vous voyez ce  DVD, prenez-le.
Mr Nobody, janvier 2010, prix de la meilleure contribution technique et artistique 2009 à la Mostra de Venise et nombreux autres prix.
Voir la bande annonce ici, sur le site du film

Texte © dominique cozette

Categories: kultur
  1. 02/11/2011 à 15:18 | #1

    oui, ce film m’avait marquée aussi, j’ai du le voir au moins deux fois et je ne suis pas sûre d’avoir tout capté…

Les commentaires sont fermés.