Accueil > politic > La France, c’est un homme ou une femme ?

La France, c’est un homme ou une femme ?

14/10/2011

Je m’intéresse, comme tout une chacune, à la parité, notamment en politique. Quand on voit tous les responsables d’un truc ou d’un machin réunis, c’est un ramassis de costards-cravates avec, parfois par chance et par hasard, un tailleur strict, des jambes gainées de Dim et des talons.
Je me suis fait la réflexion que la France, en réalité, c’est globalement un homme blanc de plus de cinquante ans, de culture occidentale, officiellement appelé modèle archaïque dominant. Mais pourquoi, quand on  parle de la France, ne la voit-on pas sous cet angle ? Parce que c’est LA France, c’est LA république, c’est Marianne décolletée, c’est LA démocratie, c’est LA révolution, c’est LA FILLE aînée de l’Eglise, c’est LA MERE-patrie, j’en oublie certainement.
C’est que la langue française est très perverse. Elle nous fait prendre la girafe pour une dame (Brigitte, même qu’elle s’appelle), et  la chaise et le tabouret pour un couple.
Je pense que ça joue beaucoup sur l’image intime qu’on a de ce pays, son côté maternant, enveloppant, nourricier, renforcée par  la chanson de Charles Trenet, douce France.
Je ne suis pas philosophe, les problèmes de sexe et de genre font débat actuellement, je voulais juste attirer votre attention là-dessus. Vous dire que la France actuelle ressemble bien plus aux clones cravateux-dégarnis qui tournent sur les plateaux TV qu’à Brigitte Bardot, Mireille Mathieu, Catherine Deneuve, Ines de la Fressange, Laetitia Casta, Evelyne Thomas ou prochainement Sophie Marceau, nos Marianne bustées en mairie. Notez qu’en ce qui me concerne — et contrairement à Sarkozy —  Mireille Mathieu incarne moins ma patrie qu’on ongle, et  Evelyne Thomas, pas grand chose, à vrai dire.
Va falloir faire un monstrueux effort, chers candidats de tous bords, marre d’être bonnes qu’à poser dépoitraillées pour  faire joli sous les ors de la Répu… diante !

Tableau (détail) et texte © dominique cozette

Categories: politic
Les commentaires sont fermés.