Archive

Archives pour 03/2011

Fessebouqueries #33

05/03/2011 Comments off

Pour ceux qui se posent la question sur ces fessebouqueries, je précise qu’il s’agit de statuts postés dans la semaine par les amis  facebook, juste copiés-collés, tels quels, avec les initiales des auteurs.
- JPT : C’est une impression personnelle, ou Henri Guaino est le mec le plus puant de la Sarkosphère ?
- JPT : La pire phrase qu’un ministre puisse entendre de Sarkozy : « Vous avez toute ma confiance ! »
- JT s’ennuie autant qu’un concerto de hautbois de Bach
- CS :  Attention pour ceux qui ont un windows 7 64 bits avec des modules linguistiques: le sp1 que microsoft envoie par windows update crash totalement le laptop.
- PE : Sémantique présidentielle, leçon 1 : ne jamais glisser plus de 2 mots entre « immigration » et « terrorisme ».
- JPCM : On peut remanier le Président, please ?
- PE : Emu aux larmes par la lettre d’Alliot-MArie, Sarkozy envisagerait d’en faire la successeur de Guy Moquet dès la prochaine rentrée scolaire.
- JT : est bien content de ne pas avoir eu de mère sur facebook dans son enfance
- MC Reprend aussi brutalement qu’un tire fesse qui arrache le scrotum. L’animateur de la réunion vient de dire que les mouvements transversaux peuvent masquer les mouvements identiques de sens opposé…
- DC : brise Hortefeux s’est reconduit à la frontière de son ministère, sans violence.
- JPT : Selon Fillon, MAM a été évincée, non pour des raisons morales, mais politiques. Autrement dit, elle ne serait pas à la hauteur de la diplomatie française. Si on pouvait mettre la main sur le con qui l’a engagée il y a un mois, ça nous arrangerait bien…
- JT : il y a encore quelqu’un qui est mort aujourd’hui, ça arrive souvent quand même
- TP :  « Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais… elle cause ! » Moi j’aimais quand elle parlait !…
- EL : Prépare sa traversée de new york à dos d’âne et cherche des sponsors…
- JT se prépare psychologiquement à la journée de la femme
- DB : Annie Girardot a oublié qu’elle etait morte, c’est l’avantage avec Alzheimer
- DB : Au moins si l’armée allemande se pique de revenir à Paris ils auront Galliano pour refaire leur uniforme.
- OVH Après avoir arrêté le tabac, l’alcool, la drogue, le sexe et la publicité, a prouvé qu’elle pouvait se passer de Facebook pendant au moins 24 heures.
- JPCM regarde un film des frères Coen, la moindre des choses serait qu’ils lisent mon livre
- FM : Aujourd’hui en France, entre les repris de justice et les extrémistes de droite à la tête du gouvernement, on ne sait plus à quel démon se vouer…
- DT : Deux vieux acteurs hollywoodiens discutent :
-Te rappelles-tu ce western où nous jouions les Indiens ?
- Oh oui ! Et je sais que nous nous y plûmes.
- EL Essaie d’attraper un pigeon pour le diner !
- JPCM : Le sens de la vie, c’est là, tout droit, jusqu’à nouvel ordre
- MC : j’ai rêvé que je sortais avec Patrick Sébastien. Le cauchemar absolu.
- EL : Soyez gentil avec vos enfants, car c’est eux qui choisiront votre maison de retraite !
- JPT : Chez Dior, quand il s’agit de dire des conneries, si c’est pas la nièce, c’est la tante !
- HH :  gasp! le terrain voisin est vendu! y a plus qu’à esperer que les nouveaux voisins soit une famille de taupe..
- KT :  Quand l’Union Européenne aura fini de discuter sur la couleur des boutons de manchettes, il faudra peut-être qu’elle pense à envoyer Daladier et Chamberlain prendre le thé chez Kadhafi, notre ami le démocrate. Petite pensée affectueuse pour Kouchner, le champion des droits de l’homme (rayer les mentions inutiles).
- SK : c’est ma signature quand je mixe : tout le monde, par une certaine configuration psycho physiologique des muscles faciaux, a l’extrémité des lèvres qui remonte en direction des oreilles, et découvrant ainsi leurs dents, ont indéniablement les yeux qui brillent bizarrement ; résultat : je suis curieusement content, et on dirait qu’eux aussi…).
- CA : Plus je vieillis, plus je ris, plus j’ai de rides ! Dr Delajoue, que dois-je faire ?
- MW : Depuis que j’ai ma mère en amie…. Elle m’appelle plus…. Dingue non ?

AVIS AUX BLECTEURS (lecteurs de blog) ET AUX BLAUTEURS (= auteurs dans ce blog) : Je laisserai dorénavant vos noms car beaucoup d’amis ont envie de connaître et cliquer ceux qui se cachent sous les initiales.  Ce blog paraissant aussi dans le Monde.fr, sur Twitter et mySpace, si  vous préférez vos initiales, dites-le moi  sur mon mail ici . Merci.

MON EXPO, RAPPEL IMPORTANT : Mon expo commencée avec enthousiasme jeudi 3 se poursuit. C’est à la Bastille, 500 mètres à pied au soleil, la galerie Le cabinet d’amateur est ouverte aussi dimanche. Voir le lien ici

dessin © dominiquecozette

Categories: Fessebouqueries

R.I.P. Serge et Dédé

02/03/2011 3 commentaires

Ils n’avaient pas grand chose de commun, ces deux-là, à part celui de mourir en même temps. Je parle de Serge Gainsbourg, LE Serge Gainsbourg, et d’André Cozette, mon père. Rien de commun non. Ou alors quelques trucs…
La clope. La brune pour tous les deux. Mais si Gaingain appréciait la danseuse à castagnettes, Dédé préférait téter de la bien de chez nous, la bonne goldo.
La musique aussi puisque Dédé jouait du piano avec deux doigts, index et auriculaire. Seul accompagnement :  do/fa, quel que soit le morceau joué.  « Ils ont des chapeaux ronds, vive la Bretagne » était son tube joyeusement dissonant.
L’alcool aussi sur lequel mon père ne crachait pas, tout en restant dans les normes acceptables de l’époque. Nos dimanches étaient vraiment bien arrosés.
Et  69, ah 69.  Ce ne fut pas l’année érotique de mes parents, loin s’en faut, mais l’âge fatidique auquel Dédé rendit les armes et cetera…
La décadance ? Sûrement pas celle qu’on danse, celle de leur couple qui roupillait dans l’hôtel du cul tourné. Dommage pour eux  que mon père n’ait pas dit  » je suis venu te dire que je m’en vais », j’avoue qu’ils en bavèrent beaucoup et c’était pas très in mais très out pour les three easy pisseuses que nous fûmes.
Chez les yéyé, mon père se voyait contraint de subir nos tam-tam, pas très heureux  de ces rythmes qu’il ne sentait pas, et de ces filles qu’il ne comprenait pas toujours car, comme pour Serge, les femmes c’est du chinois. Il nous aurait bien dit « sois belle et tais-toi », sachant que nous n’obéirions qu’à la première de ses injonctions.
Pour le reste, c’était le jour et la nuit. Mon père ne flamba pas, ne brûla pas, ne provoqua pas, ne coucha pas avec BB, Deneuve ou Jane, ne composa pas. Ce n’était pas un artiste, ni un jouisseur, ni un people. Mais un monsieur sérieux,  prince-de-Galles fiscaliste.
Ils ont juste fait ce bout de chemin ensemble. Le dernier. Dernier sourire, dernier soupir.
Je me demande bien ce qu’ils se racontent, là-haut.  Dédé a t-il convaincu Serge de faire un cover des chapeaux ronds des Bretons ? Serge a t-il enseigné à Dédé la gamme en mi bémol ? Je le saurai peut-être un jour MAIS ÇA N’URGE PAS  !

Texte et image © dominiquecozette

Categories: du vrai

Tiens, des drôles de films !

01/03/2011 Comments off

« Victime d’une sévère chute de rein, contre toute attente, elle se releva indemne. »

Comme je n’ai rien d’avance à vous servir pour cause de peinture fraîche (vernissage ce jeudi), je vais vous parler de quelques films charmants qui peuvent tout aussi bien  ne pas vous plaire. Mais qui constituent d’excellents lavages de cerveaux par leur éloignement des tyrannies  commerciales habituelles.

Dans le genre minimaliste, le premier est chinois, d’une lenteur esthétique que d’aucuns apparentent à un Jarmush à ses débuts. Les plans sont d’une langueur monotone, fixes et peu causants. Il s’appelle « winter vacations » de Li Hongqi, il a gagné le grand prix et la prix de la critique à Locarno et conte le quotidien oisif de quatre ados pendant les vacances d’hiver. Ils ne font rien de spécial, se racontent en deux mots une histoire de coeur, se prennent des baffes sans s’en formaliser. Une fillette de quatre a des insomnies, un pépé immobile menace son petit-enfant sage, et le film se clos sur l’interrogation écrite de la rentrée : comment être utile à la société. Tête des mômes. Le genre de film dont l’ambiance absurde et étirée ne s’oublie de sitôt. Bande annonce (en fait, il s’agit de la deuxième séquence) ici
« La BM du Seigneur » de Jean-Charles Hue est tournée dans une communauté de gens du voyage : unité de lieu totale. Des caravanes, la zone, des personnages (des vrais) dans une vie plutôt simple entre larcins et code d’honneur , respect dû au patriarche, sens de la famille. Les sentiments y sont rudimentaires, les échanges primaires, la vie basique. Quand l’un d’eux, après avoir eu une vision, décide de se ranger des voitures, c’est à dire de ne pas voler la BM qu’on lui a commandée, ça fout la zizanie. Bon. Curieux, dépaysant, sans ironie ni décalage. Un peu effrayant quant aux facultés d’adaptation de ces personnages à la société actuelle. La poésie ethnologique si on veut.
Si vous avez envie de mer et de soleil, un autre film où il ne passe pas grand chose mais c’est dans une des plus grandes barrières de corail de la planète, au Mexique. Il s’appelle Alamar,  il est réalisé par Pedro Gonzales Rubio et a été sévèrement primé. C’est l’histoire — réelle — d’un beau petit garçon né de l’amour entre une Romaine et un pêcheur mexicain. Qui se sont séparés. Alors, un jour, le petit, citadin italien, va aller passer des vacances avec son père  pour le connaître, et son grand-père, simple pêcheurs vivant dans une petite maison sur pilots. Il apprend la mer, la pêche, les fonds sous-marins, les oiseaux, les crabes, la nature, l’humilité, l’attention aux autres. Le papa est un magnifique spécimen naturaliste, délié, souple, élancé, craquant. C’est le vrai père. Bande annonce aqui
Enfin, plus proche de notre cinéma mais atypique quand même, « je suis un no man’s land » de Thierry Jousse, avec Philippe Katerine et Julie Depardieu, protagonistes d’un improbable amour. Ça se passe dans le terroir, dans les champs et les bois. Il se retrouve fortuitement, après le harcèlement d’une ex, dans la ferme de ses parents superbement campés par Aurore Clément et Berroyer, et curieusement, ne peut plus en repartir. Très poétique aussi, drôle, inattendu, rafraîchissant. Bande annonce ici

Texte et dessin sans rapport © dominiquecozette

Donc jeudi 3, vernissage au cabinet d’amateur, près de la Bastille. Lien ici

Categories: kultur