Accueil > caustic > Les chaînes de l’amour

Les chaînes de l’amour

13/02/2011

Ma chérie,
c’est la Saint Valentin, et tu me manques terriblement. C’est vrai,  j’ai merdé, mais je t’adjure de me croire quand je te promets que j’en ai fini avec les conneries. La preuve : je te promets tout ce que tu désires si tu me reviens.
Je te promets de ne plus boire, sauf un petit coup de temps en temps, pour fêter ça. Alors tu verras, ça va redevenir comme au premier jour, tu te souviens dans le RER B, quand j’ai un peu insisté pour te faire l’amour ! Et puis tu pleurais, pleurais tellement c’était beau. Tout ça, c’est gravé dans ma tête pour l’éternité.
Je te promets aussi de ne plus toucher à d’autres femmes, tu sais, c’était compulsif mais je me fais soigner régulièrement pour ça. Le psy me trouve « mieux ». Mieux que quoi ? Je ne sais pas mais ça veux tout dire.
J’ai aussi décidé, ma chérie, si tu m’acceptes chez toi, de t’aider à supporter les tâches ménagères puisque c’est ça que les femmes réclament en premier, que les hommes décollent leur gros cul du canapé et au moins aident à débarrasser les miettes et les cannettes.
Que te promettre d’autre ? De trouver du travail, bien sûr, il faut un début à tout. J’apprends un métier : la serrurerie, ne crois pas qu’il s’agisse de serrures mais plutôt d’escaliers et de rembardes métalliques. C’est un métier très dur et c’est pour ça qu’il a le vent en poulpe.
Bien sûr, j’arrêterai de te taper, mais c’est implicite, tu dois bien t’en douter.
Et puis je ne te ferai l’amour que quand tu me diras oui. Tu sais, j’ai toujours cru que les femmes aimaient les mecs virils qui y vont franco. Mon psy m’a dit que non, que je devais laisser s’exprimer mon côté féminin. ??? .
En attendant de te voir — je te joins les nouveaux horaires de parloir  — je t’embrasse pas trop fort pour pas t’abîmer..
Ton Teddy
PS : Quand répondras-tu à mes lettres , quand viendras-tu me voir ? Fais gaffe,  tu sais que j’aime pas trop qu’on se foute de ma gueule. Bon, calmos. C’est la Saint Valentin.

Texte et dessin © dominiquecozette

Categories: caustic
Les commentaires sont fermés.