Accueil > people > What else ?

What else ?

24/01/2011

Le bomec qui sent le café, pour ne pas citer Jojo Clooney & Nespresso, ça doit pas être rigolo tous les jours pour lui. Imaginez :
1/ Il va dans son magasin préféré acheter quelques belles paires de pompes, trois ceintures et deux sacs de voyages. Au moment de faire le paquet, le caissier, un homosexuel très distingué tout vêtu de blanc cassé, arbore un sourire éclatant assorti d’un clin d’oeil tout ce qu’il y a de plus appuyé pour lui demander : what else ?
2/ Il commande par téléphone une créature pour passer la nuit, un nouveau modèle pas trop bavard, cheveux foncés et peau mate, yeux effilés, corps longiligne, hygiène irréprochable et sexe féminin. Au bout du fil, la pouffe lui demande en pouffant : what else ?
3/ La jeune femme qui l’a dragué avec tellement d’insistance aux awards qu’il l’ a suivie chez elle se disant qu’un petit coup derrière les étiquette, c’est toujours ça de pris, n’en finit pas de jouir, et rejouir et rejouir et réclamer encore et encore…Et lorsqu’il pense en avoir fini, qu’il peut remettre son boxer chiné gris de chez Dim (ben oui, il aime les Dim), elle prend une mine radieuse pour lui demander : what else ? Don’t tell there’s nothing else ?
Vous me direz : avec ce qu’il a touché comme royalties, il peut supporter ces petits désagréments. Eh bien, je ne suis pas sûre. Dans l’avion, au resto, dans la rue, à la pompe, chez le marchand de viande, sur les plateaux de tournage, dans sa boîte au lettres et sa messagerie, aux toilettes dans les boîtes, chez le médecin, il doit entendre ça des milliers de fois. De temps en temps, il doit avoir des envies de frapper, de mordre, de se rouler par terre, de rembobiner sa vie, de tuer, de se jeter par la fenêtre, de tirer dans le tas, de se pendre, de se défigurer, se s’exiler en Papouasie, de… what else ? mais tout else, tout !!!

Texte et dessin* © dominiquecozette
*Pas envie de faire son portrait, j’en ai déjà loupé un dans mon blog, ça va !

Categories: people
  1. 24/01/2011 à 13:24 | #1

    Le pauvre ! On le plaindrait presque. Presque.

Les commentaires sont fermés.