Accueil > kultur > Dessine sur ton iPad comme David Hockney

Dessine sur ton iPad comme David Hockney

17/12/2010

Hier, je suis allée voir la très originale expo de David Hockney, « fleurs fraîches » à la fondation Pierre Bergé YSL. J’avais déjeuné avec le F de FCA et un ex-rédacteur de l’agence, comme moi,  qui m’avait fait une démo complète du dessin sur iPad. Et voilà-t-il pas que Jean F. me conseille vivement l’expo, et que là, surprise, tout ce que m’avait montré mon commensal s’étalait sous mes yeux, magnifié par l’art joyeux de David Hockney.
Imaginez une trentaine d’iPad fixés au mur qui montrent des centaines de dessins de fleurs ou de vues de fenêtres, sur divers modes :  fixes, en alternance par petits groupes sur la même tablette ou encore — et ça devient passionnant pour qui aime dessiner — en mode reconstruction du dessin, trait après trait, couleur après couleur.
Son autoportrait est impressionnant à regarder car ce sont des dizaines de « couches » de traits de différente épaisseur qui ne cessent de le transformer.
Sur un autre mur, un groupe iPhone  présente d’autres bouquets, c’est un peu riquiqui mais une projection permet de les voir très agrandis dans la seconde pièce.
En outre, l’iPad et les mains de l’artiste ont été filmés en plan fixe durant la réalisation d’un paysage. Le visage de David Hockney se reflétant dans le verre de la tablette est touchant.
David Hockney pense que c’est la première expo envoyé par mail.  Et il en évoque une autre, 24 ans auparavant, consistant en dessins faxés au Brésil. Sauf qu’ici, il n’y a pas de dessin original puisqu’on peut en faire des reproductions à l’infini sur d’autres écrans.
Un des côtés pratiques de ce medium lumineux, c’est qu’on peut s’en servir dans son lit sans avoir à nettoyer après. C’est là que l’envie est venue grâce à son ami Johnnie qui met des fleurs fraîches dans la chambre tous les deux jours. Qu’il reproduit avec l’iPhone et qu’il envoie à ses amis. Puis il enchaîne avec l’iPad. Mais il n’envisage pas de les imprimer car leur beauté réside aussi dans la luminosité particulière de la tablette.
Pour l’heure, il n’a pas trouvé de moyen de se les faire payer. Dommage qu’il n’y ait pas encore une fonction qui permette de transférer cette collection sur sa tablette perso. Car, imprimés dans livre de l’expo, ses dessins ne parlent pas aussi fort.

Exposition DAVID HOCKNEY : FLEURS FRAÎCHES
20 octobre 2010 – 30 janvier 2011
Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent – 5, avenue Marceau, 75116 Paris

Categories: kultur
  1. olivia van hoegarden
    17/12/2010 à 14:29 | #1

    C’est drôle, les parfums Worth ont créé une fragrance qui s’appelait Fleurs Fraïches que j’ai perso trouvé délicieux. Je dois encore en avoir une bouteille quelque part…..

Les commentaires sont fermés.