Accueil > fictions > Mon chauffeur de métro

Mon chauffeur de métro

27/10/2010

   j’ai un tuyau faramineux à vous filer si vous voyagez en métro. Le meilleur conducteur, c’est lui. Il s’appelle Denis Lavigne — déjà ce nom qui fleure bon le nectar — il écoute les Fabulous Trobadors et il me file So Foot à la fin de son service. Surtout, il est confortable : jamais un coup de patin qui t’envoie valdinguer contre la mémère effarouchée, et toujours il t’informe d’une voix posée sur le pourquoi du comment t’es en rade dans le tunnel. C’est sobre, ce n’est pas l’autre, le Tony Truand qui raconte ses conneries, je dis pas que c’est mal mais ça  lasse.
Donc, je ne voyage plus qu’avec lui, ou, quand ce n’est pas possible, qu’il est en vacances, avec Sylvette l’Antillaise à la voix chantante. Sinon, je reste à quai. J’en ai soupé des conducteurs qui font durer le signal de fermeture des portes à te casser la tête, qui cliquent vingt fois sur le micro avant de passer une annonce — ou sans en passer, les cons — hurlent dans le micro comme si on était au Stade de France ou chuchotent comme s’ils disaient une horreur. Et qui klaxonnent quand ils croisent un collègue, soit toutes les deux minutes, qui te laissent moisir  sans rien dire quand tout s’éteint (remarquez, quand je roupille, c’est pas moi que ça gêne), qui pilent, qui ne disent rien quand c’est le terminus etc etc… C’est vrai que ça restreint mes déplacement tout ça, mais vous savez quoi ? J’habite dans le métro, alors tant qu’à faire, autant choisir son tôlier, non ?

Texte et dessin © dominiquecozette

Categories: fictions
Les commentaires sont fermés.