Archive

Archives pour 06/2010

La peau des yeux

10/06/2010 Comments off

Oh la la ! Encore du nouveau pour améliorer notre image qui est déjà à son top. Figurez-vous qu’on peut changer sa couleur d’yeux dé-fi-ni-ti-vement. Vous n’êtes pas content de vos yeux marrons, noisette, bleu azur, violets, verdâtres, glauques, rouges ? Alors allez à Panama et là, si vous avez pris rendez-vous, vous serez reçu par le célèbre ophtalmo Delary Kahn (ricanne, oui, je sais mais c’est pas une blague) et il vous implantera, devant l’iris, une lentille intraoculaire de la couleur voulue.
Ce n’est pas sans risque ! préviennent des ophtalmos jaloux. Certes, aucune opération n’est sans risque, on parle d’une top model argentine devenue pratiquement aveugle qui ne pouvait donc même pas profiter de son nouveau look !

Le docteur Kahn, tranquille, assure avoir déjà pratiqué 600 opérations de ce genre avec à peine 1% de dommages collatéraux. 1%, ça fait quand même six personnes qui se retrouvent en carafe. Bon, d’accord, elles ont de beaux yeux, mais si c’est pour se mettre à la colle avec une personne qu’elles ne voient pas et qui est sûrement très moche, quel intérêt ?

Texte et dessin © dominiquecozette

Oui, c’est court. C’est bientôt l’été, je raccourcis mes billets. Je ne suis même pas sûre que le président me reconduise à ma fonction à la fin du mois.

Categories: du vrai

La bonne odeur de mer…captan !*

09/06/2010 Comments off

Le métro parisien pue, c’est pas nouveau. Moi qui y circule depuis la nuit des temps, je m’y suis habituée, sauf à l’odeur de quelques insoutenables clodos  qui font le grand vide autour d’eux. Une femme-nez vient de réaliser une thèse sur les odeurs spécifiques de certaines stations. D’abord, elle explique que les remugles de ce moyen de transport sont dus à de nombreux facteurs : matériaux des trains, matériaux des sièges et revêtements divers, pneus ou rails, colle des panneaux d’affichage, proximité à des lieux odorants, détergents de nettoyage, voyageurs, heure, saison, quartiers traversés etc.
Si la ligne 14 — principalement Madeleine et Pyramides — sent l’hydrogène sulfuré (oeuf pourri) c’est parce qu’elle passe près d’une nappe phréatique qui pue. Si la ligne qui passe à Clignancourt renferme cette odeur de poulet, c’est à cause du Kentucky Fried Chicken implanté au-dessus. Vers Concorde ou Champs Elysées, une odeur un peu plus raffinée qui se rapproche de Chanel 5 ou Rive Gauche d’Yves Saint Laurent. C’est dû au parfumage des parkings voisins par des ersatz de ces fragrances chics.
65 millions sont dépensés pour tenter de rendre nos transports respirables. Outre le nettoyage avec des Messieurs Propres à la lavande ou des pulvérisations d’huiles essentielles, on utilise le procécé du micro-encapsulage : de minuscules billes sont réparties un peu partout afin d’être écrasées au fil des heures par les pieds des usagers. Ainsi, l’odeur se renouvelle.
Sinon, il y a aussi le parfum de la voisine, l’after-shave de l’autre, le chien mouillé, le croissant chaud de certaines stations et quelques odeurs corporelles inévitables. Quand j’ai commencé à prendre le tromé, à 11 ans, , il y avait l’odeur de cigarettes dans les wagons autorisés. Ça masquait  pas mal. Et j’ai le souvenir de l’odeur des cheveux. Des cheveux gras, car à l’époque, on ne se lavait les cheveux qu’une fois par semaine à tout casser, souvent par quinzaine, et on était tous séborrhéiques. Chouette, non ?

Texte © dominiquecozette d’après un article de Rue 89. Photo © dominiquecozette

* Le mercaptan est un composé à base de sulfure de je ne sais quoi. Odeur terriblement fétide style oeuf bien ripou. Pouah !

Categories: du vrai

Ma femme m’affame

08/06/2010 Comments off

Ma femme m’affame c’est infâme
ma femme m’affame c’est infâme et j’ai faim.

Moi qui suis toujours en rut pur
je stocke mes humeurs séminales
puisqu’elle refuse en sa fêlure
que je plante la fleur du mâle.
Mon ex-amazone érogène
libidineuse repentie
devant ma rigidité vaine
fait de la sexe-anorexie.

Au refrain

Toutes mes valeurs sont à la baise
je rêve d’être lover-dosé
mais elle ferme en ses parenthèses
l’objet du désir déserté.
Dans la vallée siliconique
de sa paire de seins animés
je n’ose plus glisser mon stick
de peur de le frigidifier.

Au refrain

Irascible autant qu’érectile
j’onanise tel un veuf poignant
jouissant du spectacle infertile
de son après-ventre abstinent.
J’essaie parfois de l’ébranler
prostré à genoux et à jeun
mais son sexe clos sous scellés
ne recèle plus que le mot faim.

Texte © Sacem dominiquecozette. Dessin © dominiquecozette

Categories: kultur

Un extrait de fragment de passage de texte.

07/06/2010 Comments off

« Chez moi, tout est noir sauf le catalogue de l’exposition du moment au Guggemheim qui trône sur la table basse. Je fais partie des « Amis du musée », une amitié à 10 000 dollars l’an. Je n’y mets jamais les pieds mais reçois tous les beaux livres de l’institution. Le dernier, celui de l’exposition Bill Viola, est parfaitement aligné avec deux pots d’orchidées blanches et une pile de magazines. Toujours les mêmes, au même endroit, dans le même ordre. André le majordome les change chaque lundi. Je ne les ouvre jamais. Il y a aussi  Risk Magazine, la bible du trader, dont j’ai souvent fait la couverture. Quand je prends quelques vacances, j’emmène André. C’est la dame de compagnie. Du haut de son mètre soixante, il me sauve des contingences de la vie.
Chaque matin, à l’aube, je cours une heure sur le tapis d’entraînement. Casque sur les oreilles, j’écoute Bon Jovi ou Mozart, zappe de Bloomberg à CNBC. J’enfile un pantalon de flanelle sombre et une chemise bleu ciel — bleu banquier — et suis l’évolution des Bourses asiatiques. En quittant l’île de la Jatte, je connais déjà tout de ma journée.
Je gare la Lamborghini Countach au niveau -6 de la défense. Vingt types veillent sur ce parking en permanence. On entre sur empreintes digitales. C’est un perk, un avantage en nature offert par le Crédit Général. Comme l’accès à la salle de sport du Ritz, la loge à Roland-Garros, les concerts privés de Barbara Hendricks à la Salle Pleyel, les caisses de champagne à chaque clôture d’exercice. Ce parking est notre coffre-fort. Nous y entreposons nos jouets. »
{…}
« Mes copains de promo de l’X sont englués dans leur quotidien de cadre de direction. Ils sont des salaires de misère, partent en vacances à l’île de Ré. Leurs maîtresses lisent People or not People. Elles traversent l’existence avec un distributeur de sucrettes dessiné par Karl Lagerfeld. Ils passent leur vie à tenter de la gagner. La mienne n’a aucun sens. Je suis une machine à cash, un cerveau-serveur, un père absent, un amant qui paie. J’ai la rémunération de Brad Pitt. Lui a un vrai métier. »

Cet extrait un peu cliché sur les traders est tiré du livre de Flore Vasseur —  spécialiste du monde de la finance — »Comment j’ai liquidé le siècle ». Livre formidable.
Dessin  dominiquecozette

Categories: bouquins

Sur la pointe des pattes.

06/06/2010 Comments off

Cela faisait cinq minutes que je regardai un pigeon marcher sur la pointe des pieds. Il ne faisait pas que marcher sur la pointe des pieds, il se pavanait. Ça se passait sur le banc rond devant la médiathèque. Je m’étais  assise pour observer son manège. Figurez-vous qu’il faisait les cent pas — cent aller, cent retour — devant son reflet dans la porte vitrée. Il ne tournait pas la tête comme nous pour se regarder vu que l’implantation de ses yeux l’autorise à voir sur les côtés. J’ai l’impression qu’il m’a repérée et qu’il s’est même rengorgé. Un pigeon qui se rengorge !
Au bout de huit minutes, il y avait sept autres personnes sur le banc rond. Toutes étaient fascinées par ce colomba unicincta, gris donc, qui se la pétait. C’était si drôle que nous rîmes sous cape (depuis la fameuse grippe aviaire nous savions  qu’il était malséant d’envoyer ses miasmes à la figure d’autrui) mais nous fûmes interrompus par l’oiseau, qui était en fait une oiselle.
« Et alors, stupides humains, vous n’avez jamais vu une pigeonne tirer parti de son charme ? On n’aurait pas le droit  de se faire liposucer le jabot, gommer le tour de l’oeil, raccourcir le bec, friser ses plumes ? Vous trouveriez ça grotesque ? Pauvres humains, que vous êtes bêtes ! Si vous saviez comme vous nous faites marrer ! »
Là-dessus, elle se remit  à plat et s’envola dans un grand éclat de rire. De retour chez moi, je compulsai ma doc et appris que ces bestioles mal aimées formaient des couples stables et que le mâle participait activement aux tâches ménagères, nourrissant même ses petits avec du lait de jabot. J’annulai illico ma séance de botox et filai mes stiletto à semelles rouges à ma femme de ménage, lui demandant juste de remercier le pigeon. Le pigeon ? s’étonna t-elle, les yeux tout ronds !

Texte et dessin © dominiquecozette

Categories: fictions

Des noms ! Des noms !

04/06/2010 Comments off

Dans ma commune, on naît, on se marie et on meurt comme partout. Mais la couleur locale a bien changé en trois générations. D’une ville ouvrière qui possédait le plus grand nombre d’usines avant guerre, on est passé à une ville mosaïque qui rassemble l’une des variétés d’ethnies les plus riches de banlieue. Les usines disparaissent peu à peu, faisant place à des lofts et ateliers, des logements sociaux, des équipements sportifs ou culturels. Au bistrot, les Mimile ne s’envoient plus le p’tit côte avec leur mégot collé au bec, la sirène appelant à débaucher ne fonctionne plus que le premier jeudi du mois et dans les rues, on assiste journellement à des défilés de magnifiques boubous arborés par d’altières femmes de toute beauté.
Et les noms ont changé. Ceux qui sont morts se prénommaient Simone, Pierre Georgette, Jean, Andrée, Solange, Joseph, Fortuné (oui, oui), Danièle, Guy ou Suzanne. Mais aussi Sultana, Nadji, Giorgio, Youcef et Antonio.
Ceux qui se marient se nomment Corinne et Jean-Michel, Laire et Issa, Kate et Moussa, Maud et Patrick, Elodie et Nawfal ou Yamina et Khélifa.
Et ceux qui voient le jour ont pour prénoms Noam, Ziyane, Saphyra, Noéline, Nathan, Laciné, Rodrigo, Fadwa, Kimyah, Chaïma mais aussi Steeve, Marck, Lisa, Yann et Mathias.

Texte et photo © dominiquecozette

Categories: du vrai

Il ne faut absolument pas…

03/06/2010 Comments off

Il ne faut pas, il ne faut surtout pas , il ne faut absolument pas :
- parler de corde dans la maison d’un pendu. S’agissant de France-Télécom, on a le droit de parler de fil.
- réveiller le chat qui dort. Ça, je ne sais pas pourquoi.
- vendre la peau de l’ours avant qu’on ne l’ait tué. De toute façon, il est mort.
- remettre au lendemain ce qu’on peut faire le jour même. Ce serait de la procrastination, c’est moche !
- jeter le bébé avec l’eau du bain. Le congélo, c’est plus pratique.
- mélanger les torchons et les serviettes parce que c’est cracra, ho, cochon !
- mettre tous ses oeufs dans le même panier. Les oeufs de saumon et esturgeon en haut du frigo, please.
- clocher devant les boiteux. Ils croiraient qu’on les moque.
- dire : fontaine je ne boirai pas de ton eau. La fontaine, ça la vexe qu’on lui dise ça.
- prendre les enfants du bon dieu pour les canards sauvages. Un magret d’enfant du bon dieu, c’est fadasse.
- mettre les doigts entre l’arbre et l’écorce. Essayez voir.
- se fier aux apparences. Oui, c’est su.
- pousser mémé dans les orties. Elle aura vite fait de sortir la boîte à gifles, la giroflée à cinq branches
- être complaisant avec la Grèce (C. Lagarde). Bon, ça, ça change tous les jours.
- laisser l’apanage de la musique à Daniela Lumbrose (Pierre Lescure). L’apanage, c’est comment déjà ?
- avoir peur d’Hadopi sinon l’Etat policier a gagné (Richard Sallman). Ah, si c’est Richard Sallamn qui le dit ! (C’est qui ?)
- souhaité (sic) la mort des gens (commentaire sur un clip de Dominique A.). Ah, tu a réson, c’est pas bien !
- avoir une certaine taille pour faire de la politique, mais une certaine hauteur. C’est ce qui en fait sa « grandeur » (Fabius). Ouais.
- que les policiers deviennent des boucs émissaires (Brice Hortefeux). Les poulets émissaires, ça sonne moins bien, en même temps.
- rouler en Jaguar à Charleroi (le Figaro International). Hé, faut être con déjà, franchement, là !
- se relâcher (JP Huchon, fév 2010). On tient bon, paulo, abdos-fessiers de l’enfer !
- tourner autour du pot (Agoravox, à propos de la constipation)… Alors on pousse !
- se voiler la face. Heu, qui se la voile ?
- soupçonner le gouvernement d’arrière-pensées contre les musulmans (E. Besson). Besson, dès qu’il l’ouvre, ça sent le prout.
- opposer salariés du privé et fonctionnaires (E. Woerth). Franchement, drôle d’idée !
- se fier à la photo du profil de face bouc. Ta photo de profil de facebook m’écoeure.

Texte et photo © dominiquecozette

Categories: caustic

La réponse du mari à la femme d’hier (et c’est de ma faute !)

02/06/2010 Comments off

Ma  chérie,
Je sais que cette lettre te parviendra  puisque je vais essayer de la faire paraître sur le blog de Cozette. Sinon, tu me connais, je me sens capable de graisser la patte au préposé des postes pour que « ton » facteur la reçoive  et te la donne.
C’est un « coup bas » cette affaite de  » l‚eBay des cochonnes », mais je saurai retomber sur mes pieds.
C’est vrai que c’est bien  eBay, j’ai profité d’un déplacement de mon chef, au bureau, pour m’y plonger et je viens d’y  vendre  ta collection de porcelaines léguées par ta mère ainsi que la voiture, je n’en ai plus besoin pour aller au bureau ni pour aller faire des courses chez Carrefour pour nourrir  tes nains.
Et pourtant j’y suis retourné, une dernière fois, chez Carrefour, car  en lisant Métro dans le RER, j’ai vu qu’ils remboursaient l’achat d’une télé si l’équipe de France allait en finale de la Coupe du Monde. Tu soulignes ma passion pour le « télé-foot », je vais pouvoir m’y adonner, sans être dérangé par le bruit de l’aspirateur,du mixer ou des cris des enfants. Un écran LCD de 124 cm, en 3D, lunettes fournies. Je suis en train de l’essayer en suivant les finales de Roland Garros, surprenant la balle qui sort de l’écran !
Et puis je suis allé chez  But, sponsor des arbitres, et j’ai profité de la promo « 4 pour 3 » : Comme tu as vendu le salon, j’en ai profité pour remeubler et je dispose maintenant de 12 places assises, ce qui me permettra d’inviter les copains pour la Coupe qui commence  le 11 juin. 30 « soirées-pizza-bière » (j’ai acheté le distributeur Heineken avec les 12 tonneaux) car je ne suis pas le seul à avoir été abandonné par ma chérie : toutes les femmes de mes potes, abonnées à « Cozette vide sa plume » ont largué leurs mecs, et se sont toutes tirées (ou fait tirer) qui par le facteur (certainement le même que toi) , qui par le plombier ou l’électricien, et nous nous retrouvons tous, enfin, seuls.
Je n’osai espérer ces quelques semaines de vacances juste au moment de la Coupe du Monde. On n’a pas besoin de lave-linge, on  enfile le maillot des Bleus  et on se changera pour le 14 juillet, on a déjà prévu le maillot jaune pour suivre le Tour de France. Normalement on devrait retourner au boulot vers le 25 juillet, juste après l’arrivée du Tour.
Je ne voudrais pas être pessimiste, mais je ne suis pas sûr que vos mecs, qui ne pourront  suivre à la télé ni Roland Garros, ni la Coupe du Monde, ni le Tour de France, parce que vous avez la passion de l’aspirateur ou des petits plats, vont vous garder très longtemps, et quand il faudra, en plus, se taper les courses pour la rentrée des mômes, ils vont craquer et vous virer, ou bien : DEVENIR COMME NOUS .
Je voudrais terminer cette lettre en te disant que je t’aime, malgré tout — transmets à tes copines également car mes potes n’ont pas acheté d’ordinateur, ils se sont cotisé et ont acheté un mini-bus VW pour aller à la pêche dès l’ouverture — et en t’assurant que tu reviens quand tu veux, de préférence après la saison, et que, comme chantait Nougaro :« Ah tu verras, tu verras ».
PS: j’ai fait paraître l’annonce que tu m’as gentiment rédigée, et je croûle sous les réponses de nanas tarifées, très intéressées par le foot, ses joueurs et ses supporters, prêtes à venir partager nos pizzas, et plus si affinités, et de mecs qui veulent s’inscrire à notre club, suite à un récent licenciement de leur domicile conjugal. Tu es la bienvenue, mais pas avant début novembre…
je t’embrasse.

Texte © Michel Bré (un ami qui est sur facebook si vous voulez faire partie de son club des fouteux-pizza-bières)
dessin © dominiquecozette

Categories: fictions

Good girl !

01/06/2010 Comments off

Mon Chéri,
Ne t’étonne pas si tu trouves le canapé totalement recouvert de papier bulle et posé au milieu du salon, c‚est normal, une entreprise va passer le prendre pour le livrer chez son nouveau propriétaire car je l’‚ai vendu cet après-midi. Je vois déjà tes sourcils se froncer et la colère te monter au nez  mais mon amourlaisse-moi te dire que je n’ai PAS FAIT EXPRES ! Te souviens-tu quand tu m’as dit qu’en plus de tout gérer à la maison, l’entretien, les papiers divers et les trois nains que tu m’as faits  (en me disant à chaque fois que tu savais « sauter en marche ») je devais trouver un emploi ? Et bien, comme je ne trouvais pas le temps de travailler, j’ai trouvé un moyen de faire de l’argent rapidement sans sortir de chez soi ou presque : EBAY !
Au passage ne cherche plus les vieilles baskets répugnantes que tu ne voulais pas jeter, un collectionneur les as achetées, à moins que ce ne soit un fermier pour faire du fumier.
Mais revenons à EBay, c’est vraiment merveilleux de pouvoir enfin se faire un peu d’argent de poche en vendant les choses dont nous n’avons plus besoin ! Surtout depuis qu’à cause de la « crise » tu m’as supprimé mes rares sorties avec mes copines, mon rendez-vous bi-annuel chez le coiffeur et les visites chez mes parents sous prétexte que ça consomme de l’essence !
Te souviens-tu de ce très joli sac à main dont tu me demandais très inquiet, si je ne l’avais pas payé trop cher ? C’est ta collection de verres de bière qui l’a sponsorisé, je me suis dit que tu serais d’accord, toi qui ne penses jamais à mon anniversaire ou ne sais jamais quoi m’offrir !
J’ai aussi vendu la tondeuse, la perceuse, la ponceuse et le taille-haie puisque de toute façon tu ne t’en approches jamais.
Tes polars sont partis comme des petits pains, ainsi que toutes les chemises que tu ne portes plus depuis que tu as tant d’embonpoint.
Enfin tu vois, je suis de nouveau « rentable » puisque j’arrive à gagner de l’argent ! Le seul hic c’est que je me suis laissé emporter, et j’ai malheureusement aussi vendu ta chère télé (non ne cherche pas, elle n’est déjà plus là) et ton canapé adoré.
Depuis 15 ans que je te pratique, je sais qu’à ce stade de la lecture tu fulmines et cherche ta batte de baseball pour m’administrer la correction que je mérite. Ne la cherche pas plus loin, je l’ai vendue aussi et ne me cherche pas non plus : je suis partie avec le postier !Un charmant Monsieur que j’ai vu tous les matins depuis six mois que je vends sur EBAY, il adore les enfants et a déjà demandé sa mutation pour que nous nous rapprochions de chez mes parents
Je te laisse tout ce qui reste dans la maison à l’exception de l’ordinateur, dont je vais avoir besoin pour aider mes parents à se débarrasser de tout ce que tu as entassé dans leur grenier parce que le notre était trop petit.
Je te souhaite tout de même une très belle vie et si toutefois tu cherchais une autre bonne femme pour t’accompagner dans tes vieux jours, EBay a aussi une section « petites annonces ». Malheureusement, comme je ne suis plus là, tu devras la mettre en ligne tout seul, mais dans ma grande mansuétude et comme je sais que tu n’as pas l’habitude, je t’ai préparé un modèle : « Gros porc, aucune hygiène personnelle, handicapé moteur (incapable de faire fonctionner un appareil électroménager), légèrement obtus et carrément macho cherche compagne : bonne cuisinière, ménagère et économe n’aimant ni le romantisme, ni les restaurants, encore moins les activités en dehors de la cuisine et du lit conjugal. »
Je te souhaite bien du courage pour réapprendre à :
- faire cuire des pâtes,
- trouver où ils ont planqué le supermarché dans notre village,
- comprendre comment fonctionne la machine à laver.
Si je n’étais déjà comblée par l’amour de mon postier, rien que l’idée de ta tête, à poil devant la machine à laver lorsque tu auras compris que cette satanée machine ne te rend pas les habits secs, pliés et repassés, me rend folle de joie.
Adieu !
EBay change la vie !!

Texte envoyé par Michel Bré. Dessin © dominiquecozette

Categories: fictions