Accueil > du vrai > Les aventures maritales de Léha

Les aventures maritales de Léha

23/06/2010

Léha s’était assise sur un des deux sièges de l’amour dans un bus de Copenhague, sachant que ces sièges étaient réservés à des personnes à la recherche de l’âme soeur. Elle sillonnait, sillonnait,sillonnait la ville depuis une semaine sans que personne ne la rejoignît et s’apprêtait à quitter ce siège, ce bus, cette ville infâmes où l’on n’aimait pas les rousses juste au moment où un très beau mec sportif et blond décoloré s’installa près d’elle. Elle entreprit de lui faire la causette mais il était sourd, il ne comprenait rien, elle était obligée de crier et franchement, ça la foutait mal pour une première rencontre amoureuse. Comme il se baladait avec une planche de surf, elle lui fit comprendre par geste qu’elle adorait les vagues et que ce n’était pas grave qu’il fût sourd. N’étant pas muet, il l’informa qu’il souffrait d’une pathologie liée à sa pratique sportive : l’exostose des surfeurs. En gros, ça rend sourd d’être toujours dans l’eau. Mais ça s’opère. Ah bah tant mieux, fit Léha, ça me ferait bien chier d’être contrainte de hurler à chaque fois que je te demande quelque chose.  Et crois-moi, mon p’tit gars,  si on doit vivre ensemble, tu vas te faire opérer vite fait.
Sauf que pour se marier, Léha dut retourner dans son Iran natal et s’inscrire à une école du mariage avec son jules, Olaf, afin d’obtenir le permis de s’unir. Il était conseillé de choisir un mari fort, aux larges épaules, ce qui était le cas et, pour les femmes, le modèle « bien gaulée » était requis. On leur enseigna que la femme doit non seulement obéir à son mari, mais être à sa disposition en privé. Du coup, ils s’installèrent en France, c’était plus libéral.
Mais elle commença à souffrir terriblement du dos, du ventre, de la colonne, enfin de troubles bizarres qu’une simple palpation ne pouvait déterminer. Il lui fallait passer une IRM d’urgence. De toute urgence. Rendez-vous dans huit semaines. Et encore, elle avait de la chance ! Quoi ? Huit semaines pour une IRM urgente ? Vous vous foutez de ma gueule ? Elle se renseigna ailleurs, c’était kif-kif. Elle apprit qu’en France, cette France qui se la pétait grave, il fallait attendre en moyenne 34,6 jours pour cet examen. Pour la rassurer, on lui proposa de passer un scanner. Elle déclina quand elle sut qu’en Belgique l’attente n’était que de huit jour. Comme en Suisse d’ailleurs, et bien d’autres pays voisins.
Qu’est-ce que c’est que ce pays merdeux, déclara-t-elle à Olaf  qui, bonne pâte, accepta de quitter l’hexagone et de la suivre à Knotte-le-Zoute où elle proposa de s’installer. Y a la mer, acheva t-elle de le convaincre. Sur ce, elle se plongea dans les news et apprit qu’aux Etats-Unis, qui était son second choix, une femme avait été virée de son job à cause de son ADN foireux (risque de cancer du sein, qu’elle avait lâché à un collègue délateur). Bref, ces pays modernes et avancés, quelle rigolade !

Texte © dominiquecozette d’après les infos vues/entendues à la télé à midi, de vraies infos !
Dessin © dominiquecozette

Categories: du vrai
Les commentaires sont fermés.