Accueil > fictions > Oh my Gode !

Oh my Gode !

27/05/2010

Pourquoi j’ai réagi comme ça moi ? Quel plouc ! Imaginez la scène. Ça se passe dans mon entreprise, celle que j’ai créée et non pas que je préside parce que j’aurais été parachuté ici. Non. D’ailleurs c’est une petite entreprise de patrons, c’est drôle mais c’est ce qu’on fabrique, des patrons de toutes sortes, principalement d’ailes de voitures. Passons. Elle, c’est la la responsable recherche et développement. Une belle femme de disons la  quarantaine épanouie, ma maîtresse du bureau, on va dire. Elle s’est donc précipitée sur moi un soir de pot de départ d’un jeune cadre, elle était passablement éméchée et m’a entraîné dans la salle de projection, a juste allumé le moniteur (je parle de l’écran) et à sa lueur bleuté, a commencé un strip  hot (un stripote, c’est comme ça qu’on appelle nos petites séances). Mais ne mangeant pas de ce pain là, je lui ai ordonné de remettre sa feuille de vigne. Oui, c’était un pot sur le thème  du paradis, elle était une des douze Eve, il y avait une dizaine d’Adam, quelques animaux de Noé, une pomme, des concombre et autres cucurbitacées (« pas radis », ouar ouarf) et moi-même en Dieu. J’étais très impliqué dans ce rôle (mes séances de coaching avaient coûté un bras au CE) et d’une voix ample et caverneuse, lui ai asséné : « We can’t have sex, my darling, because I’m your boss, that’s why ».
- « Et subitement, ça te gêne !
- Mais c’est la première fois que je suis Dieu. Et Dieu ne nique pas ses créatures ! »
Avec le recul, j’ai pensé que c’est l’alcool qui avait parlé. Et puis non. Eve se tape le DRH qui faisait l’un des Adam, et moi je couve d’un oeil protecteur ce nouvel amour né sous le signe des ailes (de voitures). Je ne sais absolument pas pourquoi. Si, en fait. J’ai vu le rapport God/gode et n’avais plus envie d’être réifié, chosifié, déifié, godifié, défié etc. J’ai écrit ces mots dans mon cahier « psy ». Je vais mieux.

Ce tableau sera exposé à l’Aiguillage, la galerie des Frigos, jusqu’au 12 juin. Plus de détails ici.

Peinture et texte © dominiquecozette

Categories: fictions
Les commentaires sont fermés.