Accueil > fictions > Quand on veule, on pleutre…

Quand on veule, on pleutre…

26/05/2010

Je ne voudrais pas être pessismiste, mais pour moi, tout est crade, tout est moche, tout est vil, tout est triste, tout est faux, tout est nul, tout est nase, tout est bidon… Moi qui suis un honnête homme, je suis effaré par la noirceur de l’âme humaine ! La mienne, déjà. Si vous connaissiez mes fantasmes, vous iriez chez l’armurier d’un coup. Et pourtant, j’ai été élevé par les Jésuites, avec les voleurs de la République — je veux dire les valeurs — mon père votait à droite (bien qu’il portât à gauche) et ma mère s’exprimait à gauche bien que très adroite. Comme dans tous les couples des mid-fifties, au fond.
Mon père était un mauvais père mais un bon maire et ma mère était la belle-soeur de Mamère qui, ne nous le cachons pas, a célébré le premier mariage gay qui s’est terminé, des années plus tard, par des entourloupettes et des impostures pas très catholiques.
Ma soeur est kiné car elle a raté médecine mais qui n’est pas kiné de nos jours après avoir loupé l’enseignement hippocratique ?
Je suis marié et malheureux car ma femme m’affame, souhaitant me voir perdre quelques précieux kilos gagnés à la sueur de ma panse du temps où j’étais critique gastro. Métier perdu depuis que je suis devenu agueusique et anosmique suite à la piqûre malveillante d’un chikungunya quand nous partîmes à la Réunion fêter nos noces de porcelaine.
Pour l’heure, je m’entraîne à me suicider car je sais que la première fois n’est pas toujours la bonne. A dire vrai, je me fais juste plaisir en imaginant leur gueule à tous quand ils verront ma cervelle encore débordante d’idées dégouliner le long des golfes clairs de ma tonsure naissante. Et comme je suis d’une lâcheté impressionnante, je vais ranger mon engin de mort dans sa boîboîte Gastine Rénette (du vrai Rohmer !) et acheter des marshmallows light.

Ce tableau est à l’Aiguillage, la galerie des Frigos, jusqu’au 12 juin. Plus de détails ici.

Peinture et texte © dominiquecozette

Categories: fictions
  1. yvain1968
    26/05/2010 à 18:38 | #1

    C’est malin, je me fais presque pipi dessus en lisant ce p’tit bout de bonheur! J’adore!

    La phrase qui me correspond le plus est: « je suis effaré par la noirceur de l’âme humaine ! La mienne, déjà. Si vous connaissiez mes fantasmes, vous iriez chez l’armurier d’un coup. Et pourtant »

    Et pourtant, ce n’est vraiment pas de ma faute! Vous trouvez cela simple vous d’être le fils de Françoise?

    Cela ne doit pas être évident non plus d’être ma mère, même à Noël! (Jeux deux maux)

  2. le nautrou
    26/05/2010 à 19:51 | #2

    C’est beau ce texte…Il a la saveur, la couleur, d’un texte de Boby Lapointe…

Les commentaires sont fermés.