Accueil > du vrai > Drôles de manières sexuelles !

Drôles de manières sexuelles !

27/04/2010

A peu près partout sur la planète terre, le mâle impose l’abstinence aux femelles. Parlons ici des ceintures de chasteté. Pour cela, les mâles utilisent des bouchons de mucus qui, en, séchant, viennent obstruer le vagin donc interdire  le rejet de la semence par la femelle et contrarier toute copulation avec un nouveau mâle. C’est une pratique banale chez de très nombreux rongeurs, comme certains écureuils. Le lémur catta implante vigoureusement un verrou génital empêchant toute intrusion. Sympa !
Chez les papillons et bien d’autres insectes, l’éjaculation est accompagnée de la coagulation du liquide séminal. Mais le pénis de certaines libellules mâles, plus rusés que les autres,  est doté d’excroissances permettant d’enlever le bouchon ou de stimuler son expulsion par la femelle.
Bien entendu, ces compétitions occasionnent des lésions sérieuses aux femelles, réduisent leur survie ou les font mourir, comme l’utilisation d’un liquide dissolvant très toxique qui détruit le sperme du prédécesseur, chez la drosophile. Cool !
Parfois ce sont les femelles qui réussissent à ôter ce bouchon incommodant. Ben oui, c’est gênant, ce petit truc dur, là. Alors, les mâles sont obligés d’inventer : monsieur mouche domestique, ou papillon, copule en secrètant des essences anti-érotiques sur la femelle. Les autres mâles n’ont plus qu’a être dégoûtés. Ah, mais qui c’est le maître de ton sexe, salope !
Les pauvres nanas victimes de ces procédés voient leur survie mise en péril. Qu’importe, puisque monsieur a pu assurer sa descendance.

Cet article est tiré de La guerre des sexes chez les animaux de Thierry Lodé chez Odile Jacob (2006 p.192), un bouquin hallucinant* qui montre que les pratiques animales sont d’une cruauté inimaginable. Je vous en reparlerai pour vous montrer que l’imagination n’a pas de limites dans les systèmes de reproduction — les femelles ne sont pas toutes blanches dans l’affaire — et vous consoler d’être un humain. Ici, une humaine, car en général nos mecs sont plus délicats et  s’ils oublient de nous offrir des fleurs ou de nous tenir la portière, on n’a pas lieu de se plaindre au bon dieu.

Texte d’après déjà cité et visuel © dominiquecozette

* Malheureusement, c’est très bordélique, et manque de rigueur dans l’ordonnancement et le chapitrage des textes.

Categories: du vrai
  1. olivia van hoegarden
    27/04/2010 à 19:57 | #1

    Tant que le jaja ne sent pas le bouchon, on les aura.

Les commentaires sont fermés.