Archive

Archives pour 04/2010

Une bien belle mort

30/04/2010 un commentaire

Mort insolite de quelques rois birmans :
- Theinhko : tué par un fermier dont il avait mangé les concombres sans sa permission (en 931). Par crainte du désordre, la reine l’introduisit clandestinement au palais et le revêtit des vêtements royaux. Il devint le « roi du concombre » et transforma sa plantation en un somptuex jardin royal.
- Anawrahta : encorné par un buffle lors d’une campagne militaire (1077)
- Uzana : piétiné à mort par un éléphant (1254)
- Narathihapate : forcé à absorber du poison sous la menace d’un poignard (1287)
- Minkeyawswa ; écrabouillé par son propre éléphant (1417)
- Bazadarit : mort en capturant des éléphants au lasso après s’être empêtré dans les cordes (1423)
- Tabinshweti : décapité par ses chambellans à la poursuite d’un éléphant blanc imaginaire (1551) (ils avaient fumé le tapis ou quoi ?)
- Nandabayin : mort de rire en apprenant, d’un marchand italien, que Venise était une république et n’avait pas de roi (1599)

Tiré de Les Miscellanées de Mr Schott (Ben Schott)

Dessin © dominiquecozette

Categories: du vrai

Billet dur de Billetdoux

29/04/2010 un commentaire

« Ça commence à la crèche, puis au CP, puis au lycée, puis en prépa, puis douze puis treize, puis quinze heures, et trois moyens de transport encore sans lever le nez, pour quoi… Pour arriver o% ?… C’est de l’endormissement de conscience ! On comprend bien : il leur faut calmer tout ce monde là, il y a de plus en plus de monde !… Si ça se mettait à vivre, tout ça ? … A vouloir vivre, vraiment ? … et à réfléchir ? Et à devenir créatif ? Et à s’organiser ? Et à regarder les comptes ? Et à réclamer sa part … Vous imaginez ? Non… Y a pas d’arrivée… Y a pas de départ…. Y a pas d’avenir… Y a plus de forêts, y a plus de prés, y a plus d’eau, y a plus d’air, y a plus de temps, y a plus de silence… Le troupeau avance, il avance… On nous dit qu’il avance, mais plus on avance, moins on en sait ! Ils ne savent pas plus, en tête, là où ils nous mènent, que là où ils vont eux-mêmes… Les vents soufflent, les étés sont des automnes, les gros oiseaux des villes sont de plus en plus familiers, les enfants ont commencé à violer et à braquer, les animaux sont infectés, les tuyaux des hôpitaux, des usines à déchets, des centrales nucléaires se peuplent de milliards de crevettes inconnues, le temps de survie maximum sur la bande d’arrêt d’urgence est de vingt minutes !… Ils ont fait, en cinquante ans, plus de mal à cette planète que dans toute l’histoire de l’humanité !… Non, le monde n’avance plus, le monde se déglingue !…Le monde était juste un carrosse fou acheminé par personne !… Quand nous étions enfants, docteur, vous vous souvenez ? … L’avenir, c’était nous ! Alors, aujourd’hui, l’avenir, c’est maintenant, non ?… Parce quie si ce n’est pas maintenant, tout de suite, c’est  quand ? C’est quand ?… »

© Raphaëlle Billetdoux qui s’appelle maintenant Marie, mais je ne sais pas pourquoi, dans un  roman de 2002, De l’air.

Je vous concède que ce bout de texte n’est pas très gai, bon. Mais en 2002 on avait 8 ans de moins, pas le même président et je bossais encore dans la pub, dans un agence en pleine descente d’organe avec une fusion absorption qui s’est tellement bien passée qu’il ne reste rien ni de l’une, ni de l’autre.
C’est pas que j’aime Marie Billetdoux mais j’ai emprunté ce livre pour voir comment c’était, rapport à l’énooooooooorme somme qu’elle vient de sortir où elle a mis tout son vide-grenier, sa correspondance, les histoires de ses proches, les bouts de vie qu’on garde dans un carton jusqu’à ce que nos enfants les découvrent après notre mort et se demandent bien qui pouvait être telle personne. Alors celles de MB, vous pensez bien ! Du coup, non, j’ai pas acheté son livre/boîte, je le prendrai si ma médiathèque l’achète. Et puis, si c’est vraiment très bien, je l’achèterai car j’aime bien que les auteurs que j’aime ne soient pas privés de mon écot dans leurs relevés de droits d’auteur.

Dessin © dominiquecozette. Non, ce n’est pas Raphaëlle/Marie Billetdoux. Peut-être une petite dame qui comprend rien à la vie d’aujourd’hui…

Categories: bouquins

Never in love again

28/04/2010 Comments off

Elle m’a aimé, comme toutes les autres, pour mon dandysme et mes conneries, mes addictions, mes potes, mes conquêtes, mes pompes cirées, mes absences, mes goujateries, mes cadeaux, mes défauts. Tous. Je les ai tous. Aucune qualité particulière.
Je l’ai aimée follement pour un geste et la forme de ses dents. Puis tout le reste. Elle m’a suivi partout, m’a supporté, s’est incrustée, s’est humiliée, s’est entêtée, s’est entichée, s’est enterrée. M’a attendu, pardonné, nourri, consolé, habité, séduit puis attendri.
Alors j’ai accepté. De couper avec certains, certaines surtout, de fuir certains lieux, de renoncer à certaines mauvaises habitudes, de prendre un peu soin d’elle et beaucoup de moi, de dire nous.
Elle m’a convaincu que le bonheur n’était pas loin, que la santé n’était pas con, que la passion n’était pas nulle, que le fric n’était pas tout, que l’amour n’était pas sot.
Elle a fait faire une copie de mes clés, déballé une télé jamais regardée, rempli un frigo qui ne servait qu’aux glaçons et autres substances, accroché des rideaux inutiles aux verrières, ajouté son nom sur ma boîte à lettres, apporté une malle d’affaires et de produits, géré notre emploi du temps, envisagé un rencart chez le notaire.
Elle a fait livrer des potages, a confectionné des tartes, m’a fait couler des bains, m’a offert des pyjamas, m’a enfilé des pantoufles, m’a empêché de voir mes potes, m’a fait visiter des quartiers.
Puis un jour, je l’ai entendu dire à une de ses amies au téléphone : Tu sais, je suis déçue, la vie à deux c’est très très boring.
Alors je me suis souvenu que Johnny disait ça. Elles aiment que je sois un rocker, puis font de moi un mari puis me quittent car je ne leur plais plus.
C’est moi qui suis parti sur la pointe des pieds. Ils ont fêté mon retour, trois jours trois nuits non stop. Plus une gardav de dégrisement.
Quand j’ai réintégré mes pénates, elle était hystérique. Je l’ai trouvée très quelconque, l’ai gratifiée d’une semaine de préavis pour quitter les lieux. J’avais déjà oublié son prénom.
Je ne souhaite à personne une histoire d’amour avec moi-même.

Texte et dessin © dominiquecozette

Categories: fictions

Drôles de manières sexuelles !

27/04/2010 un commentaire

A peu près partout sur la planète terre, le mâle impose l’abstinence aux femelles. Parlons ici des ceintures de chasteté. Pour cela, les mâles utilisent des bouchons de mucus qui, en, séchant, viennent obstruer le vagin donc interdire  le rejet de la semence par la femelle et contrarier toute copulation avec un nouveau mâle. C’est une pratique banale chez de très nombreux rongeurs, comme certains écureuils. Le lémur catta implante vigoureusement un verrou génital empêchant toute intrusion. Sympa !
Chez les papillons et bien d’autres insectes, l’éjaculation est accompagnée de la coagulation du liquide séminal. Mais le pénis de certaines libellules mâles, plus rusés que les autres,  est doté d’excroissances permettant d’enlever le bouchon ou de stimuler son expulsion par la femelle.
Bien entendu, ces compétitions occasionnent des lésions sérieuses aux femelles, réduisent leur survie ou les font mourir, comme l’utilisation d’un liquide dissolvant très toxique qui détruit le sperme du prédécesseur, chez la drosophile. Cool !
Parfois ce sont les femelles qui réussissent à ôter ce bouchon incommodant. Ben oui, c’est gênant, ce petit truc dur, là. Alors, les mâles sont obligés d’inventer : monsieur mouche domestique, ou papillon, copule en secrètant des essences anti-érotiques sur la femelle. Les autres mâles n’ont plus qu’a être dégoûtés. Ah, mais qui c’est le maître de ton sexe, salope !
Les pauvres nanas victimes de ces procédés voient leur survie mise en péril. Qu’importe, puisque monsieur a pu assurer sa descendance.

Cet article est tiré de La guerre des sexes chez les animaux de Thierry Lodé chez Odile Jacob (2006 p.192), un bouquin hallucinant* qui montre que les pratiques animales sont d’une cruauté inimaginable. Je vous en reparlerai pour vous montrer que l’imagination n’a pas de limites dans les systèmes de reproduction — les femelles ne sont pas toutes blanches dans l’affaire — et vous consoler d’être un humain. Ici, une humaine, car en général nos mecs sont plus délicats et  s’ils oublient de nous offrir des fleurs ou de nous tenir la portière, on n’a pas lieu de se plaindre au bon dieu.

Texte d’après déjà cité et visuel © dominiquecozette

* Malheureusement, c’est très bordélique, et manque de rigueur dans l’ordonnancement et le chapitrage des textes.

Categories: du vrai

Alizé Meurisse : des burqas LVMH

26/04/2010 un commentaire

“Quand j’écris que les filles sont des coquettes, je sais que ça peut choquer. Mais c’est vrai : je ne crois pas du tout au nouveau discours féministe du genre : je joue de mes atouts et je prends le pouvoir. Les femmes sont devenues leur propre bourreau. Elles disent échapper à l’emprise masculine mais elles continuent à s’apprêter pour plaire aux hommes. Elles ont intériorisé cette contrainte extérieure.”

© Alisé Meurisse. Roman à clefs, 2010.

Alizé Meurisse a une idée sur la question des vêtements. J’adore que de très jeunes femmes aient cette distance avec les diktats de la mode édictés par des messieurs très riches et qui continuent à s’enrichir sur le dos, c’est le cas de le dire, des femmes soucieuses d’être dans la bonne norme. Pour exemple, dans un Elle apportée ici par une amie (pour dire que je n’achète pas Elle), quelques « portraits » de femmes d’aujourd’hui qui bossent dans la mode et qui sont rédactrice de mode, assistante rédac mode etc, bref qui travaillent à Elle et qui se présentent sur la photo en jean, chemise ou tee-shirt simplissimes, veste style agnès b., baskets. Et qui parlent de leurs garde-robe composées principalement de ces basics incontournables, qui ne mettent des talons que quand leur boulot l’exige et qui, apparemment, n’en ont rien à foutre des tendances qu’elles infligent à leurs lectrices. Leurs basiques, c’est ce qu’on portait dans les années 80 et c’était très bien comme ça. Elles sont bien placées pour savoir où se trouve leur liberté. Question : Et si le prêt à porter versatile, coûteux et stigmatisant était notre burqa à nous ?

Texet et dessin © dominiquecozette

Categories: bouquins

Volet social

25/04/2010 un commentaire

L’idjéal serait qu’on paie très cher les travaux pénibles et sans valeur sociale. Les gens qui ramassent les ordjures, qui travaillent à la chaîne, qui bossent dans djes conditions climatchiques pénibles, qui transportent de grosses charges, qui sont harcelés par les horaires, que sais-je, tout ce qu’on ne souhaiterait à personne. Ainsi, leur boulot serait revalorisé, les postchulants seraient nombreux et entchousiastes, la masse de leur budget consacré à la consommation en serait largement amplifiée, donc le commerce plus florissant, le bâtchiment se porterait mieux et tout irait bien. L’état dépenserait moins de fric en allocations djiverses, l’absentjéisme et les accidjents de travail se mettraient à décroître, il y aurait moins de concupiscence sociale, moins de violence, le trafic de drogue apparaîtrait moins comme LA solution pour faire de la tchune. CQFDjé. Ça veut dire quoi déjà, ce logo ?

Texte et dessin © dominiquecozette

Categories: caustic

Ben, un autre bordel du vendredi

23/04/2010 Comments off

Comme je vous ai dit ce matin, c’était Strip Tease Intégral à Lyon, la grande rétrospective de Ben. Pas Ben Laden, mais le ben qui ne met aucune majuscule et qui n’arrête pas d’écrire des aphorismes sur les fournitures scolaires de vos enfants et les tee-shirts noirs des mecs aux cheveux poivre et sel. En vrai il s’appelle ben vautier et si vous allez voir son site ci-dessous, vous aurez une mince idée de ce qu’est cette expo : une quantité impressionnante d’écrits peints, de trucs ramassés par terre et collés sur des toiles, de photos surabondamment commentées, d’installations aussi fournies qu’une pizza US, de bidules dans des petites pièces diverses, de malles fermées à clé ou ouvertes sur des amas d’objets sans importance comme il dit, de milliers de propos sur l’art, le non-art, le tout-est-art, les critiques d’art, l’ego des artistes etc…
On en avait le tournis tellement c’était foisonnant. Et drôle bien sûr. Je me suis dit que je regarderai tout en détail dans le catalogue. Le catalogue pèse dix kilos, donc je l’achèterai à Paris, donc je vais sur son site et hou ! Un bordel ! Il l’appelle newsletter, il en ajoute chaque jour, des blagues du jour, des images du jour (ça, c’est pour les mecs), il y mille trucs à cliquer ! Ses vidéos, ses braillements, ses citations, tout, tout, tout… Ouf…Sa maison, c’est comme celle du facteur Cheval en plus colorée, en plus excentrique. Je ne sais pas ce qu’il a dans les boyaux de la tête, j’ignore comment Annie, sa tendre épouse, gère cet énorme nuage volcanique, je ne veux même pas imaginer comment c’est chez lui ! Mais au moins, il n’est pas avare de son art, de sa personne et de son exubérance. J’aime. Je comprends que ça peut fatiguer et que l’expo Turner, alors, apparaisse comme une aire de repos nécessaire.

Rétrospective de Ben : c’est au Mac de Lyon jusqu’au 11 juillet. Son site, c’est ici, c’est labyrinthique !

Categories: kultur

Autre rumeur présidentielle

22/04/2010 Comments off

Il se marre pas du tout

« Il paraît que Chirac se pique le nez à la coke. Enfin, c’est une rumeur. Mais il faut lancer des bruits comme ça. Parce qu’après, les gens répètent :
- Il paraît que Chirac est cocaïnomane.
- Non ? Qui vous a dit ça ?
- C’est Bedos.
- Ah, ben ça doit être vrai !
Ah! oui, oui, dans certains cercles un peu privés, Chirac, on l’appelle « Nez garni ». Lui, la droite, la gauche, au niveau de la narine en tout cas, il y a longtemps que le cloison a sauté ! »

« Parfois, j’isole un bonhomme dans la salle. Il est là, dans les premiers rangs, il se marre pas du tout.
Il me regarde, méchamment. Il a une tronche à faire partie du Rotary-Club…
Et quoi que je dise, quoi que je fasse — les autres autour, pliés — lui ne bronche pas. Il me fixe du regard, l’air mauvais.
Faut dire aussi qu’il était pas chaud, le type au départ, il voulait pas venir. C’est sa femme qui l’a tiré.
Lui, il aurait préféré rester devant le foot, à la télé. Alors, chaque fois qu’elle rigole, il la regarde :
- Pourquoi tu te marres ?
- (Elle) Tu peux pas comprendre.
A la fin de la soirée, ils sont au bord du divorce. j’adore ça. »

« L’Arménie, j’ai fait ce que j’ai pu. Je suis allé au gala de soutien, à l’Opéra.
Y avait plein d’Arméniens dans la salle. Je me suis dit : « avec le bol qu’ils ont, les Arméniens,
tu vas voir que le plafond de Chagall va nous tomber sur la gueule ! ».
Non, mais c’est vrai, ils n’ont vraiment pas de chance. Moi j’ose plus regarder Aznavour dans une émission.
J’air peur que le télé implose. »

« Bernard-Henri Lévy, ce Julien Clerc de la philosophie, qui se demande, avant de passer chez Pivot,
s’il va dégrafer le premier ou le deuxième bouton de son chemisier. »

© Guy Bedos 1989
dessin © dominiquecozette

Categories: people

Lolito

21/04/2010 un commentaire

Je ne vois pas trop pourquoi ça tombe sur moi. On a toutes fait la même chose. Après notre rude journée de travail — je bosse dans une société de service dont je tairai le nom — on a fait comme d’hab avec les copines. On est allées chez Patrick, le troquet d’en face, s’en jeter un, puis deux, puis trois puis finalement pas mal car on était une équipe de sérieuses et on n’avait pas envie de rentrer tout de suite. Puis y en a une qui a commencé à lorgner un mec qui lisait l’Equipe, une autre qui se frottait au chambranle de la porte comme Arielle Dombasles dans le film mémorable de son mari BHL, et une troisième qui hurlait à la lune, alors que la lune n’était que le vulgaire (enfin pourquoi vulgaire, direz-vous) réverbère de la rue. J’ai compris qu’elles étaient en chaleur, c’est normal, après des journées pareilles, il faut bien que le corps exulte.
Alors on est allées, oui, toute la bande, chez Monsieur Jacques, recueillir un peu de tendresse là où ça manquait. Oh, qu’ils étaient croquignolets, tous ces petits mâles qui nous tendaient les lèvres et les bras. Mon choix se porta sur un nouveau, Jon il s’appelle, trop cute avec ses petites dreads et ses biscottos de frimeur en herbe. Je n’ai pas été déçue, il s’est occupé de moi comme personne. Il a fait tout bien, style tendre voyou vous voyez ? Bref, tout s’est bien terminé. Sauf qu’aujourd’hui, tout le monde m’emmerde parce qu’il paraît qu’il n’avait pas 18 ans ! Pas 18 ans, Jon ? Et alors, on n’a qu’à abaisser la majorité des beaux petits mecs, ça paraît simple, non ?

Texte et dessin © dominiquecozette

Categories: fictions

Quoi, mon sac, qu’est-ce qu’il a mon sac, m’sieur Perec ?

20/04/2010 un commentaire

« Je persiste à me demander pourquoi tant et tant de gens sont fiers d’exhiber des sacs portant le monogramme de leur fabricant. Que l’on attache de l’importance à avoir ses initiales sur les objets que l’on affectionne (chemises, valises, ronds de serviette, etc.), pourquoi pas, mais les initiales d’un fournisseur ? Vraiment, ça me dépasse. » (Perec)

«  La mode est généralement saisonnière. Elle pourrait être mensuelle, hebdomadaire, ou mieux encore, quotidienne. Par exemple, il y aurait les habits du lundi, les habits du mardi, les habits du mercredi, les habits du jeudi, les habits du vendredi, les habits du samedi et les habits du dimanche. Même chose, évidemment, pour tous les autres faits de mode. L’expression « être au goût du jour » prendrait enfin un sens strict. » (Perec)

Ha ha ha !!! J’adore le terme de fournisseur ! Gucci, Chanel, Vuitton, Hermès, mes fournisseurs. Je dis « mes » mais je n’ai pas de sacs siglés, ni de faux sacs faussement siglés. Enfin, si, j’ai des pochons FNAC, parfois, ce genre, mais ils finissent vite à la poubelle. Des sacs de fournisseurs…Le blé qu’ils font là-dessus, les nanas sont folles !

Texte © Perec, peinture bidouillée © dominiquecozette

Categories: bouquins

Sauve qui peut (la vie)

19/04/2010 Comments off

« Godard. Je l’ai vu une fois à Paris. Il n’avait pas de scenario. Il m’a montré un truc assez court sur une K7. Il m’a dit : »c’est le film. » Puis je suis allé le voir en Suisse. Il est venu me chercher à l’aéroport. Dans la voiture, c’était bien parce qu’il ne parle pas et moi non plus et le seul truc que j’aie trouvé à dire c’était : « c’est vert », parce que je trouvais sur la route que tout était vert. Il m’a dit : « C’est bien, vous avez compris le film ». Le soir même, il nous a fait faire une rédaction. Il y avait Nathalie Baye, Isabelle Huppert et moi. Racontez le film que nous allons tourner. Moi, comme j’avais dit : « c’est vert », j’en ai été dispensé. Bon sansg, mais c’est Godard. »
« Travailler avec Godard, c’est être dirigé par un très grand chef d’orchestre mais il faut être un bon musicien, parce qu’il oublie de vous donner la partition. »

Texte © Jacques Dutronc
Photo © dominiquecozette, sculpture de la ferme aux Crocodiles.

(Si demain vous n’avez pas de blog, allez vous plaindre auprès de la SNCF, merci).

Categories: kultur

L’autre docteur Freud

18/04/2010 2 commentaires

Vous vous trouvez grosse ? Vos cuisses vous paraissent énormes ? Votre ventre vous semble pendre sur vos gras genoux ? Vos seins vous sont comme deux planètes felliniennes ? Le tour de vos bras est monstrueusement comparable au tour de hanches de mannequines ordinaires ? Et votre tour de taille est enfoui sous le plissement hercynien de votre torse ? Et votre peau !!!  Votre peau, parlons-en ! Où est la lissitude enviable car photoshopée des moindes égéries sur papier glacé ? Quelle est cette pauvre enveloppe charnelle distendue irrégulièrement, semée de plaques rougeâtres, de vagues hématomes, de réticulations veineuses bleutées ou violacées, de parties blanchâtres ou verdâtres selon la pression sur elle exercée. Votre visage lui-même, recouvert de cette même matière, vous apparaît-il indigne de figurer  sur la carte de bibliothèque d’une modeste commune suburbaine ?
Homme, vous-même, ne vous voyez-vous pas flatulent, ventripotent, variqueux, mou du gland et des bourses, las du regard, gras de la paupière et clairsemé du cheveu ?
Alors, hommes, femmes désappointés, complexés, ankylosés, voici le remède pour vous remonter le moral : aller voir ce bon docteur Freud. Pas n’importe lequel. Le petit-fils, alias Lulu, oui, le peintre là, qui expose à Beaubourg et qui fait rien que de nous montrer de sublimes monstres de laideur. Allez-y voir, je vous jure, vous vous trouverez d’un seul coup très acceptable voire carrément baisab’. Hummmm, quelles chairs, ma chère ! Trop beau aussi les feuillages, les toitures, tout quoi ! Lifting du cerveau en même temps…

Pour voir plein de tableaux (et pas que ceux de Beaubourg)  cliquez ici.

Texte © dominiquecozette
Dessin très modestement d’après Lucian

Categories: kultur

Remèdes de bonne femme

16/04/2010 Comments off

Fillette de huit ans.

Entendu sur Inter cette semaine : les divers polluants, pesticides entre autres, de nos grosses industries pétrochimiques multinationales, ultrapuissantes et sans contrepouvoir commencent à faire éclore ça et là sur terre de nouvelles femmes. Chouette vont se dire les gros machos et les champions de golf toujours à la recherche du 19ème trou. Eh bien pas chouette du tout, car les produits ainsi balancés dans la nature, c’est à dire partout, provoquent chez les fillettes des pubertés précoces. A huit/neuf ans, ce sont des petites femmes parfaitement équipées … Pas du tout réjouissant.
Certains vont me dire : on s’en fout, que ça leur arrive plus tôt, quelle importance ?
Alors en voilà une autre, pour vous les hommes,  qu’on a développée dans le spectacle des 3 Jeanne, d’après des documents scientifiques et avérés : ces saloperies rejetées par la pétrochimie sont en fait rien de moins que des sortes d’oestrogènes. Et alors ? Alors ça commence à contrarier la testostérone et à déviriliser nos amis les hommes. Les spermatozoïdes sont bien moins nombreux qu’avant et ça ne s’arrange pas. Chez les oiseaux, les mâles se mettent à couver, du moins ceux qui ne le faisaient pas. Notez, c’est peut-être que d’un seul coup une bonne conscience s’est emparée d’eux .
Alors que faire ? Rien. Parce que si l’environnement est saturé d’oestrogènes, qui va en profiter ? C’est bibi ! Finie la ménopause ! Finies les bouffées de chaleur et l’ostéoporose ! Les mémères vont se rebiffer ! D’ailleurs, c’est déjà fait, les cougars guettent leurs proies… des proies qui en ont encore dans la culotte, mais jusqu’à quand ?

Texte et dessin © dominiquecozette

Categories: du vrai

Golden (para)chute

15/04/2010 un commentaire

Monsieur T. était serein. Ses actionnaires heureux. Ses reprenneurs satisfaits. Toute sa production avait était délocalisée. Oui, toute, même le département luxe. Il allait pouvoir repartir sur un autre projet, une énorme restructuration qu’il était le seul à pouvoir réussir. Il avait les couilles pour ça. Il ne lui restait qu’à sauter de ce beau jet et se laisser porter par le mirifique golden parachute qu’il avait bien mérité. Le plus vaste de toute l’histoire des golden parachutes. Un record dont tous les medias du monde ferait état dès que. Dès qu’il s’ouvrirait, ce putain de bordel de parachute !
- Que se passe t-il ? se demandaient, inquiets, ses observateurs derrière leurs jumelles.
Ah, ça y est ! Ouf, putain ! Le stress ! L’énorme parachute blinguissime finit de s’étaler dans l’éther dans un bruitage soyeux. Monsieur T.,  qui n’en était pas à son premier saut,  avait déjà le projet de sortir le cigare mahousse qui portait son nom afin de montrer à ses pairs qu’il avait  la situation bien en main. Mais au lieu de ralentir, la chute s’accéléra et oh ! mon Dieu…
- Oh mon Dieu ! s’écrièrent les observateurs derrière leurs jumelles en même temps que leur sang se glaçait d’effroi.
A la vitesse de la lumière, et alors que le parachute s’était mis en torche, monsieur T. admit que l’idée de délocaliser la production luxe — notamment les golden parachutes — en Erythrée était une erreur. Il envisagea le limogeage immédiat de son service export et la mise à pied du foreign manager pour faute grave. Mais, la croûte terrestre se rapprochant dangereusement, il réalisa qu’il était trop tard pour ce genre de décision. Il ressentit une profonde nostalgie pour la fête de ce soir, espéra qu’ils viendraient nombreux à ses obsèques, déplora néanmoins les futurs sarcasmes des journalistes et humoristes de merde à son endroit. Il s’autorisa un pet — a golden fart —  ce qui le fit sourire au moment où il toucha terre. Pour la première fois de sa vie, il s’écrasa.

Texte et dessin © dominiquecozette

Categories: fictions

Baisers volés

14/04/2010 Comments off

Lettres des années 60 :

« Je suis toujours avec Pierre S. Je l’aime de mieux en mieux. Au début, j’étais allée avec lui comme ça, faute de mieux, mais maintenant, je ne regrette pas. Il m’aime bien, je crois et plusieurs fois m’a demandé si ça me plairait de me marier avec lui. Au début je lui disais et me disais : « l’est pas fou ? » mais maintenant j’aimerais bien. Je ne lui dis pas car d’ici quinze jours, ça ne me plaira peut-être plus…(…)  Dis-toi bien que c’est drôle car en ce moment je pense sérieusement à me marier (surtout avec ce que tu m’as dit pour l’EFAP, je ne sais plus quoi faire à la rentrée. D’ailleurs tout le monde ici me dit que je suis tombée sur un mec bien, le mieux peut-être de la vallée, je vais finir par le croire. Enfin, rien n’est encore sûr. …(…) Ce n’est plus la grande entente avec Pierre. Le soir même de la lettre on se disputait  et ça a été fini pendant deux jours. Maintenant, ça a repris mais l’équilibre reste précaire, je reste à l’hôtel de Paris et je vois Pierre deux minutes par jour, il vient me dire bonsoir en passant au Bivouac. Tout change. »(Monica, Chamonix 68)

« Il y a des moments où je me demande si je vais pouvoir supporter son absence cinq minutes  de plus. J’ai l’impression que je vais en mourir. Et puis cinq minutes passent et je suis toujours vivante » (Marianne 66)

« Je vous écris pour vous dire que je vais me marier avec Christian (…) J’ai enfin trouvé du travail, je suis vendeuse chez Prébac, à Alésia, rue du Général Leclerc. Je m’y plais bien car c’est un magasin de jeunes et qu’il y a une ambiance sympathique avec les vendeurs et vendeuses. J’ai hâte d’être au 30 avril car Christian est un garçon vraiment formidable malgré qu’il ne soit pas très yéyé. Mais que voulez-vous, on ne peut pas tout avoir. » (Brigitte, Chatenay-Malabry 66)

« J’ai apprécié le tact avec lequel il a ébauché le flirt. Il est terriblement doux. Cela n’a rien d’extraordinaire, mais cela devient tellement rare à notre époque, qu’on apprécie plus. J’ai horreur des « types-qui-t’embrassent-fougueusement » du genre tu m’plais, j’te désire et point final !…Je n’ai pensé à personne d’autre pendant toute la nuit dans le train, bien que je l’aie passée dans les bras d’un certain Patrick F, mignon, yéyé dans la juste mesure, sympa et très vivant. Merci à lui de m’avoir un peu (très peu) adouci la séparation ! » (Caroline, Noisy 67)

Ça me fait toujours marrer de revoir comme on vivait l’amour à l’époque. On avait beau aimer terriblement un garçon, on ne se privait pas de papillonner à droite à gauche… On ne s’encombrait pas trop de principes, finalement, on cueillait les aventures comme elles arrivaient, avec beaucoup de légèreté. Antoine avait beau chanter la pilule , elle n’était pas encore en vente dans les Monoprix. La révolution sexuelle commençait à s’ébaucher mais le flirt restait la pratique principale. Ça ressemblait à Baisers Volés de Truffaut ou Féminin-Masculin de Godard,

Texte collectif. Dessin © dominiquecozette

Categories: du vrai