Accueil > bouquins > Calamity banks de Denis Robert

Calamity banks de Denis Robert

25/03/2010

Vilain banquier !

« Les banques sont le fleuron du capitalisme. Elles sont aussi les sociétés les plus incontrôlables. L’un ne va pas sans l’autre. Toutes ces banques au hit parade de Forbes ont ouvert des milliers de comptes dans tous les paradis fiscaux de la planète. D’un côté, on vante leur sérieux et leur stratégie. D’un autre, on les laisse défiscaliser à tout va. Les journaux n’évoquent jamais ce double jeu. Les journaux ne parlent jamais de leur pouvoir mais se lamentent sur leur sort en cas de faillite ou de krach. Les banques sont de très gros annonceurs. De plus en plus de médias appartiennent ou sont gérés par des pools bancaires. Les banques sont à l’origine et à la conclusion de tout ce qui fait la vie économique et financière de nos sociétés. Elles sont intouchables. Elles sont utilisées comme façade légale et porte d’entrée par le crime organisé dans nos sociétés. Je me suis intéressé à elles parce que j’ai compris qu’elles étaient une des clés du système de contrôle et d’appauvrissement de nos sociétés.
La banque, l’argent ne lui coûte rien.
Elle le fabrique et le revend. Le cash, c’est pour la galerie ou les distributeurs automatiques. 99% des masses monétaires qui circulent dans le monde sont virtuelles. Cette monnaie est investie en actions et en obligations. Puis, pour une part considérable, cachée dans des paradis lointains. Les banques savent y aller. Elles peuvent y libérer leur rapacité. La seule différence entre une banque et une autre réside dans sa communication. L’image qu’elle donne au monde. En vitrine, elles minaudent. Dans l’arrière-cuisine, elles sortent les griffes et les couteaux. (…)
Les batailles sont terribles en coulisses. BNP a croqué Paribas. Citigroup a dévoré la banque d’investissement de Schrodres. Deutsche Bank et Dredner Bank ont muté. HSBC a englouti le Crédit commercial de France …(…) Après avoir digéré, elles continuent leur business qui consiste à s’engraisser sur le dos des Etats. Et donc à faire les poches des habitants de ces Etats. »

© Denis Robert. Une affaire personnelle (Flammarion 2008)
Dessin © dominiquecozette

PS : Pas de billet demain : allez voir le bordel du vendredi de Pag Clic here => Blog de Pierre Arnaud Gillet. Oui, je sais, je n’ai pas encore inscrit mes liens sur ce blog, ce n’est pas sympa, mais ça va se faire, promis !

Categories: bouquins
Les commentaires sont fermés.