Accueil > caustic > Couchée, sultane !

Couchée, sultane !

02/02/2010

Tous les jours se faire la plus belle, passer des heures à s’émollier dans le bain chaud, à s’extraire les sucs impurs, à étriller sa surface, à y faire circuler la vie, à extraire les pilosités dans les moindres recoins, à oindre la masse capillaire, la faire reluire aux huiles parfumées, idem pour les ongles qui se doivent d’être rigides et épais, nacrés et parfaitement ovalés, puis ensuite le maquillage, les pigments, les khôls, les onguents, les préparations karitéennes, des heures tous les jours pour se faire la plus belle dans ce palais mirifique aux trente femmes. Et encore des heures à s’assortir au temps, aux lumières, aux états d’âme par des étoffes somptueuses, soyeuses, mouvantes, crisseuses ou voileuses afin d’apparaître comme la plus belle des belles lorsque le sultan vient y choisir son plaisir du soir et de la nuit.
Eh bien, sans moi. Et puis quoi ? Il n’a qu’à me prendre comme je suis. Et de toute façon, je n’aime pas qu’il me prenne, je n’aime pas ses bras grassouillets, son corps rebondi, son torse moelleux et glabre, quasi eunuquéen. Je n’aime pas qu’il prenne son plaisir sans me donner le mien avec son petit sexe impatient et ses grognements puérils. Moins je le vois et mieux je me porte. Si je m’ennuie ? L’ennui n’existe pas dans une tête de femme. Une femme, c’est comme un chien ou une chatte, ça accompagne le temps qui coule, ça pépie joyeusement ou ça somnole passivement à l’endroit où elle s’est posée en attendant la suite des événements.

Texte  et dessin © dominiquecozette

Categories: caustic
Les commentaires sont fermés.