Accueil > kultur > Mes chaussures en peau de schtroumpf

Mes chaussures en peau de schtroumpf

25/01/2010
bonpied

Vous les avez vus pour ma bonne année, mais j’aime bien qu’ils re-servent. Ce sont de bons pieds comme on dit à la caserne de Bonneuil (94). Alors voilà, c’est l’histoire d’un gars qui a une superbe paire de pompes en daim bleu, comme ses pieds car c’est un schtroumpf, et il y tient plus qu’à la prunelle de ses vieux (ses vieux fabriquent une liqueur de prunelle extra, c’est son alcool de prédilection). Et y a un de ses potes maladroit, le genre qui renverse son cocktail blue lagoon sur ton smoke, qui fait gicler le jus de sa langoustine sur ta chemise et la goutte de citron dans l’oeil de ta meuf qui est en phase d’adaptation de lentilles de contact. Alors le mec aux pompes bleues le prévient : je te préviens, mec, tu me marches pas sur les pompes, OK ? Tu peux faire tout ce que tu veux, m’envoyer un coup de tatane dans le gueule, écluser mes bouteilles de prunelle de mes vieux, foutre le feu à ma baraque, accrocher une photo de Sarkozy à mon rétro, faire des trucs avec ma meuf, tout, tu m’entends, tu peux tout me faire mais pas touche à mes pompes en daim bleu.
Alors qu’est-ce qu’il a fait le mec ? Il lui a foutu un coup de tatane dans la gueule, après, il s’est soulé avec les bouteilles de prunelles de ses vieux et puis il a niqué sa femme qui ne demandait que ça, il l’a embarquée dans la caisse du mari en accrochant une photo de Sarkozy au rétro (ça aide quand il y a un alcootest), puis il a foutu le feu à la baraque du mec et il s’est cassé. Il a plus jamais entendu un mec le gonfler avec ses pompes en daim de quelle couleur qu’assoient (heu… il sait pas trop si on dit comme ça, mais vous comprenez l’idée).

Dessin et texte © dominiquecozette d’après la chanson Blue Suede Shoes, paroles et musique de Carl Perkins, chantée aussi par Elvis the Pelvis et inspirée sans doute des célèbres Creepers en daim portées par les groupes de rock en costumes satinés ou smokes écossais de cette époque bénie.

Categories: kultur
Les commentaires sont fermés.