Accueil > kultur > Enfance de lard(on).

Enfance de lard(on).

19/01/2010

« J’ai joué du clairon dans la phalange enfantine des sapeurs pompiers de Reims et de la trompette, dite d’harmonie. Je ne sais pas à quoi c’est dû, mais je faisais partie de ces gens qui pensent que ce n’est vraiment pas pour eux, les choses artistiques. Mes parents espéraient pour moi un boulot à la poste. Une bonne place et en plus, on a les vêtements, on n’use pas trop ses vêtements personnels. Plus tard, ils ont été très inquiets, ils ne comprenaient pas trop ce que je faisais, je travaillais vaguement dans des journaux où on écrivait « ta gueule ! » à la une. Ça ne pouvait pas bien être intelligent tout ça. Moi, je suis venu un peu par hasard à l’écriture, à l’inverse des gens qui écrivaient déjà des poèmes dans les marges de leurs cahiers. Le contraire des gens comme mon fils. Nous, les gens de 45 ans* d’un certain milieu, on a l’impression qu’on a tous les mêmes gosses, des gosses pas cons mais qui ne foutent rien, qui dessinent ou qui grattent un peu la guitare, qui ne savent pas ce qu’ils vont faire. Ce qui est certain, c’est qu’ils ne vont pas aller à l’usine ou à la poste. C’est seulement dans les sphères artistiques qu’ils cherchent. Ils ne voient pas ce qu’ils pourraient faire d’autre que d’écrire des livres ou d’enregistrer des disques. Pour moi, c’était tout à fait le contraire. Tout ça n’était pas pour nous. »

Très vieil extrait d’une interview de Jackie Berroyer réalisée pas Sylvain Bourmeau et Gilles Tordjman, vraisemblablement aux Inrocks dans les 90′s. (* Berroyer est né en 46)
Dessin © dominiquecozette

Categories: kultur
Les commentaires sont fermés.