Archive

Archives pour 10/2009

On dirait le sud

15/10/2009 Comments off

Ce n'est pas du Uncle Ben's

C’est un endroit qui ne ressemble ni à la Louisiane ni à l’ l’Italie mais ça pourrait être joli, c’est le Sud, le temps dure longtemps et la vie pas vraiment, quelques petites années, et toujours en été.
Il y a plein d’enfants qui se meurent sur le sable, il n’y a pas de chiens ni de chats, il manque de tout, pas d’eau, rien à manger.
Un jour ou l’autre il faudra qu’il n’y ait  plus la guerre mais on ne sait pas quoi faire pour l’empêcher, c’est le destin.  Si ça arrive, tant mieux pour le Sud, ce serait vraiment  bien, on pourra alors vivre plus d’un million d’années, et toujours en été.

Toujours en été, Nino, auteur de la chanson originale,  s’est tiré une balle de fusil dans un champ de blé, il ne se remettait pas de la mort de sa mère. Nino, je l’ai un peu connu dans son époque flamboyante, dandy, Bentley et Jaguar, pourquoi n’avoir pas gardé Ferrari comme nom, verres de Murano, cigares commak, masseur pour ses deux femmes, mais ça, c’était aussi à l’époque où je portais un ensemble tunique-pantalon en soie indienne couleur émeraude.

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Parce que personne ne pourra le raconter à ma place. C’est fort comme justification, non ?

Texte © dominiquecozette, inspiré par Nino Ferrer
Peinture © dominiquecozette pour l’expo 111 des Arts à Lyon du 10 au 22 novembre.

Categories: kultur

Incognita

14/10/2009 Comments off
Pas le portrait de ma nana

Ceci n'est pas ma nana

Ça, c’est deux dessins que j’ai faits de ma nana, hier soir, avec peu de lumière, parce qu’elle n’aime pas rester nue devant moi. Pourtant bon, le reste du temps, enfin bref… C’est le fait de poser en pensant que je l’examine sous toutes les coutures qui  l’insupporte. Donc, peu de lumière. En plus, elle a honte à l’idée que quelqu’un de notre entourage, ou de son boulot, ou de sa future carrière, pourrait la reconnaître. Elle m’a donc supplié de ne pas la reproduire telle qu’elle est. J’ai du changer son corps, dommage car en vrai elle a une taille très fine et des formes généreuses. Il a fallu que je gomme tout ça.  J’ai changé aussi les cheveux, elle les a différents, je ne peux pas vous dire comment sinon elle va criser. En dernier ressort, elle m’a demandé de la passer sur photoshop, de retirer le grain de beauté, de la passer en négatif et de ne pas trop contraster. Bon. Si je marque  Mauricette sous l’image, ça ne vous dira rien car le prénom a été changé, forcément. Moi-même, je ne vous dis pas qui je suis, d’ailleurs je ne vais plus jamais la dessiner et puis pour finir, je vais la quitter et trouver un vrai modèle. Je suis peintre, fauché, et je me demande ce que je fous avec une femme que j’aime, c’est clair, mais qui met des bâtons dans les roues de mon art. Voilà.

Texte et dessin © dominiquecozette

Categories: fictions

Sculpteur corrosif

13/10/2009 Comments off
L'homme de fer

Homme de fer

J’adore Julien Allègre ! Il est jeune, grand, beau, il a un charmant accent du soleil et surtout, il a un talent d’enfer. Il est sculpteur. Il ne sculpte pas, il déforme, reforme, réforme, soude, dessoude, ramasse, trie, plie, assomme, que sais-je, je n’ai pas encore réussi à aller le voir dans son atelier de Vaison la Romaine. Ce sont ses personnages qui me sont tombés dessus, que ce soit au grand marché de la Bastille, dans une galerie place des Vosges, ou sur une restanque dans le Vaucluse. Des characters bien bruts, et pas bidon bien que souvent fabriqués dans cette matière qu’est le vieux machin pourri et abandonné. C’est du lourd, du maousse, de l’inoxydable. Pour le voir, cliquez sur ce lien et/ou venez le découvrir à Mac 2000 Paris en novembre à l’espace Champerret. C’est géant. (profitez-en pour me dire un petit bonjour, j’y serai aussi). C’est du 19 au 22 novembre.

texte © dominiquecozette
bad photo © dominiquecozette
sculptures : Julien Allègre.

Categories: kultur

Délicatesse

12/10/2009 Comments off

Excusez-moi d'exister

J’avais fait le ménage et tout et tout quand une bande de CRS est venue pour me virer. Oh, ils ont été très délicats, ils ont retiré leurs pompes pour pas salir, en même temps, un bataillon de CRS en chaussettes, ça fouette, mais on ne peut pas leur en vouloir. Sinon, monsieur Besson est très sympa, il essaie d’arrêter les trafiquants de migrants qui en veulent à nos pauvres pécules, et de le faire avec humanité, mais fermeté comme il l’a dit, vous comprenez, c’est difficile d’arracher tous ces jeunes gens forts et désespérés à cette jungle, de détruire leur cabanes pour qu’ils aillent voir ailleurs s’il y est, le problème, c’est qu’il est partout avec ses troupes, donc c’est pas facile pour nous non plus, on ne peut pas se dissoudre comme ça. On aimerait mieux que ça se passe bien dans nos pays, rester dans nos maisons en dur avec nos amis pas loin et nos familles, croyez pas qu’on fait ça pour embêter messieurs Besson et consorts, on est juste des gens. Alors oui, un doigt de délicatesse dans ce monde de bruts, j’apprécie.

Texte © dominiquecozette
Peinture © dominiquecozette pour l’expo les 111 des Arts à Lyon du 10 au 22 novembre.

Categories: politic

Jamais le dimanche

11/10/2009 Comments off

Bloody sunday...

C’est pas la peine d’insister, je te l’ai dit : je reste fermée le dimanche. Hier, j’étais ouverte, t’avais qu’à en profiter. Je suis ouverte toute la semaine, du lundi au samedi minuit, jamais de vacances sauf quand tu t’es barré, alors qu’est-ce que tu crois, je suis pas à ta disposition, nous les femmes on a aussi le droit de tirer le rideau. Quoi les autres meufs, bah vas-y voir les autres meufs, ça me fera des vacances, si elles ont envie de s’ouvrir le dimanche ça les regarde, c’est pas le mec de l’UMP qui va me dicter ma conduite. Moi,  je suis pas payée comme lui, j’ai pas des frais de représentation, une bagnole de fonction, des notes de frais, des avantages de toute sorte, j’ai pas un siège à l’hémicycle pour me rebecter quand je suis nase, et arrête d’insister, c’est usant ça, la plupart des meufs, elles préfèrent dirent oui parce que ça va plus vite que de défendre son intimité, parfaitement, arrête de rire, non mais c’est pas drôle, mais oui je suis bien avec toi, c’est pas le problème mais y a des jours pffff, bon, allez, d’accord, mais vite fait hein, et puis ce soir, tu m’invite à la pizza, OK ? (Je n’ai aucune volonté).

Texte © dominiquecozette
Peinture © dominiquecozette pour l’expo les 111 des Arts à Lyon du 10 au 22 novembre.

Categories: caustic

photobeurkite

10/10/2009 Comments off

Aucune photo d'elle

Plus beau bébé du monde, puis plus belle petite fille de toute l’école, Héloïse  est aujourd’hui à tomber. Une beauté incandescente, un regard insoutenable, une attractivité hors du commun, hommes / femmes/ enfants. Un problème ? Oui, bien sûr. THE problem : en arrêt sur image, en photo quoi, elle est d’une rare laideur. Repoussante. Nul ne peut l’expliquer. Combien pourtant ont tenté LA photo où elle serait enfin elle-même. Balpeau. Amateurs, professionnels,  Harcourt, elle-même, tous ont échoué. Sur chaque photo : hideuse. Ça semble idiot, comme ça, mais imaginez la vie de cette pauvre Héloïse que tout le monde veut immortaliser, obligée de se cacher des objectifs, des téléphones portables, de se porter pâle dans les fêtes et les mariages sous peine de laisser d’horribles souvenirs ! Pour ses papiers, on a toujours fait faire son portrait par un hyperréaliste, sinon, elle ne passait pas les douanes. Et voilà qu’un jour, elle entendit parler de son négatif, un homme d’une laideur accablante mais d’une beauté hors norme sur chaque cliché. Vie cauchemardesque itou, pour la raison inverse. Ils se trouvèrent, se firent tirer le portrait, lui de face, elle de dos contre lui  et décidèrent d’unir leurs malheurs. Ils ne furent jamais très heureux et leur vie s’écoula au rythme des milliers  de photos que le mari continuait à s’infliger chaque année. Ils ne firent pas d’enfants, pas de fêtes, pas de vagues. Ils disparurent peu à peu à la manière d’un fading out de cinéma. Il n’existe aucun portrait d’elle. Frustrant / excitant / déroutant. Mystère…

Categories: fictions

Glutron

09/10/2009 Comments off
Ah, quel glu !

Ah, quel glu !

T’es tranquille dans un boîte, cool et là, y a un mec qui vient te brancher pour danser. Mais je le kiffe pas trop. Je décline. Alors il insiste, il me raconte des trucs sur ce qu’il aurait pu être, avec de la chance, mais qu’il n’est pas, et il ajoute :  je vous’emmerde. Le mec frustré qui fait que se prendre des râteaux. Bon. Et ce con, il reste planté là, relou, à insister, genre qui a fait une fixette sur moi. Je rêve ! Il continue à m’importuner, se dit poète maudit. Il fait chier. Je l’invite à dégager. Je lui propose même une bière au bar mais ça ne lui dit rien, trouve qu’il a déjà assez bu. Quel chieur. Je le traite de connard, de puceau mais ça n’a pas l’air de l’atteindre. Il a beau répéter qu’il m’emmerde, il reste là, à me fixer de son oeil torve. Un vrai glutron.  J’vous jure, c’est quoi, ce taré ?

Voir ce clip de Katerine, très marrant. Déjà 10 ans !

Texte © dominiquecozette d’après la chanson de Philippe Katerine « je vous emmerde »
Photo blurrée © dominiquecozette

Categories: kultur

Crise de PFOA

08/10/2009 Comments off
Aïe, aïe, aïe !!!

Aïe, aïe, aïe !!!

Maîtres queux et maîtres pas queux – pas qu’eux d’ailleurs – nos amis les hommes sont tous attachés à leur « qu’est-ce qu’on mange »? Et là est le hic parce que soit ils cuisinent, soit ils se font livrer. Dans le premier cas, ils le font dans la poêle BIIIIP qui n’attache pas, et dans le deuxième, ils réchauffent leur pizza dans sa boîte au micro-ondes (je résume). Ce faisant (je ne parle pas de l’homme, c’est une expression), ils s’envoient une bonne dose de PFOA dans j’sais pas quelle partie du corps, en tout cas, à l’arrivée, c’est comme une arme de destruction massive pour leurs spermatos. PFOAAAAA !!! Ils n’en reste plus que 5 millions dans un mm2 d’éjaculat. Qu’est-ce qu’on va foutre de ça ! C’est moitié moins qu’une dose normale, la dèche quoi ! Entre parenthèses, vous vous rendez compte du gâchis, tout ce qu’il faut que les mâles produisent pour que l’un de ses p’tits têtards, après une course effrénée, réussisse à frapper chez M. Ovule, à glisser sa flagelle dans l’entrebâillement d’icelle en vantant les mérites de son ADN justement en promo ce jour et payable en nature, puis à fusionner avec l’unique noyau – encore appelé ovocyte – à lui imposé. Ça, c’est l’hypothèse optimiste. La pessimiste justement, c’est où nous sommes : la fertilité des hommes baisse. Parce que leurs troupes sont décimées, donc, comme au tour de France, ne peuvent pas assurer la victoire. A cause des poils ? Mais non voyons, des poêles BIIIIP, des cosmétiques, des imperméabilisants, cartons, moquettes, textiles, mousses anti-incendie, aïe, aïe, aïe ! Y en a partout, du PFOA. Une nouvelle façon de régler le problème de la surpopulation de la planète ?  Faut pas que ça nous coupe l’appétit non plus !

Texte © dominiquecozette d’après l’article « friture sur les spermatos » d’Eliane Patriarca (je n’invente rien !) dans le Libé du 06/10/09. Dessin © dominiquecozette

Categories: du vrai

La galerie s’amuse

07/10/2009 Comments off
rien à voir

rien à voir

Hier, c’était ma journée visite de galeries selon un parcours d’artistes que j’avais envie de voir, Virginie Barré et Annette Messager.  Passant devant une galerie de Saint Germain des Pieds oui, parce que ça use, je vois un petit attroupement devant l’une d’elles. Petit attroupement d’Asiatiques, jeunes, filmant et shootant. Et dans la galerie, une artiste du même continent, à quatre pattes sur le carrelage foncé, piochant d’une boîte de carton une poudre beige, genre gros sel mal blanchi et, de sa petite main adroite, la répandant en une sorte de flaque. Puis se penchant sur le résultat et soufflant doucement sur certaines régions pour les faire déguerpir vers d’autres, et reversant de la poudre, soufflant, reversant, soufflant…. sous l’oeil absolument concentré des jeunes émules compatriotiques. Autre galerie, autre style,  des grands portraits (ou drapeaux US) fabriqués avec des tous petits carrés de bois peints de motifs thématiques, soit des fleurs,  des visages ou encore des sexes. Un boulot ! Il s’appelle Cameron Gray. C’est un peu comme celui qui avait réalisé sur commande un portrait de Bush et que Bush avait refusé parce que justement il n’était qu’un assemblage d’anus horribilis. Très ressemblant, forcément. Petit tour au squatt Rivoli près de l’ancienne Lintas, au sixième étage, un artiste qui n’a pas de site ni de carte imprimée ni rien, qui peint avec n’importe quoi, ce qu’il trouve, sur du bois usagé. Ça m’a beaucoup plu, si vous y passez, il s’appelle Barroux. Il  fait aussi des livres pour enfants. Et ce soir, il y a vernissage du lieu, si vous passez par là. Cela dit, c’est ouvert tous les jours sauf le lundi. C’est un joyeux foutoir, comme avant, qui pue la térébenthine.

Texte et image © dominiquecozette

Categories: kultur

Bébés objets ?

06/10/2009 Comments off
ni une valeur refuge !

ni une valeur refuge !

Ça allait déjà mal dans ma boîte il y a une dizaine d’années. Plans de licenciement en perspective, pas d’augmentation en vue, ambiance à chier avec des patrons terrifiants de nullité. Ce qui poussait naturellement les femmes en âge de procréer à procréer (quel style, ce matin !) puisqu’il n’y avait rien à attendre côté boulot si ce n’est ne pas se faire lourder. Des gros ventres partout dans les couloirs, les réunions, à la cafèt, ce qui faisait dire à ce patron fin psychologue « Vous voyez bien que tout ne va pas si mal, sinon, on ne ferait pas d’enfants ».

Actuellement, je prépare mes 3 salons de novembre. Cette peinture est un petit format pour les 111 des Arts de Lyon (10-22 novembre), expo caritative au profit d’enfants hospitalisés :  111 artistes exposent une dizaine d’oeuvres 20×20 qui sont vendues 111 euros dont 48 pour l’artiste, le reste pour l’asso. D’autres expos se déroulent à Paris et à Toulouse. Site  ici. C’est un ancien patron de pub de chez Ketchum, attention à ne pas trop l’éternuer, Paul Lévy, aujourd’hui décédé, et sa femme Claudine qui ont créé ce salon.  Il se déroulait au départ face à Beaubourg. Ils ont fait des petits, il y a eu des sécessions, et Claudine en a recréé un à Marseille mais je n’ai pas réussi à le trouver. Si quelqu’un connaît…

Texte et peinture © dominiquecozette

Categories: caustic

Exactitudes ©

05/10/2009 Comments off

exa1exa2exa3Rotterdam-based photographer Ari Versluis and profiler Ellie Uyttenbroek have worked together since October 1994. Inspired by a shared interest in the striking dress codes of various social groups, they have systematically documented numerous identities over the last 14 years. Rotterdam’s heterogeneous, multicultural street scene remains a major source of inspiration for Ari Versluis and Ellie Uyttenbroek, although since 1998 they have also worked in cities abroad.
They call their series Exactitudes: a contraction of exact and attitude. By registering their subjects in an identical framework, with similar poses and a strictly observed dress code, Versluis and Uyttenbroek provide an almost scientific, anthropological record of people’s attempts to distinguish themselves from others by assuming a group identity. The apparent contradiction between individuality and uniformity is, however, taken to such extremes in their arresting objective-looking photographic viewpoint and stylistic analysis that the artistic aspect clearly dominates the purely documentary element.
Texte : Wim van Sinderen, Senior Curator Museum of Photography, The Hague
Photos : Ari Versluis. Casting : Ellie Uyttenbroek

D’autres centaines de pages et milliers de photos : Lien ici

Categories: kultur

Rain and tears

04/10/2009 Comments off

trop dure la vie

Elle pleure parce qu’elle a perdu son iphone, que son amoureux l’a appelée Laetitia chérie au lieu d’Aurélia chérie, qu’elle déteste l’ambiance de son bureau délocalisé dans le nouveau 9-3, qu’elle a loupé la première soirée spéciale zapping, qu’elle en a marre de grossir dès qu’elle mange au resto, qu’elle a chopé une mycose à la piscine, que sa meilleure amie a une autre meilleure amie, qu’une jeune nana l’a traitée de grosse pute dans le métro pour une histoire de place assise, qu’elle n’a toujours pas de gosse à 36 ans, que son zizi la gratte depuis qu’elle a couché avec son stagiaire, que son nouveau voisin du dessus a une copine bruyante, que Cédric a mis une photo d’elle sur FB où elle montre ses seins, qu’elle n’a pas été augmentée depuis trois ans, qu’elle ne voit pas comment elle pourrait UN JOUR avoir son appart à elle, qu’elle a encore pris une mufflée toute seule hier soir devant sa télé, qu’il va encore pleuvoir demain, que sa banque vient de lui rappeler qu’elle était dans le rouge, que sa mère quittait son père pour suivre un éleveur de chiens portugais, qu’elle n’a rien à se mettre pour la teuf de Samir, que tout le monde se fiche pas mal qu’elle pleure. Surtout ça : tout le monde s’en fiche ! Vie de merde !

Texte et dessin © dominiquecozette

Categories: fictions

Les pieds de Damoclès

03/10/2009 Comments off
Un bouton sul pif !

Un bouton sul pif !

Arielle est très vénère. Elle a rencart avec Bernard-Henri chez Lipp, mais pas que lui, toute sa bande, et il l’a priée d’être parfaite. Béhache ne tolère pas le moindre bug chez une meuf, un ongle niqué et « casse-toi pauv’ conne », un poil sur le menton et « t’ar ta gueule à la télé », un cil qui pend et « qui t’y es toi ? ». Les pieds de Damoclès, ce genre. Bref, c’est pas la joie avec son bouton sul pif, pépère va encore nous faire une lévyte (inflammation de son moi), ça va dégénérer en castagne et tout Saint-Germain va rejouer la rue Gay-Lussac. C’est pas qu’elle a pas essayé de le planquer, son furoncle, mais les crèmes cache-varices et les fond de teint ciné, c’est encore pire. Elle a téléphoné à sa cops qu’est marida avec le nain – lui, il supporte tout d’elle, elle a du pot – et elle lui a demandé de demander au service image de l’Elysée (mais non, connasse, pas l’Elysée-Matignon, c’est fini, ça) si y avait pas un truc. Carla elle dit, attends, j’suis sur le pot, prout, et j’y vais, reprout. Grouille-toi, qu’elle dit Arielle, Béhache aime pas mariner. Bon. Quelques minutes après, elle a LA solution, Carla a toujours les meilleures idées de la terre. Et voilà Arielle qui se pointe chez Lipp en niqab. Mais non, c’est pas un gros mot, le niqab, c’est comme la burqa, mais en pire, tout noir, avec juste une fente pour les yeux (bien maquillés, tes beaux yeux bleus, qu’elle lui a dit, Carla). Succès, rire, baiser mouillé à travers l’étoffe. A part ça, impossible de bouffer des huîtres.

Texte et photo © dominiquecozette

Categories: people

La fille d’Ipanema c’était moi

03/10/2009 Comments off
la garota est cuita

la garota est cuita

La fille d’Ipanema c’était moi
sur cette immense plage en émoi
se balançaient ma croupe
mes jolis seins de soie
et l’océan bouillait sous mes pas
se balançaient ma croupe
mes jolis seins de soie
la fille d’Ipanema c’était moi…

Chanson du disque « c’est remoi »

Paroles © dominiquecozette
Musique © dominiquecozette / Stéphane Waltzer
Peinture (détail)  © dominiquecozette

Categories: fictions

Mal à toi ?

02/10/2009 Comments off
Explorer son moi-nous

Explorer son moi-nous

Marie-Nathanièle se propose de vous accompagner dans l’exploration de la matière corps selon son acception d’enveloppe de  densité (dansité) spatio-spirituelle avec pour objectif fondamental le retour à la source de la gestuelle (j’est-ce-tu-elle) moi-nous, dont les premiers strates se traduisent dans la cosmogonie originelle par la défécation primale de l’oestrus incestueux qui participe de l’improvisation vitale imprimée (in-primée) en-deçà de la représentation sociétale de tout être résolument expressionnel. Tenue correcte exigée, pas de maquillage ni de laque. Résultats garantis en trois séances. Chaque stagiaire repartira avec son nouveau moi-nous et un guide d’approfondissement de son exploration individuelle.

Texte et dessin © dominiquecozette

Categories: caustic