Accueil > fictions > m’aigrir

m’aigrir

17/10/2009

L'ombre de moi-même

Donc je rentre en salle d’op, on me dit à demain, vous verrez, vous ne vous reconnaîtrez pas. Et c’est incroyable, je ne me suis pas reconnue. On m’a enlevé 50 kg de graisse, et vous savez comme la graisse, c’est léger ! 50 kg, ça en fait de la graisse ! Ils font ça en 3 heures dans la machine à dégraisser, on te pique partout comme un gigot, on te cuit au micro-ondes, ce genre, et toute la graisse fondue sort des petits trous. Après, on te met dans la machine à retendre, c’est un truc très froid qui tend les tissus puis grâce à un procédé secret, ça reste tendu quand on te remet à 37°. Et puis faut que tout le zinzin interne se remette en route car ils avaient dérivé le circuit. Et voilà. Seulement, un hic : personne ne m’a reconnue. De retour au boulot, on m’a regardée comme un merlan frit quand j’ai repris mon poste, mes potes n’arrivaient plus à se concentrer sur moi, les autres personnes, comme le cafetier, la boulangère etc ont fait comme avec un étranger. Il a fallu que je me retende mon tissu social et ce n’est pas facile. Et surtout, j’en ai beaucoup entendu sur moi-même. Comme j’ai la même voix que moi, les gens me parlaient de moi mais fallait voir comment : la grosse truie, la baleine, la pôtate etc tout en m’assurant que je ressemblais, mais en tellement mieux, à cette personne. Sale histoire quand même et si c’était à refaire,  j’arrêterais de me gaver de ces saloperies que nous vantent la pub, avec laquelle je gagne ma thune d’ailleurs, entre parenthèse, il n’y a pas de quoi se vanter. (J’aime pas trop la chute de l’histoire, vous conviendrez que ça n’apporte rien au récit). (J’aurais du tourner ça de façon plus philosophique). (Je me demande si c’est pas un peu convenu, tout ça)… (je mets des points de suspicion pour insinuer que tout peut arriver) … (Et rebelote)

Texte  et dessin © dominiquecozette

Categories: fictions
Les commentaires sont fermés.