Malaval, très mal…

24/10/2014 Aucun commentaire

Robert Malaval, j’ai vu ses tableaux pailletés, glamrock en diable au Palais de Tokyo en 2006, sûre de faire plaisir à ma petite-fille parce que bien clinquants. Plus des éléments de mobilier vandalisés par sa nourriture blanche, sorte de matière expansive qu’il avait inventée avant César.
Franck Maubert, écrivain, a bien connu cet artiste jusqu’à sa mort, en 80. Franck, alias Mao-mao, avait 20 ans, Malaval 35. Ils se sont rencontrés aux Halles, QG de la branchitude à l’époque du trou des Halles, de la finition de Beaubourg et de l’embrasement d’une société qui explosait de partout avec les expérimentations artistiques de tout poil, les drogues, l’alcool, les années Palace, les provocs en tout genre, l’avènement de la culture punk.
Un monde complètement dingue auquel Malaval, qui créchait dans un bunker sans fenêtre, sans douche, toilettes dans la cour, rue du Pont Louis Philippe, ne souscrivait pas vraiment. C’était un artiste maudit qui jouait avec la mort, essayant toutes sortes de substances autant pour créer que pour se détruire.
Le livre,  un « roman » dit la couverture, visible la nuit, raconte comme Malaval, asocial, a quitté l’école très tôt, puis tenté diverses choses pour éviter de bosser comme un con. L’art lui a permis de s’exprimer, aussi bien la musique (mixages créatifs dans son home studio)  que les installations, la peinture. Les galeristes, pas fous, reconnaissaient son talent et achetaient ses œuvres pour thésauriser. Le problème est que Malaval était incontrôlable, capable du pire quand il était défoncé. De plus, bien que très appréciées, ses œuvres se vendaient mal.

Franck Maubert, très jeune et naïf, passe beaucoup de temps avec lui, ils sont très amis, et il est parfois missionné par un galeriste pour le garder présentable. Il sait que Malaval peut claquer d’un jour à l’autre, il estime à 35 ans qu’il a bien vécu. Entre autres, il a élevé des chèvres et des vers à soie dans le sud, il a eu deux enfants et vécu deux ou trois amours, les dernières plutôt platoniques. Tous deux ont rencontré toutes les personnes qui ont fait les nuits parisiennes de ces années-là. Un de leurs fidèles amis était Jean-Marc Roberts, dit Mouche, l’écrivain et éditeur.
Le dernier baroud de Malaval fut une commande de la Maison de la Culture de Créteil, un environnement de béton et de triste banlieue nouvelle, où, dans une fosse, il créait au vu des gens du coin. Les amis parisiens ne venaient pas (c’est plus facile d’aller à Marrakech que de passer le périphérique) mais il a tenu bon, réalisant une trentaine  de grands formats dans ce lieu hostile. Lire l’article de JF Bizot
Puis en août 80, on n’a pas su quel jour, il s’est tiré une balle de 22 long rifle dans la bouche. Personne n’en a rien su. Son corps sans tête est resté là plus d’une semaine.
Même s’ils ont fait des bringues monstrueuses dont beaucoup de livres témoignent aujourd’hui, l’impression que donne le livre est d’une tristesse sans fin. Malaval n’était pas du genre à croquer la vie. Plutôt à la défier, et ce n’était pas une posture. Un livre passionnant pour qui s’intéresse au sujet.

Visible la nuit de Franck Maubert, aux éditions Fayard, 2014. 208 pages, 17 €
Voir une video de Malaval ici.

Texte © dominique cozette

Categories: kultur, oh les livres !

Sphinx

21/10/2014 Aucun commentaire

Sphinx. Pourquoi ce titre ? Je ne sais pas. Une énigme. C’est signé d’une auteure suédoise, Christine Falkenland, qui en écrit plus d’une vingtaine et ce n’est pas un livre très léger. Ni très gai. Voici : Une quadragénaire abandonnée par son mari après un mariage plutôt calamiteux mais avec ses moments de bonheurs, apprend que son ex-mari a non seulement retrouvé une femme, mais qu’en plus elle est jeune, qu’en plus elle est belle et qu’en plus elle est riche. Ça l’achève. Elle n’aurait pas parié trois kopeks sur cette éventualité. Ça la mine, terriblement, incessamment, irrémédiablement. Elle a beau avoir une fillette qu’elle adore née d’une union antérieure — le père s’est tiré et ne les revoit plus — elle ne se remet pas de penser que cet homme qu’elle a déniaisé, qu’elle a rendu meilleur, plus agréable, plus fréquentable, soit heureux loin d’elle et l’oublie.
Le pire, c’est que cette femme, Claire, lui a donné un petit garçon, un beau petit mec qui joue à la Nintendo dans leur belle voiture. Alors qu’elle, quand elle s’est retrouvée enceinte de lui, a dû se faire avorter. Et c’était un petit garçon.
Ça, c’est l’histoire.
L’originalité du roman tient à sa forme : ce ne sont que des lettres de cette femme délaissée, mal dans sa peau, qui tente le culturisme pour maigrir, envoyées à Claire, au début sans acrimonie, puis qui monte d’un petit cran chaque fois dans sa folie obsessionnelle, son amertume, sa jalousie. Quiconque a éprouvé cette forme de jalousie ou de dépit peut comprendre la démarche de cette femme. Jusqu’à un certain point, bien sûr.
Aucune réponse aux lettres, elle n’en attend pas. Mais son aveuglement est inexorable, d’ailleurs c’est écrit en quatrième de couverture : l’issue s’annonce fatale.
Psychologiquement très intéressant.

Sphinx de Christine Falkenland aux éditions Actes Sud, 2014. 2011 en Suède. 230 pages. 21 €/ Traduit par Anne Karita.

Texte © dominique cozette

Categories: oh les livres !

Un bébé d’or pur pour un livre précieux

20/10/2014 Aucun commentaire

J’ai d’abord été attirée par la couverture qui me rappelait mes années de lycée, les minuscules talons, la coiffure qui rebique, les bas qui plissent (la fille du milieu), le soutien-gorge pointu, l’allure un peu mal dégrossie d’une jeunesse  qui ne se sait pas encore phénomène. Je ne connaissais pas cette auteure, Margaret Drabble, 75 ans aujourd’hui, qui a fait partie des gens ayant hebergé Rushdie au début de sa fatwa et dont c’est le 18ème roman.
Un bébé d’or pur nous conte, par la voix d’une amie de son groupe d’artistes, journalistes et intellos, la vie de Jess, Jessica, anthropologue complètement conquise par la pureté des enfants rencontrés au bord d’un lac d’Afrique dont les pieds et les mains, en pinces de homard, ne les empêchent pas de vivre tout à fait normalement. Sa vie de voyages d’études et de découvertes est lancée.
Puis, revenue à Londres, elle donne naissance à une petite fille, un bébé d’or pur qui charme tout le monde avec son sourire, sa gentillesse, sa facilité à vivre. Du pur bonheur. Jess ne dit pas qui est le père de l’enfant, on suppose que c’est son professeur à l’université, marié et plus âgé. Jess est tellement heureuse avec sa petite Anna que tout le monde adore ! Peu à peu, à côté des autres enfants de sa tribu d’amis, Anna va montrer des retards ce qui ne semble pas affecter sa propension au bonheur. Mais plus elle grandit, moins l’enseignement est adapté à son cas, malgré la bonne volonté de tous. Elle sera envoyée dans une structure spécialisée mais s’en acomode car cette fillette ne veut pas causer de souci. Tout au long de sa croissance et lorsqu’elle sera une jeune femme, elle se comportera de façon légère, malgré une grave maladie.
Ce livre raconte l’histoire d’une génération de femmes, middle-class ou aisées, à Londres, plutôt féministes et passionnées par la vie qu’elles ont choisie. Jess continuera à œuvrer  pour l’anthropologie, curieuse des autres, partageant ses savoirs, nous enseignant pas mal de choses, mais sans voyager, pour s’occuper de sa fille, la prunelle de ses yeux, l’épine de son cœur. Elle se marie un moment avec un type sympa et joyeux mais pas très intello, exultera avec un Africain rencontré dans un centre de soins, craquera peut-être pour un bonhomme sensible et attentionné, la narratrice ne sait pas. Elle rapportera dans le livre le comportement de grands écrivains ayant eu un enfant handicapé, nous faisant réfléchir sur les problèmes de culpabilité. Et sur le gros souci de l’avenir : que deviendra Anna, si naïve, si sensible, si fragile lorsqu’elle disparaîtra ?
Elle nous raconte aussi les histoires parallèles d’amis, de collègues, de relations. Un livre de facture classique, foisonnant, très agréable. Cet article de Libé en dit plus : L’article de Libé avec photo de l’auteure, superbe !

Un bébé d’or pur (The pure gold baby) de Margaret Drabble, 2014 pour la France aux éditions Christian Bourgois, 400 pages, 22 euros.
Traduit par Christiane Laferrière.

Categories: oh les livres !

Les Fessebouqueries #223

18/10/2014 Aucun commentaire

Devinette : qu’est-ce qui est vert, qu’on décore avec des boules et qui fait la joie des petits et des grands dans le cercle familial ? Réponse à la Concorde, ci-dessous. A part ça, le scandale des allocs, et puis oui, c’est la journée de la ménopause, ce samedi, chaleur à prévoir, ça tombe bien, c’est les vacances scolaires. N’oublie pas ton burkini pour pas fâcher la blonde.
- JPT : Ce soir, Le Grand Journal consacre 10 minutes à la littérature ! Ils ont même fait venir François Busnel de la Grande Librairie pour épauler Trapenard. Chouette ! En fait, 8’30 consacrés aux livres de Trierweiler et Zemmour, 1’30 au Nobel de Modiano, et basta.
- JB : Alerte Info. Le Pape François vient de faire son coming-out. Depuis quelques temps on se doutait bien de quelque chose.
- OK : Est-ce que Nadine Morano peut interpeller le connard qui fait chier son chien tous les jours devant ma porte ? Merci.
- HD : Avec toute ces lettres ouvertes qui lui sont adressées Hollande n’a pas besoin de coupe-papier.. Essayez les SMS la prochaine fois
- JB : Comment se promener dans les bois sans se faire tirer dessus par un gros con alcoolisé ?
- MS : Sarkozy: « J’ai appris hier dans la presse ma candidature de 2012 à la prégidentielle, ou présidentielle, quelque chose comme ça… »
- SM : Je me demandais hier si le mot imposteur avait un féminin.
- EP : Les gens qui se déchaussent pour monter leurs chaussettes trouées dans le TGV sont-ils membres d’une secte où la nudité de l’orteil tient lieu de signe de raliement ?
- OV : Je me demande comment ils font en ce moment au gouvernement pour décider de l’ordre de sortie des conneries des ministres ? Est-ce qu’ils tirent au sort ? Est-ce que c’est François Hollande qui décide ? Ou alors est-ce qu’ils font confiance au talent individuel de chacun ?
- DC : Quand on vit avec Bernie, les années comptent triple. En fait fait, Chirac a 170 balais.
- OV : Étant donné qu’une pakistanaise a reçu le Prix Nobel de la Paix alors que son pays est en guerre il est assez logique vu l’état de notre pays qu’un français reçoive le Prix Nobel d’économie.
- OV : Rions avec les chiffres : il y a 400 calories dans un Grande Pumpkin Spice Latte de chez Starbucks. C’est à dire la moitié de la ration que reçoit quotidiennement un réfugié syrien dans un camp de l’ONU…
- OV : Le gouvernement veut « interdire » le binge drinking, (sujet hautement médiatique mais qui ne concerne que quelques jeunes) mais refuse d’imposer aux industriles l’étiquetage nutritionnel sur les aliments (sujet peu médiatique mais qui concerne tout le monde)… Bref la politique, cette autre forme de la communication…
- JMC : Après le paquet de cigarettes neutre, à quand le paquet de cigarettes vide, encore plus efficace.
- NS : Vous savez comment on appelle un politique qui ne fait rien de malhonnête ? Un mort.
- JNP : La colonne Vendôme étant en travaux, la municipalité comble le vide en installant un sex toy géant. Vive Paris !
- SP  : On ne peut + dire que l’art contemporain ne sert à rien: il vient de faire entrer la notion « plug anal » dans l’esprit de milliers de cathos.
- OK : Le machin vert place Vendôme, c’est juste une grosse quille. Tu vas voir quand ils vont sortir les boules.
- CO : Ch. Boutin aurait été aperçue en train d’escalader le sapin de la place Vendôme un pot de vaseline accrochée à la taille.
- HDD : Si j’avais à retenir une seule chose de cette semaine, c’est que tout le monde sait maintenant ce qu’est un plug anal.
- EM : « Hitler aurait été un consommateur régulier de méthamphétamine . » Du coup on peut annuler la deuxième guerre mondiale pour dopage ?
- OV : Division par quatre des allocations familiales à partir de 8 000 Euros de revenus : les orphelinats du 16ème et de Neuilly ont commencé à construire des extensions pour pouvoir accueillir tous les enfants qui seront abandonnés l’année prochaine.
- OK : Quoi ? La pièce de théâtre de BHL s’arrête ? Ah c’est donc pour ça que je n’arrive plus à trouver de places sur BilletTrouduc !
- NO : Semaine de merde à droite: le pape reconnaît les homosexuels et les français sont pour la modulation des allocations.
- FA : Alain Minc sort un nouveau livre. Toujours pratique pour savoir ce qui ne se passera jamais et ne pas comprendre ce qui est pourtant arrivé.
- OK : Eric Zemmour s’attaque à «Hélène et les garçons», cause de la décadence morale en France. Génial, demain il s’attaquera au minitel rose.
- NA : C.Boutin dit non à l’exposition Zizi sexuel à Paris, si les gosses veulent apprendre la sexualité elle préfère qu’ils aillent au catéchisme.
- NP : Pourquoi les riches râlent contre la baisse des allocs alors que ce sont les pauvres qui font des gamins pour toucher les allocs ?
- DS : Déclinez votre identité. -Mais… -Allez-y ! -Votridentita, votridentita, votridentitam, votridentitae, votridentitae, votridentita…
- OM : “Les chercheurs manifestent ce vendredi à Paris.” 14.000 manifestants selon la police, ½ √ 10–9n x√2 × √2 (n+1) selon les organisateurs.
- OV : Donc la TVA est injuste parce que les riches et les pauvres payent le même montant mais les allocations familiales sont justes parce que les riches et les pauvres touchent le même montant… Logique.
- EM : Début des vacances scolaires et modulation des allocations familiales, ça sent l’abandon massif d’enfants sur les autoroutes ce week-end.
- BR : Cette planète est tripolaire : – Pôle Nord – Pôle Sud – Pôle Emploi.
- RP : Un peu endormi aujourd’hui… vais aller voir l’expo sur Sade pour me donner un coup de fouet…
- OK : « Ceux qui m’aiment prendront le car » (Emmanuel Macron)
- OVH : Alain Badiou fait de la pub sauvage pour Audika et Marcel Gauchet à besoin d’un dentiste à cesoiroujamais la vérité sort de la bouche des vieux pour tomber dans l’oreille des sourds.
- DC : Bouffées de chaleur sur toute France pour la journée de la ménopause ! Sortez les éventails, ça va être chaud !
- AE :  Journée de la ménopause :-( lâcher de tweets de bande-mou, sans cheveux, poil dans le nez prostates en déroute, la paille la poutre toussa
- PJ : On mesure l’importance de la femme quand on pense que sans elle l’homme aurait été condamné à vivre avec un serpent et manger des pommes.

Dessin © dominique cozette. Voir plus sur mon site ici

Merci de partager si ça peut amuser vos amis !

 

Categories: Fessebouqueries

L’au-delà Fontaine

17/10/2014 Aucun commentaire

Oui, pourquoi pas un article sur ce monument qu’est Brigitte Fontaine passée hier à Ivry ? J’étais face à elle, au deuxième rang, elle est impressionnante, sorte d’Iggy Pop décharnée, ravagée, vieille (ce mot n’est pas péjoratif pour moi) poupée branlante, avec une canne à pommeau d’argent, rock star tout en noir et cuir à casquette de caillera, les yeux aussi faits que ceux de la Gréco.
Le rideau s’ouvre sur la silhouette gracile de l’icône, jupe transparente en tulle noir, qu’elle change pour une blanche un quart d’heure plus tard, petite cape en cuir noir, mitaines bondage itou, lacées, pantalon ou leggins très ajusté et sortes de sandales-boots avec guêtres écrues. Cheveux longs et pendants. Grandes mains noueuses et élocution improbable, celle qu’on connaît aujourd’hui, qui slame en accord parfait avec celle d’Areski, monumental et impassible devant ses percus, son pupitre d’où il déclamera un beau texte de sa voix de grotte. Et un guitariste magnifique, silhouette noire et feu d’artifice de cheveux blonds qui jouent sur le fond noir, de même couleur que le liquide ambré qu’il sirote, du whisky, entre accords étirés et déchirements onduleux tendance psychédélique.
Et des textes. Les superbes et drolatiques textes de la poétesse, qui font rire très souvent, réfléchir ou s’émouvoir, intercalés par quelques paroles saugrenues de la Madelon ou, pour le guitariste pinkfloydien, de la bonne du curé.
Du très inattendu pour moi qui en était restée à ses chansons chantées, je ne l’avais d’ailleurs jamais vue sur scène, et là, j’ai adoré ! Très fort, spirituel,  gai, partageux, requinquant, différent et carrément géant.
Je vous mets ici en lien l’un de ses textes irrésistibles, bourré de l’humour de cette auteure hors normes, mis en ligne en 2011.

texte et photo © dominique cozette

Categories: kultur

Du superbe moelleux signé Hicks

15/10/2014 Aucun commentaire

Sheila Hicks est une Américaine du Nebraska installée depuis des lustres dans le quartier de l’Odéon, tout au fond d’une impasse. Elle a 80 ans et, de toutes les matières, c’est le textile qu’elle préfère.  C’est en découvrant les textiles du Pérou précolombien qu’elle décide de voyager auprès des tisserands du monde et qu’elle se détourne de l’univers de la peinture auquel elle se destinait.

Aujourd’hui encore, avec des jeunes filles comme petites mains, elle ne se lasse pas de triturer, tresser, filer, natter, tricoter, emmêler, mettre en boule d’énormes écheveaux de laine, de soie, parfois agrémentés de petits objets personnels, mais toujours de couleurs joyeuses, soyeuses et alléchantes.
Les grosses boules en forme de poufs exposés à la galerie sont autant d’invites à se vautrer dessus pour échapper à ce monde de brutes et les cascades de douceur qui dégoulinent du plafond sont de cruelles — car interdites — exhortations à s’y plonger.

 

 

 

En vrai, c’est beaucoup mieux…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus que trois jours pour voir Sheila Hicks à la galerie Frank Elbaz, 66 rue de Turenne Paris 3. Jusqu’au 18 octobre.

Texte et photos © dominique cozette

Categories: kultur

Les Fessebouqueries #222

11/10/2014 Aucun commentaire

Beaucoup de génie dans les commentaires d’une semaine qui commence par la Manif pour Tous les Cons et son cortège d’insalubrités, se poursuit avec plein d’autres conneries, lepeneries, zemmourades, bedossages, ebolages, et se termine par des récompense dont la plus nobelle d’entre toutes en cette journée de la fille : Malala, un nom qui donne envie de chanter !
- MH : Samedi, un mot qui commence paresse
- HD : retour sur la disparition de Duvallier..dit Baby Doc…Un dictateur lâché par son coeur c’est toujours étonnant. C’est un peu comme si un con était lâché par son cerveau.
- EM : Omar Sy passera dimanche chez Michel Drucker, ça tombe bien on cherchait quelqu’un pour pousser le fauteuil roulant.
- RI : Prudence. Une foule moyenâgeuse est attendue ce jour à la Capitale. Risque d’épidémie de choléra, de peste noire et de variole.
- JPT : Je voudrais avoir une pensée émue pour tous les petits pédés et toutes les petites gouines qui vont défiler demain à Paris et Bordeaux avec leurs parents pour demander qu’on les prive d’un droit qu’ils apprécieront dans dix ou vingt ans.
- TL : Donc ma grand mère ira manifester le 5 octobre car elle ne veut pas que « les homosexuels se marient à l’église ». Tout va bien
- PM : Donc l’anagramme de « Nicolas Bedos » est « débilos à cons ». Ça ne s’invente pas.
- NB : Entre nous la pire vanne de Guy Bedos, c’est Nicolas Bedos.
- AF : En revanche, Nicolas Bedos s’est vraiment tapé la Tour Eiffel
- OM : EXCLUSIF : le peuple syrien avoue à son tour avoir eu une aventure avec Valérie Trierweiler ! (Si ça peut aider à faire parler d’eux…)
- HM vient de voir des photos de la Manif Pour Tous d’aujourd’hui.
 Par les couilles croustillantes de Karl Lagerfeld, par le saint scrotum de Peter Steele, par Toutatis et Syphilis, c’est quelque chose.
- WA : La Manif pour Tous c’est comme l’herpès. C’est pas bien grave en soi mais ça revient te faire chier régulièrement.
- RI :  : Avec un peu de chance ils se sont tous refilé la gastro hier à la manif pour tous. Charles-Louis et Marie-Charlotte vont pisser du cul.
- ZJ : Il faut que Christine Boutin comprenne que tous les enfants ne peuvent pas avoir, en 2 ascendants, un papa, une maman, une tata et un tonton
- RI : La gastro-entérologie a le vent en poop.
- OV : En fait la religion c’est un peu comme une machine à voyager dans le temps. Qui n’irait qu’en marche arrière. Et qui te ramènerait tout le temps au moyen-âge.
- HD : le décret présidentiel sur le diner de cons est sorti…le diner aura lieu chaque vendredi soir…Hollande a inauguré la formule vendredi avec BHL.
- PD : « Jacques Chirac soutient Alain Juppé pour 2017″. Vérifier tout de même que ce ne soit pas un soutien fictif.
- OK: Les bouquins de Trierweiler et Zemmour cartonnent au pays des fromages qui puent.
- NP : Modiano est vraiment le « Proust de notre temps ». Tout le monde connaît son nom mais personne n’a lu un de ses livres en entier.
- EM : Heureusement qu’on a pas de chômage, d’épidémies et d’états terroristes à gérer, sinon on ne pourrait pas parler de Nicolas Bedos.
- EM : Ce qui prouve qu’un Doberman c’est con, c’est qu’il a Jean-Marie Le Pen sous la main et qu’il préfère attaquer un chat.
- PD : Il faudrait arrêter les rumeurs calomnieuses, non Eric Zemmour n’est pas enceinte du doberman de Jean-Marie Le Pen.
- OK : Honte à tous ces Nuls du gouvernement qui cèdent aux Lauby !
- NS : « Les américains souhaitent coloniser Mars. » Ça va leur faire bizarre de s’approprier des territoires sans avoir à exterminer des peuples.
- RR : J’essaye d’éviter la salle de sport. Je me suis mise aux abdomens absents.
- NS : On a dit pas le physique, pas la religion, pas l’origine, pas la politique, pas les idées… en gros on a dit qu’on ne disait plus rien.
- RR : S’il y a moins d’esprit dans mes tweets, c’est que la coiffeuse m’a fait un balayage.
- VO : Le mec qui crée la marque de cigarette « Neutre » aujourd’hui, il rentre en bourse dans deux semaines, il rachète Apple et Google pour Noël.
- OM : Le savais-tu ? Si tu répètes 30 fois Ebola en 10 secondes, tu es journaliste.
- WA : Pour mon suicide j’hésite entre la corde, le fusil, les médocs ou aller vendre le bouquin de Zemmour sur les marchés du 93.
- OV : Sarkozy veut «réécrire» la loi Taubira s’il est élu en 2017 : les homosexuels pourront donc continuer à se marier, à une seule condition : qu’ils le fassent avec une personne de sexe différent.
- OB : Imagine le mec qui se réveille après 35 ans de coma. Va lui expliquer que les femens sont le contraire des Coco girls.
- AR : Se faire financer par un chef d’etat ensuite lui déclarer la guerre pour l’assassiner.Non personne va y croire
- RR : Tout allait bien quand soudain… LE drame. RH m’annonce qu’il me reste 14 jours de congés avant le 31.12.
- RI : Une aide-soignante espagnole touchée par le virus Ebola en soignant des missionnaires. Je vais retourner soigner des levrettes alors.
- DC : Merde ! Philippe Poutou abandonne la direction de Nulle Part Ailleurs !
- ZJ : Le candidat Nicolas Sarkozy promet tout ce que le président Sarkozy Nicolas n’a pas réussi à tenir des promesses de Nicolas Sarkozy de 2012
- EM : Gérard Depardieu: « je ne suis pas un alcoolique ». Effectivement, à ce stade on dit plutôt un ivrogne.
- RR : Eric Zemmour détrône Valérie Trierweiler dans les librairies. Comme au moyen âge : la petite peste ou le colérique.
- SD : jai donné du pain sans gluten a un canard, 2mois apres je le revois avec un starbucks et des lunettes hipsters. keske que jai fait mon dieu.
- RI : Il y a deux types de personnes. Ceux qui font la grasse matinée ce matin et ceux qui ont oublié de mettre une capote au dernier nouvel an.
- EM : François Hollande rend visite à des autistes, il doit avoir l’impression d’assister à un Conseil des Ministres.
- RI : 12 ans de prison pour avoir transmis le sida à sa partenaire? Il aurait dû la frapper à mort et sortir un disque pour avoir moins.
- RI : Il faut arr€t€r de fair€ pass€r l’hom€opathi€ pour une arnaqu€ s€rvant uniqu€m€nt à €nrichir l€s labos €t l€s pharmaci€ns.
- RR : « Euh … Ben … Oui je … Bon .. Hum … Je …. Pppff… Si … Euh …. » Réaction de Modiano suite au prix Nobel.
- LC : Un chien de JM Le Pen tue un chat de sa fille, Marine. D’après nos informations, le chat était noir et s’appelait Mamadou.
- PD : C’est tellement la merde à l’UMP qu’il y a des soupçons d’évasion fécale.
- RR : J’ai eu la flemme de me démaquiller hier soir. Mon mec est toujours en train de se demander avec qui il a couché cette nuit…
- NP : Abandonner l’écotaxe le jeudi et recevoir Schwarzenegger le lendemain pour parler de lutte contre le réchauffement climatique… Logique.
- LC : Elise Lucet c’est un peu comme David Pujadas mais avec des couilles et une carte de presse.
- EM : Finalement, toujours pas d’Ebola en France, ça va être comme Netflix, on va l’avoir en dernier.
- NS : C’est quoi cette maladie qui vous oblige à regarder des programmes de merde à la télé ? La phobie de l’intelligence ?
- PD : Retour de Sarkozy certes, mais avec indéniablement beaucoup plus d’instruction qu’auparavant.
- NS : Les deux plus grosses ventes de livres sont les confessions d’une cocue et les conneries d’un abruti. Monde de merde.
- OM : « Hollande a reçu Schwarzenegger pour parler climat.” Et visiblement c’est un peu comme de recevoir Mimie Mathy pour parler croissance.
- NS : « Ebola : combien de personnes sont infectées hors d’Afrique ? » Parce qu’à l’intérieur on l’a bien compris, tout le monde s’en branle.
- OV : La différence entre les FEMEN et Éric Zemmour c’est que les FEMEN sont belles et rebelles alors que Zemmour est moche et re-moche.
- CC : « les plantes carnivores, c’est bien la preuve que même la nature se fout de la gueule des végétariens »
- HD : suite à des problèmes de transit…nous avons pris de l’Ecotax….ayant supprimé les effets secondaires de ce médicament on va pouvoir continuer à encombrer les voies de circulation
- PR : Mal à la paix.
- OM : Ça y est, Nadine Morano a reçu le Prix Nobel de la plaie ?
- RR : Malala gorge. A force d’hurler à la paix.

Image © dominique cozette.

Il n’est pas interdit de partager mes Fessebouqueries. Ni d’aller voir mon site, c’est ici.

Categories: Fessebouqueries

La peau de l’ours

08/10/2014 Comments off

Dernier opus de Joy Sorman, la peau de l’ours est une fable. Elle y conte l’histoire d’un être hybride et sans nom dont la voix intérieure fera de lui le narrateur. Après sa découverte.
Tout commence dans un petit village avec l’adoration d’une jeune fille très belle, très gaie, par tous les hommes du coin. Autour rôdent quelques ours, respectueux d’un accord tacite pour la sauvegarde des villageois, parfois rompu par la mort d’un gamin suite au geste un peu brutal d’un plantigrade.
Suzanne mène un troupeau dans des alpages puis disparaît. On la cherche, le troupeau est là, intact, même pas trace de loup ou d’un autre prédateur. Rien.
En fait, l’ours, l’énorme ours, a eu un coup de foudre et l’a enlevée, entraînée dans sa grotte. Pendant trois ans, il l’a gardé là, derrière une énorme pierre qu’il roulait pour l’empêcher de sortir quand il s’absentait. Un jour, des chasseurs l’ont entendue, l’ont délivrée — évidemment, elle ne ressemblait plus à rien, la pauvre — et ont découvert horrifiés le fruit de leurs amours, un petit être mi-homme, mi-ours. La femme coupable est enfermée dans un ccouvent, on laisse le petit monstre traîner jusqu’à ce qu’un montreur d’ours l’achète. En grandissant, il prend du poil de la bête puisqu’il n’a plus rien d’humain, physiquement.
Commence alors pour lui , définitivement déraciné, une vie sans grandes joies, qui le conduit, de ventes en reventes, dans des petits cirques, dans des arènes où il doit jouer sa vie contre celle d’autres bêtes féroces, sur la mer où il voyage avec des tas d’autres bêtes exotiques capturées pour le plaisir de gens riches, et dont la moitié va crever, de traversées de déserts brûlants, puis dans un énorme cirque installé aux abords d’une grande ville où il se sent finalement bien. Pendant un certain temps. Au bout de ce temps, il est racheté puis exposé dans une fausse nature cimentée comme la fosse du zoo où il s’ennuie terriblement. Jusqu’à une drôle de rencontre, brève et intense, qui décidera de la fin de sa vie.
Avec ce livre, Joy Sorman continue de fouiller la frontière entre l’homme et la bête, et si cette bête-là n’en veut pas à l’homme de la traiter ainsi, elle est reconnaissante à la gent féminine de toujours sentir ce petit quelque chose qui fait de lui un être à part. Roman très original.

La peau de l’ours de Joy Sorman chez Gallimard. 2014. 160 p. 16,50 €.

Texte © dominique cozette

Categories: oh les livres !

Sagan 1954, soixante ans déjà !

06/10/2014 Comments off

Encore un livre sympa, j’ai de la chance en ce moment, sorti cette année et qui nous raconte Sagan, Françoise, en 1954, à l’aube de sa gloire naissante puisque c’est l’année où elle écrit et envoie bonjour tristesse. Et où de vieux messieurs des éditions Julliard, se penchant dangereusement sur sa prose mi-ado mi-mature, décrètent que c’est une bonne graine d’écrivain.
Le livre d’Anne Berest est frais, primesautier et joyeux, bien qu’écrit pour survivre à une rupture désolante.
Elle va rencontrer des gens d’avant, de l’époque, se plonger dans nombre de documents, bio, films qui racontent l’époque — elle ne manquera pas d’y croiser BB qui fait aussi sa sortie à ce moment, femme libre autant que Sagan, adeptes qu’elles sont toutes deux de Saint Trop et bringues diverses — et nous relate Paris, Saint Germain des Prés et les jeunes filles qui n’avaient pour tous vêtements que les fringues de leurs mères, leurs robes du soir, fourrures, gants et chapeaux. Qu’enfile Sagan pour ses premiers succès.
Sagan, alias Quoirez, a eu une enfance dorée entre une mère coquette, curieuse et excentrique, un père généreux et bienveillant qui lui filait une liasse de billets pour qu’elle dîne chez Lipp avec sa pote Florence. Florence ? Oui, Flo Malraux, excusez du peu, sa copine de classe. On croise dans ce Paris noctambule des figures comme la Duras, ceux de la Nouvelle Vague, mais aussi d’illustres inconnus de l’auteur de ce livre qui nous fait part de sa démarche, des coïncidences, de l’esprit de Sagan entré en elle pour l’emmener au casino et la faire s’enivrer.
On y envie Sagan d’avoir eu un frangin, copain de Maurice Ronet et autres fêtards, on y apprend l’énorme secret de famille, la perte d’un petit frère éternellement regretté, compensée par sa naissance et l’adoration que ses parents lui vouent.
C’est du rapide, du 200 à l’heure comme les bolides — décapotables conduits pieds nus — de Sagan qui nous décoiffe encore, soixante ans après. Très bel hommage à une sacrée nana !

Sagan 1954 par Anne Berest chez Stock, 2014? 200 pages, 18 €.

Texte © dominique cozette

Categories: oh les livres !

Les Fessebouqueries #221

04/10/2014 Comments off

Cette semaine ne nous a pas gâtés en infos hilarantes. A part mémère Tapedur qui trouve Juppé froid, peu de motifs de jouissance et de réjouissances, ce qui n’a pas empêché mes faiseurs de bons posts de sévir contre vents et marées, à leur corps défendant, bec et ongles, cuisses de grenouilles ou presque, si on ne les retenait pas ! Bravo et merci à vous ci-dessous glanés.
- CC :  Trop forts ces Allemands ! La bombe de l’arbitre est nocive, mais l’inceste n’est plus condamnable. Cherchez l’erreur !!
- OV  : La preuve que les dirigeants du Daech sont des cons c’est qu’ils se sont foutus dans la merde en tuant trois occidentaux alors que s’ils s’étaient contentés de continuer à décapiter des syriens et des irakiens ils auraient pu le faire encore pendant des années dans l’indifférence générale.
- JPT  : Morano, Estrosi, Wauquiez, Guéant, Ciotti et Guaino lancent un concept révolutionnaire : un seul cerveau en multi-propriété.
- HDD : L’Afrique est devenue un vrai coupe-gorge, comptez pas sur moi pour y aller en vacances.
- JC : L’homme est con, quand on y pense un peu. Pourquoi a-t-il choisi l’or comme valeur de référence pour échanger ? Il aurait pris le gravier, à la place, on serait tous beaucoup plus riches.
- EO : Isabelle Adjani chez Drucker qui vante les mérites des plantes pour supprimer « tout le chimique » et qui ne peut même plus sourire à cause du botox qu’elle a dans le visage. Elle a honte de rien. je l’adore.
- FT : Je sais c’est un peu futile mais pour la première fois de ma vie, j’ai équeuté des haricots verts. Vive les haricots verts bio de chez Picard que tu jettes dans une casserole d’eau bouillante! Je hais équeuter les haricots verts, je hais coudre, je hais repasser!
- NE : l’artiste qui crée des peintures invisibles. 
Mais oui, mais c’est bien sûr ! la peinture invisible… je m’étonne qu’on n’y ait pas pensé plus tôt… et voici la photo d’un troupeau de crétins contemporainopathes et duchampolâtres s’extasiant devant cette peinture invisible dans une galerie New yorkaise.
- HD : Père/fils .- Papa, c’est quoi un oxymore ?
- C’est quand on associe deux termes contradictoires, comme dans « Renouvellement du Sénat »..
- SM : Etant tellement choquée par les vidéos que Facebook permet de voir comme un dessin animée …De jeux de violence avec des ptits merdeux en mal de reconnaissance qui se filment entrain d
e Se lincher mort de rire .
Je lâche Facebook , je ne serai jamais le sponsor de la décadence .
- PB … se dit que la météo devrait prochainement constituer un genre littéraire en soi, à en juger par la passion journalistique qu’elle suscite.
- DT : DAESH, la lessive qui place le monde sur un baril de poudre.
- DC : Et soudain, un nain connu vous offre des fleurs !
- PC : Quinze sénatrices de moins. Quinze gros bonhommes sexagénaires de plus. Belle alternance de droite au Sénat.
- OV : Le seul maquillage qui soit encore plus mal fait que ceux des blogueuses beauté sur Youtube c’est celui des comptes de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012.
- HD : Chirac soutient Juppé entre 10 h40 et 11h20.. Après il prend ses cachets
- OV : Depuis que j’ai entendu parler de cette histoire d’un couple qui a passé 20 h en garde à vue pour avoir voulu payer avec un vrai billet de 500 € je paye tous mes achats en petites coupures : que des billets de 1 €.
- CC : Tentez de gagner 5000€ en répondant à la question suivante : 
Quel objet utilise-t-on pour se brosser les dents?
1/une brosse à dents
2/un DVD
(le monde merveilleux de la télé)
- SF: Quand je vais à la poste pour faire livrer mes fanzines, j’ai toujours les tétons qui pointent.
- OV : Je me demande si ceux qui applaudissent la proposition de Nicolas Sarkozy d’embaucher les fonctionnaires pour 5 ans comprennent bien que l’étape suivante c’est la disparition de leur propre CDI ?
- JPT : Fabrice Arfi, journaliste à Médiapart, a tout à fait la tête du mec dont la voiture tombe accidentellement de nuit dans un canal.
- HD  : nous retrouvons Raymond devant le DAB …NDLR le distributeur de billets…et ,la sentence tomba…. Vous savez que si les gens aiment leur banque, c’est parce qu’elle les baise bien.
- JPT : La question est moins de savoir si Sarkozy est innocent ou coupable dans l’affaire Bygmallion que de savoir s’il n’est pas plus grave qu’il n’en ait rien su.
- OVH : Il paraît que les cadavres ne se décomposent plus comme il faut. Notez d’un sens, au prix où sont les concessions dans les cimetières, on en veut pour son argent. Il y a de quoi s’accrocher au suaire.
- OV : Donc si je comprends bien je vais payer une taxe sur ma tablette où je regarde Netflix pour que France 2 ait les moyens de payer le salaire de Michel Drucker et Patrick Sébastien. OK…
- MC : Bernardette Chirac, ce modèle de convivialité bon enfant, de simplicité chaleureuse, de bonhomie et de bienveillance, trouve Juppé « très très froid ».
Mouarf
- OM : On peut lui reprocher beaucoup de choses mais quand Sarkozy propose un CDD de 5 ans dans la Fonction Publique, il sait de quoi il parle.
- NS : Je ne vois pas pourquoi on doit s’emmerder à travailler toute sa vie quand même Dieu a bossé six jours puis s’est mis à la retraite.
- OM : « Fin de la grève à Air France. » Une grosse pensée pour le mec chargé de déclouer les avions. On est avec toi Champion.
- MC : Si j’ai bien compris, la manif pour tous (mais pas pour moi) manifeste pour faire interdire quelque chose qui n’est pas et ne pas sera pas autorisé. 
Puisque c’est comme ça, je vais lancer un grand mouvement contre la peine de mort en France. Succès garanti.
- SP : Dans la série « Les journalistes sont des grands poètes » lu ce matin dans Ouest France : « Gestation pour autrui : Manuels Valls se raidit »

AUTOPROMO POUR MES PORTES OUVERTES :
Je vous rappelle que j’expose mes derniers (et quelques avant-derniers) travaux à mes Portes Ouvertes d’Ivry/Seine. Ces samedi et dimanche 4 et 5 octobre, de 14 à 20 h (pour moi car beaucoup de courageux restent jusqu’à minuit pour fêter le nuit blanche). J’ai vu quelques ateliers hier, je peux vous dire qu’il y a des très belles choses.
Plus d’info sur mon site ici.

Si les Fessebouqueries vous amusent, merci de les partager, pour une saine extension du domaine de la lutte contre la morosité, la porosité, la durosité…

Illustration © dominique cozette

Categories: Fessebouqueries

Ta quéquette, elle mesure combien en terrain de football ?

01/10/2014 Comments off

Il semble que le terrain de football soit devenu le nouvel étalon de mesures de nos chers journaleux, comme si les mesures n’existaient pas. (voir exemples en annexe)* . Moi, ça me parle pas. Je sais que c’est grand mais franchement, c’est pas très défini.
Un terrain de foot, c’est entre 90 m et 120 m pour la longueur. Et pour la largeur, entre 45 et 90 m.
Bon, prenons les terrains des matches internationaux qui font 105 x 68 (approuvé par la FIFA).  Et disons qu’un km c’est un peu plus court que dix longueurs de terrain. Ce qui fait que pour aller prendre mon métro, je parcours un peu moins de 6 fois le terrain.
D’ailleurs, l’autre jour, à Paris, un jeune homme m’a demandé où se trouvait l’Opéra Bastille et si c’était loin à pied. Je lui ai dit à environ 2 km. Il a produit une moue plus que dubitative alors j’ai dit : 21 longueurs d’un terrain de foot. Son visage s’est illuminé, il est parti gaillardement d’un bon pied sans crampons.
Et ça rentre dans les mœurs, je vous assure, du moins chez les garçons. D’ailleurs ils ne disent plus : j’ai fait une teuf dans un loft grand comme un terrain de football, ils disent j’ai teufé dans un tdf.
Et puisqu’on en est là, on peut aussi définir les meufs — rappelons que pour les bourrins, les meufs ne sont qu’une grosse paire de seins — en taille de ballon de foot soit bdf, demi-bdf etc. D’ailleurs un ballon de foot est composé de 32 pièces, comme un soutif classique (c’est à dire assemblé). Il fait 68 cm de circonférence ce qui nous ramène le soutif à un bon bonnet F. De quoi inciter nos gracieux amis à parcourir des dizaines de tdf pour un rencart avec miss bdf.
Ben et nous les filles ? On n’a qu’à aussi utiliser les dimensions de ce noble sport pour mesurer des trucs ! Par exemple, « la distance séparant l’intérieur des deux poteaux est de 7,34 m (8 verges) et le bord inférieur de la barre transversale se situe à 2,45 m (2 verges et 2 pieds) du sol. » Ça nous donne une taille de verge assez conséquente dont peu peuvent s’enorgueillir. Je suppose qu’il s’agit de verges d’âne en action.
Après renseignement, une verge est longue de trois pieds, mais on ne nous donne pas la pointure, ah c’est compliqué, ou de 36 pouces (qui likent ?). La verge espagnole est un peu plus petite. Quand à la verge belge, c’est une unité de surface.
Fichtre. On était bien d’accord pourtant, à part les Anglais, pour adopter un système métrique tout ce qu’il y a de simple. Et voilà que les journaleux, dans leurs tentations d’ampoulage de texte nous chamboulent nos repères ! Pffff….

*ANNEXE : exemples récents :
Un astéroïde de la taille d’un terrain de football va frôler la Terre le 15 février 2013
En forêt d’Amazonie, l’équivalent de deux mille terrains de football disparaît chaque jour.
Dubaï : un centre commercial grand comme 100 terrains de football
Un toit-jardin aussi grand qu’un terrain de foot!
Le futur temple du shopping du XVe, le centre commercial Beaugrenelle, accueille le plus grand toit végétalisé de la capitale.
Un télescope grand comme un terrain de football
UN OVNI GRAND COMME UN TERRAIN DE FOOTBALL SURVOLE LA VILLE SUISSE D’YVERDON-LES-BAINS.
« Le champ était gros comme un terrain de football ». Déjà, un terrain gros je me demande comment peut il être, et ensuite, combien mesure un terrain de football? »
Le plus grand champignon du Monde est le mycélium (partie enterrée du champignon) d’un Armillaire d’Ostoya ou Armillaire Noir (Armillaria Ostoyae) qui occupe une surface équivalente à 1200 terrains de foot-ball, soit environ 900 hectares et son poids est estimé à 600 tonnes!!!. Il a été découvert aux U.S.A. (Orégon).
Le drapeau du Qatar sur un terrain grand comme 7 terrains de football. -
Il faut savoir que l’intestin grêle peut être long d’au moins 8 mètres et présenter une grande surface de contact grâce à ses villosités, équivalente à celle d’un terrain de football (300 m2).

Quant à « des seins gros comme des ballons de foot », je vous laisse chercher sur Google, ça a pas l’air triste.

Texte (hors annexe) et dessin © dominique cozette

 

Categories: caustic

Oubliez-moi !

30/09/2014 Comments off

Vu Tabatah Kash (je ne sais pas comment ça s’écrit) chez Biraben. Je l’ai trouvée touchante. Pornostar dans les 80′s,  elle est partie aux USA lorsqu’elle a eu assez d’argent. Pour « refaire sa vie ». Son seul désir, vivre normalement avec son mec, faire des gosses et voilà. Elle s’est renommée Céline, elle a eu deux enfants. Et puis, raconte-t-elle, des gens mal intentionnés ont fouillé la poubelle et ont fait remonter son passé sulfureux. Elle, c’est pas que ça l’aurait dérangée, c’est pour ses enfants. Il a fallu qu’elle leur explique pour pas qu’ils soient mis brutalement au courant. Et puis son mari est mort. Il dirigeait une affaire porno, hot quelque chose. Alors elle est rentrée en France avec ses gosses et a repris l’affaire.
La journaliste explique que maintenant, avec les réseaux sociaux, il ne peut y avoir de droit à l’oubli. Tout ce que tu fais est inscrit et peut ressortir quand tu as 79 ans (note qu’à 79 ans, on s’en tape un peu). Alors qu’avant, on pouvait arrêter tout, se faire oublier et disparaître.
Elle oublie que ce jour, c’était les 80 ans de BB qui elle, a voulu disparaître du paysage il y a 40 ans. En finir avec le cirque médiatique, les paparazzi, s’occuper de ses chers animaux. Impossible.
Moi je dis que pour faire oublier ce qu’on a fait comme conneries jadis, il suffit de sévir en politique. Tu peux faire les pires choses, sortir avec tes casseroles, avoir été condamné, hors-la-loi, mêlé à des affaires bien louches,  tu fais juste comme si rien n’était. En fait, le droit à l’oubli en politique, c’est quand le principal intéressé oublie. Ou fait mine d’oublier. Le reste, c’est de la gnognotte.

Texte et image © dominique cozette

Categories: people

Encore une coupette, Pétronille ?

28/09/2014 Comments off

Un régal ce court roman de notre écrivaine belge préférée. Ça faisait longtemps que je ne la lisais plus, mais j’adorais la voir et l’entendre, cette femme joyeuse et expressive. J’ai craqué pour ce livre, Pétronille,  et je m’en félicite car c’est une vraie  joie. Le thème principal en est le champagne, le bon champagne, car c’est une spécialiste, Amélie. Le tout c’est de trouver la bonne personne avec qui s’enivrer, voire se murger. Elle la trouve, une petite nana effrontée qui ressemble à un jeune garçon, qui deviendra écrivaine et qui existe dans la vraie vie (il s’agit de Stéphanie Hochet, pour les curieux).
Le début du bouquin est un panégyrique de cette merveilleuse boisson qui procure des ivresses joyeuses et des cuites légères. Tout le reste relate les rencontres plus ou moins espacées de ces deux consommatrices de bulles dans des endroits divers et bizarres. Les bars de grands hôtels, normal. Mais les pistes de ski où la narratrice trimballe champagne et flûtes, très rigolo. Un autre où elle installe glaçons et bouteille dans un sac à dos étanche, vraiment croquignolet.
L’escapade d’Amélie à Londres où elle se fait humilier par Vivienne Westwood qu’elle était chargée d’interviewer est irrésistible. Elle aura, là encore, besoin de sa potion magique…
La fin du livre est une vraie belle fin, une pirouette majuscule, inattendue.
Rien de plus à dévoiler, tout est à découvrir dans les bulles d’Amélie Nothomb qui continuent encore à pétiller dans ma tête. Merci pour ce moment, oserais-je avancer.

Pétronille d’Amélie Nothomb aux éditions Albin Michel. 2014. 170 p. 16,50 €

Texte © dominique cozette

Categories: oh les livres !

Les Fessebouqueries #220

27/09/2014 Comments off

La vie est dure. Comme si ça ne suffisait pas de subir toutes les atrocités du monde, les maladies, la pauvreté, le cynisme de certains et le retour des cols de fourrure sur les parkas, voilà que le virus Sarkozy nous revient en pleine tronche, avec pour seul remède le suppositoire carré du labo Paul Bismuth. Alors non, le moral est dans les tongs. Encore heureux que l’été indien ne nous ait pas fait faux bond.
- CC : « L’avocat de l’avocat de l’avocat de Sarkozy mis en examen »
- JPT : Sarkozy revient, un peu comme le chou et le hareng des heures après en avoir trop mangé.
- KB : Sarkozy annonce son retour le week-end du patrimoine et pendant la journée dédiée à Alzhiemer. Bel hommage rendu à Liliane Bettencourt.
- PAG :  Le grand avantage d’avoir eu Sarkozy sur France 2, c’est qu’on ne verra pas sa tronche de cake au Parc ce soir. (Raté, PAG)
- EK : Une consolation : au vu de sa prestation de ce soir, Sarko ne sera jamais réélu.
- HLT : «Non seulement j’ai envie mais je n’ai pas le choix», déclare notre ex-président. Tous ceux qui, un jour, ont souffert d’une gastro-entérite, ont prononcé cette phrase. C’est dire dans quoi nous serons s’il revient.
- PAG : La meilleure phrase de Sarko : « J’ai un peu honte de vous dire la vérité ». AAAAAAAAAAAAAAH AHHHA AHHHHHHHHHHH AAAHH !!!
- DP : Devinette: Sachant que L. Delahousse a prêté 2 neurones à N.Sarkozy à 2 reprises, hier soir, combien lui en restait-il à la fin du JT?
- OV : Grosse boulette au JT de France 2 ce soir : Laurent Delahousse se trompe dans son calendrier et interviewe un parkinsonien le jour de la maladie d’Alzheimer.
- DC : Il n’a pas changé. Il a demandé qu’on lui prête deux neurones. Il ne les a pas rendus.
- DP :  Se faire défoncer par un vieux canasson de retour comme Juppé, ça va être violent, non?
- EP t’informe qu’au printemps 2017, il n’ira pas voter Sarkozy contre Le Pen au second tour.
- PB … entend que la campagne présidentielle française est bien lancée cette fois, reste à trouver dans quel fange elle va atterrir.
- PG : « Est-ce que vous me prêtez deux neurones d’intelligence? ». On est à nouveau dans les oxymores. Décidément il y a un style.
- DC : Dans longtemps, on se souviendra tous de ce qu’on faisait  quand Sarkozy est revenu à la télé. Moi je m’empressais de mettre un DVD.
- DP : 1ème conséquence tragique du retour annoncé de Sarkozy: La décryogénisation de Mireille Mathieu vient de démarrer.
- DP : La société Bygmalion2 vient d’adresser à N.Sarkozy une facture de 899€HT pour la publication de sa déclaration de candidature sur Facebook.
- HD : Ne vous inquiétez pas si vous croisez le beau frère de Merah avec une bombe en allant au bureau ce matin, c’est juste un petit cafouillage….c’est le cas Merah caché…
- HD : Moi président!!! je propose après la société à associé unique ,après l’auto entrepreneur,le mono mariage le célibataire pourra s’épouser!!!
- CV s’étonne de la frilosité de Gattaz et de ses sbires.
Pourquoi ne proposent-ils pas directement le rétablissement de l’esclavage ?
Les entreprises françaises gagneraient en compétitivité, et les dirigeants en pognon, CQFD.
- PM : Si vous tenez à voir la vidéo de quelqu’un qui a perdu la tête, regardez l’interview de Sarkozy plutôt que le décès de HerveGourdel
- DT : Si on vous propose une grosse cerise sur le gâteau, méfiez-vous c’est une supercherry !
- DC : Nicolas Sarkozy a changé. De slip. Comme tout le monde !
- JPT : Merci à Nicolas Sarkozy de nous remettre en mémoire pourquoi nous avons voté François Hollande.
- OM : “Erasmus, c’est 1 million de bébés en 27 ans.” Contre quand même, soyons honnêtes, 216 milliards de capotes usagées.
- NP : Quand tu vois toutes les bonnes idées de Sarkozy tu te dis que c’est vraiment dommage qu’il n’ait jamais été président de la république.
- LY : Alors que Nicolas Sarkozy a annoncé son retour sur sa page Facebook, DSK préparerait le sien sur YouPorn.
- FJ : j’leur ai mis onze millions dans l’cul
sans compté les a cotés
y’z'en r’demande, ces cocus,
on croit révé…
Nicolas S…
poete a seize heure
- RR : Pour relancer la natalité je lance le concept du paquet de préservatifs neutre.
- ZJ : Je connais quelqu’un qui connait quelqu’un qui n’a pas d’avis sur le retour de Nicolas Sarkozy. Mais il tient à rester dans l’anonymat…
- NP: La télévision c’est prétendre défendre la chanson française en faisant des émissions qui s’appellent RisingStar, TheVoice et TheCover..
- DP : L’Hôtel des impôts de Morlaix incendié par des cailleras de la FNSEA. Pourquoi vous ne vous en prenez pas à Auchan ou Carrefour, les gars?.
- OV : Avant pour connaître l’intelligence des gens il fallait leur faire passer un test de Q.I.
Mais ça c’était avant.
Maintenant il suffit de les regarder utiliser une caisse automatique dans un supermarché.
- ZJ : Après les guerres, les scandales et les remaniements, F. Hollande utilise sa dernière cartouche pour détourner l’attention: Nicolas Sarkozy!
- NP : Je remercie Sarkozy d’être revenu. Maintenant je me rappelle exactement pourquoi j’ai eu raison de voter Hollande en 2012.
- OM : Remercions quand même le seigneur de ne pas avoir reproduit derrière nos genoux l’erreur qu’il a commise sous nos aisselles.
- NP : Il y a quand même des bons côtés à la grève d’Air France : il y a 60% d’expulsion de sans papiers en moins en ce moment.
- RC : « On a humilié la famille » Nicolas Sarkozy, père de 4 enfants de 3 femmes différentes. Lol du siècle.
- VM : Les anciens présidents c’est comme les ex, il suffit de les revoir 15 minutes pour se souvenir pourquoi on en veut plus…
- LY :  « Le prix du tabac devrait augmenter en janvier » Le cancer du poumon ne sera bientôt plus une fatalité, mais un signe extérieur de richesse.
- LC : Quand tu vois que des Djihadistes entrent en France sans soucis tu te dis que les migrants africains ne sont vraiment pas doués.
- EM : « Le FN espère bien faire élire ses deux premiers sénateurs dimanche. » Ils se sont déjà engagés à ne rien foutre, mais de façon raciste.
- OM : “Tabac : le paquet de cigarettes « neutre » arrive en France.” Fume, c’est du Suisse.
- PD : La France choquée par l’assassinat d’un de ses compatriotes par des cinglés, qui en laisse crever 300 par an sur son bitume sans sourciller.
- RR : Pôle emploi démarche des chômeurs par téléphone pour devenir instit. NE DÉCROCHEZ PAS !! :)
- NP : Ça paraît quand même assez logique d’avoir des pépins avec des produits d’une marque dont l’emblème est une pomme.
- SG : Sarkozy veut « reconquérir les Français, un par un. » Je sais pas où je suis dans sa liste, mais s’il commence par moi, soyez patient.
- FG : Ces allemands qui t’abordent, normal, sans même commencer leur phrase par « Je condamne le nazisme »… Toi aussi, pense comme le Figaro.
- EM : J’espère que l’émission spéciale sur Brigitte Bardot diffusée ce soir sur France 2 sera décomptée du temps de parole du Front National.
- CC : Font chier ces gens qui garent leur maison devant ma voiture
- LY : Je sais pas trop ce que va donner cette génération qui a appris à se servir d’un iPad avant de savoir s’essuyer les fesses correctement.

Et pour finir, un gentil délire de IM qui aimerait m’immortaliser…(Merci IM !)
Faudra un jour qu’on se cotiZzze pour la mémoire de CoZzzette et qu’on écrive un truc à plusieurs mains, mais sans attendre qu’elle meure pour honorer sa mémoire. Primo on veut pô qu’elle meure et deuZzzio on n’aurait plus ce regard si juste et si précis sur la nébuleuse sphère dans laquelle on tourne sans fin, et qui ressemble à un roulement de tambour… de machine à lever. Je sais pas pourquoi, mais tout à coup, me vient l’idée su-bite de cueillir des fleurs, de couper les têtes et de mettre les queues étêtées dans un vase en dentelle de Bruges. C’est la Belgique qui se met à son tour à se faire sauter… ses ministères qui doit me faire ça… certainement…

A la suite de ce post, je signale à ceux qui l’ignorent que les Fessebouqueries sont un zapping hep ! dromadaire ! de posts et twitts par des amuseurs sociaux, avec leurs initiales devant.
Toi aussi tu peux amuser tes amis facebook et tes abonnés twitttos en partageant les Fessebouqueries.

Peinture  © dominique cozette. 

Le week-end prochain, j’ouvre mon atelier lors des Portes Ouvertes d’Ivry « Pleins Feux sur Ivry ». Plus de détails sur mon site ici.

Categories: Fessebouqueries

Quiconque exerce ce métier stupide…

26/09/2014 Comments off

… mérite tout ce qui lui arrive. C’est le titre du dernier bouquin de Christophe Donner, sous-titré roman, car comme il l’explique dans le poste, il a recréé des situations, des dialogues, des mandales. C’est une explosion de situations cocasses, époustouflantes, denses entre trois hénaurmes figures du cinéma de papa, alias celui qui couvre le mitan des trente glorieuses, disons quinze.
Il a y l’inénarrable Rassam, Jean-Pierre, petit Libanais au père richissime, qui a l’ambition folle de bouleverser l’ordre mondial du cinoche. A force de fumette, de dope, d’excès à l’excès, il perd quelques neurones et finira mal, raide mort à quarante et quelques dans l’appart de sa femme, Carole b. dont il n’a pas fait connaissance dans le livre. Donc ce mec déborde de partout, bigger than life, il s’est fait toutes les putes de toutes les villes du monde, il a tout bu, de préférence les très grands crus de Bourgogne, il a sniffé tout ce qui était sniffable à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Il a produit, il a jalousé, il a surenchéri, il a joué un rôle énorme dans le cinéma de l’époque.
De même que Berri, Claude, fils de fourreur nommé Langmann, petit faiseur un peu ringard (dans le livre et selon Rassam) qui aime raconter sa vie à l’écran. C’est pas toujours réussi, mais quand ça l’est, c’est énorme. Il est tombé raide dingue de la sœur adorée de Rassam pour le plus grand malheur des deux. Elle l’aime à sa façon, pas forcément à la maison mais lui donne deux garçons. Elle est douloureusement prise en sandwich entre son frère et son mari qui ne trouveront jamais de terrain d’entente, feront route à part, crevant chacun d’être plus fort que l’autre à coup de millions, de stars, d’entourloupes.
Et le troisième larron, j’allais dire luron mais on en est loin, c’est le ténébreux Pialat, l’aîné, amer, haineux, d’avoir loupé la nouvelle vague. Lui, c’est la soeur de Berri qu’il conquiert tout en conservant femme et maîtresse, en les maltraitant. On a vu ce que ça donne dans nous ne vieillirons pas ensemble, que Jean Yanne a du mal à gober vu que le sienne, de femme, est en train de mourir, et qu’avec Rassam, rien ne va plus, le tournage est un véritable enfer.
C’est donc l’histoire (enfin, plutôt des snapshots) d’un mec qui est avec la soeur d’un autre mec dont la femme est la soeur d’un troisième. C’est bourré d’anecdotes écrites à un rythme insensé, ça défile comme un zapping en accéléré, c’est complètement dingue cette vie de ouf, ce fric, ces trahisons, ces ambitions démesurées, cette mauvaise foi à toute berzingue. J’ai dévoré. J’en veux encore, Mister Donner, please !

Quiconque exerce ce métier stupide mérite tout ce qui lui arrive de Christophe Donner chez Grasset. 2014. 232 p. 19 €

Texte © dominique cozette

Categories: oh les livres !