Oubliez-moi !

30/09/2014 Aucun commentaire

Vu Tabatah Kash (je ne sais pas comment ça s’écrit) chez Biraben. Je l’ai trouvée touchante. Pornostar dans les 80′s,  elle est partie aux USA lorsqu’elle a eu assez d’argent. Pour « refaire sa vie ». Son seul désir, vivre normalement avec son mec, faire des gosses et voilà. Elle s’est renommée Céline, elle a eu deux enfants. Et puis, raconte-t-elle, des gens mal intentionnés ont fouillé la poubelle et ont fait remonter son passé sulfureux. Elle, c’est pas que ça l’aurait dérangée, c’est pour ses enfants. Il a fallu qu’elle leur explique pour pas qu’ils soient mis brutalement au courant. Et puis son mari est mort. Il dirigeait une affaire porno, hot quelque chose. Alors elle est rentrée en France avec ses gosses et a repris l’affaire.
La journaliste explique que maintenant, avec les réseaux sociaux, il ne peut y avoir de droit à l’oubli. Tout ce que tu fais est inscrit et peut ressortir quand tu as 79 ans (note qu’à 79 ans, on s’en tape un peu). Alors qu’avant, on pouvait arrêter tout, se faire oublier et disparaître.
Elle oublie que ce jour, c’était les 80 ans de BB qui elle, a voulu disparaître du paysage il y a 40 ans. En finir avec le cirque médiatique, les paparazzi, s’occuper de ses chers animaux. Impossible.
Moi je dis que pour faire oublier ce qu’on a fait comme conneries jadis, il suffit de sévir en politique. Tu peux faire les pires choses, sortir avec tes casseroles, avoir été condamné, hors-la-loi, mêlé à des affaires bien louches,  tu fais juste comme si rien n’était. En fait, le droit à l’oubli en politique, c’est quand le principal intéressé oublie. Ou fait mine d’oublier. Le reste, c’est de la gnognotte.

Texte et image © dominique cozette

Categories: people

Encore une coupette, Pétronille ?

28/09/2014 Aucun commentaire

Un régal ce court roman de notre écrivaine belge préférée. Ça faisait longtemps que je ne la lisais plus, mais j’adorais la voir et l’entendre, cette femme joyeuse et expressive. J’ai craqué pour ce livre, Pétronille,  et je m’en félicite car c’est une vraie  joie. Le thème principal en est le champagne, le bon champagne, car c’est une spécialiste, Amélie. Le tout c’est de trouver la bonne personne avec qui s’enivrer, voire se murger. Elle la trouve, une petite nana effrontée qui ressemble à un jeune garçon, qui deviendra écrivaine et qui existe dans la vraie vie (il s’agit de Stéphanie Hochet, pour les curieux).
Le début du bouquin est un panégyrique de cette merveilleuse boisson qui procure des ivresses joyeuses et des cuites légères. Tout le reste relate les rencontres plus ou moins espacées de ces deux consommatrices de bulles dans des endroits divers et bizarres. Les bars de grands hôtels, normal. Mais les pistes de ski où la narratrice trimballe champagne et flûtes, très rigolo. Un autre où elle installe glaçons et bouteille dans un sac à dos étanche, vraiment croquignolet.
L’escapade d’Amélie à Londres où elle se fait humilier par Vivienne Westwood qu’elle était chargée d’interviewer est irrésistible. Elle aura, là encore, besoin de sa potion magique…
La fin du livre est une vraie belle fin, une pirouette majuscule, inattendue.
Rien de plus à dévoiler, tout est à découvrir dans les bulles d’Amélie Nothomb qui continuent encore à pétiller dans ma tête. Merci pour ce moment, oserais-je avancer.

Pétronille d’Amélie Nothomb aux éditions Albin Michel. 2014. 170 p. 16,50 €

Texte © dominique cozette

Categories: oh les livres !

Les Fessebouqueries #220

27/09/2014 Aucun commentaire

La vie est dure. Comme si ça ne suffisait pas de subir toutes les atrocités du monde, les maladies, la pauvreté, le cynisme de certains et le retour des cols de fourrure sur les parkas, voilà que le virus Sarkozy nous revient en pleine tronche, avec pour seul remède le suppositoire carré du labo Paul Bismuth. Alors non, le moral est dans les tongs. Encore heureux que l’été indien ne nous ait pas fait faux bond.
- CC : « L’avocat de l’avocat de l’avocat de Sarkozy mis en examen »
- JPT : Sarkozy revient, un peu comme le chou et le hareng des heures après en avoir trop mangé.
- KB : Sarkozy annonce son retour le week-end du patrimoine et pendant la journée dédiée à Alzhiemer. Bel hommage rendu à Liliane Bettencourt.
- PAG :  Le grand avantage d’avoir eu Sarkozy sur France 2, c’est qu’on ne verra pas sa tronche de cake au Parc ce soir. (Raté, PAG)
- EK : Une consolation : au vu de sa prestation de ce soir, Sarko ne sera jamais réélu.
- HLT : «Non seulement j’ai envie mais je n’ai pas le choix», déclare notre ex-président. Tous ceux qui, un jour, ont souffert d’une gastro-entérite, ont prononcé cette phrase. C’est dire dans quoi nous serons s’il revient.
- PAG : La meilleure phrase de Sarko : « J’ai un peu honte de vous dire la vérité ». AAAAAAAAAAAAAAH AHHHA AHHHHHHHHHHH AAAHH !!!
- DP : Devinette: Sachant que L. Delahousse a prêté 2 neurones à N.Sarkozy à 2 reprises, hier soir, combien lui en restait-il à la fin du JT?
- OV : Grosse boulette au JT de France 2 ce soir : Laurent Delahousse se trompe dans son calendrier et interviewe un parkinsonien le jour de la maladie d’Alzheimer.
- DC : Il n’a pas changé. Il a demandé qu’on lui prête deux neurones. Il ne les a pas rendus.
- DP :  Se faire défoncer par un vieux canasson de retour comme Juppé, ça va être violent, non?
- EP t’informe qu’au printemps 2017, il n’ira pas voter Sarkozy contre Le Pen au second tour.
- PB … entend que la campagne présidentielle française est bien lancée cette fois, reste à trouver dans quel fange elle va atterrir.
- PG : « Est-ce que vous me prêtez deux neurones d’intelligence? ». On est à nouveau dans les oxymores. Décidément il y a un style.
- DC : Dans longtemps, on se souviendra tous de ce qu’on faisait  quand Sarkozy est revenu à la télé. Moi je m’empressais de mettre un DVD.
- DP : 1ème conséquence tragique du retour annoncé de Sarkozy: La décryogénisation de Mireille Mathieu vient de démarrer.
- DP : La société Bygmalion2 vient d’adresser à N.Sarkozy une facture de 899€HT pour la publication de sa déclaration de candidature sur Facebook.
- HD : Ne vous inquiétez pas si vous croisez le beau frère de Merah avec une bombe en allant au bureau ce matin, c’est juste un petit cafouillage….c’est le cas Merah caché…
- HD : Moi président!!! je propose après la société à associé unique ,après l’auto entrepreneur,le mono mariage le célibataire pourra s’épouser!!!
- CV s’étonne de la frilosité de Gattaz et de ses sbires.
Pourquoi ne proposent-ils pas directement le rétablissement de l’esclavage ?
Les entreprises françaises gagneraient en compétitivité, et les dirigeants en pognon, CQFD.
- PM : Si vous tenez à voir la vidéo de quelqu’un qui a perdu la tête, regardez l’interview de Sarkozy plutôt que le décès de HerveGourdel
- DT : Si on vous propose une grosse cerise sur le gâteau, méfiez-vous c’est une supercherry !
- DC : Nicolas Sarkozy a changé. De slip. Comme tout le monde !
- JPT : Merci à Nicolas Sarkozy de nous remettre en mémoire pourquoi nous avons voté François Hollande.
- OM : “Erasmus, c’est 1 million de bébés en 27 ans.” Contre quand même, soyons honnêtes, 216 milliards de capotes usagées.
- NP : Quand tu vois toutes les bonnes idées de Sarkozy tu te dis que c’est vraiment dommage qu’il n’ait jamais été président de la république.
- LY : Alors que Nicolas Sarkozy a annoncé son retour sur sa page Facebook, DSK préparerait le sien sur YouPorn.
- FJ : j’leur ai mis onze millions dans l’cul
sans compté les a cotés
y’z'en r’demande, ces cocus,
on croit révé…
Nicolas S…
poete a seize heure
- RR : Pour relancer la natalité je lance le concept du paquet de préservatifs neutre.
- ZJ : Je connais quelqu’un qui connait quelqu’un qui n’a pas d’avis sur le retour de Nicolas Sarkozy. Mais il tient à rester dans l’anonymat…
- NP: La télévision c’est prétendre défendre la chanson française en faisant des émissions qui s’appellent RisingStar, TheVoice et TheCover..
- DP : L’Hôtel des impôts de Morlaix incendié par des cailleras de la FNSEA. Pourquoi vous ne vous en prenez pas à Auchan ou Carrefour, les gars?.
- OV : Avant pour connaître l’intelligence des gens il fallait leur faire passer un test de Q.I.
Mais ça c’était avant.
Maintenant il suffit de les regarder utiliser une caisse automatique dans un supermarché.
- ZJ : Après les guerres, les scandales et les remaniements, F. Hollande utilise sa dernière cartouche pour détourner l’attention: Nicolas Sarkozy!
- NP : Je remercie Sarkozy d’être revenu. Maintenant je me rappelle exactement pourquoi j’ai eu raison de voter Hollande en 2012.
- OM : Remercions quand même le seigneur de ne pas avoir reproduit derrière nos genoux l’erreur qu’il a commise sous nos aisselles.
- NP : Il y a quand même des bons côtés à la grève d’Air France : il y a 60% d’expulsion de sans papiers en moins en ce moment.
- RC : « On a humilié la famille » Nicolas Sarkozy, père de 4 enfants de 3 femmes différentes. Lol du siècle.
- VM : Les anciens présidents c’est comme les ex, il suffit de les revoir 15 minutes pour se souvenir pourquoi on en veut plus…
- LY :  « Le prix du tabac devrait augmenter en janvier » Le cancer du poumon ne sera bientôt plus une fatalité, mais un signe extérieur de richesse.
- LC : Quand tu vois que des Djihadistes entrent en France sans soucis tu te dis que les migrants africains ne sont vraiment pas doués.
- EM : « Le FN espère bien faire élire ses deux premiers sénateurs dimanche. » Ils se sont déjà engagés à ne rien foutre, mais de façon raciste.
- OM : “Tabac : le paquet de cigarettes « neutre » arrive en France.” Fume, c’est du Suisse.
- PD : La France choquée par l’assassinat d’un de ses compatriotes par des cinglés, qui en laisse crever 300 par an sur son bitume sans sourciller.
- RR : Pôle emploi démarche des chômeurs par téléphone pour devenir instit. NE DÉCROCHEZ PAS !! :)
- NP : Ça paraît quand même assez logique d’avoir des pépins avec des produits d’une marque dont l’emblème est une pomme.
- SG : Sarkozy veut « reconquérir les Français, un par un. » Je sais pas où je suis dans sa liste, mais s’il commence par moi, soyez patient.
- FG : Ces allemands qui t’abordent, normal, sans même commencer leur phrase par « Je condamne le nazisme »… Toi aussi, pense comme le Figaro.
- EM : J’espère que l’émission spéciale sur Brigitte Bardot diffusée ce soir sur France 2 sera décomptée du temps de parole du Front National.
- CC : Font chier ces gens qui garent leur maison devant ma voiture
- LY : Je sais pas trop ce que va donner cette génération qui a appris à se servir d’un iPad avant de savoir s’essuyer les fesses correctement.

Et pour finir, un gentil délire de IM qui aimerait m’immortaliser…(Merci IM !)
Faudra un jour qu’on se cotiZzze pour la mémoire de CoZzzette et qu’on écrive un truc à plusieurs mains, mais sans attendre qu’elle meure pour honorer sa mémoire. Primo on veut pô qu’elle meure et deuZzzio on n’aurait plus ce regard si juste et si précis sur la nébuleuse sphère dans laquelle on tourne sans fin, et qui ressemble à un roulement de tambour… de machine à lever. Je sais pas pourquoi, mais tout à coup, me vient l’idée su-bite de cueillir des fleurs, de couper les têtes et de mettre les queues étêtées dans un vase en dentelle de Bruges. C’est la Belgique qui se met à son tour à se faire sauter… ses ministères qui doit me faire ça… certainement…

A la suite de ce post, je signale à ceux qui l’ignorent que les Fessebouqueries sont un zapping hep ! dromadaire ! de posts et twitts par des amuseurs sociaux, avec leurs initiales devant.
Toi aussi tu peux amuser tes amis facebook et tes abonnés twitttos en partageant les Fessebouqueries.

Peinture  © dominique cozette. 

Le week-end prochain, j’ouvre mon atelier lors des Portes Ouvertes d’Ivry « Pleins Feux sur Ivry ». Plus de détails sur mon site ici.

Categories: Fessebouqueries

Quiconque exerce ce métier stupide…

26/09/2014 Aucun commentaire

… mérite tout ce qui lui arrive. C’est le titre du dernier bouquin de Christophe Donner, sous-titré roman, car comme il l’explique dans le poste, il a recréé des situations, des dialogues, des mandales. C’est une explosion de situations cocasses, époustouflantes, denses entre trois hénaurmes figures du cinéma de papa, alias celui qui couvre le mitan des trente glorieuses, disons quinze.
Il a y l’inénarrable Rassam, Jean-Pierre, petit Libanais au père richissime, qui a l’ambition folle de bouleverser l’ordre mondial du cinoche. A force de fumette, de dope, d’excès à l’excès, il perd quelques neurones et finira mal, raide mort à quarante et quelques dans l’appart de sa femme, Carole b. dont il n’a pas fait connaissance dans le livre. Donc ce mec déborde de partout, bigger than life, il s’est fait toutes les putes de toutes les villes du monde, il a tout bu, de préférence les très grands crus de Bourgogne, il a sniffé tout ce qui était sniffable à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Il a produit, il a jalousé, il a surenchéri, il a joué un rôle énorme dans le cinéma de l’époque.
De même que Berri, Claude, fils de fourreur nommé Langmann, petit faiseur un peu ringard (dans le livre et selon Rassam) qui aime raconter sa vie à l’écran. C’est pas toujours réussi, mais quand ça l’est, c’est énorme. Il est tombé raide dingue de la sœur adorée de Rassam pour le plus grand malheur des deux. Elle l’aime à sa façon, pas forcément à la maison mais lui donne deux garçons. Elle est douloureusement prise en sandwich entre son frère et son mari qui ne trouveront jamais de terrain d’entente, feront route à part, crevant chacun d’être plus fort que l’autre à coup de millions, de stars, d’entourloupes.
Et le troisième larron, j’allais dire luron mais on en est loin, c’est le ténébreux Pialat, l’aîné, amer, haineux, d’avoir loupé la nouvelle vague. Lui, c’est la soeur de Berri qu’il conquiert tout en conservant femme et maîtresse, en les maltraitant. On a vu ce que ça donne dans nous ne vieillirons pas ensemble, que Jean Yanne a du mal à gober vu que le sienne, de femme, est en train de mourir, et qu’avec Rassam, rien ne va plus, le tournage est un véritable enfer.
C’est donc l’histoire (enfin, plutôt des snapshots) d’un mec qui est avec la soeur d’un autre mec dont la femme est la soeur d’un troisième. C’est bourré d’anecdotes écrites à un rythme insensé, ça défile comme un zapping en accéléré, c’est complètement dingue cette vie de ouf, ce fric, ces trahisons, ces ambitions démesurées, cette mauvaise foi à toute berzingue. J’ai dévoré. J’en veux encore, Mister Donner, please !

Quiconque exerce ce métier stupide mérite tout ce qui lui arrive de Christophe Donner chez Grasset. 2014. 232 p. 19 €

Texte © dominique cozette

Categories: oh les livres !

Les Fessebouqueries #219

20/09/2014 Aucun commentaire

Les queues de fin d’actu comme l’innocence de Pistorius ou les chouettes mesures de Gattaz s’effacent avec le scottish referendum qui a fait pshitt, la sortie en fanfare la plus con de l’année, je parle de l’iphone et pas du retour de qui vous savez, alias Suppositoire Carré que je nommerai dorénavant ainsi car la perspective d’un PAF de nouveau sous perfusion NS m’emplit d’une UMPite aigüe dont il me faudra bien trouver l’antidote. Je ne vais quand même pas mettre un contrat sur lui, non ! Si ? Qui a dit si ?
- OV : Ma réaction quand je découvre que hier soir pendant le film sur Claude François TF1 a diffusé une pub pour EDF.
- AdN : Tu vises la porte de la salle de bains, tu tues la personne qui est dedans, tu dis que tu croyais que c’était un cambrioleur et hop, tranquille, enfin, tu risques quand même 15 ans de prison.
Question : T’as beaucoup connu des gens dont la salle de bains a été cambriolée ?
- AcD : Une seule capote vous manque, et tout est repeuplé.
- OV : En fait le MEDEF veut importer en France le modèle chinois : les ouvriers ont des salaires de chinois et les patrons des salaires de patrons.
- JPT : Le casting de Pierre Gattaz dans le rôle du patron fourbe, odieux et âpre au gain, est absolument irréprochable.
- EP : Pense qu’au supermarché un classement des pots de confitures par ordre alphabétique des fruits ferait gagner trois bonnes minutes aux consommateurs.
- SA : Non, Sarkozy n’a jamais dit qu’il ne reviendrait pas en politique s’il perdait la dernière présidentielle. Nous nous en souviendrions.
- JD : L’Écosse, tu l’aimes ou tu la Kilt.
- DC : C’est aujourd’hui que la corne m’use.
- TP : Pour M Touraine l’augmentation de 8€/mois du minimum vieillesse est un gain SIGNIFICATIF de pouvoir d’achat. Et un gain de foutage de gueule.
- SM : Ecosse: David Cameron risque fort de se faire souffler dans le biniou..
- SM : Note de service à l’attention des propriétaires d’iPhone 6. Insérez-vous le délicatement dans le cul, merci.
- EP : L’humanisme, c’est aussi aimer le type qui écoute toutes les sonneries possibles de son téléphone assis à côté de toi dans le bus.
- DC : Aujourd’hui c’est la journée de la jupe ! Ecossaise !
- CK : Sujet de philo du jour : « Dire non à l’indépendance, est-ce dire à la liberté de se tenir à carreaux (écossais) ? »
- EM : Référendum sur l’avenir de l’Écosse: Éspérons que les urnes seront moins bourrées que les électeurs.
- EM : Nous sommes lundi et d’ici à vendredi le MEDEF aura fait supprimer le week-end, bonne journée.
- EB : Je reviens d’Orly. Ce qu’on raconte c’est des conneries. Les avions ils sont pas cloués au sol, ils sont posés comme d’habitude.
- LY : « Je ne dis pas que la peine de mort est LA solution contre le chômage, mais c’est une piste ». Pierre Gattaz, président du MEDEF
- CC : – c’est qui marcel proust ?
- c’était un célèbre anesthésiste français
- ah ok merci
- ML : Il revient. Aussi chiant qu’un ex.
- OV : On se moque de ceux qui attendent la sortie de l’iPhone 6 mais il y a beaucoup plus cons qu’eux : il y a des gens qui attendent le retour de Nicolas Sarkozy.
- NC : Le mafieux avéré veut juste son impunité et des gogos vont replonger dans son numéro de « rassembleur ». Y’a plus de mot…
- NP : Vous avez remarqué qu’il n’y a que des vieux mecs blancs qui sont candidats à la présidence de l’UMP? Sûrement un hasard.
- LY : J’ai bien vérifié et en fait, le téléchargement a tué moins d’artistes que la drogue, l’alcool ou du courant électrique dans la baignoire.
- EM : C’est bizarre, Nicolas Sarkozy est revenu et les gens ne s’embrassent toujours pas dans les rues en l’acclamant.
- SS : Un mal qui a fait beaucoup de dégât et qu’on croyait disparu : Le retour de Sarko, c’est comme le retour de la Tuberculose
- CC : Ça me fait autant d’effet que pour le retour des mocassins à glands et de Patrick Sabatier.
- LY : Thévenoud quitte le PS mais reste député. C’est comme si tu te faisais virer du boulot mais que tu revenais chier tous les jours au bureau.
- LC : Sarkozy va revenir. Comme une mauvaise récidive d’un cancer.
- AS : Ca y est ! Elkabbach a son érection annuelle, Morano a inondé Toul et Hortefeux se remet à parler allemand
- TL : Re-voter sarkozy c’est un peu re-manger son vomi un soir de cuite non ???
- OK : Il revient. Il a trouvé un financement pour 2017 ?
- MM : Ce soir happy hour entre 18h et 4h du mat au Fouquet’s
- ME : Sarkozy candidat à 5 ans d’immunité judiciaire.

Le bonus signé EB qui explique tout sur notre malaise politique :
En fait je viens de réaliser que tout est de la faute de François Mitterand.
S’il n’avait pas été gouverné par sa queue il n’aurait jamais remarqué Valoche fraîchement arrivé de sa ZUP, et aujourd’hui la République ne tremblerait pas d’être renversé par des histoires de cul.
On croyait que la France avait été gouvernée par la droite, puis par la gauche. Ben non, La France continue à être gouvernée par la bite de notre ancien président PS. Comme il nous l’avais annoncé avant de mourir « je crois en la force de l’esprit » sauf que là ce n’est pas sa culture légendaire qui vient hanter le palais de l’Elysée mais ses anciennes promotions canapé. La force de la bite, François. C’est ça qui t’a survécu, ce n’est pas tes bibliothèques et tes monuments, ou tes phrases si bien tournées qui sont gravées dans la pierre à tout jamais, mais tes coups de cœur, tes coups de bite et tes enfants cachés. Avec ton œuvre on en a encore pour 20 ans de livres plus pourris les uns que les autres. Merci François, c’est formidable la politique. Merci d’avoir rétabli la monarchie.

Mon site ici.
On peut s’abonner à ce blog. Et partager. Merci amis et good times !

Image © dominique cozette

Categories: Fessebouqueries

La fortune de Sila, le fric des autres.

18/09/2014 Aucun commentaire

La fortune de Sila, passionnant roman  de Fabrice Humbert sur une addiction actuelle : le fric. Mais pas qu’un peu. Celui qui rend fous les traders, les oligarques russes, les assoiffés de pouvoir. Sila, lui, n’est pas comme ça. Sa fortune, c’est la chance. Il fait toujours les bonnes rencontres qui lui permettent, lui un Noir sans papier, d’avoir un bon job dans un des meilleurs restaurants de Paris. C’est là que le drame survient : un gosse mal élevé essaie de le faire tomber, il l’attrape par le bras pour le calmer, alors le père outré, un Français qui a fait fortune à Miami, le frappe, lui cassant le nez. Puis retourne à son assiette, comme si de rien n’était. Sa femme est horrifiée mais ne dit rien. Aux tables voisines, personne n’osera intervenir : ni le milliardaire russe et sa femme, ni le trader et son ami ingénieur en algorithme qui font tous deux fortunes dans les banques de Londres.
Le récit va décrire l’ascension de tous ces personnages vers les sommets de l’énorme réussite financière, bien souvent immorale, teintée d’arnaques, de meurtres, de faillites, de bobards, d’appuis politiques. On y retrouvera l’éclosion des richissimes oligarques russes qui se sont gavés des ruines de leur pays et n’ont aucun scrupule à profiter des autres, voire à les supprimer car ici, soit tu bouffes le autres, soit ils te bouffent. Les traders et leurs bulles qui peuvent leur exploser au nez mais qu’ils peuvent aussi reconstruire car rien ne les intéresse plus que le pouvoir de tout posséder, n’importe qui et n’importe quoi. Et les spéculateurs immobiliers qui profitent de la crédulité des masses pour leur soutirer le peu qu’ils ont et qui donneront lieu à la crise des subprimes.
Quelques personnes un peu candides se baladent là-dedans, pensant naïvement y être arrivées. Et une femme qui, bien plus tard, demandera pardon à Sila, qui exerce aux Etats-Unis, sans prévoir le drame que cela va engendrer.
Car tout ce monde va se retrouver en même temps du côté de Wall Street où de nouveaux enjeux  naîtront qui en entraîneront certains vers le drame absolu alors que d’autres s’en sortiront.
Captivant.

La fortune de Sila, de Fabrice Humbert, 2010, éditions La Passage. 320 pages. Sorti au Livre de Poche. (FH est l’auteur de L’origine de la violence).

Categories: oh les livres !

Réponse du berger à la bergère

14/09/2014 Comments off

Ma chère Valoche,
depuis que tu as fait les tiennes, je n’ai jamais autant entendu parler de toi. Rassure-toi, je ne ferai pas un livre sur notre relation car j’ai beaucoup de boulot, de l’huile sur le feu, de l’eau dans le gaz, Gattaz et l’Irak, les sans-dents comme tu l’as fait buzzer, et dont tu as même la preuve. Tu me rappelles Monika Levinski qui avait gardé sa robe tachée du sperme de Clinton pour le jour où elle devrait apporter des preuves. Heureusement que nous faisions l’amour à poil, ma grosse !
De quoi te plains-tu finalement ? Que je ne t’aie pas épousée ? La belle affaire ! Tu sais comme je suis : un ego-jouisseur mou. Avec les femmes, c’est le meilleur qui me motive, pas le pire. Assez de soucis comme ça.
Cependant,  j’ai tenu quelques promesses : Tu voulais gravir les marches du pouvoir à mon bras : tu l’as fait. Tu voulais garder ton boulot chez Lagardère, tu l’as fait. (Lagardère, tout de même, Valoche !) Tu voulais le pouvoir et l’argent, ça y est ! Grâce à qui ?
Tu me voulais pour toi tout seul, ça, ma vieille, c’était pas possible, entre la France et toi, y a pas photo.
Quant à mon histoire avec JG, je n’y peux rien si je suis bourré de la testostérone des mâles dominants. Je ne suis qu’un animal soumis à ses glandes, comme le coq, le lion, le chimpanzé… Vous êtes drôles, les femmes, vous voulez toujours nous changer !  Si j’avais été fidèle, nous n’aurions pas vécu ces dix belles années ensemble, je serais encore avec Ségo.
Oui, elle est de retour au harem, heureuse et consentante. Comme toi, ma Valoche, un jour, quand Lagardère te trouvera has been et que tu auras claqué tes droits d’auteur ! Bien contente de revenir dans l’aile des dames de l’Elysée. Note que je n’y serai probablement plus, un peu grâce à toi et à tes sans-dents.
J’ai pas lu le bouquin mais comme ce n’est pas toi qui l’as écrit, nous sommes quittes.
Et puis, chère Valoche, entre nous, je suis bien content que tu m’enfonces un peu plus dans les sondages. Ça va m’aider à toucher le fond, pour mieux rebondir comme je l’ai toujours fait. Avec une petite sirène peut-être. Qui sait ?
Le capitaine de pédalo t’embrasse bien fort.
Françou
PS : Tu as oublié ton bonnet de bain dans le tiroir. Mazette, c’est au moins du 95 C !  Je ne savais pas que la première dame était aussi une grosse tête ! OK, c’est pas drôle. Je vais te le faire porter à Match par un motard.

Texte et image © dominique cozette

 

Categories: caustic

Les Fessebouqueries #218

13/09/2014 Comments off

Pour les nouveaux qui s’interrogent sur les Fessebouqueries : il s’agit de petites phrases concernant l’actu, postées sur facebook et Twitter,  patiemment récoltées par moi-même au cours de la semaine et régurgitées telles quelles. Du copié-collé sans correction. Les initiales sont celles de leurs auteurs.
Au menu de cette semaine  : des hors d’oeuvres avariés sous forme de bouquin qui pue, un plat de forte résistance à la déclaration d’impôts et autres paiements, une farandole de desserts avec un assassin qui court, qui court sur ses pieds à ressort, un porteur de talonnettes qui revient sur lui-même, une montre très chère qui donne l’heure et un couple d’ex-ministres dont tout le monde se contrefout !

- MC : Je ne me suis pas lavée depuis trois ans. Je ne suis pas sale, je suis négligente.
- EO :  Moi si j’étais psy, j’irai directement prospecter sur les forums de Magic Maman, y a des nanas qui sortent de chez leur gynéco et qui vont directement poster des trucs du genre  » j’ai eu mes règles, j’ai pissé sur 4 tests de grossesse négatifs, la prise de sang est négative elle aussi, mon gynéco ne voit rien mais j’ai des picotement dans le bas du ventre, est il possible que je sois quand même enceinte? »… Et là t’as l’internaute en face, mère au foyer qui a une fée clochette en avatar qui répond très sérieusement comme si elle était diplomée de la International School of Foufoune de Miami « Oui, c’est possible ». C’est magnifique.
- OV : La preuve que les leaders de l’UMP sont sincères quand ils citent Jean Jaurès c’est qu’ils organisent leurs universités d’été dans des villes ouvrières comme Nice, Le Touquet ou Arcachon.
- EO : A mon avis elle va avoir du mal à re pécho la Valoche… « Jeune femme 50 ans divorcée 2 fois et demi, recherche homme d’âge mûr pour relation saine et durable jusqu’à la mort. Attachante, je suis douce même si comme le disent certains de mes proches « j’ai mon petit caractère » LOL . …
- JPT : Le quinquennat Hollande : un long chemin de couacs.
- HD : La chanson du député Thevenoud demain au Palais Fourgon….Je suis venu te dire que je mens vrai…..
- JPT : Un conseil à la prochaine petite amie d’Oskar Pistorius : si t’as envie de pisser la nuit, te lève pas, pisse au lit !
- OV : Si Darwin avait vu des gens camper devant les Apple Store pour acheter l’iPhone 6 avant même son annonce officielle il n’aurait jamais formulé sa théorie de l’évolution.
- OV : Pour pouvoir utiliser le système de paiement sans contact de l’iPhone 6 les voleurs t’arracheront donc ton téléphone ET ton index. Sympa.
- HD : Papa c’est quoi l’obsolescence chez Apple…mon fils c’est simple!!…c’est quand tu cours partout dans Barbès avec ton iPhone 5 à la main, nu, ignoré par les autochtones,que tu le jettes sur des jeunes, qui te le rendent
- DC : Remarquez, le député (ex-ministre) qui ne paie ni ses impôts ni ses loyers peut toujours se targuer d’être le représentant d’un certain nombre de citoyens français.
- OV  : En fait un socialiste c’est un peu comme un parisien qui, voulant partir en vacances sur la côte d’azur avec toute sa famille, s’obstinerait à ne prendre que les routes départementales puis comme au bout de 8 heures de route ses enfants menaceraient de se jeter par la portière et sa femme de divorcer s’arrêterait finalement à Moulins en disant qu’il faut savoir être réaliste et que c’est déjà un bon compromis.
- BZL : phobie administrative : merci de respecter la douleur des patients
- ALR : Maintenant on va pouvoir regarder l’heure sans avoir à sortir son téléphone. Que c’est malin.
- JC :  les mémoires de madame T.. ne vaudront pas celles de ST SIMON aussi, je ne les lirai pas, même si je m’etonne  de voir autant de femmes se disputer ce président au sex-appel de cageot d’endives. vivement 2007 qu’on puisse  voter pour Aain JUPPE
- DC : Il paraîtrait que Valérie T. a vendu autant de PQ en une semaine que Lotus et Trèfle réunis !
- OV : Pourquoi est-ce que Thomas Thévenoud doit démissionner de son poste de député alors que Patrick Balkany peut rester à l’assemblée ? C’est simple : parce que quand Thévenoud a été élu ses électeurs croyaient qu’il était honnête. Alors que quand Balkany a été élu ses électeurs savaient qu’il était pourri.
- HD : Si vous voyez un mec marcher dans la rue avec les bras écartés,c’est MOI!!! en effet à la suite d’une méprise j’ai bombé sous mes aisselles Oréal GEL fixation forte au lieu de Willams déodorant!!!!
- AdN :  « Tu vas pas bosser aujourd’hui ? » « Non je vais chez le toubib » « T’es malade ? » « Non , me faut un certificat médical pour ma phobie du boulot »
- FB : oscar pistorius peut-être libre demain… pour ma part je prends de suite mes jambes à mon coup pour avoir un peu d’avance… enfin en même temps, je ne suis pas mannequin.
- AdN : L’ancien président nous a amené au bord du gouffre, le nouveau nous a fait faire un grand pas en avant.
- QR : Rigolez : je viens de passer quatre heures à positionner des images dans un document texte. J’ai cru devenir fou. Rendez-moi mon stylo ! ma feuille ! ma colle ! mes ciseaux ! Ceux de l’époque où tout était si simple…
- EM : « Une chaudière défectueuse aurait provoqué l’explosion de Rosny-sous-Bois. » Sous Sarkozy on aurait fait voter une loi contre les chaudières.
- DC : Le gel de plein de choses, retraites, salaires etc… s’appelle aussi vaseline. En avoir toujours un plein tube chez soi !
- HD : Thomas Thévenoud hospitalisé pour une crise de tétanie provoquée par la découverte du carnet de correspondance de sa fille.
- OK. : Thomas Thévenoud a décidé d’arrêter la procrastination et de prendre son courage à demain !
- NS : Je sais pas ce qui me trouble le plus : que des gens aient encore confiance en Hollande ou que d’autres pensent que Sarko aurait fait mieux.
- NS : L’exception culturelle française c’est de voir un bouquin sans grand intérêt éclipser tous les autres livres de la rentrée littéraire.
- PM : Le déontologue de l’assemblée nationale va publier un guide de bonnes pratiques. Il y aura deux tomes : 1. Le code civil 2. Le code pénal
- NP: La différence entre un écossais indépendantiste et un unioniste ? L’indépendantiste n’a pas de slip sous son kilt.
- OM : “Frédéric Lefebvre (UMP) au secours de François Hollande.” Les emmerdes continuent pour François Hollande.
- TV : Appel à témoignage: on cherche quelqu’un que Thomas Thévenoud A payé.
- CT : Contrairement aux dividendes des actionnaires à dents longues, les petites retraites des sans-dents seront gelées.
- OK : Ici pièce jaune, Karcher va revenir
- OK  : Montebourg & Filippetti à San Francisco ? On s’en fout on veut juste savoir s’ils ont vu la maison bleue, celle qui est adossée à la colline?
- EM : Très surprenante cette annonce du retour de Nicolas Sarkozy, je ne me souvenais pas de l’avoir vu partir.
- OK : Il revient ! Il va rendre la vue aux aveugles. Il va faire marcher les paralytiques. Il va sauver le monde. Alléluia!
- CC : si ça se trouve, jack lang il tourne sept fois sur lui-même avant de parler

Pour voir mon site, click ici.
Il est fortement autorisé de partager ce blog si vous l’avez apprécié et que vous ne souffrez pas de clickophobie.

Illustration © dominique cozette

Categories: Fessebouqueries

Les Fessebouqueries #217

06/09/2014 Comments off

Les Arènes, ça s’appelle la boîte d’édition de Trierweiler. Ça lui va très bien. Du sang, des coups et des cornes. A part ça, un élu ripou, des dentiers en pagaïe, une rentré chahutée, une semaine qui pue vaguement la vieille poubelle oubliée dans le coffre en plein soleil.
- OV : La fraude fiscale coûte 3,6 milliards d’euros à la France. La fraude à la TVA 8 milliards d’euros. Pour la fraude à Pôle Emploi c’est 39 millions d’euros. Il est donc urgent de contrôler ces feignasses de chômeurs.
- ZJ : Et si les chômeurs se cherchent une vraie planque rentable où personne ne les contrôle, ils n’ont qu’à se faire élire. Ça marche à merveille
- DC : Isabelle Balkany blanchit un million d’euros sous forme de caution pour ne pas faire de prison pour blanchiment de fraude fiscale. Trop forte !
- AdN : « Je ne comprends pas, l’heure est bloquée sur 23 depuis une heure » - »mais, belle-maman, vous regardez le thermomètre ». Blague à part, ça commence à m’inquiéter
- DC : J’imagine tous ces parents demandant à leurs petiot(e)s : Alors, ça s’est passé comment ? Et la maîtresse, elle est gentille ? Tu as mangé quoi, à la cantine ? Tu t’es fait des amis ? Et la théorie du genre, t’en penses quoi, finalement ?
- PG : Je viens de me rendre compte que j’ai atteint des sommets dans l’Esprit Vacances…. Je suis parti du restau en oubliant mes pompes sous la table et suis rentré pieds nus …. Putain le pied !!!! Bon j’irai les reprendre ce soir !
- MN : Si on respectait vraiment les travailleurs qui rentrent de vacances….le jour de la rentrée devrait être un jour de congé ….
- OV : C’est en voyant les coiffures des garçons le jour de la rentrée qu’on mesure à quel point la Coupe du Monde de Foot a eu une mauvaise influence sur les jeunes.
- CC : l’eau chaude appartient à ceux qui se lavent tôt
- DC : Trierweiler vide son sac, ça a l’air plein de merde, là-dedans !
- DJ : Deux victimes dans l’affaire Trierweiler : la politique et le journalisme. Le Samu essaie de les réanimer mais il est peut-être trop tard.
- XA : Le livre de Valérie Trierweiler va permettre à ceux qui ne lisent pas la presse people de lire pire, mais dignement.
- PL  : La vengeance est un plat qui se mange à 200 000 exemplaires.
- DD : C’est dans les vieilles peaux que l’on fait les meilleures déconfitures.
- SS : Le Socialisme qui s’est fait lui aussi larguer par François Hollande réfléchit aussi sérieusement à écrire un bouquin…
- MB : Les sans dents qui ont élu hollande sont aussi myopes car ils n’ont rien vu venir ! Lunette et dentier c’est ce qui coute le plus cher
- MDE : Les sans dents pourraient vite devenir des sans culottes, histoire de rappeler au « roi » que le petit peuple est seul maître de son destin!
- OVH : Pourquoi s’étonner de la publication du livre de Valérie Trierweiller ? Dès qu’un président fait un prout, on écrit un bouquin, alors quand il lâche sa purée, je te raconte pas.
- OV : Le livre de Valérie Trierweiler est choquant mais on a quand même évité le pire : si Nicolas Sarkozy avait largué Carla Bruni elle aurait fait un disque.
- SM : Apres « De l’intérieur » de Duflot & « Merci pour ce moment » de Trierweiler, Bientôt « Merci pour ce moment à l’intérieur » par Julie Gayet.
- MT : Trierweiler touchera 600000 € (Figaro) pour Merci Pour Ce Moment On peut donner des leçons sur le respect de la vie privée..et changer d’avis
- EM :  Les ex-copines de DSK vont aussi sortir chacune un livre, les 1437 volumes seront en librairie la semaine prochaine.
- RR : Karim Benzema s’offre une voiture à 2 millions d’euros. Lui… Il doit avoir 41 dents.
- LC : Arrêtez avec l’Amour est dans le pré. Tout le monde sait que l’amour, le vrai, se trouve dans une camionnette au Bois de Boulogne.
- JPT : Valérie Trierweiler. Ex-Première Dame. Ex-Dame tout court.
- SM : Si tout ceux qui ont le sentiment de s’être fait baiser par François Hollande écrivent un livre, on risque de vite manquer de papier.
- DS : Je crois que le respect de la fonction de président de la république est déjà décédé d’un AVC, à Disneyland, le 15/12/2007…
- ML : « Quand les pauvres auront des dents. » Nouvelle expression quand on parle des promesses de Hollande
- DM : le plus drole est que les SansDents qui ont élu Hollande doivent s’en mordre les doigts…
- MH : Hollande va finir par avoir le mon dentier contre lui, en tout ça molaire mal parti pour lui…
- JPT : Les « sans-dents » existent : j’ai vu Michel Houellebecq au Grand Journal.
- JPT : Sarkozy nous avait couverts de honte, Hollande nous couvre de ridicule. De quoi nous couvrira notre prochain Président ? Les paris sont ouverts.
- HY : ERRATUM : dans mon post 20 142, il fallait lire « j’aime la rhubarbe » et non pas « j’aime te fouetter avec une dorade congelée ».
- SG : « J’irai chercher la croissance, sans les dents. »
- HD : retour sur la démission de Thomas Thevenoud : Son successeur Matthias Fekl ne pense pas quitter le gouvernement avant samedi 23h30.
- CR : Super bonne nouvelle, je n’en reviens toujours pas !! On m’a proposé un emploi pour être cadre ! Je ne sais pas quoi répondre car je ne sais pas si je pourrais rester toute la journée accroché à un mur..
- HD : les lois se font à la chambre mais l’exécutif est dans la salle de bains…Sarkozy pensait à devenir Président en se rasant. Hollande réfléchit à comment le rester en se brossant les dents.
.- JPT : Je ne suis ni surpris ni choqué qu’autant de gens se précipitent sur le livre de Valérie Trierweiler : on n’a jamais vu des mouches à merde se poser sur un pot de miel.
- SG : Paraît que Spielberg a acheté les droits du bouquin de Trierweiler. L’histoire d’un gouvernement sur un bateau. « Les sans-dents de la mer. »
- LY : Ce que je retiens du livre de Valérie Trierweiler, c’est qu’un animal blessé qui charge est encore plus dangereux quand il a des cornes.
- ML  : Allez, on va se brosser les… non rien. Bonne nuit.
- DS : Qui n’a pas fait un truc genre « Thévenou, Térepartou » ? C’est pour me sentir moins seul.
- LM : Trierweiler sort « Merci pour ce moment ». À venir: « De rien » de Gayet et « Puisque vous êtes réconciliées on se fait un plan à 3? » d’Hollande.
- ML : Jérôme Cahuzac  : Coucou Thevenoud ! J’ai une chambre d’amis si tu veux…
- AB : Trieirweiler a réussi là où Hollande et Filippetti ont échoué : sauver les librairies.
- DC : Panique à l’UMP ! Rachida Dati va sortir son bouquin « merci pour ces moments » où elle raconte comment elle a conçu sa fille Zora avec ses 6 pères.
- OV : Tu sais que c’est vraiment le merdier quand tu commences sérieusement à envier les belges qui vivent avec un roi et pas de gouvernement.
- JPT : Je suis debout depuis trois heures déjà et je n’ai pas encore entendu parler d’un nouveau couac socialiste. J’attends impatiemment. C’est long, une journée sans couac.
- SC : thévenoud milite pour la simplification administrative ….ne pas déclarer ses impôts est peut être un peu extrême non ?
- OK :  Un « Rendez-vous en Terre Inconnue » avec Thevenoud , ça aurait de la gueule non ? – Où ça ? – Dans un centre des impôts !
- SS : On ne dit pas : « il a des hémorroïdes ! » mais « il a un problème de conformité avec son anus ! »
- SS : Ben, les mecs avaient nommé un spécialiste. Cahuzac n’avait aucune chance de s’en sortir…
- SM : Démission d’un secrétaire d’Etat, Hollande se précipite dans la salle de bains, saisis le petit sac en plastique contenant des somnifères.
- OO :  La dignité, c’était mieux avant.
- SM : Qui osera encore baiser avec Valerie Trierweiler après ça?
- ZJ :  Il est bientôt 9h et toujours pas de couac au gouvernement ; c’est louche!
- OK  : En France, la droite la plus conne du monde risque bien d’être sauvée par la gauche la plus débile !
- PM : Ma fille devait entrer en CP mais quand j’ai dit qu’elle savait écrire son nom et compter jusqu’à 49 le directeur l’a inscrite au bac.

Illustration © dominique cozette

Si ce blog vous a amusé(e), merci de partager.

Plus d’info sur mon site ici.

Categories: Fessebouqueries

911… urgence !

04/09/2014 Comments off

C’est un livre atypique que l’on m’a passé. Il s’appelle 911, le numéro d’urgence aux Etats-Unis, bien que le titre original soit black flies, ces sales mouches qui s’agglutinent sur les cadavres pas frais. Je vous confirme, rien de bien gai dans tout ça. Assez trash même. Mais l’écriture de Shannon Burke est telle qu’on a l’impression de voir une super série très noire.
Ça se passe à Harlem, la nuit, là où s’étripent les mecs en manque, où crèvent les clodos, où claquent les overdosés, où accouchent les accros au crack, où clamsent les angoissés, où se suicident les désespérés. Tout un monde de losers, d’inutiles, de gens foutus. Selon certains des ambulanciers du livre, pas tous.
Le héros, étudiant en médecine ayant raté le concours, a choisi de faire le boulot pour se perfectionner. Il surmonte avec difficulté son dégoût, ses répulsion, sa peur de faire souffrir mais de toute façon n’échappe pas à l’horrible bizutage. Il reste bleu assez longtemps, trop sensible, peut-être, trop consciencieux.
Il fait équipe avec un mec bien cynique, le genre taciturne, misanthrope. Chaque nuit, le cauchemar des vies de merde auxquels ils sont confrontés reprend. Sa copine, en médecine elle, a beau le mettre en garde contre le changement de mentalité qu’apporte nécessairement ce job, il s’entête à s’enfoncer dans une cuirasse de détachement et de solitude. Il ne communique plus avec personne sauf ceux de son unité. Après une faute grave commise par son équipier, il prendra pour modèle le plus hard d’entre tous, et ira jusqu’au burn-out. Ce qui l’aidera peut-être à réagir.
L’écriture de Burke est incisive, claquante, acérée, sans fioriture. Son style est bétonné, noir, sans joie, sans humour. Il a été urgentiste, bien sûr. L’étonnant, c’est que l’on voit tout ça comme dans un film. Les sales quartiers de NY, les bruits, les odeurs, les cailleras, les putes, et parmi ça, parfois, un peu de tendresse. Très très peu, comme tombée par hasard dans un interstice de phrase. Un bouquin sauvage !

911 de Shannon Burke aux éditions Sonatine. 2008. 2014 pour la traduction française (Diniz Galhos). 206 pages.

Texte © dominique cozette

Categories: oh les livres !

Mai 67… un bon petit bonbon !

01/09/2014 Comments off

Si vous n’avez jamais lu un bonbon, essayez celui-ci. Mai 67 est le dernier opus de Colombe Schnek, c’est une brève histoire d’amour entre BB et un timide assistant costumier. L’auteure nous prévient qu’il s’agit bien d’une fiction. L’anecdote est inventée mais Brigitte est bel et bien là, je devrais dire belle et bien. On va jusqu’à entendre sa voix dans les dialogues.
C’est un bonbon, un vrai marshmallow, pas de prise de tête, pas de phrases à double sens, ni trop longues, ni trop drues. C’est écrit gros, double interligne et vastes marges. Commencé hier soir, fini au réveil, avec une nuit entre les deux. Et puis on se place du point du vue du jeune homme — puisqu’il écrit l’histoire sous forme de lettre —  un jeune homme peu averti qui a couchaillé avec deux ou trois femmes encore coincées (on est avant 68, avant la pilule, avant les hippies et avant je t’aime moi non plus). Il n’en revient évidemment pas de se voir appelé dans la chambre de la plus belle fille du monde. Et de la plus libre des femmes.
BB, on le sait pour qui s’intéresse à elle, a horreur du vide, comme la nature. C’est une nature, elle est nature, elle n’a pas de tabous. Son mari, le milliardaire Sachs la délaisse mais la fait surveiller. Alors, malade de solitude, elle se trouve un petit homme mignon et gentil qui va faire tout ce qu’elle veut.
Et comme il vient du monde de la confection, il se permet de nous décrire tout ses chichis, ses fanfreluches, ses décors. On s’y retrouve sans peine. Il sait bien, le pôvre, que ça ne va pas durer éternellement, il sait bien qu’il n’est pas à la hauteur, il ne peut que profiter de cette chance inouïe de prendre (et donner) du plaisir à la plus grande star du monde.
Lecture facile, plaisir régressif que de revivre ces années de minijupes naissantes, de festival de Cannes pas encore industrialisé, de célébrités vivant encore de façon assez simple. Très documenté, ce bouquin semble résumer à la perfection toutes les aventures anti-solitude de Bardot. C’est frais, c’est léger, ça se lit sans faim !

Mai 67 par Colombe Schneck. Aux éditions Robert Laffont. 2014. 256 pages écrites gros.

Categories: oh les livres !

Pas pleurer, Salvayre…

31/08/2014 Comments off

Le nouveau « roman » (c’est écrit sous le titre) de Lydie Salvayre renvoie à la jeunesse de sa mère pendant l’été 36 en Espagne. C’était la guerre d’Espagne. La mère, Montse (pour Montserrat) a été envoyée chez le seigneur du village pour être bonne mais il l’a trouvé très modeste, comme s’il lui gravait un sceau dans la peau l’empêchant un jour de prendre son essor. Elle a 15 ans, est convoitée par le fils de celui-ci, rouquin adopté mal embouché qui s’inscrit au PC pour emmerder ses parents, peut-être. On saura plus loin pourquoi tant de griefs devant ce paternel et la belle-mère.
Elle, avec Josep, son frère combatif, s’enfuit en ville où elle découvre la vraie vie. Les lumières, les boutiques, les cafés où les femmes peuvent consommer gratuitement un verre d’eau. Et l’amour torride. Un Français, juste une nuit, même pas le temps de se donner le nom. Juste André. Elle l’appellera André Malraux. Et le bébé qui se forme. Rester au village avec la honte ? Se suicider ? Ou alors accepter d’épouser le garçon roux qu’on a mis au courant, entrer au château par la grande porte. Ce qu’elle fait.
Et pendant ce temps-là, la guerre et ses exactions, les horribles meurtres par ceux qui se croient habilités à descendre n’importe qui, les pauvres, les curés, d’éventrer les femmes, sous couvert d’approbation de l’Eglise, franquiste donc. Et Bernanos, l’ultra-catho, qui se dessille, qui se rend compte que ses croyances n’étaient pas les bonnes et va s’engager dans un pamphlet anti-clérical, les grands cimetières sous la lune.
Il y a aussi la haine profonde et farouche de son frère Josep et du mari roux, qui se terminera très mal. Puis la naissance de la fillette, la grande sœur de l’écrivain, adulée de ceux du château. Lydie verra le jour  bien des années plus tard, fille biologique de l’époux.
Ce qu’elle raconte devient un récit formidable dans la bouche de Montse, sa vieille mère, l’héroïne, réfugiée à Paris depuis la guerre et qui parle un français hautement coloré, métissé d’espagnolismes à mourir de rire, souvent. Cette mère fragile, qui a perdu toute mémoire sauf celle de son amour de braise et de sa jeunesse brûlante.
Un superbe roman d’amour et d’aventure !

Par pleurer de Lydie Salvayre aux éditions du seuil. Août 2014. 280 pages.

Texte © dominique cozette

Categories: oh les livres !

Les Fessebouqueries #216

30/08/2014 Comments off

Comme les bébés dont le cerveau travaille non pas à acquérir mais à éliminer tout ce qui se présente, j’ai passé plus de temps à virer des posts qu’à les sélectionner tellement vous avez foisonné, les amis. Non mais c’est dingue, cette rentrée ! Une véritable éruption ! Merci la gauche, merci la droite, merci le FMI, merci la pluie, n’en jetez plus !!!
- RC : Une pensée pour toutes les filles qui se font fait chier à faire des régimes pour être au top cet été sur la plage en doudoune.
- HD : Montpellier : deux hommes tués par balles, un troisième en fuite..La ville de Marseille porte plainte pour plagiat.
- EM :  Désolé, les Ukrainiens, mais nous on a une VRAIE guerre civile entre Montebourg et Valls, on vous rappelle plus tard.
- MK : Au point où nous en sommes, qui de Vals ou de Hollande briguera en octobre prochain la tête de l’UMP ?
- OV : Avant tu pouvais être ministre en CDI, puis ça a été des CDD mais maintenant c’est carrément des missions d’intérim.
- CM : quelqu’un peut -il dire à François qu’il existe un accessoire très pratique, léger et pas cher qui s’appelle un « parapluie », et qui permet de s’abriter? ou même, un autre petit truc très chouette en cas d’averse, que l’on nomme un « chapeau ». Merci.
- OM : On a tous eu ce vieux prof incapable de tenir une classe. Ce dont on ne se doutait pas, c’est qu’il deviendrait Président de la République.
- DS : Ils se pacsent quand Macron et Gattaz ?
- JPT : C’est inquiétant : selon certaines rumeurs, le nouveau ministre de l’Economie aurait des notions de sa nouvelle fonction.
- DS : Ces « négligents » qui nous gouvernent.
- DC : Christine Lagarde file « par négligence, 384 bâtons à Bernard Tapie. Houps, excusez-moi, j’ai pas fait exprès, j’étais en train de nettoyer ses comptes et le coût est parti tout seul !
- EM : Mais non, Pierre Gattaz ne va pas rentrer au gouvernement, c’est déjà lui qui le compose, ce serait de la gourmandise.
- JPT : Chaque fois que Hollande m’exaspère – et c’est quotidien – il me suffit de penser au Nain pour m’en consoler. Je pense que cette consolation durera jusqu’en 2017. C’est à ce moment-là que le problème se posera de nouveau avec acuité. Sauf si le Nain se présente de nouveau : le choix sera alors aussi facile qu’en 2002.
- DJ : Mise en examen dans l’affaire Tapie, Ch.Lagarde a repris son travail au FMI, où elle se sent habilitée à donner des leçons au monde entier
- JPT : Quand j’entends Polony et Apathie au Grand Journal, j’ai l’impression de revoir les deux vieux du Bébête Show.
- PGL : Gattaz aurait dû être au gouvernement, cela aurait évité les intermédiaires.
- JPT :  Franchement, comment peut-on reprocher à quelqu’un qui manie les dollars par centaines de milliards de ne pas faire preuve à l’occasion d’un peu de négligence pour 400 malheureux millions d’euros ?
- ZJ : Emmanuel Macron, ou la gauche plus décomplexée que la droite.
- DC : « Comment expliquer notre aveuglement face à la crise environnementale ? » demandent les Inrocks. Moi je sais ! C’est à cause la buée sur les lunettes !
- DS : En fait tu prends les pires conneries de la droite et de la gauche, tu secoues bien et t’attends que ça te pète à la gueule en souriant…
- PM :  Et le pire, c’est qu’en 2017, beaucoup voteront à droite, déçus par la politique de droite de la gauche.
- DS : Ça ferme à quelle heure, Carrefour, faut que j’achète des tee-shirts roses et des cartables Hello Kitty à mes fils pour la rentrée.
- RA : Moi ça ne me gêne pas que mon fils joue à la poupée. Du moment qu’il la regonfle bien avant de me la rendre.
- DS : PERSONNE NE BOUGE C’EST UNE NÉGLIGENCE ! FILEZ-MOI TOUT VOTRE FRIC OU JE VOUS NÉGLIGE LES UNS APRÈS LES AUTRES !!!
- BG : Le FMI rappelle qu’il n’est « pas un centre de réinsertion » et demande à la France « d’arrêter de lui envoyer ses délinquants ».
- AdN : En contrepartie de l’ »assouplissement des 35 heures », je propose l’ »assouplissement de la motivation » pour aller bosser le matin
- HT : Triomphe à l’université du Medef : tout le monde s’est levé pour applaudir Valls. Les socialos avaient Flamby, maintenant ils ont Danette.
- PL : « Jean-Luc Mélenchon travaillerait bien avec Arnaud Montebourg. » Je crois que ça ne va pas être possible, jean-Luc. Pas deux coqs dans le même poulailler.
- EG : A toux ceux qui se jettent un sceau d’eau glacée sur la tête pour rigoler sans faire de dons à l’ARSLA, faites vous ligoter à une chaise, bâillonner la bouche, le tout pendant 15 minutes et vous aurez le début d’une idée de ce que vivent les personnes atteintes d’une SLA lorsqu’ils sont emprisonnés par leur corps.
- OVH : Hollande se fait saucer à l’île de Sein. A-t-il la bonne taille de bonnet ?
- JPT : Gouvernement Valls 2 : Un Vert, ça va, trois Verts, bonjour les dégâts !
- EO : La sncf me souhaite une Bonne journée, merci chérie mais si j ai réussi à pisser en équilibre sur 7 cm de talons dans un train conduit par un mec qu à le hochet, plus rien de grave ne peut m arriver
- JMC : Heureux dénouement : U.S.A : Lors de son entraînement quotidien à l arme automatique, une fillette de 9 ans tue son instructeur. Interrogée après son exploit la coquine aurait répondu  » le carton, c’est bien, mais la viande, c’est mieux »
- OK : NKM dit qu’il faut ouvrir les magasins le dimanche « sinon les gens vont à Londres » ?? Non ? Elle est « merveilleuse » !
- OK : Je ne vous remercie pas les parisiens ! Si vous aviez élu NKM, on aurait eu le grand Paris jusqu’à Londres !
- EM : Elle gagne quand même vachement plus de compétitions, Laure Manaudou, depuis qu’elle a changé de sexe.
- PB : Boutin va-t-elle demander l’asile politique à la Russie ? Poutine acceptera-t-il l’importation d’une courge française ?
- OK : Jérôme Lavrilleux, c’est un peu le Bardarbunga de l’UMP. Ça a commencé par des petites fumées, mais ça finira par leur péter à la g***** !
- EM : Le principal risque du volcan Bardarbunga est quand même qu’on en fasse une comédie avec Dany Boon dans trois ans.
- ZJ : Non Silvio Berlusconi! Bardarbunga est un volcan Islandais, au sens propre ; et il est entré en éruption, pas en érection!
- OK : On se trouve grosso modo dans un triangle volcan islandais / Ukraine / La Rochelle. Boom ! Bonne journée !
- ZJ : Benoit Hamon aura été ministre de l’éducation nationale, le temps des grandes vacances juste. Génie!
- RR : Suite au discours de Valls, on aurait vu le fantôme de Jaurès se jeter dans la Seine.
- MP : On vire Hamon avant la rentrée, on va donc attendre le 23 décembre pour virer Sapin.
- TG : Soyons heureux. ( En plus, de toute façon, on a que ça à foutre, au fond. )

Illustration © dominique cozette

Categories: Fessebouqueries

Le jour où j’ai trouvé un diams

28/08/2014 Comments off

On se disait qu’on se paierait un voyage en Californie, ou qu’on changerait la voiture, ou qu’on referait la salle de bain. Oui, je sais, c’est assez petit-bras comme envie mais je n’ai aucune notion du prix d’un gros diamant.  Un gros diamant éclatant trouvé dans les cailloux par mon époux qui adore passer le râteau dans le jardin.
Dimanche à l’apéro du village, le vieux bijoutier retraité l’a examiné à l’œil presque nu puisque chaussé de lunettes. Cherchant à savoir si la monture était en or blanc ou en argent. Il trouvait que le sertissage n’était pas tout à fait assez top pour un gros diamant comme ça, mais trop top pour un faux.
On ne sait jamais, ce n’est pas impossible, mais ne rêvez pas, nous a-t-il conseillé. Venez me voir chez moi, cette semaine !
Alors je l’ai rangé en attendant de savoir.
Donc une nouvelle voiture plus le voyage plus les travaux, peut-être. Ou encore plus. Et les enfants avec leur toit à refaire ! On verra bien.
Lundi, c’était branle-bas de combat à la maison, les amis qui repartent à Paris, les enfants et leurs kids aussi, à tout boucler, ne rien oublier et à conduire à la gare. Et divers autres tâches.
Hier à Avignon, les bijoutiers étaient fermés à l’heure où nous sommes passés.
Alors aujourd’hui, nous sommes allés chez ce modeste bijoutier qui, avec un appareil tout bête, peut diagnostiquer la chose.
C’est un vrai, a-t-il lancé, après avoir piqué mon diamant de sa petite électrode. Il parlait de celui que j’avais au doigt, un petit, bague de ma GM puis de ma mère. Vous voyez, ça marche bien, cet appareil. Regardez, ça marche aussi avec cette aigue-marine. Et puis aussi cette petite pierre.
Bref, l’appareil était en état de marche. J’avais ma grosse pierre dans la main et pas trop envie de savoir si c’en était ou pas. J’aime bien espérer. Je n’aime pas être déçue.
Alors il l’a prise dans ses vieux doigts noueux, a planté la petite aiguille sur la pierre. Un mouvement de faible amplitude s’est produit sur le vu-mètre. Trop petite amplitude. Il a répété l’examen trois fois pour être sûr : c’était juste un très beau zircon, très finement ouvragé, très lumineux. Mais un diamant, point.
Samedi, mon mec amène la vieille caisse chez Leclerc Centre Auto pour changer les amortisseurs.
Mais en tout cas, c’est de l’or, a-t-il précisé à l’aide d’un autre bidule.
On n’aura pas tout perdu.
Il a ajouté le petit embout en or pour que la boucle d’oreille tienne.
Mon époux, qui est un bon bricoleur, s’apprête à me percer le lobe avec une mèche de deux. Mais je me tâte : le lobe gauche ou le lobe droit ?

Texte et illustration © dominique cozette

Categories: du vrai

Les dommages collatéraux de Dan Fante et Grégoire Delacourt.

27/08/2014 un commentaire

Dommages collatéraux, l’héritage de John Fante, par Dan Fante et On ne voyait que le bonheur, de Grégoire Delacourt, racontent des vies de malheur, des vies qui pourrissent, format bio ou roman, et qui puent très fort la misère intérieure. Dans ces deux livres, le malheur vient du haut, du géniteur, de la génitrice, de ceux qui auraient dû prendre soin des enfants, qui ne l’ont pas fait. De ces deux livres se dégage une force de vie  énorme que les héros voudront anéantir. Du sordide, du violent, du hard.

Dan Fante, histoire vécue,  a déversé dans son ouvrage le trop plein de mal être de la « fantittude », léguée de père en fils dans cette famille de Ritals râblés, irritables, érotophiles et rugueux, boostés par la déraisonnable coulée d’alcool et de dopes qu’ils étaient capables d’ingurgiter sans interruption, des jours entiers, jusqu’à des comas infernaux pour les proches. Et alors toutes sortes de dégueulasseries pouvaient arriver.
Dommages collatéraux est une confession sans pudeur, jusqu’aux détails sordides et puants de ce déchet humain que le fils Fante était devenu la majeure partie de son temps.  Quant à John, on peut se demander comment une femme cultivée et racée a pu lui rester fidèle malgré la vie de patachon qu’il menait, les violences qu’il perpétrait sur son entourage, les sommes folles qu’il claquait, jusqu’à son héritage à elle, en jeux d’argent, nuits de beuverie et consommation de putes. Et comment leur second fils, Dan, petit gros dyslexique, ratant tout, dénigré par son pater — qui porte aux nues l’aîné, enfant doué —  a pu ressentir autant d’amour pour ce géniteur mal aimant.
Bouquin qui dérange car on y voit la déchéance irrémédiable de deux êtres, père et fils, qui ne font rien pour la freiner. Par orgueil. Ne pas se plier aux lois, aux conventions, même si c’est la réussite assurée, boire jusqu’à l’inconscience parce que c’est plus facile que de se battre, ou de s’excuser, ou si on peut dire, de mettre de l’eau dans son vin. Et ruiner ses relations, ses amours, ses liens pour toutes ces raisons.
Bien sûr, on sait d’avance que Dan Fante finira par être un écrivain reconnu, que son père a été finalement reconnu, in extremis pour certaines de ses œuvres. Ça encourage la lecture mais c’est vraiment hard. Quant à la rédemption très morale américaine de notre héros par une sorte de foi envoyée par Dieu, hum.

On ne voyait que le bonheur, quatrième opus de Grégoire Delacourt est moins trash, quoi que,  mais d’une violence inouïe. La force de son héros est de ne pas en avoir, de force. C’est un lâche qui a tout fait pour ne pas l’être, ne surtout pas être comme son père qui avalait des couleuvres devant ses gosses. Manque de chance, cette tare tombe aussi sur lui, semant la honte en lui, le dévalorisant à ses yeux, ceux de sa femme et de ses gosses. Des hommes veules, des enfants malheureux de ne pas être aimés comme il faudrait, c’est ce que décrit très bien Delacourt.  Dans cette famille, on ne voyait que le bonheur car on ne montrait jamais le revers de la médaille, les mots d’amour jamais dits, les gestes d’amour jamais faits. Il n’y avait pas d’amour. Pas assez.
Trois générations tressent cette histoire. Le père du narrateur dont l’ambition de prix Nobel de chimie a fondu dans le coup de foudre pour sa femme qui ne le lui a jamais rendue. Il est devenu quincailler, préparateur de toutes sortes de lotions et potions dans sa petite ville du nord, blouse blanche et charme médiocre qui néanmoins agit sur ses clientes. Il ne saura pas, ni rendre sa femme heureuse, ni alimenter les sentiments de ses enfants après le drame.
Le narrateur, son fils, croit que lui saura y faire avec la vie. Il s’y entend en vie et en valeur des choses  puisqu’il est expert dans une compagnie d’assurance. Il  est expert pour déceler les triches et escroqueries et pour empêcher les versements de dommage. Cruel mais pro. Et puis les merdes arrivent, toutes ensemble. Enfin le geste insensé, terrible, pour effacer la malédiction. La fuite, ensuite, loin, où personne ne lui demandera rien, ou il ne demandera rien non plus.
Troisième génération, la jeune fille du narrateur, victime du drame, qui apportera sa voix à l’indicible et, aidée par des personnes extérieures, réussira peut-être, peut-être, à donner un sens à toutes ces vies, qu’elles soient finies ou pas.
Du pathos, bien sûr, et des passages formidables, notamment le début où Delacourt résume à sa façon une vie d’homme. Et la façon d’évaluer le prix des existences humaines. Mais aussi le manque des sentiments, l’atrocité de la faillite de l’amour, la vanité de nos vies, notre impuissance à la réussir. Sans oublier l’espoir, ce moteur.

- Dommages collatéraux, l’héritage de John Fante, par Dan Fante, 2014 pour la sortie en France, 2011 pour la première édition. Editions 13ème note,  448 pages.
- On ne voyait que le bonheur par Grégoire Delacourt, août 2014. Editions JC Lattès, 362 pages.

Texte © dominique cozette

 

Categories: oh les livres !