1’49″ de tuerie

14/10/2019 Aucun commentaire

Une minute quarante-neuf secondes, le titre du livre de Riss, est le temps que les deux terroristes ont mis pour assassiner les collègues de Riss à Charlie Hebdo le 15 janvier 2015. Assassiner un (notre) journal, assassiner notre pensée, assassiner notre liberté de penser. Riss est rescapé, il a eu l’épaule pulvérisée par le tir d’une balle. Il a frôlé sa mort, il a subi celle de ses très chers amis, sa famille presque puisqu’il vivait à Charlie depuis vingt-quatre ans. Riss commence par dire qu’ « il est impossible d’écrire quoi que ce soit ». Le mots manquent, et même l’empathie la plus énorme qui ne pourra jamais faire ressentir à quelqu’un d’autre ce que lui-même a ressenti, et ressent encore, et qui est différent de ce que les quelques autres rescapés ont ressenti. C’est une expérience intime qui ne peut se partager.
Ce matin-là, Riss a fermé les yeux pour justement ne pas voir la mort de ses amis, la déchéance de leurs corps baignant dans le sang, il a refusé d’avoir cette image obscène de ce qu’ils n’étaient plus. Riss est traumatisé, comment ne pas l’être, il a été terrorisé de penser que les terroristes puissent le retrouver pour l’achever. A l’hosto, il n’a plus voulu savoir, au jour le jour, ce qui se passait : il demandait à ce qu’on lui « raconte » en différé de 24 heures l’actualité, principalement liée à l’affaire. Il n’a pas salué la mémoire de ses amis, n’a pas vu l’énormité de la vague d’indignation mondiale qu’elle a soulevée et son cortège inimaginable de sympathie du 11 janvier puisqu’il était immobilisé.
Ce qu’il a vu, plus tard, ou vécu plutôt, lorsqu’il est revenu au journal hébergé par Libé, c’est la lâcheté de beaucoup qui se disaient rescapés alors qu’ils n’étaient pas au journal, de ceux qui prétendaient vouloir diriger ce nouveau magazine devenu très riche, demander à ce qu’on partage la galette, trouvaient suspecte la destinée de cet argent… Dans ce témoignage de bassesse où il ne cite aucun nom, on sent dans quelle détresse il a été plongé sans ses compagnons de route, avec les opportunistes qui tiraient la couverture à eux et même continuaient à le massacrer.
Au début du livre, Riss ne parle pas de l’attentat, il tourne autour, c’est trop dur, alors il s’en approche par ronds concentriques, il nous parle de la mort de son grand-père, il nous parle des morts lorsqu’il travaillait dans une petite morgue. Il retrace sa vie et celle des morts de Charlie, puis en vient, doucement, à ces même pas deux minutes d’horreur. Puis, essaie de comprendre, de tout comprendre, questionne. Ce livre est poignant, bien sûr, de plus, il donne à réfléchir sur beaucoup de problèmes, politiques évidemment, sur la religion, sur le traitement de l’actualité dans la presse… Et sur la persistance de la douleur.

Une minute quarante-neuf secondes de Riss, 20219, aux éditions Actes Sud & Les Echappés. 314 pages, 21 €.

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #465

12/10/2019 Aucun commentaire


Vite, vite, je me dépêche avant que l’on découvre que c’est un fake et que mes Fessebouqueries sont obsolètes, donc voici les dernières news de la semaine, un festival soit dit en passant : un papa qui n’aime pas sa famille retrouvé en train de jouer de la cornemuse au nez et à la barbe des  services castaneriens… Enfin, me direz-vous, l’important fut qu’on ait retrouvé Fillon dans toute la splendeur de son escroquerie car oui, il est beaucoup plus fort en semeur de merde manisfestante que ce pauvre petit Macron. Pour le reste, on retient son souffle à Rouen, au Japon et surtout du côté des Kurdes. Tout ça n’est pas joli-joli, mais que votre WE soit plus beau que tout !
- MD : Bientôt on va apprendre que Xavier Dupont de Ligonnès était secrétaire au Ministère de l’intérieur !!!
- PE : A la vitesse où l’info se précise, on est passé de « Dupont de Ligonnes arrêté en Ecosse» à « un homme soupçonné d’être Dupont de Ligonnes arrêté en Ecosse ».
 D’ici quelques heures, on va pouvoir lire « un homme de Garges les Gonnesses a été en Ecosse », et en fin de soirée, « Dupont de Nemours rachète la Corse ».
- RV : Incroyable ! Porté disparu depuis des années, après avoir éliminé tous ses proches, on a enfin retrouvé François Fillon !
- NP : Je trouve ça cool qu’on ait retrouvé Xavier Dupont de Ligonnes. Du coup j’ai à nouveau bon espoir qu’un jour on retrouve le respect et le coffre fort de Benalla.
- JPT : J’espère que le résultat des analyses de Rouen sera catastrophique. Sinon, tous ces gens qui vont être déçus !
- AB: Fillon sort du coma et déclare : « Macron est un petit joueur. » Oui, François, à part les Balkany, Cahuzac, Pinocchio Sarkozy et toi, personne ne joue aussi bien avec l’argent public. Rends l’argent.
- CC : j’ai lu la composition d’une canette de Redbull, finalement je vais boire mon shampoing, c’est plus prudent
- MK : Erdogan : au criminel, au fou ! Faut d’urgence lui ligaturer le Trump !
- NP : Oui Oui les kurdes on sait que vous vous faites massacrer. Mais repassez demain, ce soir on peut pas, on a Xavier Dupont de Ligonnès.
- MK : Comment combattre le terrorisme islamique en suçant le Qatar et l’Arabie Saoudite ?
- OM : Suite à l’incendie en cours à Villeurbanne, Christophe Castaner est catégorique : « il ne présente aucun risque pour les habitants de Rouen ».
- GD : Je ne voudrais pas gâcher cette chouette petite ambiance vespérale, mais Donald Trump reproche donc aux Kurdes de ne pas avoir aidé les Américains lors du débarquement en Normandie.
- OB : Le mec enterre sa famille sous sa terrasse et prend un prénom portugais. Carré.
- NP : Pour qui sonne le Glasgow ?
- DT : Mon épicier a eu cette phrase énigmatique :
« Il ne faut pas prendre les choses Allah les gère »
- OVH : Grâce à Trump, il n’y a pas de coups de pied aux kurdes qui se perdent.
- VS : Si ce n’est pas Dupont de Ligonnès, j’ai 5 ans d’études sémiologiques devant moi sur l’usage du conditionnel dans les médias
- DA : Le plus préoccupant dans cette dérive n’est pas sur l’histoire Dupont De Ligonnès elle-même, fait divers marquant mais anecdotique, mais la démonstration que les media ne sont plus que des robinets à diffuser tout ce qui passe à leur portée, sans vérification, analyse, enquête.
- MH : Ce n’est donc plus du tout sûr que la personne arrêtée hier soir en Écosse soit Dupont De Ligonnès. Ça va se jouer à kilt ou double.
- CC : On a donc retrouvé Dupont de Ligonnès  avant la gauche française
- PI : Si t’as le seum, relativise. T’y arrives pas ? Alors pense aux supporters qui restaient au Japon pour France Angleterre et qui sont bloqués dans un pays qui va se manger un typhon de compet. Ça va mieux ?
- JB : Xavier Dupont de Ligonnès arrêté, c’est donc le coffre d’Alexandre Benalla qui récupère le titre de champion de France de cache-cache.
- TA : Bientôt on va apprendre que Xavier Dupont De Ligonnes a accumulé 100000 miles sur Air France tellement il a voyagé
- GD : Le retour politique de François Fillon, cet événement aussi enthousiasmant qu’une infection urinaire en pleine fête de la bière.
- OK : Si ça se trouve, tout ça c’est un coup des Ecossais pour échapper au Brexit, quitter le Royaume Uni et rester dans l’Union Européenne.
- RC : Juste comme ça, on est sûr que l’avion duquel est descendu Xavier Dupont de Ligonnès, c’était pas le vol MH370 de la Malaysia Airlines ?
- SF : On attend la confirmation de Christophe Castaner sur l’arrestation de Xavier Dupont De Ligonnès. Nan, j’rigole
- GD : À l’avenir, chacun se rappellera ce qu’il faisait précisément le jour où Xavier Dupont de Ligonnès n’a pas été arrêté à Glasgow.
- CD : Donc, à Roissy, on t’emmerde quand tes baleines de soutien gorge font sonner le bazar mais Dupont de Ligonnès embarque sans problèmes.
- PI : A lire aussi « de Ligonnès aurait voté Mélenchon, le vote qui aurait pu tout changer »
- IT : Nous exigeons la démission immédiate du ministre qui sera nommé à la place de Castaner.
- OVH : Xavier Dupont de Ligonnès arrêté à Glasgow. Il a été suspecté dès qu’on a constaté qu’il portait un slip sous son kilt.
- PE : mon rêve c’est qu’un homme sublime me jette sauvagement sur le lit, et qu’il fasse le ménage pendant que je fais la sieste !

FESSEBOUQUERIES RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Le nouveau Karine Tuil, waouh…

10/10/2019 Aucun commentaire

Les derniers romains de Karine Tuil, L’Insouciance et L’Invention de nos vies, m’ont secouée à un point tel que je me suis ruée sur celui-ci,  les Choses humaines. Ses titres sont toujours assez vagues, va savoir de quoi ça parle. Le point commun c’est que ce dont ça parle est extrêmement documenté, on s’y croit et on en apprend beaucoup. Ici, il s’agit d’une histoire de viol, ou pas, qui va déchirer la vie de plusieurs personnes dont la réussite n’était plus à faire. Le puissant Jean Farel, venu de rien et étant le journaliste politique le plus aimé, le plus coté, a eu un fils adoré mais qu’il n’a pas très bien traité, avec une femme plus jeune, Claire, essayiste féministe. Leur couple marche bien parce que chacun y mène sa vie à sa guise. Jean en aime une autre depuis longtemps ce qui n’empêche pas des aventures avec les jeunes et jolies, et Claire s’en fiche, jusqu’à ce qu’elle tombe en amour avec un prof au chômage, juif, marié à une juive extrêmement rigoureuse qui élève leurs deux filles selon des principes hyper stricts. L’amour physique et l’attirance fait que Claire et Adam quittent leurs conjoints pour vivre ensemble. Le grand fils de Claire et Jean, Alexandre, fait de très brillantes études à la prestigieuse université de Stanford, Californie, il est promis à un avenir incroyable.
Mais un soir, Mila la juive pudique et Alexandre venu à Paris pour assister à la remise de la Légion d’Honneur de son père, sont plus ou moins obligés de se rendre ensemble à une grande fête estudiantine snob de fils et filles de… , un milieu que Mila ignore. Une sorte de bizutage a lieu et Alexandre y prend part, un peu contre son gré, pour faire comme tout le monde. L’épreuve, une relation sexuelle avec retour de la petite culotte, se fera sur Mila qu’il aura incitée à boire et à fumer… Tandis qu’ailleurs, le père, grisé, se sera laissé aller à coucher avec sa très jeune stagiaire, grande fan de lui,  qui disparaît ensuite.
Au matin, la police a envahi l’appartement de Jean pour une perquisition. Mais qui a violé qui ? Et y a-t-il eu vraiment viol ? Tout le corps du livre est consacré à la recherche de la vérité sous forme d’interrogatoires très précis, très dérangeants, nous emmenant jusqu’au procès deux ans plus tard. Les protagonistes de cette histoire sont essorés, leurs carrières menacées ou liquidées, leurs amours saccagées… C’est vertigineux, addictif, violent. Tout le monde n’est ni tout blanc ni tout noir, on en arrive à se poser la question : qu’est-ce réellement qu’un viol, précisément, chacun des deux contributeurs exposant sa version qui n’est évidemment pas celle de l’autre, et si les deux sont de bonne fois, existe-t-il réellement un coupable et une  victime, les nuances de gris ne sont pas assez nettes pour en définir les contours.
Livre palpitant et qui interroge sur les relations sexuelles, la frontière entre ce qu’on peut et ce qu’on ne doit pas faire, la responsabilité de ce qu’on nomme aujourd’hui la culture du viol où l’homme se doit (se devait) d’être un conquérant fier et viril. Passionnant.
Ici, Karine Tuil parle de son livre.

Les Choses humaines par Karine Tuil, 2019 aux éditions Gallimard. 346 pages, 21 €

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #464

05/10/2019 Aucun commentaire

Cette semaine, on a encore une petite queue de Chirac si j’ose dire, oui j’ose, mais surtout beaucoup de fumées sombres autour d’une usine chimique qui n’a présenté aucun danger lors des combustions de divers produits mis à part les résidus de Jeanne d’Arc qui flottaient encore dans l’air, et d’autres brouillards autour d’un flic qui se serait fait passer pour un simple flic en assassinant ses collègues à la mode daesh, pauvres flics qui venaient juste de manifester pour montrer comment c’était dur ce métier. Mais je ne vous gâcherais pas votre week-end en vous parlant de pénibilité … de courses, ménage et autres obligations craignos car je n’adore pas ce mot qui donne le sentiment que tout ça est pénible ! Bonne nuit blanche munis de votre pébroque, dearest friends !
- MK : Grave malaise dans la police : les flics en sont à couteaux tirés
- PB : Maux de tête, vomissements, des centaines d’habitants de Rouen encore très inquiets après leur réaction au discours nauséabond d’Éric Zemmour sur LCI
- MK : Rouen. L’amiante était sur le bûcher de Jeanne d’Arc : de l’amiante religieuse !
- PA : La retraite à 62, 64, 65 ans… Et pourquoi pas à 69 ? Quitte à se faire baiser, autant choisir la position !
- SF : Les professionnels de santé et les établissements de santé sont les premiers fraudeurs à la Sécurité Sociale selon une enquête de l’Assurance Maladie. C’est vrai qu’on ne connait pas de médecin en Gilet Jaune.
- JPT : Pour le personnel soignant et les urgentistes, je réclame la liberté de panser !
- NP : Ce qui serait drôle ce serait que des Gilets Jaunes se déguisent en flic en civil et aillent foutre le bordel dans la manif. Histoire de changer un peu.
- PA :  L’Islam progresse… … Faut pas se voiler la face !
- MK : Sodomies gouvernementales ? Ayez le réflexe Lubrizol, le lubrifiant sans irritation
- JB : « JE PENSE, DONC JE SUIE ». 
Descartes, de passage à Rouen
- LC : Ce matin, comme il ne restait pas assez de lait, j’ai coupé le chocolat des enfants avec un peu d’eau et ils n’ont rien remarqué… Je crois que je suis passée à côté d’une belle carrière de dealer.
- GD : Je peux me tromper – ça arrive – mais ces manteaux sur les dos des petits chiens en promenade n’annoncent clairement rien de bon.
- SA : Hier soir, dans le métro, un mec hurlait au tel « T’es sérieux là ? Non mais t’es sérieux là ? T’es sérieux ? T’es sérieux là ? » Ce qui est très frustrant, c’est que tu ne sais pas si on lui a dit « je me suis tapé ta meuf » ou « j’ai fini les brocolis dans le frigo ».
- GB : — Proc’ de Nice : « J’ai menti pour ne pas embarrasser le pdt »  — Affaire Benalla : parjures devant le Sénat  — Castaner : ment sur la Pité-Salpétrière  — Sibeth N’Diaye : « J’assume de mentir pour protéger le pdt »  — Gouvernement : « mais pourquoi personne ne nous croit pour Rouen »?
- OM : On n’avait jamais vu autant de parisiens faire la queue pour voir Jacques Chirac. Sauf peut-être à l’époque où il distribuait des emplois fictifs à la Mairie de Paris.
- FT : Une usine seveso c’est dangereux. Sauf quand ça brûle. J’ai un peu l’impression qu’on se fout de notre gueule.
- MK : Attaque au couteau chez la police : pas de trace de dioxyne ni d’amiante
- LI :  8000 m2 de toiture composée d’amiante partent en fumée, aucune trace d’amiante dans l’air. Tu prends ta Clio 1.6 l, t’es responsable de la fonte des glaciers, des feux de forêt et la disparition du tigre de Sumatra.
- MC : Arrêtez de critiquer le bilan de Macron car c’est le seul où l’on voit disparaître une usine de produits chimiques !!! Et sans risques pour le peuple !
- HD : On à la police la plus forte du monde. 
Quand tu entends à la TV que le maniaque au couteau de céramiste  » était inconnu des services renseignements et travaillait…pour les services de renseignements » …
tu hésites entre rire et larmes.
- RV : Agression à la préfecture de Police. Il faudrait que les flics pensent à se faire protéger par des flics.
- HT : Le gars voulait un interprète en langues des signes pour progresser dans sa carrière… Ses voisins l’ont entendu crier Allahabad Akbar en langue des signes à 3h du mat.
- EM : « Moi j’adore pas le mot de pénibilité, parce que ça donne le sentiment que le travail serait pénible » (EM = Emmanuel Macron)
- RdB : C’est alors qu’au risque de faire un faux-pli à son costume impeccablement repassé, Jupiter leva sa douce main aux ongles parfaitement manucurés et déclara : « Moi j’adore pas le mot de pénibilité, parce que ça donne le sentiment que le travail serait pénible. »
- MC : “J’adore pas le concept de salaire parce que ça donne le sentiment qu’on ne travaille pas pour le plaisir”
- DA : Y a pas un artiste plasticien français qui voudrait faire une teub géante de 12 mètres qu’on offrirait aux États-Unis pour qu’ils l’installent devant la Maison Blanche histoire de se marrer un peu nous aussi ?

FESSEBOUQUERIES RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Personne n’a peur des gens qui sourient

29/09/2019 Comments off

Assassiné par le Masque et la Plume, joyeux et entraînant pour Télérama, Personne n’a peur des gens qui sourient de Véronique Ovaldé est un livre que j’ai trouvé formidable. La façon de relater l’histoire de cette jeune femme qui fuit brusquement son monde ensoleillé avec ses deux filles qui ne comprennent rien, surtout l’ado qui fait carrément la gueule quand en plus sa mère lui pique son portable pour qu’on ne puisse pas les localiser, est vraiment plaisante. L’héroïne, Gloria, a une une enfance perturbée mais un bon oncle, Gio, s’est superbement occupée d’elle, lui a appris à se méfier de tout. A dix-huit ans, elle a touché un pactole de son père décédé, sa mère ayant fui depuis belle lurette avec un dentiste. Alors, un avocat, Santini, jovial Corse, va prendre soin d’elle. Elle tombe follement amoureuse d’un bad boy, follement filou et il le lui rend bien. Et pof, tombe enceinte. Joie et bonheur partagés. Puis le bad boy, qui continue ses trafics illégaux, meurt dans l’incendie de son hangar le jour où Gloria allait lui annoncer qu’elle attendait un autre bébé. Elle les élève comme elle peut puisque personne ne lui a appris l’élevage d’enfant. Jusqu’au jour où elle fuit, donc, en Alsace, dans une maison isolée près d’un lac, qui a appartenu à sa grand-mère, une femme vraiment pas sympa.
Il lui faut reconstruire sa petite famille : Lou, la petiote, s’accommode de tout, soumet les féroces chiens d’un voisin grincheux, fait des plantations. Sa sœur, Stella, est une ado caricaturale, pénible, elle se fait chier dans ce trou, tout lui manque. Mais Gloria sait qu’elle arrivera à les préserver de la catastrophe qu’elle a fuie.
Ce que j’ai aimé dans ce livre (c’est bête à dire mais je pense que c’est un livre de femmes, forcément, une mère et ses filles…) c’est surtout la façon qu’elle a de raconter tous les trucs farfelus qui se bousculent dans la tête de l’héroïne, des toutes petites choses risibles ou de grosses questions importantes, dans un style très enlevé et, pourrais-je dire, souriant. La lecture m’a paru un enchantement, il est très imagé, vivant, vibrant, positif, avec un côté conte de fées. Et du noir, quand même. Et pas qu’un peu. Bref, un moment très plaisant avec Ovaldé dont je n’avais encore rien lu.

Personne n’a peur des gens qui sourient de Véronique Ovaldé aux éditions Flammarion. 2019. 270 pages, 19 €.

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #463

28/09/2019 Comments off

Ces deux-là ne se sont jamais rencontrés, ou alors on ne m’a rien dit, mais ils se partagent l’actu tripartite de la semaine. Première phase : coming out des vieux cons réacs contre la jeune lanceuse d’alerte, deuxième phase : un incendie pas du tout pollueur dans la belle cité qui enflamma Jeanne d’Arc, troisième phase : disparition d’un fumeur têtedeveeauphile. Et mon tout, le panachage, la maison qui brûle et nous qu’on regarde nos smartphones des fois que quelque chose d’intéressant nous sortirait de notre zone de cons forts. Voilà voilà. Sur ce, bon week-end, chères amies de tous sexes !
- JB : « Je que… que j’imagine que je les Suédoises qui qui sont pas coincées que la génération la… la trouille que les garçons approchent que j’ilma… que je le lilmag… que je le L’IMAGINE Greta Tounebergue »Bernard Poivrot
- JPT : Chirac a été un excellent ancien Président. C’est pas comme d’autres…
- MK : Bernadette aux pièces jaunes, veuve de Jacques : « David et Laura n’auront rien !’
- PE : Chirac, c’était un peu le Johnny de la politique, non? Un excellent interprète, dans des œuvres pour la plupart assez oubliables.
- PR : J’adore la série Greta Thunberg. Très bon dialoguistes !
- JPT : Greta Thunberg mérite le César du « meilleur désespoir féminin ».
- JC : Elle fait tout simplement, de là où elle est, un boulot d’alerte que toutes les sinistres baudruches genre Finkielkraut, Bruckner et autres Onfray, même lorsqu’ils ont été jeunes, ont été incapables de faire. La seule personne qu’ils ont pu alerter dans leur carrière de « penseur », c’est le serveur de la Closerie des Lilas pour lui commander un autre Irish Coffee.
- GP : Secos, mais qui a choisi ce nom pour un centre de don du sperme ?
- PE : En hommage à Chirac, Madonna a demandé à ce qu’on mette sa petite culotte en haut de la Tour Eiffel.
- IS : “Toutes les mobilisations de notre jeunesse, comme des moins jeunes, sont utile à notre police pour tester la solidité de ses matraques et la distance idéale d’un tir de LBD »
. La voilà la vérité et elle a bien raison de t’épingler Greta….
- AO : Je suis à deux doigts de virer tous ceux qui tapent sur Greta, son physique, sa maladie, sa jeunesse, sa docilité, son arrogance… c’est d’une connerie que j’ai du mal à saisir.
- CR : La saison du « je m’habille chaudement le matin, mais je regrette l’après midi » est lancée .
- OV :  Il vaut mieux pour un enfant être non voulu et conçu par hasard sur le siège arrière d’une bagnole un soir de cuite que d’être le résultat du désir de deux parents homos… Selon Blandine Brocard.
- RV : A Rouen, dès que Castaner a appris que du gaz était en fuite, il a envoyé les CRS. Un seul mot d’ordre: arrêtez-le !
- DC : Persona non Greta…
Les vieux loups qui ont peur de la jeune brebis !
- (un tas de contributeurs) :  Mort de Chirac, cela m’en touche une sans faire bouger l’autre.
- CL : La tête de veau et la Corona en deuil
- JB : R.P.R. Chirac.
- JV : Ce qu’il y a de bien avec la disparition de Jacques Chirac, c’est que certains vont lâcher la grappe de Greta
- ML  : Jacques Chirac lors d’un déjeuner officiel avec Tony Blair : « Ahhh ! La cuisine anglaise , au début on croit que c’est de la merde et après y avoir goûté on regrette que ça n’en soit pas ».
- JB : C’était quand même un bel hommage au panache de Jacques Chirac, son incinération à Rouen aujourd’hui.
- AB : Complotisme : Le décès de Jacques Chirac est une diversion orchestrée par Macron pour annuler le débat sur les retraites et le remplacer par un hommage.
- CE : Emmanuel Macron s’engage à restaurer Jacques Chirac dans les 5 ans.
-DC : RIP Chirac Le président qui faisait l’amour, pas la guerre !
- ES : Isabelle Balkany, maire par intérim, mais surtout par intérêt.
- JB : La mise en bière de Jacques Chirac sera-t-elle sponsorisée par Corona® ?
- PE : Gros nuage « pas toxique » : bel hommage des industries chimiques à Jacques Chirac, avec ce Tchernobyl reboot.
- BR : Rouen : Si Castaner dit que tout va bien, j’ai plutôt tendance à m’inquiéter
- PV : N’oublions pas que Christine Boutin l’avait annoncé en premier.
- NP : L’ironie avec la mort de Jacques Chirac c’est que tout le monde salue la mémoire de quelqu’un qui n’en avait plus du tout.
- TC : L’ophtalmo qui met des peintures de Mirò dans sa salle d’attente. J’aime cet humour subtil
- RdB : Donc pour résumer : à Lubrizol il y avait des hydrocarbures, des produits radioactifs, un cocktail de substances chimiques de synthèse et de l’amiante, mais il n’y pas lieu de s’inquiéter. La question est : à partir de quoi on s’inquiète ? Napalm ? Agent Orange ? Virus Zombie ?
- NP : On peut penser ce qu’on veut de l’action de Jacques Chirac mais il est le dernier grand président que la France ait eu. Depuis il font tous moins d’un mètre quatre vingt.
- JB : En hommage à Jacques Chirac, « trois cafés gourmands » change son nom de groupe pour « trois cafés gourmands, deux têtes de veau, douze bières et un paquet de clopes ».
- AB : Faune et flore sous-marines de l’atoll de Mururoa seront absentes aux obsèques de Jacques Chirac, ainsi que George Bush et sa clique de menteurs.
- OC : Le reporter de France Info à propos de l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen : « On ne risque pas la mort immédiate en respirant les fumées. » Si après ça les gens ne sont pas rassurés, on n’y comprend plus rien.
- AB : Si je n’m'abuse, la France est classée 37ème au niveau de la liberté d’expression. Bravo aux milliardaires qui possèdent les médias d’humilier le pays des Droits de l’Homme aux yeux du monde (des amis de Macron, semble-t-il)…
- OK : Pour parler de Chirac, on nous ressort Copé. J’étais pas prêt.
- NP : Je trouverais ça bien si les cendres de Jacques Chirac étaient dispersées dans la Seine. Comme ça il tiendrait enfin sa promesse de s’y baigner.
- OK : Je n’ose même pas imaginer tout le tintouin quand Johnny Hallyday mourra.
- NV : Petit rappel de novlangue : une femme, c’est quelqu’un qui ferme sa gueule. Si elle l’ouvre, c’est une féministe.
- NP : Je commence à trouver qu’on en fait quand même un peu trop pour Jacques Chirac. Quand Giscard est mort on n’en a pas fait autant.
- RdB : — Hier une marée noire est tombée du ciel — Chut, Chirac est mort —  Une putain de marée noire est tombée du ciel ! —  Lundi il y aura un hommage national — Une. marée. noire. —  En plus là c’est le weekend —  Il a plu du pétrole bordel ! —  Mais Chirac il aimait la tête de veau
- RR : En même temps à Rouen, depuis Jeanne d’Arc, ils ont l’habitude que tout parte en fumée.
- JB : 2002 
« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs » — 2019
« Notre usine de Rouen brûle et nous regardons Jacques Chirac »
- CB : Après l’incendie de Lubrizol à Rouen, la population s’interroge devant des gendarmes équipés de masques à gaz
- OM : En hommage à Jacques Chirac, la pluie sur Rouen tombera noire, boueuse et avec une forte odeur de peinture industrielle jusqu’à nouvel ordre.

RAPPEL : J’expose mes œuvres graphiques tout ce week-end aux Pleins Feux d’Ivry/Seine.

FESSEBOUQUERIES RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

La légèreté irisée de la Bulle

22/09/2019 Comments off

Bulle c’est la femme idéale, tous les hommes sont amoureux d’elle : belle, douce, souriante, rêveuse, planante, se déplaçant dans l’espace-temps avec une grâce folle… Le livre de ses souvenirs affleurants qu’elle a intitulé J’ai oublié et qui vient de sortir le confirme, il est impressionniste comme le ciel doucement nuageux d’une vie bien remplie au hasard de rencontres, de coups de chance, de coups de cœur. Elle n’a rien décidé, les choses se sont faites — même si elle y a beaucoup travaillé, étant perfectionniste — simplement, comme par enchantement. Beaucoup d’anecdotes et de péripéties en ont jailli malicieusement, durablement, amoureusement, les rencontres de rêve,  Marc O, Duras, Chéreau et tant d’autres grandes figures de la rive gauche et de la culture, des liens se sont tissés d’une drôle de façon, son amour immarcescible avec Barbet Shroeder dont elle avait confondu le nom avec Servan-Shreiber (!), ses amitiés indéfectibles sauf à se rompre d’une façon stupide avec Marguerite un peu avant sa disparition, son goût pour l’aventure comme ce départ insensé avec Barbet « qui compte jusqu’à trois pour en décider »,  pour la Nouvelle-Guinée.
Et puis le drame qui l’habite chaque jour et chaque heure, la disparition de sa fille Pascale, l’amour de sa vie, qui continue à l’accompagner dans tout ce qu’elle fait. Pascale, elle en parle de façon tellement lumineuse qu’on a l’impression qu’elle est sur le canapé juste à côté, souriante de complicité. La modestie aussi, c’est tout Bulle, ne s’enorgueillissant de rien, racontant juste à sa façon, poétique, aérienne, ce qu’a été sa vie, ce qu’elle est encore : l’enfance et l’adolescence avec juste sa mère, l’élevant de façon bourgeoise mais libre dans le XVIème, puis l’arrivée de Pascale très tôt dans sa vie de jeune fille, un mariage en grandes pompes mais vite rompu (ce mari fugace fut aussi le mien, plus tard, d’où le fait que nos filles furent sœurs et que j’eus l’occasion de connaître Bulle et Pascale dans le chaleureux cadre familial), puis ses rencontres avec la bande de la Coupole qui décidèrent de sa vie professionnelle, sa lignée féminine dont elle est fière, les trois générations d’Ogier qui ont vécu longtemps ensemble, trois femmes fortes, indépendantes, artistes.
Dans ce livre, elle se livre en catimini l’air de rien, se souvenant parcellairement de faits graves ou au contraire de toutes petites anecdotes auxquelles elle a le talent de donner un brin d’intérêt. On y rencontre une somme de personnages passionnants, des histoires insensées comme les parties de ping-pong avec le roi du Népal, on s’invite dans ses nuits interminables d’après théâtre, on passe quelques temps avec Barbet et Bukowski dans le ghetto de L.A. où ils ont élu domicile, tout cela dans un labyrinthe de réminiscences surgissant de façon fluide au fil du récit.
Ces émotions qu’elle a dévidées auprès d’Anne Diatkine, extrêmement touchantes, souvent bouleversantes, amusantes, parfois hilarantes, semblent avoir été écrites du bout de la plume tant elles paraissent magiques, oniriques, irréelles. C’est tout Bulle, une fée tout en fragilités, en mystère, en délicatesse, en nuances. Quelle belle écriture, quelle magnifique façon de se dévoiler ! Un véritable enchantement.

J’ai oublié par Bulle Ogier, avec Anne Diatkine. 2019 aux éditions du Seuil. 236 pages, 19€.

Texte © dominique cozette

Pour mémoire « Pascale Ogier, ma sœur » par Emeraude Nicolas chez Filigranes. Ici à la Fnac hier, la fille et la mère.

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #462

21/09/2019 Comments off


Petit melting pot de choses sans importance et de gens de peu : Balkany logé à nos frais, Onfray mieux sans lui, Moix d’abord et le monde peur crever, Zemmour-ir de rire, Méluchette, Finkelcroûton, le Pen nase mais pas nazi, rien de bien net dans la semaine passée mais toujours l’humour de mes aimables contributeurs qui permet qu’on se poile et se dépoile un peu en cette fin de semaine, jour d’Alzheimer et des marches pour le climat, et du patrimoine et des Gilets Jaunes et de la police déployée un peu partout comme une hydre lugubre et menaçante… Bon WE néanmoins à vous my friends…
- MK : Si le fisc confisque tout aux Balkany, que restera-t-il pour David et Laura ?
- JC : Michel Onfray préface un bouquin dénonçant les « imposteurs de la philo ». 
Et bientôt dans toutes les bonnes librairies, un bouquin dénonçant les fautes de syntaxe chez les footballeurs, préfacé par Frank Ribéry.
- PL :  « Le Goncourt. Il ne passera pas par Moix. »
- JB :  Balkany est parti si vite que la mairie n’a pas eu le temps de lui payer impôt de départ.
- MK  : Les experts ont pris la température : + 7° en 2100. Inédit dans les annales !
- JPT  : Bruno Dumont cherche une non actrice entre 11 et 15 ans pour le rôle principal de son prochain film, « Les derniers jours de Jeanne Calment ».
- JFR : Réforme du bac 2020. Sachant que M. Balkany bénéficie de 9 mètre carrés pour une fraude fiscale évaluée à 4 M € 
et qu’un bracelet électronique vous exonère de 30%
, calculez la surface de la cellule de M. Cahuzac
- JPT : Ce matin, à Avignon, visite de la synagogue. Par souci d’équité religieuse, samedi je visiterai le Palais des Papes. Et dimanche, j’achèterai une barrette de shit à un musulman.
- MK : Macron en Robespierre ? Ne mélenchons pas tout.
- CL : Céline Dion lance sa tournée mondiale baptisée « Courage ». C’est sympa de penser aux spectateurs.
- JB : Pour Mélenchon, frapper dans une porte était juste une manière de défoncer le pêne.
- AB : Sixième nuit à l’hôtel des haricots pour Balkany. Patience Patrick, à trente tu gagnes une Rolex offerte par la bande organisée de Pinocchio Sarkozy, qui te remercie de faire l’éclaireur
- NP : Éric Zemmour a été condamné définitivement (au nom du peuple français), donc c’est officiel : il est islamophobe.
- PI : Un mec m’a dit « on se croirait en été ».  J’ai répondu que c’était l’été, il m’a regardé, je l’ai regardé, il a regardé sa montre, j’ai regardé un oiseau, il s’est retourné, je me suis retourné, on en est resté là.
- SG : 48 heures de garde à vue pour un homard de carnaval. « Quant au crustacé géant, il est actuellement sous scellés au commissariat de Nantes. Et il finira sans doute par être détruit, devenant malgré lui un symbole de la menace qui plane sur les libertés »
- AB : S’il prend du ferme, Mélenchon sera placé dans une cellule jouxtant celle de Balkany à la Santé, où ils s’affronteront lors d’un concours permanent de ronchons à grande gueule.
- YM : Aujourd’hui Macron part en Italie. Mais vu qu’il penche très à droite en ce moment, je crois qu’il part plutôt en Italique.
- AB : Jean-Marie LePen gagne en appel contre Jacques Séguéla, qui l’avait traité de « nazi ». On peut toujours le qualifier de vieux croûton pétainiste.
- OM : Si ça se trouve le comité de soutien à Patrick Balkany, c’est juste des gens qui ont peur que la galette des rois 2020 soit annulée…
- JJ : Le fatalisme, c’est quand on se prend les pieds dans le tant pis.
- JV : Haut-Rhin : l’odeur du crottin du cheval Sésame gène les voisins qui attaquent les viticulteurs bio en justice. Il faudrait sérieusement envisager les poursuites pénales dans les cas de « connerie aggravée »…
 Le problème: les tribunaux seraient totalement engorgés…
- MK : Edouard Balladur enfin devant la justice ? Léotard que jamais…
- JV : À l’occasion de la Journée du Patrimoine, le Président Macron a décidé d’ouvrir les portes du ministère de la Culture pour montrer que le ministre Riester est bien en vie, que ce n’est pas une légende urbaine
- NP : Coucou France Inter, est-ce que vous pouvez rappeler au vieux Finkelkraut qui célèbre les poètes mais s’insurge qu’on s’incline devant une jeune de 16 ans que Rimbaud n’avait que 17 ans quand il a écrit « Le bateau ivre » ? Merci d’avance.
- PA : En Arabie saoudite, les voleurs sont amputés. En France ils sont députés.
- AB : Huitième jour à l’hôtel des haricots pour Balkany : drapeaux en berne, Levallois a été déclarée ville morte, sauf pour les centaines de caméras de surveillance.
- DA : Un jeune homme m’a demandé si ça allait, j’ai répondu couci-couça. Cette expression ne doit plus exister depuis 75 ans parce qu’il a pas compris et m’a regardé comme si je lui avais dit d’aller niquer sa daronne.
- JPP : Je sais que vous vous moquez de mon intérêt pour les anagrammes mais sachez que je m’en bats les lucioles.
- PB : Edouard Balladur : je vous demande d’arrêter les poursuites.
- TP : Ségolène Royal : L’absentitude

FESSEBOUQUERIES RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Les Fessebouqueries #461

14/09/2019 Comments off

Cette semaine a vu fleurir un match dont on connaît le perdant, il a pris cher certes mais il n’a pas lésiné non plus quand il a entourloupé. On peut dire loupé, d’ailleurs. Quant au concurrent, mister Ferrant, il a le soutien de tous, quelle époque mes amis où la mafia tient les rênes de la prétendue démocratie ! Démocrassie. Sinon, poum-poum, la chasse avec les écolos à fusils est toute-verte, la grève est finie, les otages ont été relâchés sans rançon et le gars de la Marine a déserté, attiré peut-être par un banc de morues au large du lit conjugal. Rien de bien palpitant, donc bon WE à vous tout’ss si vous prenez soin de marcher à plus de 5 mètres des cons.

- MK : Aujourd’hui grand lâcher de cons, c’est l’ouverture de la chasse
- ES : Je commencerai à croire à la responsabilité individuelle quant je ne verrai plus de détritus trainer au pied ou à proximité des poubelles de rue.
YP : Interdire les pesticides agricoles à moins de cinq mètres des maisons, c’est comme interdire à la marée noire de venir polluer toute la côte !
- MK : Féminicide : le gouvernement va imposer une distance minimale de 5 à 10 mètres.
- NP : En fait l’élection présidentielle est un complot politique destiné à salir l’image de Jean-Luc Mélenchon…
- JT : Je déclare la saison des chaussures fermées ouverte et inversement.
- RP : Il paraît que Marion Maréchal va épouser Richard Ferrand ?
- OM : Logé, nourri, blanchi par le contribuable… Finalement foutre Patrick Balkany en prison, ça change pas grand chose.
- GD : Bon, et puis quoi ? Il aurait piqué dans la caisse, soit. Mais il n’a pas non plus décroché de portrait de Macron, ça va deux minutes les gauchistes, hein.
- RR : Courage les profs ! Plus qu’un dodo et on ne parlera plus de votre salaire mais des méchants preneurs d’otages de la RATP.
- AB : La séduisante Marine Le Pen, 51 ans, est un beau parti, si l’on oublie mises en examen et discours haineux. Attention, elle a toujours vécu dans le fric : pauvre et non-blanc s’abstenir.
- NP : Je ne voudrais pas vous filer un coup de vieux mais à partir d’aujourd’hui il y a des gens qui ont le droit de vote et qui n’étaient pas nés le 11 septembre 2001… Voilà…
- DC : Louis Aliot aurait pu attendre que sa femme Marine LP soit élue présidente pour la quitter. Comme l’avait fait Cécilia ! Ça, ça avait de la gueule !
- GD : La secte macroniste va bientôt nous expliquer que Richard Ferrand ne peut pas démissionner « car il a été un petit enfant, un jour ».
- ES : Richard Ferrends l’argent !
- PE : Je suis musulman, mon ex est juive et malgré nos différences, nos familles se sont directement entendues le jour de la séparation.
- MK : Le maréchal Ferrand mis en examen. Mis aux fers bientôt ?
- NP : La désolation est totale à Levallois après la condamnation des Balkany. Des hommes pleurent dans la rue, des femmes se lacèrent le visage en hurlant, certains envisagent même de déménager à Nice pour ne pas risquer d’avoir un maire de gauche.
- SA : La condamnation de Balkany, enfin un truc qu’il a pas volé.
- CE : Alerte info : Patrick Balkany élu maire de Fleury-Mérogis avec 86,8% des voix.
- MA : D’ici un mois, Balkany aura été élu directeur de la prison, il aura vendu la cour pour y construire un hypermarché et embauché sa femme comme responsable marketing de l’établissement, on va voir flou.
- SY : Après renseignements, les Balkany auraient acheté la prison et fait installer un héliport..Et une piscine..
- CE : « Mais monsieur le juge, il voulait juste mettre des paillettes dans ma vie et des moulures au plafond ! »
- OA : La 1ère cause de la saleté de nos villes (pas seulement Paris ! ), c’est l’incivisme. Nous sommes, collectivement, de gros dégueulasses. On s’en rend effectivement compte à l’étranger.
- OVH : Me vient une âme de tricoteuse : Balkany prend 4 ans ferme avec incarcération immédiate. Eric-Acquitator-Moretti va sans doute se réjouir que le maire de Levallois ne prenne pas perpète.
- MK : Balkany : l’homme de fer part en tôle
- RV : Après la condamnation de Balkany, Dupond-Moretti se dit choqué; « on a voulu se payer Balkany ! ». Depuis le temps que Balkany se paye la gueule du monde il ne devrait pas être surpris.
- FP : Ce matin, j’ai pu circuler avec mon RER de fonction. Je suis de tout cœur avec vous.
- DC : C’est mon dernier bal(kany) / Ma dernière virée / Demain dans l’journal / Y’aura mon portrait
- IS : Et la Balkany, quand il s’agit d’aller en taule, elle est trop malade mais pour aller enfiler les petits chaussons de maire de son bien-aimé Patounet, là, elle est guérie….
- CV : Affaire Balkany : quatre ans de prison, ce n’est pas si grave, tant qu’on a la Santé.
- CD : Sa cellule fera 9m2. N’en jetez plus ça me brise le cœur
- DC : C’est vrai qu’à l’apéro, on ne pourra plus dire « santé » sans penser à lui
- NP : EXCLUSIF : Balkany vient de mettre une très mauvaise note sur Tripadvisor à la prison de la Santé : il se plaint de l’exiguïté de sa chambre et de la mauvaise qualité du room-service.
- GD : Voir tant de peigne-zizi vitupérer sur la condamnation du bourgeois épais de Levallois-Perret est décidément un délice de fin gourmet.
- NP : EXCLUSIF : Patrick Balkany sera dans le casting de la prochaine saison de « Sortez-moi de là, je suis une célébrité ».
- RR: En fait ce qui me choque le plus dans « La Maison France 5 » c’est le peu de livres présents dans les appartements et les maisons.
- ME : A tous les coups, sur ses 4 années de prison, Balkany n’en déclarera qu’une.
- SF : Je bloque tous les cons qui se réjouissent de l’emprisonnement de Patrick Balkany et qui commentent sans connaître une ligne du dossier. Avis aux amateurs.
- PI : La grève le métro, le basket,  le flic non suspendu, Balkany etc… Twitter, elle était trop grosse pour toi cette journée.
- ES : Première réaction de Balkany : « Bah, à mon âge, tant qu’on a la Santé… »
- CC : Balkany va en prison mais n’oubliez pas que le gars est capable de corrompre les barreaux de sa cellule

FESSEBOUQUERIES RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Dubois dont on fait les formidables romans.

13/09/2019 Comments off

Ça fait des mois et des années que je guette les parutions de Jean-Paul Dubois dont j’adore l’esprit et le talent. Tout est fait en douceur et avec intelligence, jamais de violence ou de vulgarité dans ses histoires qui sont parfois tragiques. Et toujours enrobées du velours d’un homme empathique et compatissant. Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon est le titre de l’opus qui commence joyeusement par la sarabande d’une bande de rats dans la cellule de six mètres carrés que Paul, le héros, partage avec Patrick, une montagne de chair tatouée aux cheveux longs, adepte des Harley Davidson dont il connaît tout. Ils s’entendent plutôt bien mais il y a l’heure gênante où le mastard fait son gros popo en racontant ses trucs sous le nez du coloc. A part cet épisode de fin de journée, Paul s’est fait au régime puant et dégueu de cette geôle québecoise  où il ne s’abaissera pas à demander pardon pour ce qu’il a fait — ce qui pourrait réduire sa peine  — regrettant même de ne pas avoir tué le sale type. Donc, de là, on apprend peu à peu son histoire : élevé par un père pasteur danois plutôt rigide et une mère joyeuse tenancière d’un ciné d’art et d’essai de plus en plus pointu puisqu’elle y programmera fièrement Gorge profonde, the porno scandaleux de l’époque. Son père est viré du presbytère, plus ou moins radié de France, alors il s’en va au Canada, dans une petite église sans histoire. Le fils le suit péniblement. Je passe la vie du père qui se fourvoie aux jeux du hasard…
Paul, devenu adulte, est le superintendant de l’Excelsior, une résidence haut de gamme où les gens vivent tranquillement puis vieillissent, comme ailleurs, mais où ils lui font tellement confiance qu’il devient indispensable, apprécié de tous et surtout de toutes, même après avoir rencontré la femme de sa vie, une Irlando-Algonquine, pilote d’un aéronef hors d’âge. Hélas, le gentil proprio de l’Exelsior meurt et est remplacé par un type sans âme, sans états d’âme, sans pitié, rabiotant sur tout et même sur la vie des gens. C’est là que Paul va dérailler.

C’est un bouquin extrêmement attachant, fait de mille anecdotes étonnantes, de détails techniques ahurissants, de personnages atypiques comme ce Read qui est adjuster, c’est à dire qu’il doit évaluer le prix des morts pour que l’assurance qui l’emploie verse le minimum d’indemnités aux ayants-droit. Patrick, le codétenu est particulièrement émouvant avec ses peurs et ses phobies qui choquent dans un corps si énorme et si craint. Et la petite chienne de Winonna et de Paul tellement craquante qu’on a envie d’avoir la même chez soi.
Lire Dubois, c’est un vrai bonheur ! Et puis comme je le trouve sexy, je vous offre son portrait.

Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon de Jean-Paul Dubois, 2019 aux éditions de l’Olivier. 250 pages, 19 €

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #460

07/09/2019 Comments off

Cette semaine nous offre un super fourzytou de news pas forcément news, de celles qui puent des pieds dans ses tongs made in Brazil à celles qui puent du crâne dans un livre de la rentrée, mais s’en dégagent deux infos de la plus grande importance, elles concernent des volatiles : ce fier coq Gaulois qui remporte le grand prix de la chanson bouseuse et, plus parisienne, ce fringant matheux qui cherche à mater un autre oiseau…Faute de merle on mange des Griveaux, comme disait ton grand-père. Bon week-end dear old friends !
- ES : Bolsonaro est en train de devenir le plus grand défenseur de la francophoBic.
- PI : Un mathématicien veut se faire élire à la mairie de Paris sans placer « comptez sur moi ». Qui gère sa com, sérieux ?
- JC : Rugy, c’est le mec qui évoquait dramatiquement la possibilité de se tirer une balle dans la tête comme Bérégovoy mais qui, après réflexions, a trouvé qu’il était moins risqué pour sa santé de se tirer des balles dans le pied.
- OVH : Quand tu es drogué à mort, il y a toujours des voix qui t’enjoignent de tuer ceux qui insultent Dieu. Jamais de voix qui te commandent de devenir l’Abbé Pierre.
- SL : le coq Maurice est autorisé à chanter et devient notre meilleure chance de gagner l’Eurovision 2020
- LM : Le coq Maurice prépare un duo avec Maître Gims
- PI : —  bah oui docteur je le savais déjà que j’étais allergique aux poils de chat. —  j’ai dit aux graminées. – — aux poils de gros chats si vous voulez, enfin, bon ça change pas grand chose.
- CC : C’est curieux quand même ce monde. Tu as trois personnes qui portent plainte contre un coq et des canards et tu as des députés qui veulent faire une loi où inscrire le cri du dindon dans la constitution
- DH : Un pote me demande: tu as lu le bouquin de Yann Moix ?
 J’ai répondu : «non j’utilise Lotus»
- MK : « Le réchauffement ranime une plante éteinte depuis des millions d’années ». Patience, encore deux degrés et Giscard d’Estaing se ranime lui-aussi.
- HT :  « — Faut-il porter un prénom gaulois pour s’intégrer ? Je me tourne vers vous, Zineb el Rhazoui, votre avis ? —  Oui tout à fait, ceux qui portent un prénom arabe refusent de s’intégrer, c’est évident. —  Merci Zineb »
- MK : Boris Johnson se croit être le jumeau de Trump. Il n’en est que le placenta
- NP : Franchement si Aya Nakamura a le droit de chanter, je ne vois pas pourquoi Maurice devrait fermer sa gueule.
- RO : Sibeth Ndiaye sur la réforme des retraites: « Il n’y aura plus de régimes spéciaux ». Sauf pour les anciens présidents, ministres, sénateurs, députés, conseillers spéciaux, très hauts fonctionnaires, grands patrons…
- OM : Bolsonaro boycotte BIC.  C’est déjà ça de gagné : il ne pourra plus utiliser leurs briquets pour faire flamber l’Amazonie.
- KW : La rentrée scolaire s’est très mal passée. Ils m’ont rendu mon gamin à la fin de la journée !
- LC : On ne fait plus d’omelette sans casser les couilles d’au moins quelques vegans.
- ACD : J’ai un pote, il est tellement sûr de lui qu’on l’a surnommé « Comme j’aime ».
- OM : Yann Moix n’est pas dans la première sélection du Goncourt. Certainement encore un coup de ces enculés de youpin.
- TC : « En Bretagne, ce restaurant offre une crêpe au sucre en échange d’un verre rempli de mégots de cigarettes » Après une bière offerte, une crèpe offerte. A quand « le plaisir de pas être un gros porc dégueulasse mal élevé » en échange de pas jeter ses mégots dans la rue ?
- CC : On est passé de Blaise Pascal à Pascal Bruckner quand même.
- OB : Hey les futures mamans, un conseil : oubliez la préparation à l’accouchement, la sophrologie, l’haptonomie, tout ça. Préparez-vous plutôt à couvrir des livres. Parce que là vous allez souffrir et sans péridurale !
- LC : Le vrai défi d’une mère de famille c’est pas de réussir à coucher ses enfants avant 22h, c’est d’ensuite réussir à regarder un film sans s’endormir avant la fin.
- DA : C’est PARFAIT cette idée de remplacer les pailles en plastique par des pailles en carton qui ramollissent en 20 secondes, du coup on siphonne nos mojitos vitesse lumière, on sauve les tortues, la planète nous dit merci & on peut même pas en être conscients vu qu’on finit torchés.
- NA : Je vous laisse 15 petites minutes, je vais lire le dernier Nothomb.
- PA : Ikéa est le meilleur prénom pour une femme : Suédoise, bon marché, à emmener tout de suite chez soi, et facile à monter. Ça y est, je vais encore perdre des amies…
- DW : Un jour, mon chien a pissé dans le couloir, et, de stress, a chié dans sa pisse. Puis il a essayé de faire disparaître les preuves en commençant à manger sa merde, donc il a fini par gerber. (Véridique) Voilà, quand je lis quoi que ce soit sur Yann Moix, ça m’évoque ce souvenir.
- PS : Ce que je sais sur Villani et sa campagne : —  Il s’est coupé les cheveux — Il a changé de veste — Il a beaucoup impressionné quelqu’un que je ne connais pas —  Il va au café —  Il n’est pas exclus de LREM —  Les gens n’osent pas trop dire du mal de lui — Il a eu la médaille Fields
- PA : Si le plus grand plaisir des hommes est de se payer le corps des femmes, celui des femmes est de se payer la tête des hommes.
- PS : Ce que je ne sais pas sur Villani et sa campagne : —  Sa politique en matière de logement —  Sa politique en matière d’infrastructures —  Sa politique en matière d’aménagement de l’espace —  Sa politique en matière économique —  Sa politique en matière de service public local
- ES : — Ci sono molti pesci nel mare  —  Il y a plein de bars dans le Marais.
- OK : J’aime bien Cédric Villani, juste parce qu’il a foutu une merde intégrale chez LREM.
- NP : En ce moment c’est facile de reconnaître (même de très loin) ceux qui ont des vélos électriques : ils sont déjà en manteau-écharpe alors que toi qui dois pédaler tu es encore en short-tee shirt.
- PR : Il faut louer le parlement britannique de nous prouver que les décisions majeures concernent l’Europe peuvent être prises de façon ouverte et démocratique et non par l’appareil dans le secret de la nuit.
- MK : Ceux qui y exilent leurs économies pourraient être un peu solidaires des Bahamas…

FESSEBOUQUERIES RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Les Fessebouqueries #459

31/08/2019 Comments off

 

Ah mais que c’est court, mais que c’est court ! Quoi donc, les vacances qui s’étiolent ? Meuh non ! Les shorts des filles dans les rues concupiscentes  ? Meuh non ! Bah quoi alors ? Les Fessebouqueries, voyons ! Soit mes contributeurs sont encore ensablés, soit l’actu est stérile comme une terre glyphosatéee, soit les deux. Bon, il y a bien cet écrivain chafouin autant que renfrogné qui créé son buzz puant (voir photo), il y a bien le sale dérapage de Macron sur les blessures réparables, il y a bien aussi heu, pas grand chose. Et tout ça très peu dosé, comme d’étiques échantillons retrouvés dans une vieille trousse de toilette de secours au cas où. De toute façon, arrêtez de vous plaindre, vous n’auriez pas eu le temps pour un long article car,  faut-il vous le rappeler, la France rouvre ses portes dès lundi dans un grand fracs de gonds, de cadenas, de serrures et de pênes ! Bon week-end néanmoins !
- CR : Pendant la réunion du G7, les conjointes des divers chefs d’Etat sont allées se promener à Espelette.
 Les médias ne nous ont pas dit si M. Merkel les avait accompagnées ?
- HD : Je sens que l’ambiance sera tendue chez les Moix à Noël autour de la dinde. 
Une fin de Moix et d’année turbulente ??
- OVH : Macron tout bronzé parlait avec Anne Sophie Lapix bourrée de coups de soleil. Je me suis endormie en sursaut.
- PR : Il faut bien admettre que le coup des piments d’Espelette au G7 a été une magnifique opération diplomatique de premier plan, que le monde entier nous envie, évidemment. Ben oui.
- FT « Il n’y a pas eu de violences irréparables », d’après Emmanuel Macron. Les yeux et les mains ça repousse. Quand on veut on peut.
- MK  : Retour des Gilets jaunes : passé les borgnes, y’a plus d’limite !
- AB : Yann Moix se planque avec son avocat Naulleau dans la cave de Zemmour, service d’ordre assuré par Alain « Goebbels » Soral.
- PI : Ma fille a un gros bouton sur le nez. Ça donne « papa je te préviens si c’est comme ça mardi on reporte la rentrée ».
-  EG : Yann Moix a glissé, et en tombant sur son clavier a accidentellement écrit des articles négationnistes. Achetez son livre
- TC : Je suis pas sûr que ce soit bon pour l’environnement de pisser sous la douche…Surtout quand je bois de la bière. J’arrête pas de pisser, du coup j’en suis déjà à 7 douches aujourd’hui.
- CC (écrivaine) :  Changement de programme : je ne suis pas dans la liste des finalistes Fnac en revanche je suis dans la liste des finalistes du prix de la tranche de saint-nectaire en guise de marque-ta-page.
- GD : Un jeudi où l’on se gausse des condamnations de fascistes français ne peut pas être un mauvais jeudi
- OB : Laurent Ruquier, recruteur de psychopathes since l’éternité.
- DA : Le mec du kebab qui venait de m’appeler « chef », « mon ami » puis « bogosse » vient de dire exactement la même chose au gars derrière moi, j’imagine que je dois annuler mes plans de mariage et prévenir mes parents que ce n’était finalement qu’une passade…
- GD : Excusez mon absence, j’étais parti nager la brasse coulée dans les larmes des « ouin ouin les identitaires ne sont pas racistes ».

FESSEBOUQUERIES RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Les furies, roman préféré d’Obama !

27/08/2019 Comments off

Je vous ai parlé de Lauren Groff récemment à l’occasion de la sortie de ses nouvelles sur la Floride (lire ici). Encouragée par le Masque et la Plume, j’ai eu envie de lire les Furies et voilà, c’est choses faite. Un excellent roman très tendu, très musclé, d’une lexicographie incroyable  — merci la traductrice — et d’un fourmillement d’anecdotes stupéfiant. Il faut se concentrer pour ne pas oublier le déroulement de l’histoire qui se scinde en deux parties très nettes : la première et la deuxième, ha ha ha ! Pourquoi ? Parce qu’il y a mort d’homme à la fin de la première. Les Furies narre les relations fusionnelles entre deux personnages hors du commun, très grands en taille tous les deux, et charismatiques. Ils nous sont présentés ensemble, à l’âge de 22 ans, juste après un mariage discret et avant une scène de sexe, discrète aussi au niveau de la description mais brûlante, comme il y en aura tant dans le roman. Ils s’adorent, font l’amour tout le temps mais c’est elle, Mathilde, qui s’occupe de tout. Lotto, de son vrai prénom Lancelot, paresse dans la vie, sa mère étant richissime mais vivant cachée depuis son veuvage. Ensuite, Lauren Groff déroule la genèse de leurs existences, lui dans une famille riche mais rongé par l’acné, baisant à tout rompre toutes les filles, elle, rejetée par ses parents pour avoir poussé son petit frère dans l’escalier qui en est mort, pestiférée, ayant connu de grosses difficultés. Coup de foudre puis mariage puis vie de bohème car la mère de Lotto ne lui file pas d’argent pour cause de mauvais mariage. Fêtes, amis, alcool, drogues… Dans ce déluge de plaisirs étourdissants, elle réussit à cadrer cadrer et motiver son mari car il a du talent, elle en est sûre. Et bim, ça marche. Il devient un célèbre dramaturge envié de tous, invité partout, désiré par toutes. Mais il est fidèle. Jusqu’au bout. Et elle ? Elle le sert, elle l’attend, elle le baise, elle le nourrit, elle corrige la nuit ce qu’il a écrit le jour, elle le regarde avec avidité. Et boum ! Un événement se produit qui clôt la première partie.
Alors ? Hé bien l’histoire est re-cacontée. Les satellites qui tournent autour de ce couple lumineux se dévoilent, la passion n’est plus la même et jusqu’au bout, au bout du bout, des tiroirs vont s’ouvrir pour redistribuer les rôles  qui ne sont pas du tout ceux qu’on imaginait. C’est glaçant,  c’est incroyable, c’est horrible, c’est formidable ! Je n’en dirai pas plus. Ah si : sacré bouquin !

Les Furies par Lauren Groff. Titre original Fates and furies, 2015. Chez l’Olivier en 2017. Excellemment traduit par Carine Chichereau. Editions  Points, 524 p. 8,50 €.

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #458

24/08/2019 Comments off

Une jolie fille ne peut donner que ce qu’elle a, comme les Fessebouqueries ne peuvent répercuter que ce qu’on leur donne. Et comme beaucoup de cerveaux ont fui pour ce long WE, vous n’aurez que ce que vous méritez : pas grand chose ! Un petit G7 mini bikini, une flambée pas très bossa nova, un Trump de plus en plus couillon etc… Mais je suis pleine d’optimisme, la verve va nous revenir à l’heure de reprendre le collier de perlouzes et les chaînes dorées de l’esclavage moderne. En attendant, ne frottez pas trop votre peau sous la douche, ça fait partir le bronzage. Bon week-end !
- YB : Certes, Jean-Luc Mélenchon est le seul homme politique français à être parti pour le Brésil lutter contre les incendies en Amazonie. Je dis juste qu’il aurait pu y aller en voilier
- AB :  Tout va bien au G7  : la mouche qui avait tenté de forcer un barrage a été abattue par un missile Sol-Air. Castaner jubile…
- CC : Au lieu de mettre des radars partout qui sont dégradés et qui coûtent un bras, remettez les gendarmes sur la route. Et qui ne roulent pas en kangoo.
- PI : Sérieux arrêtez de parler des moustiques, ça leur fait de la pub c’est exactement ce qu’ils cherchent.
- AB : Bregançon. Viré du G8, le démocrate humaniste Poutine, soutien du gentil boucher Assad et des sympathiques mollahs rétrogrades d’Iran vient se faire câliner par Macron. Comme Kadhafi par Sarkozy.
- OVH : Tragique. Jeffrey Epstein violait des jeunes filles dans les Iles Vierges.
- DA : N’empêche, si Gustave Eiffel s’était appelé Gustave Ette, des millions de visiteurs atteindraient chaque année le sommet de la Tour Ette dans notre putain de bordel de capitale de merde.
- AB : Après le Groenland, le déjanté Trump fera une offre à Macron pour racheter la Tour Eiffel et la délocaliser sur son parcours de golf en Floride.
- JPT : Parce que je transpire en randonnant, on me surnomme « le Suif Errant » !
- JMM : Selon l’IGPN, « Il n’y a aucun rapport entre la disparition de 300 000 chômeurs et les 300 000 radiations chez Pôle Emploi. »
- TC : On dit verser un salaire, c’est parce que c’est comme remplir un réservoir de liquide lave-glace. Y en a les deux tiers qui foutent le camp à côté.
- AB : • Allocation de rentrée scolaire : merveilleuse, phénoménale augmentation d’un euro. C’est trop. • Fraude fiscale : 100 milliards dans les paradis fiscaux. C’est rien
- MK : Rentrée politique : un gouvernement de bras cassés et Brigitte le bras en écharpe
- GP : le G7 se  joint aux Gilets Jaunes pour nuire aux commerçants de Biarritz . Mais qu’elle idée un G7 en août à Biarritz .
- PA : Je me suis mis au régime. (Sans l’aide de cet abruti de Canneti). En deux semaines, j’ai perdu 14 jours.
- PI : Ce qui m’inquiète avec la rentrée c’est surtout que c’est le moment à partir duquel l’apéro quotidien devient socialement anormal.
- PV : Tout bronzé, revenant de ses vacances en Corse puis en Grèce, Raphaël Glucksmann vient expliquer aux prolos que pour eux les week-ends à l’étranger c’est fini. La transition écologique les gars. En revanche lui et ses amis auront toujours les moyens, eux.
- AB : Un militant RN : « L »Amazonie, on s’en fou, c’est loint, plein de primittifs qui ne parle pas franssais et risque de débarqué ici, de serpant et d’inssectes, soutient à notre ami jair bolsonaro
- AB : On nous rabâche que l’État doit économiser, et le G7 coûtera 36 millions… Les dirigeants communiquant toute l’année, pourquoi ne pas organiser ces inutiles sommets hors-saison dans un camping ?
- VS : D’où vient le soja qui sert à nourrir les animaux abattus et mangés en France ? Principalement de la forêt amazonienne partie en fumée. Ce qui devrait relativiser certaines lamentations.
- OK : La forêt amazonienne voudrait demander l’asile politique au Groenland ou à l’Antarctique, elle hésite.
- OB : Je dis pas qu’on prend les femmes pour des connes, je dis juste qu’on nous vend des crèmes de jour et de nuit qui hydratent 24h.
- AB : G7 Bison Futé : bouchons à Biarritz, vous roulerez à 0 Km/h de samedi à lundi. Prévoyez un marteau pour briser la vitre si on vous oublie dans votre véhicule.

FESSEBOUQUERIES RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les deux lettres sont les initiales des auteurs, ou les 2 premières lettres de leur pseudo. Illustration d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici. Merci d’avance.

Categories: Fessebouqueries

Sauver la planète ? Elle s’en tamponne le coquillard, la planète !

20/08/2019 Comments off

Que ce soit moins d’enfants, de glyphosates, de Trump, de dépenses d’énergies, de chasseurs de baleines, de bouteilles de plastoc, de lumières dans la ville, de voitures polluantes, de déchets nucléaires, de sècheresses, d’incendies, de béton, de fumées diverses, de vaches qui rotent… n’importe quoi de moins ou plus, s’il y en a une qui s’en bat la breloque, c’est bien la planète ! Elle va continuer sa petite promenade intersidérale avec des milliards de bandes de cons à l’agonie, aux poumons explosés, au sang marronnasse, au cœur obèse, bavant sur de plus en plus de joujoux technologiques, addicts à de plus en plus de poisons pour se soigner, s’envoyer en l’air ou se tenir debout, des milliards de sans bras et sans dents qui regarderont fixement le nuage pharamineux qui ne fait pas de pluie des fois qu’il s’entrouvre vaguement et qu’on aperçoive ce qu’on nommait le soleil, des milliards de descendants d’idiots qui ont préféré le déluge d’après-moi qu’un peu de confort en moins, alors que quelque part, dans des endroits tenus secrets, se gobergeront des dynasties d’ultrariches dans des demeures à l’air filtré et à l’eau intarissable, regardant se reproduire dans d’immenses bassins sains des huîtres et des langoustes, caressant un chat de luxe et attrapant par-ci par-là des nouvelles de la pourriture extérieure, jusqu’à ce qu’elle s’infiltre dans leurs interstices et les fasse crever les uns après les autres dans l’atroce souffrance du privilégié qui s’aperçoit soudain, tel un Ghosn emmuré ou un Epstein suicidé, qu’on peut tomber dans l’ordinaire, le commun, le vulgum, le mortel quoi, sans qu’un miracle se produise.
Et la planète dans tout ça ? Elle va continuer à tourner autour de son Maître-Soleil, va se nettoyer grâce aux petites bêtes bien plus résistantes que nous et donner naissance à des trucs insensés, des bidules qui vont voir le jour, des trucs qui nous paraîtraient immondes ou monstrueux si nous étions encore là pour les voir, mais nous n’en saurons rien. Le monstre le plus pourri qu’aura porté la terre sera définitivement enseveli sous la couche insensée de son incommensurable connerie.
Pour la peine que je vous cause, je vous invite à écouter une chanson joyeuse en buvant le jus d’un flacon divinement travaillé par une vigneronne sincère en caressant la petite tête blonde ou brune du rejeton que votre avenir n’inquiète pas encore. Mais gardons espoir, le G7 va bientôt se tenir dans un spot où le rouleau compresseur de la police répressive n’a rien à envier à celui de la vague surfante toujours recommencée…

Texte © dominique cozette

Categories: caustic