Que fœtus là #11

29/08/2016 Aucun commentaire

Le père de la jeune fille enceinte l’a menacée de porter plainte contre son petit ami majeur pour qu’elle avorte. Or, selon la loi, nul ne peut obliger une femme à interrompre sa grossesse* (code de la santé publique article L2222-1). Le code pénal français punit jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et de 75.000 euros d’amende ceux qui provoquent ou tentent de provoquer un avortement chez une femme sans son consentement (art 223-10 du code pénal). De plus, la loi française protège les femmes contre toutes formes de discrimination, en particulier celles en lien avec la grossesse. Une exclusion du lycée, d’une école ou de l’université n’est donc pas possible. En France, environ 5000 bébés d’ados naissent contre 11000 il y a trente ans.
* A l’inverse, nul ne peut obliger une femme à poursuivre sa grossesse.

« Que fœtus là » est une nouvelle série où je m’interroge sur l’origine de l’humanité par le biais du fœtus : Comment es-tu arrivé là ? Qui t’a fait ? Où ? Pourquoi ? Comment ? Etait-ce par désir, par défi, par ignorance, de force, par conformisme, par habitude, par instinct de procréation, par esprit de domination, par accident ?… Cette extraordinaire banalité qu’est la procréation,  j’ai eu envie d’en savoir plus et de la partager. A suivre…(voir précédent article ici)
Texte et illustration © dominique cozette

 

Categories: que fœtus là ?

La succession qui ne se refuse pas

28/08/2016 Aucun commentaire

je suis d’une tristesse infinie quand je termine un livre que je trouve formidable. Je viens de refermer La succession de Jean-Paul Dubois. Et j’aime trop bien cette tristesse qui me fait garder ce livre en moi le plus longtemps possible avec son héros désabusé, non, pas désabusé, plutôt hyper conscient de la vanité de tout ça (la vie etc). Après seulement je lis les critiques et je vois que Télérama trouve ce livre drôle, en partie. Désolée, pas moi. Je le trouve émouvant, touchant, sombre, plein de dérision (c’est peut-être ça, l’humour), fort, dense, profond, léger, chaud froid. Drôle, non.
Dubois nous entraîne cette fois dans la folie passionnée de ce qui n’est pas la pelote basque mais qui y ressemble pour une béotienne comme moi, c’est la cesta punta, une industrie en Floride et tout ce qui va avec : le fric, les paris, le bling bling, sorte de paradis pour certains. En tout cas, le héros adore ça. Il est diplômé de médecine mais refuse la succession de son père, un médecin très apprécié qui consulte en short et ne parle pas à sa famille, sans pour autant la maltraiter. Notre héros préfèrejeter la balle de toutes ses forces sur les frontons américains.
Sa famille, ce sont tous des suicidés, des metteurs en scène de leur propre suicide. Il n’en veut pas. Il veut oublier les folies russes de son grand-père qui se trimballe avec une tranche du cerveau de Staline (qu’il a autopsié), la folie muette de sa mère qui vivait collée à son propre frère dans la maison familiale pour se tuer après qu’il l’ai fait, chacun à sa façon.
Pour lui, à Miami, tout va bien, il a ses potes, sa vieille caisse, son vieux bateau et le chien qu’il a sauvé des flots. Puis son père se suicide à Toulouse, l’univers joyeux de la cesta punta se délite et la femme qu’il aime, bien plus âgée, le plaque sans explication. Il faut retourner à Toulouse. Puis revient à Miami, repart etc…
Ça ne sert à rien de raconter tout ça. La prégnance du livre tient dans la façon de Dubois de nous raconter les choses les plus simples, les plus graves, les plus poignantes.
Les héros est si désespérément attachant qu’on a peur du mal qu’on va peut être lui faire dans cette histoire où, dans la deuxième partie, son cas s’aggrave puisqu’il doit soigner et aider. Se faire son éthique, savoir si on a le doit de donner la mort.
Je ne sais pas parler mieux de ce livre. J’ai essayé de ne pas le dévorer car chaque paragraphe est riche, nourri, senti. Mais voilà, il est fini, et je suis jalouse de vous tous qui n’avez pas encore eu le plaisir intense de le lire ! Bande de veinard(e)s !

La succession de Jean-Paul Dubois, 2016 aux éditions de l’Olivier. 234 pages, 19 €.
Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #219

27/08/2016 Aucun commentaire

S’il y en a un qui nous sort par les trous de nez, c’est bien le sarkozy. Heu, je voulais dire le burkini mais finalement c’est pareil : un petit truc sans importance générateur de débats haineux, de troubles à l’ordre publique et de vomissements pour les plus fragile côté foi(e). En plus de ces deux calamités, t’as la canicule, celle qui rit quand elle t’accule. Et puis le reste qui passe presque inaperçu, tant les deux premiers nous ont bouffé les pauvres neurones qu’on gardait au frais pour une bonne rentrée. Raté !

- LC : Sarkozy titre son livre « Tout pour la France ». Qu’il se contente de rendre ce qu’il a volé, ce sera déjà pas mal.
- RR : Dieu créa le monde en 7 jours. Vu le résultat, 3 jours auraient suffit et le week-end serait arrivé plus vite.
- CC : dans le prochain koh-lanta, ils devraient mettre une épreuve d’achats de fournitures scolaires une semaine avant la rentrée
- DP : Pour rester proche de mes racines chrétiennes désormais je me baignerai en Soutanekini.
- PD : D’après certains de ses proches, Nicolas Sarkozy aurait fait sa mise en examen de conscience.
-  LC : Sarkozy, c’est le mec relou dans une soirée qui n’arrête pas de dire « Je vais y aller » et qui reste finalement jusqu’à 6 heures du mat’.
- JV : « Je reste directeur général du parti, ce qui impose une neutralité absolue dans le cadre de mes fonctions. Comme élu, je soutiens Nicolas Sarkozy et je participerai à sa campagne » de M. Laurent Wauquiez, Lauréat du prix de l’humour en politique 2016-2022
- JPT : Sarko a déjà trouvé son slogan de campagne : « Si je reviens, j’encule tout ! »
- PD : « Présidentielle 2017 : Nicolas Sarkozy annonce sa candidature dans un livre ». Le plus dur reste à faire, maintenant il faut qu’il le lise.
- FIA : Avec la canicule je découvre les aisselles des genoux.
- DJ ‏ : Dans le match entre l’Iran (pendaison) et l’Arabie Saoudite (décapitation), l’Iran mène d’une courte tête.
- JB : Tout le monde s’offusque de l’attitude de nos braves policiers, mais imaginez un peu s’ils avaient demandé à un type de retirer ses mocassins à glands : là, tout le monde aurait trouvé ça normal.
- BM : Pourquoi donc TF1 a t il invite ce Nicolas Sarkozy pour défendre le programme du FN ? Philippot n’était pas dispo ?
- RdB : Allez, départ pour la plage avec les gosses. Ne vous inquiétez pas pour moi, j’ai pris mon paréo laïc, je devrais revenir entière d’ici 2h.
- JC : Il faut donner les moyens à ceux qui souhaitent vendre des livres de ne plus être obligés d’être candidats.
- DS : – RETIRE TON BURKINI ! – Mais ! – Ta gueule, je parle à ta gow ! – Non, ça, c’est mon parasol, mais déplié vous comprendrez pourquoi je l’ai épousé.
- HDD : Pour Estrosi, la photo de l’application de ses propres arrêtés « met en danger les agents ». Il est à 2 doigts de porter plainte contre lui.
- PD : Pourquoi pas une seule primaire PS/LR sous la bannière CAC40 ? Un peu de bon sens ne nuit point (aux actionnaires).
- RR : Michel Butor est mort. C’est triste. C’était un bon gardien de foot.
- VS : Balladur qui a explosé ses comptes de campagne en 1995 soutient Sarkozy qui a explosé les siens en 2007. Sinon ils veulent gérer la France.
- AB : Le marchand de salades Nicolas Sarkozy contrôlé positif au Baratinol, à la Bluffine et au Rhubarbax. Disqualifié, il attendra ses procès.
- KB : C’est fatiguant cette polémique sur le Burkini. Vivement la rentrée pour parler des repas halal à la cantine.
- RdB : Donc Macron déclare qu’il n’est pas de gauche & Sarko qu’il est candidat. Si Juppé veut déclarer qu’il est chauve, c’est le moment.
- CC : Marine Le Pen invitée de TF1 le dimanche 11 septembre à 18h35 pour expliquer que la vraie droite qui pue c’est elle et pas Sarkozy.
- AB : SarkoShow : pas une question sur sa collec’ de casseroles ni un zoom sur les talonnettes. Les sarkolâtres remercient TF1.
- NR : Je suis venu te dire que je mens vrai (Un Titre Pour Sarkozy)
- OM : Pensées pour le monde de la mode sous le choc d’apprendre que Sonia Rykiel est décédée et qu’il va falloir choisir une tenue pour l’enterrement.
- HDD : [BREAKING NEWS] LE CONSEIL D’ÉTAT VEUT INSTALLER LA CHARIA EN FRANCE
- VS : Comment peut on faire 11 % de dividendes en plus avec 0 % de croissance ? La magie du Hollandisme.
- RR : On vit dans un monde où la femme se voile et l’infâme se dévoile.
- JS : Jeu de l’été, niveau facile, trouver l’intrus : chômage, précarité, pauvreté, guerre, massacres, séisme, morts, burkini
- JM : Ok donc vu que le fructueux débat sur les burkinis est terminé, je propose qu’on revienne un peu sur le mariage pour tous.
- AB : Remarques linguistiques : dans wahhabite, il y a wah, et dans salafiste il n’y rien. CQFD
- SP : Moi de Butor, j’ai lu La Disparition. C’est xc ll nt !
- CC : la seule manière pour sarkozy de gagner les élections serait de faire des promesses sans gluten
- EM : Le Conseil d’Etat, ces punks qui autorisent le burkini sur les plages parce qu’ils ont lu la déclaration universelle des droits de l’Homme.
- GTN : le dénominateur commun de tous ces problèmes c’est la femme. On aurait pas plus vite fait d’interdire directement les femmes ?
- CC : il fait tellement chaud j’ai l’impression d’être dans la poche du peignoir de dsk
- OM : Je ne dis pas qu’on est cons, je dis juste qu’on vit une époque où il faut prévenir les gens qu’il fait chaud.
- JPT : Je me demande dans quelle tenue se baignaient l’année dernière les femmes qui éprouvent cette année le besoin irrépressible de se baigner en burkini.
- DC : Interdire le burkini est une atteinte illégale aux libertés fondamentalistes.
- HD :  Et oui!! après les essais nucléaires en 1945 de l’atoll de Bikini,on veut mettre fin aux bombes anatomiques!!
- EM : Gros brainstorming au FN et dans l’équipe de campagne de Sarkozy pour trouver la polémique raciste de la semaine prochaine.
- OM : Bravo le Conseil d’État ! Il interdit d’interdire un truc que personne ne porte mais ne fait rien pour interdire la canicule !- JPT : Le plus paradoxal – et le plus ironique, montrons-nous beau joueur – c’est que, à force d’être ensevelie sous les burqas, les burkinis, les hijabs et autres foulards, c’est la laïcité qui va finir par se retrouver à poil.

 

Illustration © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici.

Categories: Fessebouqueries

Que fœtus là ? #10

24/08/2016 Aucun commentaire

L’Inde et les Etats-Unis sont les deux pays qui font de la GPA (gestation pour autrui) un immense business. En Inde, ce sont des femmes pauvres principalement qui louent leur ventre dans des usines à bébés pour 4000 $ — elles ne s’en cachent pas — de quoi payer le mariage de leur fille, des études, une maison, une boutique. Sperme et ovocytes fertilisés, congelés, sont envoyés par avion des quatre coins du monde, pour être implantés dans le ventre de ces femmes en batterie. Il y a des règles à respecter : les mères porteuses doivent avoir un enfant, ne pas faire plus de deux GPA, obtenir le consentement de leur époux, avoir entre 21 et 35 ans, et surtout renoncer à tout droit sur le bébé à naître. Il est interdit de connaître le sexe du bébé avant la naissance.
Aux Etats-Unis, on parle plus de don de vie, même si les mères porteuses (qui ne fournissent jamais les ovocytes pour des questions juridiques) sont très bien indemnisées, 10 à 20 fois plus. Des agences énormes bardées d’avocats, offrant un vaste choix en ligne font florès et, à l’inverse de l’Inde, autorisent la GPA aux célibataires et homosexuels.
Dans les deux pays, les parents demandeurs viennent de partout. Le problème, c’est de pouvoir inscrire l’état civil des bébés dans leur pays, car quand c’est interdit, comme en France, les démêlées juridiques sont sans fin. Même si la circulaire Taubira a accordé la nationalité française à des enfants sans statut légal, dans l’intérêt des enfants uniquement mais sans que la filiation avec le parent soit établie.

« Que fœtus là » est une nouvelle série où je m’interroge sur l’origine de l’humanité par le biais du fœtus : Comment es-tu arrivé là ? Qui t’a fait ? Où ? Pourquoi ? Comment ? Etait-ce par désir, par défi, par ignorance, de force, par conformisme, par habitude, par instinct de procréation, par esprit de domination, par accident ?… Cette extraordinaire banalité qu’est la procréation,  j’ai eu envie d’en savoir plus et de la partager. A suivre…(voir précédent article ici)
Texte et illustration © dominique cozette

Categories: que fœtus là ?

Mathilde, l’héroïne extra de Valentine Goby

21/08/2016 Aucun commentaire

Le livre de Valentine Goby s’appelle un paquebot dans les arbres parce qu’il démarre sur les ruines, en pleine forêt du Vexin, d’un sanatorium comme on les construisait dans les années 30. L’histoire va se situer entre la fin des années 50 et 60, durant cette période qu’on appelle à tort les trente glorieuses car tout n’y était pas, qu’on se le dise, aussi facile que ça.
Un petit village de 500 habitants et au centre, un café tabac épicerie journaux tenue par le fantasque Paulot, petit moustachu pétri d’humanité, qui se fout des ardoises qu’on y laisse, qui recueille les plus pauvres, qui offre ce qu’il a. Son amour de la vie. Sa femme a abandonné ses ambitions après son diplôme pour rester avec cet homme radieux, elle l’aime d’un amour total mais hélas, il n’a pas trop de temps pour s’occuper d’elle, tout à sa besogne d’alimenter le lien social avec ses bals, son juke-box et surtout son harmonica dont il joue avec la dextérité d’un cow-boy. Le bal, c’est avec sa fille aînée, la belle Annie, qu’il l’ouvre. Il adore sa fille. Notre héroïne, Mathilde, n’est pas sa fille mais son « p’tit gars » car elle fait tout pour remplacer le bébé garçon mort avant elle. Elle risque sa petite vie en inventant des cascades insensées pour que son père la regarde. C’est pas qu’il ne l’aime pas. D’ailleurs, on ne sait pas qu’on aime, quand on est parent à cette époque. Et il y a un petit frère, petit et effacé. Au village, on adore aller là, au Balto, on adore cette famille drôle et unie.
Mais un jour, badaboum, le bacille de Koch s’y immisce. Il va, au fil des ans, creuser son trou dans le poumon du Paulot. Qui n’y croit pas. Clope au bec, car on ne connaît pas encore les ravages du tabac, il continue à amuser les gens, même au sana. Mais hélas, le tubard n’a plus bonne presse, ni ses enfants. C’est que c’est contagieux cette saleté.
Peu à peu, la tuberculose va bouffer leur vie, détruire ce qu’ils n’ont pas su sauvegarder, exploser cette famille en les privant d’abord de leur mère qui va elle aussi aller au sana, puis de la sœur Annie qui disparaît faire sa vie et son bébé avec Mathieu, ne plus s’approcher des saloperies qui infectent les poumons. Puis placer les deux restants dans des familles d’accueil, de dépérissement. Le café est vendu, les soins coûtent cher.
Et c’est Mathilde, notre héroïne, qui va sacrifier toute son enfance et son adolescence à courir des uns aux autres pour reconstruire un semblant de vie, protéger l’amour de ses parents, sauver son petit frère de la mélancolie dans laquelle il s’immole.
Il va falloir faire face à tous les gens du village qui les rejettent à cause du bacille, qui tournent le dos, qui ne paient pas leurs dettes. Il va falloir trouver des solutions pour tout. Et cette extraordinaire jeune fille n’a peur de rien. Elle n’a rien mais semble pouvoir tout faire, non sans mal, bien sûr, ni terribles sacrifices.
Ce livre est palpitant, formidable. C’est une belle et poignante photo de ces années-là où les progrès n’avaient pas encore atteint toutes les couches de la population, où on pouvait crever de faim, où la gentillesse n’était pas requise pour être famille d’accueil mais où elle se rencontrait un peu partout au coin d’une route ou dans un lycée technique. Je ne sais pas si ce roman fait partie de la trentaine de livres de la rentrée dont tout le monde va parler. Mais il est passionnant.

Un paquebot dans les arbres de Valentine Goby, édité chez Actes Sud, 2016. 268 pages.

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Les Fessebouqueries #218

20/08/2016 Aucun commentaire

Avec cette merveilleuse huile sur toile numérique, une merveilleuse huile sur le feu de cette semaine hot en couleurs avec la femme de Macron en burkini dans Paris-Match, les Pokémons planqués un peu partout dans la culotte des zouaves et la main de  masseur sur les muscles flappis de nos chercheurs d’or. L’honnêteté m’obligerait à avouer que c’est pas écrit « AFP » sur mon front, que donc à part ça, rien d’autre, et que pour le reste, consultez votre BFMTV préféré. Ah, mais !
- ALD : C’est curieux que des gens « de gauche » se refusent à comprendre que lorsqu’on dénonce le voile, comme symbole de l’infériorité des femmes, on ne s’attaque pas aux femmes qui le portent mais qu’on les défend.
- JPT : Ceux qui trouvent dérisoire la polémique au sujet du port du burkini sur les plages françaises sont les mêmes qui, en 1941, trouvaient anecdotique l’interdiction faite aux Juifs de fréquenter les jardins publics. Le fascisme, comme le diable, est dans les détails.
- JB : Décide de s’enduire de beurre sur la plage pour lancer une nouvelle motte : le beurrequini.
- JPT : Entre nous, faut-il que ces familles marocaines soient connes pour aller faire ch… les Corses sur leur propre terrain ! Même le gouvernement n’ose pas !
- CR : Un grand pas vient d’être franchi pour l’égalité hommes femmes…un dispositif anti- fuites urinaires pour hommes, a une heure de grande écoute ..je dis BRAVO ! haha
- PR : Faut pas non plus en faire une mayonnaise. Cette histoire de burkini, c’est juste une histoire de tribus primitives qui veulent piquer les femmes des voisins. Rien de plus.
- BA : Selon Christian Escrosi, Nice est désormais une ville sûre, elle est protégée des burkinis grâce à ses 2000 caméras de surveillance.
- NM : Le seul moment où Sarkozy fera réellement baisser la délinquance, c’est le jour où il se livrera à la police
- RE : Question : Les partisans du burkini défendent-ils, au nom de la tolérance qu’ils invoquent, le port du string sur les plages saoudiennes ?
- OK : Dans quelques années : – Tu te souviens de l’été 2016 ? – Oui très bien, certains chassaient les burkinis et d’autres les Pokemon.
- DJ : Une pensée émue pour toutes les musulmanes qui ne sont pas adeptes du burkini et qui se font traiter d’islamophobes.
- JPT : Vu les prises de position de la Ligue des Droits de l’Homme, je crois qu’il est plus que temps de créer la Ligue des Droits de la Femme.
- VS : Les types interdisent le Burkini mais pas le cumul des mandats. Pensez-y.
- JS : On interdit le burkini à la plage, mais tous les dermatos vous diront que c’est une excellente chose. Anti UV.
- GB : Les arrêtés anti-burkini s’achevant au 31/08 il vous reste 14 jours pour trouver une autre polémique de merde pour tenir jusqu’aux primaires LR
- VS : Les types brandissent la laïcité toute l’année, et se font photographier à la messe du 15 août ou avec le pape…
- CC : « 63% de nos concitoyens se disent « non croyants ». On est donc une majorité à se faire emmerder par les religieux de tout poil, les élus etc.
- AB : Le seul miracle de Lourdes est le chiffre d’affaires : 19,95 € la statuette de la Marie made in Taiwan payée 0,75, ça marge bien.
- LG : Le burkini c’est moche, c’est con, ça se remarque plus que si sa propriétaire se mettait à poil, c’est porté par des connes pour des cons.
- OB : On devrait mettre Teddy Riner devant la courbe du chômage, elle ferait moins la maligne.
- OVH : Les orientaux, je ne sais pas ce qu’ils ont avec le corps des femmes qu’ils veulent cacher. C’est pourtant eux qui ont inventé la danse du ventre, non ?
- JPT : Asinbayeva, la perchiste russe interdite des Jeux de Rio pour dopage, élue au Comité International Olympique. A quand Patrick Balkany nommé gouverneur de la Banque de France ?
- PM : Ayons une pensée pour tous les maires qui souhaiteraient faire parler d’eux mais qui n’ont pas de plage dans leur ville.
- VS : Je me demandais si vendre des tonnes d’armes à l’Arabie saoudite c’était laïc ?
- DJ : Burkini : les habits neufs du salafisme
- PR : Et si on faisait une start-up de bagnoles partagées et automatisées qui livrent des robots qui vont bosser à notre place et conduites par des pokemons en 3D virtuels cools ? Hein ? Je le sens bien, je le sens bien…
- LU : Macron au Puy du Ouf : « L’honnêteté m’obligerait à avouer que je ne suis rien d’autre qu’un parasite en costard. »
- RR : Incroyable ce coming août de Macron.
- CC : estelle mossely, boxe française, la seule fille capable de fracasser son adversaire, tout en prenant des gants
- VP : Tout le monde réagit au fait que Macron ne soit pas socialiste, alors que le plus extraordinaire est qu’il ait utilisé le mot « honnêteté »…
- PR : La ligne politique de Macron se précise. Entre Trump et Boris Jonhson, courant Paris Match.
- PD : Moi qui croyais qu’on pouvait être banquier chez Rothschild et socialiste. Je tombe des nues.
- HDD : Si on enlève les Noirs et les Arabes, la France est 127ème au classement des Jeux Olympiques
- OVH : C’est vrai, le temps se rafraîchit. On supporte un burkini.

Illustration © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici.

Categories: Fessebouqueries

Que fœtus là ? #9

18/08/2016 Aucun commentaire

Encore faut-il qu’il y ait eu du sperme. Donc notre vierge Marie qui, selon la légende, n’avait rien d’une batifoleuse, est une exception. Etre enceinte sans contact masculin ni insémination relève du miracle. Quant aux femmes, en général des jeunes filles qui veulent garder leur virginité, elles doivent faire attention à leur cycle. Lors de la période de fécondation, si leur compagnon éjacule sur la vulve et que la glaire est arrivée jusqu’à celle-ci, les spermatozoïdes peuvent remonter alors dans le vagin. L’hymen ne représente pas une barrière puisque de toute façon, il n’est pas hermétique. Parfois aussi, la femme souffre de vaginisme, contraction du vagin qui interdit la pénétration du sexe de l’homme mais les spermatozoïdes peuvent pénétrer dans le vagin par des caresses digitales après éjaculation sur la vulve.

« Que fœtus là » est une nouvelle série où je m’interroge sur l’origine de l’humanité par le biais du fœtus : Comment es-tu arrivé là ? Qui t’a fait ? Où ? Pourquoi ? Comment ? Etait-ce par désir, par défi, par ignorance, de force, par conformisme, par habitude, par instinct de procréation, par esprit de domination, par accident ?… Cette extraordinaire banalité qu’est la procréation,  j’ai eu envie d’en savoir plus et de la partager. A suivre…(voir précédent article ici)

Texte et illustration © dominique cozette

Categories: que fœtus là ?

Que fœtus là ? #8

16/08/2016 Comments off

Le déni de grossesse touche entre 1600 et 2000 femmes en France par an, d’après le médecin qui préside l’association qui milite pour la reconnaissance de cette pathologie. 300 d’entre elles ne s’en rendent compte qu’en accouchant, dont 80 en dehors de structures
hospitalières. Ce sont elles qui sont le plus en danger, à cause des hémorragies. Mais leur bébé aussi, qui peut mourir faute de soin, être abandonné dans une poubelle, voire être tué et parfois enterré.  Ou conservé dans un congélateur comme l’a révélé l’affaire Véronique Courjault, une mère qui, par ailleurs, s’occupait très bien de ses autres enfants.

« Que fœtus là » est une nouvelle série où je m’interroge sur l’origine de l’humanité par le biais du fœtus : Comment es-tu arrivé là ? Qui t’a fait ? Où ? Pourquoi ? Comment ? Etait-ce par désir, par défi, par ignorance, de force, par conformisme, par habitude, par instinct de procréation, par esprit de domination, par accident ?… Cette extraordinaire banalité qu’est la procréation,  j’ai eu envie d’en savoir plus et de la partager. A suivre…(voir précédent article ici)

Texte et illustration © dominique cozette

Categories: que fœtus là ?

Les fessebouqueries #217

13/08/2016 Comments off

Une semaine de plein été au soleil… et pendant ce temps là, Sarkozy continue de brasser de l’air (bête), les islamistes de couvrir leurs femmes de ridicule, les champions et championnes de rentabiliser les frais qu’on a faits pour eux, et les Pokémon de se planquer pour amuser cette belle humanité créée par on ne sait qui mais que je ne félicite pas. Bien au contraire !
- JB : J’ai rien contre les Brésiliens, mais dépenser des millions pour organiser des Jeux Olympiques et organiser les épreuves LA NUIT… Faut quand même être un peu cons.
- CC : J’aime quand vous dites que c’est le bordel le monde en ce moment. Genre on n’a jamais vécu avec la crainte d’une guerre nucléaire totale.
- JB : Je viens d’apprendre que les emballages de Kinder étaient potentiellement cancérigènes. Putain mais qui est con au point de manger des emballages ?
- RA : Le hongrois Sarko veut abolir le droit du sol , abolition qui aurait bloqué son père, sa mère, Balkany, Ciotti, Estrosi, Devedjan, Copé etc
- OVH : Breaking News : Oscar Pistorius hospitalisé après une chute dans sa cellule. Que ses fans se rassurent, il sera bientôt sur pied.
- CC : 59. C’est le nombre de milliardaires américains qui ont légué la moitié de leur fortune au caritatif. En France, ils migrent en Belgique.
- JB : Je propose que les médias arrêtent de diffuser le nom des vainqueurs aux J.O. car ce genre de publicité incite les athlètes à continuer dans la voie du sport, et, PIRE, donne envie à des jeunes sportifs un peu perdus de se lancer dans la compétition.
- RG : La conne du jour : La judokate saoudienne Judi Fahmy abandonne Rio 2016 pour ne pas affronter une judokate israélienne L’esprit olympique
- OM : Je me demande quand même au nom de quoi le Beach Volley féminin est devenu un sport olympique avant le Pole Dance ?
- RG : Aha mon pote qui poste des photos de plage pour me rendre jaloux. J’espère qu’il ne se fera pas cambrioler au 5 rue Mirepoix digicode 32B.
- JPT : Si les islamistes ne se sentent pas bien en France, qu’ils mettent les voiles!
- DJ : Pour se présenter en champion de la lutte contre l’islamisme, Sarkozy s’est fait parrainer par le roi d’Arabie Saoudite et l’émir du Qatar
- VS : On aura une idée claire de l’état de notre démocratie quand on proposera un bulletin de vote « Allez tous bien vous faire foutre ! »
- KB : « Nés illégalement », c’est un nouveau concept ? Faut s’hydrater et mettre une casquette m’sieur Hervé Mariton
- CC : A Cannes, le maire interdit le port du burkini sauf aux riches touristes saoudiennes (faut pas déconner)
- JPT : Les athlètes nord-coréens qui ne rapporteront pas de médailles olympiques seront décorés par Kim Jung Un en personne à titre posthume.
- HD : Morning news -La matinale d’Henri a découvert l’arme fatale ..le trikini…à poil! Un béret basque avec une paire d’espadrilles !!
- ML : Ce sera quand même le premier été où nos enfants auront attrapé plus de Pokemon que de cuites, d’herpès et de chagrins d’amour.
- OM : Le Golf est aux JO, ce qui nous rappelle que « l’essentiel n’est pas de gagner, mais de participer avec un pull noué sur les épaules ».
- RR : Une pensée pour tous les Pokémons brulés vifs dans les incendies du sud.
- JPT : La demande de libération conditionnelle de Jacqueline Sauvage rejetée : enfin une bonne nouvelle pour les tabasseurs de meufs, on commençait à s’inquiéter
- JB : Sur Facebook, depuis qu’il a remporté la médaille d’or, Teddy Riner il a des tatamis.
- OM : « Des Pokéstops au Mémorial de la Shoah et au Cimetière de Drancy. » Le respect est quand même beaucoup plus dur à retrouver qu’un Pokemon…
- HDD : Ça me fait un peu peur ce 2ème titre olympique pour Teddy Riner, il a tout pour devenir député UMP maintenant.
- PD : Cazeneuve est à Lourdes, et sécurise le périmètre. Comme dirait Coluche, les terroristes n’ont plus que Lisieux pour pleurer.
- RR : Bravo Teddy ! Maintenant on te demande juste de ne pas finir dans le giron de mamie Chirac.

Illustration © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici.

Categories: Fessebouqueries

Que fœtus là ? #7

12/08/2016 Comments off

Le 28 mai 1934, au Canada, Mme Dionne, déjà mère de 6 enfants, donna naissance à cinq petites filles prématurées. Elles survécurent toutes, connurent une immédiate popularité mais furent victimes  d’une exploitation commerciale éhontée. Annette, Cécile, Yvonne, Marie et Émilie sont issues d’un même œuf, un cas unique. De fait, elles ont tout de suite attiré l’attention du monde entier. Alors, le gouvernement ontarien décide d’enlever les quintuplées pour en tirer un vaste profit durant toute leur enfance. Elles sont montrées comme des animaux de foire dans un parc créé pour elles : 6000 visites par jour, plus que les chutes du Niagara. Mais sont élevées en vase clos, à l’écart de leur famille, de l’école et des autres enfants. A 9 ans, on les rend à leurs parents et leurs frères et sœurs  — leur mère a eu trois autres enfants — qu’elles ne connaissent pas. A 60 ans, les trois survivantes, pauvres et épileptiques, recevront une compensation financière. Deux d’entre elles fêteront leurs 80 ans. Vous pouvez voir un film sur elles sur le net.
(France Info TV & L’Express)

« Que fœtus là » est une nouvelle série où je m’interroge sur l’origine de l’humanité par le biais du fœtus : Comment es-tu arrivé là ? Qui t’a fait ? Où ? Pourquoi ? Comment ? Etait-ce par désir, par défi, par ignorance, de force, par conformisme, par habitude, par instinct de procréation, par esprit de domination, par accident ?… Cette extraordinaire banalité qu’est la procréation,  j’ai eu envie d’en savoir plus et de la partager. A suivre…(voir précédent article ici)

Texte et illustration © dominique cozette

Texte et illustration © dominique cozette

Categories: que fœtus là ?

L’étonnante veuve Basquiat

11/08/2016 Comments off

Un livre écrit par la copine de jadis, Jennifer Clément, retrace par flashes, bribes, éclairs et collages l’épopée ardue que furent les amours tumultueuses entre Suzanne Mallouk — appelée dès le début la veuve Basquiat — et Jean-Michel Basquiat. Un texte incandescent, fulgurant, démoniaque, d’où jaillissent des coulées de dope, des monstres de déchaînement et de folie, des descentes monstrueuses, des moments tremblotants de tendresse, après piquouse ou snifage. Ni avec toi ni sans toi semblait être la devise de ces deux personnalités  sous influence qui ne cessaient de se recoller après leurs profondes déchirures. On le voit jeter le fric par les fenêtres et elle, refusant qu’il l’achète avec ça, déchirant et jetant tous les dessins qu’il lui offrait. Mince !
Dans ces morceaux de littérature inventive, on y rencontre tout le monde. Tout le monde des années 80. Les fous, les immenses, les artissimes, les géniaux. On y voit surtout la perte suicidaire du seul artiste noir accroché dans les musées parmi les blancs, on le plaint lorsqu’il traîne ses trips non-stop sur plusieurs jours, ou lorsqu’il fait tout pour qu’on le déteste, qu’il devient crade puanteur, souffreteux, violent, injurieux, humiliant. On ne l’aime pas autant qu’elle.
Puis il est mort. Et elle ? Elle a choisi de réussir loin de ça, dans la musique. Mais le showbiz, elle n’a pas kiffé. Elle est alors devenue clean, elle dit n’avoir  jamais franchi la ligne de dépendance à l’héro qui fout n’importe qui en l’air, et elle a repris ses études. Elle est aujourd’hui psychiatre.

L’image que Suzanne renvoie de Basquiat est extrêmement décadente, on a l’impression d’un  junkie en permanent délire. C’est une tout autre image que nous renvoie de film réalisé par une autre amie, resté 20 ans dans les tiroirs. Il faut le voir si vous adorez Basquiat et son œuvre. Il s’appelle The radiant child.  C’est  ici en VOSTFR

La veuve basquiat par Jennifer Clément (Widow Basquiat. A memoir. 2010). 2016 en français, traduit par Michel Marny. Aux éditions Bourgois. 210 pages, 14 euros.

Texte © dominique cozette

Categories: bouquins

Que fœtus là ? #6

10/08/2016 Comments off

Est-ce parce que ça se passait dans notre belle Europe civilisée, entre 1992 et 1995, qu’on a enfin mis un nom sur cette horreur perpétrée depuis toujours dans le monde entier : le viol comme arme de guerre ? Plus de 200 000 femmes ont été violées pendant le conflit bosniaque. Des camps de viol ont été instaurés, l’idée étant de mélanger les sangs, de brouiller les ethnies, une manière de dire aux femmes que leurs enfants issus de viol auraient du sang serbe. Une manière de faire fuir les populations qui redoutaient cette torture ou celle, plus atroce encore, où on obligeait un homme, pistolet sur la tempe, à violer ses voisines. Des milliers d’enfants sont nés. La communauté islamique a énoncé une fatwa décrétant que les femmes violées seraient des « martyres de l’islam », invitant les musulmans à les respecter, à les soutenir avec leurs enfants dans leur processus de guérison
(le Monde et Slate).

« Que fœtus là » est une nouvelle série où je m’interroge sur l’origine de l’humanité par le biais du fœtus : Comment es-tu arrivé là ? Qui t’a fait ? Où ? Pourquoi ? Comment ? Etait-ce par désir, par défi, par ignorance, de force, par conformisme, par habitude, par instinct de procréation, par esprit de domination, par accident ?… Cette extraordinaire banalité qu’est la procréation,  j’ai eu envie d’en savoir plus et de la partager. A suivre…(voir précédent article ici)

Texte et illustration © dominique cozette

Categories: que fœtus là ?

Les Fessebouqueries #216

06/08/2016 Comments off

C’est un peu le fourzytou, la soupe à la grimace, le gloubi boulga, la tartatou, la farandole des variétés avariées mais … avérées, donc c’est une semaine tout ce qu’il y a de plus mitigée, malaxée, polysaturée, une semaine pour tous les goûts même les plus mauvais — on n’a pas oublié la pincée de Morano mais hélas, manquait une crotte de balkanouche… — alors qu’est-ce qu’on dit ? Bon appétit, mes ami(e)s !
- PS : Qu’offrent donc les djihadistes à leurs enfants à une fête foraine ? Des barbes à papa ?
- OVH : Hollande au plus bas dans les sondages malgré les récents attentats. Pfft !! Pourtant, le curé égorgé, c’était bien trouvé.
- PR : J’ai des factures de Engie, EDF, ERDF, GDF Suez, GrDF, Gaz de France, DolceVita, GDF, Bleu Ciel. C’est quoi ce bordel ?
- DC : Dieu existe-t-elle ?
- PB … regarde la tv depuis une heure, hésite encore à l’allumer.
- DS : 2016 : Publicis découvre le sexisme en entreprise. Avec un peu de chance il vont regarder des publicités et découvrir le sexisme tout court.
- JB : Dépenser tant d’argent dans des Jeux Olympiques… des fois j’ai l’impression que le monde marche sur l’athlète.
- HC :  Inutile de commenter le dilemme américain entre le pire et le moins pire. …la même chose va nous arriver en 2017 et là il faudra choisir. La seule différence c’est que pour nous c’est la femme qu’il ne faudra pas choisir
- JPT : Eu égard à la multiplication d’attentats de fanatiques religieux, Ophélie Winter a décidé de réenregistrer son grand succès en le rebaptisant : « Dieu m’a donné les foies ».
- DS : 1ère fois que je mange chaud dans un MacDo. J’ai failli applaudir mais mes coudes étaient collés à la crasse de la table.
- JS : Tendre le micro à Morano c’est comme tendre le bassin à un grabataire : tu sais d’avance ce que tu vas récupérer.
- CC : le truc pratique quand tu prends l’avion, c’est que la douane fait tellement bien son boulot que t’économises un rendez-vous chez le proctologue
- JPT : A Lille, la République baisse sa culotte et à Marseille, l’obscurantisme enfile son burkini.
- OM : Sauvez une moule, annulez une Braderie.
- JFR : Selon le rapport Goldman Sachs, la France remportera 36 médailles au JO de Rio. Selon les participants, au moins 72. Selon l’agence anti-dopage, 3 voire 4. Selon France 2, l’important est de participer, tous frais payés. BFM et iTélé réservent leurs commentaires et ont prévu de rappeler des journalistes réservistes en fonction du nombre d’attentats.
- AS : Mélania Trump nue. Un président marié à un ancien mannequin qui aurait posée nue dans un magazine, c’est pas en France qu’on verrait ça.
- CU : Je demande à ce que les catholibans soient fichés et déradicalisés.
- CC : Hollande ressort Chevènement de la naphtaline pour diriger la Fondation pour l’islam France
- LM : Plein de nouveaux endroits à salir, plein de nouvelles personnes à détester, c’est vraiment dépaysant de partir en vacances.
- EM : N’importe quoi l’annulation de la Grande Braderie de Lille, trois ou quatre Henri Guaino à lance-roquettes bien placés et c’était sécurisé.
- JPT : Un parc aquatique des Bouches du Rhône annexé par le Burkini-Facho !
- ZJ : Ne vous offusquez pas. La braderie de Lille sera remplacée par celle de vos libertés individuelles!
- RR : Rappelons aux rageux désespérés par l’annulation de fêtes, qu’en Syrie et ailleurs c’est l’espoir et l’avenir qui sont annulés.
- EM : Pour des raisons de sécurité, Bernard Cazeneuve va demander l’annulation de tous les anniversaires.

Illustration © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site ici.

Categories: Fessebouqueries

Que fœtus là ? #5

04/08/2016 Comments off

Le GHB ou gamma-hydrobuxybutyrate appelé drogue du violeur, souvent utilisé lors de fêtes ou dans les discothèques, a été découvert en 1962 par le Pr Laborit qui l’utilisait comme anesthésiant local. Classé aujourd’hui parmi les stupéfiants, le GHB diminue les inhibitions, provoque un état d’euphorie et de soumission, diminue toute résistance physique ou chimique et abolit la mémoire. Il est indétectable, sans goût et incolore. Le violeur peut d’autant plus agir à sa guise que les traces de GHB disparaissent de l’organisme en quelques heures. Mais elles perdurent un mois dans les cheveux. Bien qu’en progression, cette forme de viol est peu évaluable, par honte ou par manque de certitude, sauf, bien sûr, en cas de grossesse.

« Que fœtus là » est une nouvelle série où je m’interroge sur l’origine de l’humanité par le biais du fœtus : Comment es-tu arrivé là ? Qui t’a fait ? Où ? Pourquoi ? Comment ? Etait-ce par désir, par défi, par ignorance, de force, par conformisme, par habitude, par instinct de procréation, par esprit de domination, par accident ?… Cette extraordinaire banalité qu’est la procréation,  j’ai eu envie d’en savoir plus et de la partager. A suivre…(voir précédent article ici)

Texte et illustration © dominique cozette

 

Categories: que fœtus là ?

Que fœtus là ? #4

01/08/2016 Comments off

En Chine, la politique de l’enfant unique — qui a duré 36 ans — a eu pour conséquences une forte mortalité chez les bébés filles et le vieillissement de la population. Avec le vote du 29 octobre 2015, les Chinois ont désormais le droit d’avoir un deuxième enfant.
Le gouvernement espère ainsi relancer la croissance démographique. Mais seulement 30% des 150 000 personnes interrogées lors d’un sondage à ce sujet souhaiteraient avoir un deuxième enfant. Le coût de la vie est trop élevé.
Beaucoup de parents, lésés de n’avoir eu qu’un enfant — ce qui est désastreux pour leur retraite ou leur vieillesse — manifestent pour recevoir une compensation. Ainsi que ceux dont le deuxième enfant illégal qui a vécu caché et sans identité et n’a jamais pu bénéficier d’éducation et de protection santé. Ils sont 13 millions « d’enfants noirs » comme on les appelle. C’est énorme.
L’état a promis d’aider les uns et de reconnaître les autres.

« Que fœtus là » est une nouvelle série où je m’interroge sur l’origine de l’humanité par le biais du fœtus : Comment es-tu arrivé là ? Qui t’a fait ? Où ? Pourquoi ? Comment ? Etait-ce par désir, par défi, par ignorance, de force, par conformisme, par habitude, par instinct de procréation, par esprit de domination, par accident ?… Cette extraordinaire banalité qu’est la procréation,  j’ai eu envie d’en savoir plus et de la partager. A suivre…(voir précédent article ici)

Texte et illustration © dominique cozette

Categories: que fœtus là ?